Subscribe in a reader

Pages vues depuis décembre 2009

mardi 13 mai 2014

Mali-Nigeria: Le salaire de 10000 terroristes islamofascistes pour 3 ans : la somme payée par Hollande à Iyad Ag Ghali, le leader des assassins Ansar Eddine du 24 janvier 2012

"Hollande autorise ses services à travers les Fonds destinés aux services de renseignements, et ses entreprises dont AREVA à arroser Aqmi, Ansar Dine ou les organisations terroristes" (sic cité sur RFI)




"Pour L’Observateur Paalga  au Burkina, comme pour la plupart des médias africains,
 il y a bel et bien eu rançon.
Tous reprennent l’information révélée
par le quotidien français 
Le Monde hier
qui affirmait que 20 millions d’euros
avait été versés aux ravisseurs.
" (...)
"
Commentaire désabusé du quotidien bamakois :
«
alors que la question terroriste
est toujours actuelle au nord Mali,
Hollande autorise ses services à travers les Fonds
destinés aux services de renseignements,
et ses entreprises dont AREVA
 à arroser Aqmi, Ansar Dine ou les organisations terroristes.
(…)
 Conséquences au Mali ?
 La remise en selle de ceux-là même
qui ont poignardé la République et trahi la nation.
»''
(RFI 
Diffusé le jeudi 31 octobre 2013 

A la Une : rançon, compensations et contreparties…



DERNIERE HEURE sur le site Pointblanknews.com ; "Le commandant de la United States Africa Command (AFRICOM) le général David Rodriguez est arrivé lundi au Nigeria avant le déploiement prévu de drones et engins de suivi précis par l'armée américaine contre les terroristes de Boko Haram."


On vient de découvrir la présence de 400 mercenaires Blackwater-Academi en Ukraine, les milices fascistes supplétives de l'armée US contre les peuples d'Ukraine.
LUNDI 12 MAI 2014Blackwater-Academi mercenaires des USA contre les peuples d'Ukraine « C'est une guerre par procuration » Jean-Jacques Bourdin avoue la vérité en se contredisant lui-même
On voit, en parallèle, se dérouler une délirante campagne mondiale en faveur de .... non pas 200 lycéennes, -comme les médias aux ordres tentent de la faire croire-, mais en faveur de Boko Haram.
Ce groupe de psychopathes ignares pseudo-musulmans vient de connaître, grâce à la manipulation de la femme du président des USA, une célébrité mondiale soudaine.

BRING BACK OUR GIRLS

Celle que les médias appellent "la première dame" - comme si être la compagne du président du 1° Etat terroriste du monde donnait droit à un titre particulier - est coutumière de la propagande utile à l'armée US. Après avoir été actrice d'un show télévisé destiné à offrir la rénovation d'une maison pour héberger quelques femmes "vétérans" devenues SDF, la voici aux premières loges de la propagande en faveur de Boko Haram

AFRICOM CHERCHE BASE - URGENT

On avait vu, pendant l'année de l'invasion du Mali par les troupes financées par la Suisse et par le Qatar et - selon les aveux du Nouvel Observateur - "aidées depuis 10 ans par la DGSE", le général Carter Ham de l'AFRICOM gesticuler en tous sens pour convaincre les pantins gouvernementaux des pays d'Afrique de devenir le site d'hébergement des troupes d'invasion US. Avoir son QG en Allemagne ne paraissait pas digne d'un véritable directeur de plantation esclavagiste.

L'OPERATION BRING BACK OUR GIRLS
 = PREPARATIFS DE L'INVASION DU NIGERIA

C'est une véritable invasion de l'Afrique que prépare cette abjecte campagne de propagande.
Quand ce sont plus de 7 millions de bébés morts dont sont coupables François Hollande, Barack Obama et leurs complices depuis deux ans, quand ce sont plus de 7000 bébés par jour qui meurent en Afrique, le sort de 200 lycéennes est devenu la priorité mondiale.
La semaine dernière, Kurt Nimmo sur le site infowars mettait en lumière une partie de la vérité :

Avant l'attaque, les médias de l'establishment rapportaient une annonce lundi délivré par l'administration Obama indiquant le projet des États-Unis d'envoyer des conseillers militaires, de renseignement et d'application de la loi au Nigeria pour aider le gouvernement à y localiser et de sauvetage de plus de 270 adolescentes enlevées par Boko Haram .Selon le Los Angeles Times , l'équipe ne sera pas utilisée à des fins militaires et coopérera avec les services d'enquête de renseignement dans la recherche pour retrouver les étudiantes kidnappées le 14 Avril dans école rurale dans le nord majoritairement musulman du Nigeria. Obama a déclaré que les enlèvements peuvent "mobiliser l'ensemble de la communauté internationale pour finalement faire quelque chose contre cette organisation horrible." En Octobre 2013, la secte Boko Haram avait été désignée par les USA comme groupe terroriste.En 2012, Obama a invoqué la "résolution des pouvoirs de guerre" (the War Powers Resolution  ) pour augmenter le nombre de militaires américains déployés au Nigeria. Le nouveau commandant du Commandement américain en Afrique (Africom) à l'époque, le général David M. Rodriguez, a déclaré les opérations de Boko Haram comme menaçant le Nigeria, le Cameroun, le Niger, le Mali et le Tchad. Rodriguez dit que les Etats-Unis avaient autorité en Afrique en réponse à la menace posée par Al-Qaïda.
(...)Cet article a été publié: mercredi 7 mai 2014 à 10:53 (traduction Google initiale)

UNE QUESTION: QUI FABRIQUE CES TERRORISTES ?

Une réponse est donnée par Radio-Colonies soi-même:
A la Une :

rançon, compensations et contreparties…

Frédéric CouteauAprès l’euphorie de la libération des quatre otages français d’Arlit, la question revient en boucle dans les médias français comme dans ceux du continent : y a-t-il eu paiement d’une rançon ? «Assurément, c’est une question qui fâche ou qui gêne, relève L’Observateur Paalga  au Burkina, et que certains ne voudraient même pas la voir évoquée par les journalistes. Et pourtant ! La libération, du jour au lendemain comme par l’effet d’un prodigieux enchantement, de personnes détenues pendant plusieurs années par des pirates du désert a de quoi intriguer (…). Va-t-on nous convaincre, s’exclame L’Observateur, que c’est pour les beaux yeux des présidents Mahamadou Issoufou et François Hollande que les kidnappeurs ont eu la surprenante générosité de renvoyer les captifs à leurs familles ? Où est-ce que parce que pris sous une pression quelconque ils ont dû se délester de colis encombrants ?» Non ! PourL’Observateur comme pour la plupart des médias africains, il y a bel et bien eu rançon. Tous reprennent l’information révélée par le quotidien français Le Monde hier qui affirmait que 20 millions d’euros avait été versés aux ravisseurs.
D’ailleurs, relève encore L’Observateur, «certains préfèrent le doux euphémisme de compensation, on ne va pas ergoter sur la sémantique, car rançon ou compensation, c’est du pareil au même !» Et le quotidien burkinabé de remarquer aussi que «la contrepartie peut prendre la forme de gain politique ou idéologique, ou de gages sécuritaires.»
Et c’est sans doute le cas, pour ce qui concerne Iyad Ag Ghali, le chef d’Ansar Dine. Iyad Ag Ghali qui, selon certaines sources, aurait récupéré les otages Français après la mort d’Abou Zeid. Pour Le Républicain  à Bamako, «l’impunité a été garantie au chef d’Ansar Dine en échange des otages.» Le Républicain qui s’appuie sur le fait qu’un proche de Iyad Ag Ghali, Hamada Ag Hama, dit Abdelkrim le Targui, a été au centre des négociations pour la libération des otages. Toujours d’après le quotidien malien, une réunion se serait tenue en septembre dernier «à Gharous Khayoum, à une quarantaine de km de Kidal, où tous les Commandants de Iyad Ag Ghali étaient présents», ainsi, rapporte le journal, que des Français. «Etaient-ils de la DGSE ou des Forces Serval ?», s’interroge Le Républicain. En tout cas, d’après lui, c’est lors de cette réunion que le sort des otages s’est joué, avec sans doute l’assurance d’une rançon ou d’une compensation et d’une impunité pour le chef d’Ansar Dine. Commentaire désabusé du quotidien bamakois : «alors que la question terroriste est toujours actuelle au nord Mali, Hollande autorise ses services à travers les Fonds destinés aux services de renseignements, et ses entreprises dont AREVA à arroser Aqmi, Ansar Dine ou les organisations terroristes. (…) Conséquences au Mali ? La remise en selle de ceux-là même qui ont poignardé la République et trahi la nation.»
Ce même 31 octobre, le site RFI, dans un autre article (signé RFI) était encore plus direct sur l'implication du président français dans le financement des terroristes islamofascistes

Ex-otages français d'Arlit: questions sur l'implication d’Iyad Ag Ghaly

par mediaPhoto d'Iya Ag Ghaly, le chef d'Ansar Dinetherevealer.org
Les questions restent nombreuses après la libération des quatre otagesd’Arlit mardi 29 octobre et parmi celles-ci le paiement d’une rançon. Malgré le démenti de l’Elysée, plusieurs sources évoquent le versement d’une somme de 20 millions d’euros. L’autre question est le rôle de Iyad Ag Ghaly. Le chef d’Ansar Dine, ex-rebelle touareg des années 1990, aujourd'hui islamiste et leader charismatique dans sa région d’Abeibara au nord de Kidal. Est-il lié à la détention et la libération des quatre Français?
C’est par le biais d’Abdelkrim le Targui que Iyad est lié aux otages d’Arlit. En septembre 2010, lors de l’enlèvement des sept Français, Abou Zeid n’est pas seul, assure une source sécuritaire malienne. Il y a aussi Abdelkrim, le seul touareg à la tête d’une katiba d’Aqmi. Abdelkrim est un cousin de Iyad , les deux hommes sont intimement liés. Dans les années 1990, Abdelkrim est l’imam de la mosquée de la Dawa fondée par Iyad à Kidal. A la création d’Ansar Dine, Abdelkrim mettra ses combattants au service de son parent."

RECEL D’ENLÈVEMENT QUALIFIE D’HÉRITAGE

Certes, le caractère propagandiste de ce site RFI et de cette radio est très net dans le paragraphe suivant. On y apprend que le recel d'enlèvement crapuleux peut devenir un prétexte à financement, mais à la condition que le receleur de crime ait été désigné afin qu'il "hérite" des otages.
"A la mort d’Abou Zeid, en mars dernier, les deux hommes héritent des otages français. Des otages qui n’étaient pas cachés loin, assurent plusieurs bons connaisseurs du secteur. Juste de l’autre côté de la frontière en territoire algérien, au nord de Bourassa là où les Français ne risquent pas de s’aventurer sans le feu vert d’Alger. Des otages qui, au fil des mois, vont devenir une planche de salut pour Iyad, une monnaie d’échange contre des garanties d’impunité pour lui et ses hommes."

UNE "IMPUNITÉ QUI INTERROGE
SUR LES OBJECTIFS DE SERVAL"
AVOUE UN OFFICIEL FRANCAIS


Quant à la conclusion, un véritable journaliste honnête aurait dit la vérité. Telle que celle que RevActu met en lumière depuis janvier 2012 : c'est une fausse guerre dont le prétexte a été fourni par les milices supplétives MNLA et Ansar Eddine dans une attaque de Ménaka et Aguel Hoc coordonnée par le président du Mali ATT et la DGSE.
"Une fois de plus, Iyad a gagné sur tous les tableaux, estime un officiel malien qui constate quelque peu dépité le récent retour à Kidal des combattants d’Ansar Dine. Un retour en toute impunité qui interroge sur les objectifs de Serval affirme cet officiel qui rappelle que la mission des forces étrangères au nord du Mali est la lutte contre les groupes terroristes."

10 000 MERCENAIRES TERRORISTES ISLAMOFASCISTES
 PAYES PENDANT 3 ANS PAR HOLLANDE :
20 MILLIONS D'EUROS

20 MILLIONS D'EUROS pour des terroristes payés au niveau des salaires Bolloré, cela permet de financer 10 000 terroristes.
Pour 40 mois de salaire Bolloré, il faut compter 40 fois 50 euros, soit 2000 euros.
Le coût d'un terroriste pour 3 ans d'activités mercenaires au compte de la Franceàfric esclavagiste est donc de 2000 euros.
Pour 1000 terroristes, le coût devient donc de 2 millions d'euros.
Les 20 millions d'euros versés par François Hollande à ses pantins islamofascistes peuvent donc servir à payer 40 mois de salaires, plus de 3 ans de salaires à un groupe de 10 000 mercenaires.
Telle est la stricte vérité !

QUANT AU DÉROULEMENT RÉEL DES FINANCEMENTS:
LA VÉRITÉ ÉMERGE PEU A PEU

Il faut reprendre le premier article de RFI pour découvrir quels sont les acteurs réels sur le terrain du financement des groupes terroristes : en plus du Qatar islamofasciste, la totalité des gouvernements compradores d'Afrique sont mouillés dans la combine. Le but étant de perpétuer l'esclavage des Africains à 50 euros par mois.
"Le rôle de NiameyAutre interrogation : qui a versé la rançon ? Le site d’information Guinée Conakry Infos   croit savoir que c’est le Niger qui a joué les intermédiaires. «En effet, relève-t-il, on se demande bien quel rôle autre Niamey a joué dans libération de ces otages pour mériter toute la gratitude que François Hollande lui a témoignée. (…) Visiblement, on a voulu que le président nigérien soit mis au centre de l’événement. On a voulu qu’il en récolte les bénéfices politiques et que son pays puisse de même redorer son blason terni justement par la capture des employés d’Areva. Il se trouve que ce genre de coups de com’ ne s’offrent pas gracieusement. On imagine donc, avance Guinée Conakry Infos, que pour préserver une certaine crédibilité, la France a dû demander à Niamey de faire face à la rançon. Ce que Mahamadou Issoufou ne pouvait raisonnablement pas refuser, au regard des dividendes escomptés.»
Algériens et Qataris ?Par ailleurs, les Algériens et les Qataris auraient également joué un rôle dans cette libération… C’est ce qu’affirme le quotidien algérien El Watan  . «Il y a deux mois, précise-t-il,les Qataris, qui entretiennent de bonnes relations avec les mouvements salafistes en Syrie et en Libye, sont intervenus à la demande des Français, et sont entrés en contact avec des cadres d’Ansar Eddine, affirme une source sécuritaire algérienne. Pour montrer leur bonne volonté, les autorités maliennes ont arrêté leurs recherches contre 20 combattants d’Ansar Eddine. Cette décision a été interprétée comme un premier pas pour le chef du mouvement, Iyad Ag Ghaly», rapporte encore El Watan. Et «pendant ce temps, les Algériens, qui voient toujours d’un mauvais œil l’intrusion du Qatar dans les affaires maghrébines, ont aussi mené une opération parallèle.»El Watan ne précise pas laquelle.
Voilà, cela fait beaucoup d’hypothèses et de scénarios… Saura-t-on un jour la vérité ?"

La vérité, il suffit de vouloir la connaître !
Et donc de relier les fils les uns aux autres.
Quant à Boko Haram, l'article de infowars cité précédemment donnait d'intéressantes précisions

"En 2012, le Nigerian Tribune a rapporté que le financement de Boko Harm a été attribuée au Royaume-Uni et l'Arabie saoudite, en particulier du Fonds fiduciaire Al-Muntada. En 2005, le Centre de politique de sécurité a déclaré: «Al-Muntada a, par ailleurs, été particulièrement actif dans la promotion de l'islamisme version wahhabite au Nigeria ... Al-Muntada ... paie pour "laver le cerveau" des clercs nigérians dans les universités saoudiennes et pour s'imposer aux musulmans nigérians à travers son réseau de mosquées et d'écoles bien financées ".Des écoles similaires, connues comme les madrassas, ont été établis au Pakistan pendant la guerre secrète de la CIA contre l'Union soviétique en Afghanistan. Elles ont été financées par l'Arabie Saoudite et son réseau d'organismes de bienfaisance. "Entre 1982 et 1992, quelque 35 000 musulmans radicaux venus de 43 pays islamiques au Moyen-Orient, Afrique du Nord et de l'Est, l'Asie centrale et l'Extrême-Orient passaient leur baptême du feu avec les moudjahidine afghans», écrit Phil Gasper . Les moudjahidines afghans ont finalement produit al-Qaïda et les talibans.En plus du soutien par les Saoudiens, Boko Haram a reçu une aide indirecte de l'OTAN par les mercenaires d'Al-Qaïda de la Libye. "Lors d'une interview menée par Al-Jazira Abou Mousab Abdel Wadoud, le chef d'AQMI stipule que les organisations basées en Algérie ont fourni des armes au mouvement Boko Haram au Nigeria" pour défendre les musulmans au Nigeria et arrêter la progression d'une minorité de croisés. Il reste très documenté que les membres d'Al-Qaïda (AQMI) et le Groupe islamique combattant libyen (GICL) qui ont combattu les rebelles libyens reçus directement des armes et un soutien logistique de pays de l'OTAN pendant le conflit libyen en 2011 ", écrit Nil Bowie .AQMI et Boko Haram, cependant, posent moins de menace en Afrique que la Chine fait. "Les Etats-Unis et la France envisagent de contrer la menace avec le gouvernement fantoche de l'Afrique qui pose un défi à l'influence économique et diplomatique de la Chine dans la région", écrit Timothy Alexander Guzman .Le Nigeria est le 13ème plus grand producteur de pétrole dans le monde. D'autres ressources naturelles de la nation ouest de l'Afrique comprennent le gaz naturel, l'étain, le minerai de fer, le charbon, le calcaire, le niobium, le plomb, le zinc et les terres arables."Les gouvernements américain et français veulent se garantir que la nouvelle direction chinoise ne va pas continuer ses relations bénéfiques avec les pays africains riches en ressources qui ont été un succès dans le passé. Par conséquent, la «guerre contre le terrorisme» va créer l'instabilité et perturber la croissance économique de la Chine. Mission de l'AFRICOM est de créer la guerre au nom de la lutte contre le terrorisme et c'est ce que les «intérêts de sécurité nationale des États-Unis» en Afrique est vraiment ".

4° GUERRE CONTRE L'AFRIQUE


C'est de la 4° guerre contre l'Afrique qu'il s'agit : après la Côte d'Ivoire, le Mali, la Centrafrique voici maintenant le Nigeria.
On a failli voir le Togo subir le même sort après l'annonce de l'irruption de "terroristes islamistes" au Bénin.
Mais ce coup-ci, les adversaires de Gnassingbé et de Ouattara éclatèrent de rire !
Et les coupeurs de mains béninois furent rangés dans leur boite par la DGSE.
Agissons pour que les esclavagistes agissent de même au Nigeria !
Que Obama et Hollande rangent leurs marionnettes Boko Haram !


LIRE AUSSI

Libération des otages: qui a payé?

Par , publié le 

Les quatre otages français d'Arlit sont libres. Une telle libération sans rançon ou contrepartie semble inenvisageable. Areva, les services de renseignement français, le Niger... Qui a pu mettre la main à la poche? Le point sur les différentes pistes. 


En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/politique/liberation-des-otages-qui-a-paye_1295644.html#Qv4mWIVGT3tKjrLm.99x

LIRE AUSSI

Mali: ce que révèle l'assassinat des journalistes de RFI

Par , publié le 

L'enlèvement et le meurtre de Ghislaine Dupont et de Claude Verlon témoignent de l'insécurité qui règne dans l'extrême nord-est du pays. 


En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/monde/afrique/mali-ce-que-revele-l-assassinat-des-journalistes-de-rfi_1296259.html#6lwUr7PS6T6ZCJdZ.99

LIRE AUSSI sur BAMADA

Iyad Ag Ghali blanchi par la France après sa contribution à la libération de ses otages

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire