Subscribe in a reader

Pages vues depuis décembre 2009

samedi 8 décembre 2012

"Quand on parle des morts, ils seront trois millions" un poème 2008 par Yanick Toutain (publication originelle sur Causeur)

http://www.causeur.fr/une-tragique-comedie#comment-2381
Copie de mon texte publié sur le site d'Elisabeth Lévy

  1. Yanick Toutain a dit le 26 février 2008

    Quand on parle des morts, ils seront trois millions
    Trois millions de bébés pour une Occupation
    Les sources sont très fiables et visibles à l’INED
    Ils vont mourir bientôt les victimes d’une aide
    L’aide présidentielle au nommé Bolloré
    Réduits sont les salaires et troupes occupées
    A régner la terreur, soutien aux dictateurs
    Les Déby, les Biya tuent grâce aux protecteurs
    Encore deux jeunes, samedi, qui sont morts !
    Les balles au Cameroun assassinent encore.
    Pour protéger le règne au pays asservi
    Pour une éternité aux limites infinies.

    Mais cet infini-là, sera comme Cantor
    La croyance finie de tous ceux qu’on endort
    Il faut se réveiller, entrer en polémique;
    Il faut bien démasquer les mots de France-à-fric
    Il faut que les bébés, avant l’âge d’un an,
    Aux morts annoncées, aux cris désepérants,
    Soient enfin reconnus, tous, comme des victimes
    De la bande Sarkozy-Bolloré, les crimes !
    Et là, la propagande infame pour les contes
    Et le cannibalisme et les meurtres sans honte
    Dont ils abreuvent les petits de maternelle
    Chaperons rouges victimes de criminels
    Shoah de parrainage pour les cauchemars
    Cette terreur pour enfants n’est pas un hasard !

    Chaperon rouge ou la Shoah
    Pour oublier le crime du jour
    Pour oublier l’armée là-bas
    8200 les morts du jour

    Shoah, histoire d’un cannibale
    Qui terrorise les enfants
    Un loup Hitler, il faut le mal
    Et la terreur les angoissant

    Chaperon rouge ou la Shoah
    Sont les consignes officielles
    En 42 collabora
    Tout un Etat, le mouton bèle !

    Shoah, les lâches tapent les enfants
    Et leur racontent des cauchemars
    Pour oublier ceux des vivants
    Qui vont mourir
    ………… demain
    ………… ce soir

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire