Subscribe in a reader

Pages vues depuis décembre 2009

samedi 18 janvier 2014

Sting et la corruption innovoise (Compromission avec les Parasites de la bancocratie)

par Yanick Toutain


J'étais, pour la ixième fois en train d'étudier l'équation de Galilée-Newton.

 a/2 t²

La distinction entre vitesse immédiate et vitesse moyenne quant à l’accroissement donnée par l'accélération.
En même temps, je venais d'étrenner le casque audio à 5 euros qui allait me permettre d'entendre d'anciens YouTube stockés sur le mini ordinateur (150€ d'occasion) que j'utilise pour bosser.
Et je venais de faire un copier coller.
J'écoutais donc chanter Sting et Josh Groban (avec Chris Botti (in Boston))

« Shape of my heart » « I know that the spades are the swords of a soldier, I know that the clubs are weapons of war, I know that diamonds mean money for this art, but that's not the shape of my heart. »
Pensée : il y a bel et bien des innovois au sein de la strate des Innovants.
Mais quel gâchis !
Quel fonctionnement stupide que celui qui organise la corruption des Innovants les plus diffusé !

J'avais fait, hier, la remarque à JA qui découvrait le film « LeCapital » de Costa-Gavras, qu'il y a une sorte de traîtrise de la part de certains Innovants corrompus, lorsqu'ils accoquinent avec la bourgeoisie. Traîtrise vis-à-vis de leur propre strate.

(présentation du film de Costa-Gavras sur le "Robin des Bois moderne qui prend aux pauvres pour donner aux riches sur le site de .... Bloomberg  )




BANCOCRATIE ET INNOVOISIE:
PARASITES ET INNOVANTS

En effet, la corruption innovoise a pour résultat de laisser croire aux Parasites (et en particulier aux banquiers du film) qu'ils pourraient avoir quelque chose de commun avec des Créateurs en art, avec des Inventeurs de logiciels ou des Découvreurs (quoi que la corruption des Découvreurs par la bourgeoisie Parasite soit moins profonde).
Voir des inutiles absolus – les Parasites de la bancocratie - trouver un semblant d'auto-crédibilité est insupportable.
En effet, les banquiers sont des “plus qu'inutiles”. Ils le sont puisqu'ils même lorsque ils ne sont pas occupés à financer des choses inutiles ou carrément destructrices du genre humain - comme les armes ou les outils cataclysmiques - (incluant outils carbone, nucléaire etc...), ils sont des inutiles.
Car même quand – de façon minoritaire – leur argent sert à quelque chose qui pourrait contenir de la productivité historique, le fait que cela soient eux, et pas les humains, le fait ce cela soit le crédit et non pas le financement anthropocratique* (les 300€ ou 400$ versés chaque mois) qui fasse les versement en question est anti-productif*.



Ce texte a été écrit le 13/1/14 à partir de 13h
Il y a depuis 2 post scriptum : un autre texte “La fanfare du Titanic” et, surtout, hier et aujourd'hui 18/1, la découverte (à paraître) d'une équation modélisant le lien entre les niveaux de PIB moyen par pays et les niveaux de mortalité.
Cela permettra (en cours de travaux) de calculer le niveau de “crime consumériste” de ces innovois corrompus. A terme x euros consommés en plus du PIB moyen rendra coupable de X morts de bébés.




COMPLEMENTS
*”anti-productif” : Il me vient que cet espèce de néologisme qui m'est venu spontanément à la place de “contre-productif” contient autre chose. Le “contre-productif” serait local et momentané. Le “anti-productif” serait structurel et durable. Le fait de voler aux humains leur droit à investir a aussi comme conséquence de leur désapprendre à la faire. Ce n'est pas seulement une question de mauvais choix, c'est aussi une question d' “accumulation de capital humain innovant/gestionnaire”
Il faut que les humains apprennent, dès le plus jeune âge (1€ par jour, 1,3$/d ) à investir est quelque chose de fondamental.
Et il est donc ANTI-productif de prendre des mesures qui empêchent les êtres humains à apprendre à le faire.
Les banquiers ne sont pas seulement contre-productifs avec leurs choix d'investissement imbéciles, ils sont anti-productifs.
Il faudra revenir sur ce “pré-concept” et le lisser pour le conserver éventuellement.


18/1 "financement anthropocratique" néologisme publié pour la première fois ici. Il remplace "investissement démocratique" à cause de la véritable étymologie du mot "démocratie". Un mot qu'il faut dénoncer comme paravent des esclavagistes.

mercredi 9 octobre 2013

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire