Subscribe in a reader

Pages vues depuis décembre 2009

mercredi 29 novembre 2017

Togo: 8 héros de fiction pour soutenir les 3 jours de manifestations #GnassingbéDégage, de Lomé à Kara, de Sokodé aux diasporas (29 novembre. au 2 décembre)


par Yanick Toutain
REVACTU

29 novembre 2017


Valère Kwamé DN pédagogie
Rosa Traoré DIN justice C CASS
Alexandra Katthabi DD pédagogie
Amilcar Thomas DID Santé chirurgie
Patrice Biko DC sécurité commandant
Aminata Olympio DIC santé médecin spécialistes
Somé Zerbo DB sécurité sous off
Simone Charles DIB pédagogie
8 personnages fictifs dont on va suivre l'agenda pour comprendre l'articulation des institutions de l'humanocratie, les CDR Sankara en version 2017
Parmi ces huit personnages – dont on décrira la journée de travail au présent – ils sont donc trois à être devenus membres du Comité National Provisoire de la Révolution Togolaise (CNPRT) Valère Kwamé , Rosa Traoré et Alexandra Katthabi. Avec 77 autres délégués députés ils sont membres de l’instance de direction qui a succédé aux institutions esclavagistes de Bolloré-Macron-Trump-Gnassingbé.
En tant que déléguée intermédiaire nationale (DIN) Rosa Traoré, l’ex marchande de légumes, est de surcroît une des 16 membres du comité exécutif du Togo, comme l’est aussi Valère Kwamé d’ailleurs. Celui-ci est non seulement l’un des 16 membres du comité exécutif mais aussi à être en même temps l’un des trois membres du bureau exécutif.( Le comité exécutif est formé de 13 Délégués DIN et de 3 délégués nationaux DN)



LIRE AUSSI

SAMEDI 25 NOVEMBRE 2017

Togo Manifs 29, 30 novembre, 2 décembre Le projet des 3 larbins d’Alpha Condé venus prendre leurs ordres à Paris VS le programme CDR Sankara et le projet de gouvernement provisoire CNPRT au Togo



Par Yanick Toutain
REVACTU
25 novembre 2017

Installer sur tout le Togo
25 comités de Zones Urbaines Provisoires
 formés de 2000 délégués conseillers
 (environ 80 délégués conseillers par ZUP)
avec pour chaque comité, un comité exécutif (CE-ZUP) de 16 membres DID,
et un bureau exécutif (BE-ZUP)
 de 3 membres délégués députés
 – ainsi membres du comité national.
Installer sur tout le Togo pour chaque comité (comités de quartiers/villages, comités de ZUP et comité national) une commission justice, une commission sécurité, une commission santé, une commission pédagogie et une commission économie (cette dernière composée principalement de délégués pédagogie)

Si vous partagez les propositions du programme sankariste CDR, lisez ce livre en le téléchargeant gratuitement en PDF sur Google Drive
Cliquez sur le lien ou sur l'image
http://goo.gl/gVrbAP



Pendant que la population togolaise est une nouvelle fois, aujourd'hui 29 novembre, à défiler dans les rues du Togo, cette première publication d'une série de fiction à vocation pédagogique est un soutien politique pour aider la formation de 50 000 CDR de base d'adultes et de 25000 CDR de base de jeunes.
Vous pouvez lire le compte-rendu de cette manifestation sur le blog #IpEaVaEaFaF

UA Abidjan, Macron complote avec le dictateur du Togo pendant que le peuple manifeste pour 3 jours " Gnassingbé Dégage"

Par Julie Amadis
#IpEaVaEaFaF
le 29/11/2017











Au moment où le larbin des patrons esclavagistes français Bolloré and co, le Président français Emmanuel Macron vient humilier les Africains au Burkina hier en côte d'Ivoire aujourd'hui puis au Ghana, les Togolais sont en révolution contre le dictateur sanguinaire envoyé par la France Faure Gnassingbé.


Prologue :

Valère Kwamé professeur d’université à Lomé mais qui habitait toujours Kara, Rosa Traoré qui avait fait des études de droit avancées mais qui était devenue marchande de légumes sur les marchés de Kara, Alexandra Katthabi, femme de paysan, elle avait créé bénévolement une association d’alphabétisation à la campagne (sur les méthodes de Paulo Freire pour les paysans du Brésil) hors des structures de l’État togolais, Amilcar Thomas chirurgien de Kara, Patrice Biko un officier militaire fils de paysans de la région de Kara– qui soutenait la révolution depuis des années clandestinement - , qui avait le rang de lieutenant mais que la révolution fera monter de niveau, Aminata Olympio femme médecin spécialiste en maladie tropicales et en collecte de savoirs ancestraux, Somé Zerbo qui était paysan mais aussi membre des groupes de sécurité pendant les manifestations et Simone Charles qui avait été recrutée comme adjointe par Alexandra Katthabi dans son association d’alphabétisation, tous ces huit personnes étaient membres d’un même CDR de base.


Ce qui précède est une fiction pédagogique institutionnelle. Tous les personnages sont imaginaires. Leurs noms ont bien évidemment été forgés à partir des patronymes de héros de la révolution africaine et anti-impérialiste. (par exemple Rosa Luxembourg dénonçant l’impérialisme allemand)

Parmi ces huit personnages – dont on décrira la journée de travail au présent – ils sont donc trois à être devenus membres du Comité National Provisoire de la Révolution Togolaise (CNPRT) Valère Kwamé , Rosa Traoré et Alexandra Katthabi. Avec 77 autres délégués députés ils sont membres de l’instance de direction qui a succédé aux institutions esclavagistes de Bolloré-Macron-Trump-Gnassingbé.
En tant que déléguée intermédiaire nationale (DIN) Rosa Traoré, l’ex marchande de légumes, est de surcroît une des 16 membres du comité exécutif du Togo, comme l’est aussi Valère Kwamé d’ailleurs. Celui-ci est non seulement l’un des 16 membres du comité exécutif mais aussi à être en même temps l’un des trois membres du bureau exécutif.( Le comité exécutif est formé de 13 Délégués DIN et de 3 délégués nationaux DN)


Valère Kwamé DN pédagogie
Rosa Traoré DIN justice C CASS
Alexandra Katthabi DD pédagogie
Amilcar Thomas DID Santé chirurgie
Patrice Biko DC sécurité commandant
Aminata Olympio DIC santé médecin spécialistes
Somé Zerbo DB sécurité sous off
Simone Charles DIB pédagogie
8 personnages fictifs dont on va suivre l'agenda pour comprendre l'articulation des institutions de l'humanocratie, les CDR Sankara en version 2017

On remarquera que le fonctionnement de l’humanocratie, en tant que structures panstitutionnelles formées de délégués révocables ne valide en aucune façon les votes opérés dans de grandes réunions. Le fonctionnement des parlements esclavagistes est totalement absurde. Et d’ailleurs, les véritables décisions sont prises en coulisses. Les Assemblées Nationales et les Sénats ne sont formés que de godillots n’ayant jamais l’occasion et la volonté de se singulariser en votant selon leur conscience. Les comités formés de plus de 30 personnes ne se réunissent jamais. Il est impossible d’avoir un débat sérieux en regroupant autant de gens. Si chaque participant expose ses arguments pendant quatre minutes, il faut déjà attendre 120 minutes de plus (deux heures) pour ajouter le moindre argument supplémentaire.
Et donc, toute structure de plus de 30 membres doit former des groupes de cinq en désignant,
dans chaque groupe, un Délégué exécutif non statutaire (DENS)
C’est donc, dans ce cas, un groupe de six personnes qui débattra et prendra la décision. Une décision qui engagera évidemment les trente membres du comité.

EMPLOI DU TEMPS DES COMITES ET COMMISSIONS CNR-Togo


La description de ce qui va suivre est tout autant valide pour un comité national, (comité de Faso) pour un comité national provisoire, que pour un comité régional, un comité de ville ou un comité de quartier.
On va d’ailleurs dupliquer le texte pour chaque niveau.
La seule différence c’est le nombre de délégateurs ayant désigné les délégués en question.
Naturellement, les nombres indiqués correspondent à un instant t et se modifieront en permanence en fonction du nombre de délégateurs.
On a ici la description faite pour un nombre de 80 membres du comité plénier. Et donc de 1,25 millions de délégateurs pour la révolution togolaise.
Toute augmentation de 10 % du nombre de délégateurs entraînant mécaniquement une augmentation de 10 % du nombre des participants aux réunions décrites ci-dessous


ORGANISATION DE 25 ZONES URBAINES PROVISOIRES

(Chaque zone urbaine provisoire doit regrouper environ 1/25° de la population du Togo et donc environ 320 000 personnes.
Quand la fusion Togo-Bénin-Ghana aura constitué un Éwé Faso, ce seront environ 3 à 4 ZUP (Zones Urbaines Provisoires) qui seront fusionnées pour former une région des 4 régions togolaises du Faso réunifié.
Chaque zone urbaine provisoire doit donc réunir 1/25° du seuil de légitimité (4 % de 1,25M) soit 50 000 délégateurs.
(on rappelle que le seuil de légitimité est supérieur au nombre de bulletins de votes revendiqués par le dictateur Gnassingbé)

Dans chaque zone urbaine provisoire on aura donc comme objectif immédiat la désignation par 50 000 délégateurs de 3 DD (délégués députés), 13 DID (Délégués Intermédiaires Députés), 64 DC (délégués conseillers), 320 DIC (délégués intermédiaires conseillers), 1600 DB (délégués de base), 8000 adjoints (dont 4000 scribes de base) et 40 000 correspondants.
On notera que les 3 délégués députés de chaque ZUP siégeront principalement dans la capitale comme membres des commissions de secteurs. (en compagnie des autres DD des différentes ZUP du pays.
On notera de la même façon que les 16 DID délégués intermédiaires députés de chaque ZUP siégeront eux aussi principalement dans la capitale comme membres des sous-commissions de secteurs. (en compagnie des autres DID des différentes ZUP du pays).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire