Subscribe in a reader

translate/traduction

Pages vues depuis décembre 2009

mercredi 16 décembre 2015

José L. Mene Berre insulte les activistes pro CDR Sankara et fait la pub de la Suisse terroriste financier du MNLA. Sa "Fédéralitude" est une arme de guerre anti-CDR Sankara



par Yanick Toutain
REVACTU
16/12/2015


José L. Mene Berre passe ses journées à faire la promotion de la Suisse - un modèle de démocratie pour lui.
Il appelle à une "Fédéraliotude"
Mais en réalité, il n'est qu'un Oncle Tom de service collabo des impérialistes. Il vient de tomber le masque en insultant les activistes pro CDR Sankara .
Il suffit de lire ses étrons sur la page Charte pour le Gabon pour voir de quoi est capable ce collabo.


Le lecteur mal informé devrait commencer par lire ceci

Mali. La Suisse finance la rébellion touareg

Publié le 


Le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) a participé à l’organisation et au financement d’une réunion politique des rebelles touaregs indépendantistes du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) les 25, 26 et 27 juillet à Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso, a appris Le Temps auprès de sources concordantes. Organisée dans le cadre de la médiation de la Cédéao (Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest), cette rencontre devait permettre au bureau politique du MNLA de clarifier ses revendications en vue d’un règlement politique de la crise dans le nord du Mali.
Cependant, comme l’atteste le communiqué de presse final du mouvement, le débat portait également sur des enjeux de politique interne, avec l’adoption de ”dispositions urgentes pour l’atteinte des objectifs du MNLA”.
Directeur de recherche émérite au Centre national de la recherche scientifique à Paris (CNRS), spécialiste de la zone sahélo-saharienne et des populations touaregs, André Bourgeot s’en étonne : “Le MNLA revendique, comme objectif principal, une partition territoriale non reconnue internationalement et qu’une immense majorité des populations du septentrion malien ne veut pas. Il dit avoir tenu ces discussions afin d’y parvenir. Je suis surpris par l’implication politique du DFAE, les autorités suisses étant officiellement neutres. Cela équivaut à une caution politique.”
Selon la synthèse des travaux de cette rencontre que Le Temps a pu se procurer, les discussions ont également porté sur la propagande à mener auprès des différentes communautés du nord du Mali. Des ordres ont été donnés pour restructurer le bureau politique. Plusieurs cadres du MNLA, menacés de radiation pour des prises de position jugées non conformes à la ligne directrice du mouvement, ont été placés sous stricte surveillance pour une durée d’un an.
Deux représentants du DFAE étaient présents à cette réunion, en ouverture et en clôture de session, mais pas durant les débats que suivait un conseiller technique du ministère burkinabé des Affaires étrangères. ”Ils nous ont dit que la Suisse était là pour promouvoir la paix dans cette région du monde. Ils nous ont encouragés à poursuivre sur cette voie”, révèle Moussa Ag Assarid, porte-parole du MNLA. Dans son discours, le président du mouvement rebelle touareg, Bilal Ag Acherif, a même chaleureusement remercié le “gouvernement fédéral suisse”  pour son travail de “facilitation”.

Vo
us comprendrez ensuite pourquoi ces preuves créent la colère chez l'Oncle Tom du gouvernement suisse

"Dans mon besoin de trouver une solution pour l’Afrique, j’ai entrepris volontairement en 2007 des recherches en sciences politiques. Mon attention a été attirée pour la première fois par les États dits « fédéraux ». J’ai découvert qu’ils n’étaient pas organisés comme le sont majoritairement les États postcoloniaux africains. Puis après avoir examiné tous les systèmes politiques, je suis tombé un jour sur les textes traitant du système suisse : la gouvernance collégiale, la présidence tournante, la démocratie directe, la subsidiarité, la protection des minorités linguistiques, etc. Je me suis littéralement converti au fédéralisme et particulièrement au fédéralisme suisse ! J’ai réalisé que c’est le système qui répond le mieux aux problématiques africaines !
Maintenant, pour tous ceux qui croient encore que l’Afrique est dans l’impasse, je veux leur dire « ayez foi dans le fédéralisme suisse ». Mais « avoir la foi ce n’est pas être aveugle, c’est être visionnaire » (Jack Canfield)"









1 commentaire:

  1. Tiens, en voilà un qui fait gratuitement la publicité de José Berre et celle du mouvement la #FEDERALITUDE.
    Comme il n'y a pas de mauvaise publicité... voici la preuve que la jalousie et la méchanceté peuvent servir indirectement les bonnes causes.
    Merci !!!!

    RépondreSupprimer