Subscribe in a reader

translate/traduction

Pages vues depuis décembre 2009

jeudi 23 juillet 2015

RDC 1500 jeunes de 9 à 15 ans futurs terroristes islamofascistes endoctrinés dans 3 camps sous protection de l'ONU (un scandale dénoncé par AED association de "droit pontifical")



par Yanick Toutain
23/7/2015

" « Nous avons eu accès à un ensemble de documents montrant la nature de ces camps. Les rapports montrent des soldats brandissant des fusils et surveillant des enfants âgés de neuf à quinze ans, habillés en tenues militaires pour effectuer des exercices militaires. Les images que nous avons vues sont très inquiétantes ».
Les garçons sont répartis sur au moins trois camps situés dans les montagnes de Ruwenzori, dans l’est de la RDC.
Ils ont été aperçus en tenues de camouflage
alors qu’ils faisaient des exercices militaires sous la surveillance de soldats armés.
Le rapport décrit comment plus de 
soixante filles sont entassées dans ces camps,
obligées de porter la burqa et préparées à se marier avec des combattants islamiques.
"



Au Mali, c'est François Hollande qui, en octobre 2013, a versé les 20 millions d'euros pour endoctriner les jeunes Maliens et en faire des futurs terroristes dans l'école de "petits combattants du jihad" de Iyad Ag Ghali.
Au Congo RDC , c'est l'ONU qui protège 3 camps de 1500 enfants de 9 à 15 endoctrinés par les agents du terrorisme islamofasciste international.
VENDREDI 20 FÉVRIER 2015
"Lors de leur rencontre, Iyad Ag Ghali, fondateur du groupe Ançar Eddine, parle au journaliste de la charia et lui fait visiter une école où de jeunes garçons sont penchés sur le Coran. « Nous formons ici les petits combattants du jihad », lance-t-il."Il n’est pas en ce moment dans sa villa à l’aéroport, mais campe dans une tente spacieuse à 65 km de la ville », ajoute Paul Hyacinthe Mben, sans dire à quelle date il l’a rencontré, précisant seulement avoir été conduit sur place par des jihadistes armés." -Mali Actu
L'association "de droit pontifical" AED créée par le religieux catholique Werenfried van Straaten qui dénonce ce scandale se plaint de l'absence de réaction de ce qu'elle appelle "communauté internationale"
Les évêques catholiques de la Province Ecclésiastique de Bukavu, dans l’est de la RDC, ont adressé en mai dernier une lettre ouverte au Président du pays, à l’ONU et aux responsables internationaux pour dénoncer la montée du fondamentalisme djihadiste dans une région traditionnellement dominée par le christianisme et où il y avait jusqu’à présent très peu de musulmans. Maria Lozano conclut : « Cela fait déjà un mois que la Conférence épiscopale a adressé un appel pressant au Président de la République Démocratique du Congo  et à la communauté internationale, mais personne n’a réagi».
Mais que ce soit au Mali, en Côte d'Ivoire ou en République Démocratique du Congo, certains n'ont pas compris : la bankoslavoisie a chargé le Qatar et l'Arabie Saoudite de mater les Africains !

LA 4° GUERRE CONTRE L'AFRIQUE :
TERRORISTES ET OCCUPATION ONU


C'est un complot : la fabrication massive de terroristes islamofasciste est la seule solution que la Franceàfric et l'USAfric ont trouvé pour justifier leur invasion du continent africain.
Comme au Mali, on verra demain les impérialismes prétexter la folie de ces jeunes terroristes pour envoyer des troupes les assassiner comme ils l'ont fait avec les bandes de Iyad Ag Ghali et les milices qataris enrôlées au Nord-Mali.
En l'état actuel des informations qui circulent sur les murs de la résistance africaine, tous ce qui est énoncé factuellement dans l'article de l'AED apparaît comme crédible et avéré.
Des sites comme Oeil d'Afrique ont repris l'information. (RDC : 1 500 enfants victimes de la barbarie islamiste sous les yeux de l’ONU)


RDC : l’AED dénonce des camps djihadistes pour enfants
Des camps d’entraînement au djihad, rassemblant près de 1.500 enfants d’à peine neuf ans, ont été découverts en République Démocratique du Congo. Les sources locales dénoncent le rôle de l’Onu à ce sujet.

Monusco – les troupes de l’Onu ont leur camp basé ici à Walungo où elle ont fait un centre islamique.
Des sources proches de l’AED – qui ne peuvent être mentionnées pour des raisons de sécurité – ont révélé que des jeunes étaient emmenés dans des camps où ils étaient brutalisés et endoctrinés par une milice islamiste. Réagissant à ces révélations, Maria Lozano, vice-directrice des communications de l’AED, déclare : « Nous avons eu accès à un ensemble de documents montrant la nature de ces camps. Les rapports montrent des soldats brandissant des fusils et surveillant des enfants âgés de neuf à quinze ans, habillés en tenues militaires pour effectuer des exercices militaires. Les images que nous avons vues sont très inquiétantes ».
Les garçons sont répartis sur au moins trois camps situés dans les montagnes de Ruwenzori, dans l’est de la RDC. Ils ont été aperçus en tenues de camouflage alors qu’ils faisaient des exercices militaires sous la surveillance de soldats armés. Le rapport décrit comment plus de soixante filles sont entassées dans ces camps, obligées de porter la burqa et préparées à se marier avec des combattants islamiques.
Un des camps est situé à Medina, à environ 80km de la ville de Beni, région dans laquelle près de 500 personnes ont été tuées dans une série de massacres qui ont eu lieu depuis octobre 2014 jusque maintenant. Maria Lozano poursuit: « Nous sommes très inquiets pour les enfants, car ils ont été attirés dans la rue avec la promesse d’échapper à la pauvreté. Certains sont orphelins, mais d’autres ont quitté leurs familles après avoir été trompés par des recruteurs qui leur avaient fait miroiter l’espoir de pouvoir étudier au Proche-Orient, en Europe ou au Canada. Selon les informations dont nous disposons, les filles sont contraintes au mariage ou sont traitées en esclaves sexuelles ».
Implication de l’Onu ?
Les sources proches de l’AED établissent un lien entre la soudaine émergence de camps djihadistes et les forces de maintien de la paix des Nations Unies et sont préoccupées par le fait qu’elles sont complices des camps, ou alors elles s’abstiennent intentionnellement de prendre des mesures contre ces derniers. Ces sources soutiennent que certains membres de la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la Stabilisation de la République Démocratique du Congo (MONUSCO) sont des fondamentalistes musulmans pakistanais qui, pendant leur temps libre, mettent en place des écoles coraniques et travaillent sur des chantiers de construction des mosquées. Les contacts de l’AED ont affirmé que des mosquées ont été construites même dans des zones où pratiquement aucun musulman ne vivait.
Maria Lozano ajoute : « Les gens ne se sentent pas protégés par les soldats des Nations Unies ; les informations que nous avons reçues indiquent qu’ils soutiennent les camps djihadistes, ou au moins qu’ils ne réagissent pas à l’endoctrinement des enfants, ni au traitement barbare qu’ils subissent ».
Montée du fondamentalisme djihadiste dans une région traditionnellement chrétienne
Selon le Journal of International Organizations Studies de 2014, vingt-huit des quarante-quatre mosquées (63%) de la région de Medina, en RDC, ont été construites entre 2005 et 2012. Des rapports ont établi que le nombre de musulmans dans l’est de la RDC était passé en quelques années de 1% à 10%.
Les évêques catholiques de la Province Ecclésiastique de Bukavu, dans l’est de la RDC, ont adressé en mai dernier une lettre ouverte au Président du pays, à l’ONU et aux responsables internationaux pour dénoncer la montée du fondamentalisme djihadiste dans une région traditionnellement dominée par le christianisme et où il y avait jusqu’à présent très peu de musulmans. Maria Lozano conclut : « Cela fait déjà un mois que la Conférence épiscopale a adressé un appel pressant au Président de la République Démocratique du Congo  et à la communauté internationale, mais personne n’a réagi».
Cette entrée a été publiée dans ActualitéafriqueHomepage, avec comme mot(s)-clef(s) ,. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.


FIN DE L'ARTICLE AED

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire