Subscribe in a reader

translate/traduction

Pages vues depuis décembre 2009

jeudi 17 septembre 2015

DIENDERE DEGAGE ! putschistes RSP-CDP DEGAGE ! Ni CDP NI ZIDA NI KAFANDO Que le peuple forme des CDR de base et désigne des délégués 1 pour 25 ! C'est le peuple qui doit prendre le pouvoir avec un CNR sankariste

Le RSP vient d'annoncer qu'il prend le pouvoir ! Il faut RESISTER en FORMANT DES CDR de base 1 pour 25 NI RSP NI ZIDA NI KAFANDO


Il ne s'agit pas de redonner le pouvoir aux putschistes du 31 octobre, aux voleurs de la révolution du 30 octobre 2014.
Il ne s'agit pas de redonner le pouvoir à Zida ni à Kafando. Ce sont les voleurs de la révolution du 30 octobre 2014.
L'urgence c'est que le peuple occupe les rues, les places, à commencer par la place de la révolution à Ouagadougou. Que le peuple prenne le pouvoir dans tout le Burkina Faso.
C'est l'HUMANOCRATIE SANKARISTE qui doit être la réponse au putsch du RSP - garde prétorienne de 1300 militaires de Compaoré.
La grève des syndicats doit commencer IMMEDIATEMENT avec un appel à désigner des DELEGUES REVOCABLES
25 = 1 délégué de base
625 = 1 délégué conseiller
15625 = 1 délégué député
400 000 = 1 délégué national
Le grouvernement doit être un CNR, un Conseil National de la Révolution sankariste uniquement formé de délégués nationaux issus des CDR
Et chaque délégué national doit être sous le contrôle permanent de 25 délégués députés révocables


FACE AU PUTSCH DU RSP IL FAUT DESIGNER DES DELEGUES DE CDR
1 DELEGUE POUR 25
NI RSP NI ZIDA NI KAFANDO !


 QUE LE PEUPLE PRENNE LE POUVOIR !
1 pour 25 FORMEZ DES CDR
TOUT LE POUVOIR AU CNR !
3° REVOLUTION SANKARISTE


BurkinaFaso coup d'Etat confirmé. La RSP annonce la dissolution du gouvernement et des institutions. #Iwili — alexandre lette (@lettegubert) 17 Septembre 2015


LES PUTSCHISTES ONT FAIT CETTE PROCLAMATION
Proclamation du Conseil National pour la DémocratieAujourd’hui 17 Septembre 2015, les forces patriotiques et démocratiques alliant toutes les composantes de la nation et réunies au sein du Conseil National pour la Démocratie (CND), ont décidé de mettre un terme au régime déviant de la transition.Instauré à la suite de l’insurrection victorieuse du peuple des 30 et 31 Octobre 2014, le régime de transition s’est progressivement écarté des objectifs de refondation d’une démocratie consensuelle.La loi électorale taillée sur mesure pour des individus et décriée par les instances et les hommes de droit, se dresse alors, comme un outil de négation des valeurs de notre peuple fondée sur l’esprit de justice, d’équité et de tolérance. Cette loi a créé une division et une grave frustration au sein du peuple, érigeant deux catégories de citoyens.Malgré les recommandations fortes des chefs d’Etats de la CEDEAO, malgré une condamnation ferme de la Cour de justice de la CEDEAO, enjoignant au Burkina Faso de lever tous les obstacles à la libre participation des candidats aux élections, le Conseil Constitutionnel va être instrumentalisé pour violer cette décision internationale.La démocratie, c’est le droit de tout citoyen d’être électeur et d’être éligible ! La loi portant statut général des personnels des Forces Armées Nationales et celle portant code de l’information ont été promulguées à des fins personnelles et pour museler la presse. Cette transition s’est également illustrée par des arrestations arbitraires en négation des règles de droit faisant le lit d’une justice sélective au service des vainqueurs.Dans un contexte sécuritaire sous régional caractérisé par le terrorisme et le grand banditisme, la question militaire a été politisée et instrumentalisée. Les propositions de l’armée visant un traitement adéquat des questions en suspens ont fait l’objet d’engagements solennels au plus haut niveau qui n’ont pas été respectées : le but ultime étant de créer une crise factice permanente au sein des forces de défense et de sécurité.Nombre d’acteurs de cette transition se sont illustrés par des comportements aux antipodes des règles de bonne gestion de la chose publique. Peuple du Burkina, patriotes et démocrates amis du Burkina, l’intervention du CND a pour but principal d’enclencher un processus cohérent, juste et équilibré devant conduire à la mise en place d’un système institutionnel robuste. Ancré sur les principes cardinaux de la démocratie comme l’égalité politique devant la loi, la libre expression politique et l’alternance, ce système institutionnel sera le socle du développement socioéconomique partagé du Burkina Faso.Pour faire place à cette exigence, les mesures immédiates suivantes sont prises :1. Le Président de la Transition est démis de ses fonctions ;2. Le gouvernement de transition est dissout ;3. Le Conseil national de transition est dissout ;4. Une large concertation est engagée pour former un gouvernement qui se dévouera à la remise en ordre politique du pays et à la restauration de la cohésion nationale pour aboutir à des élections inclusives et apaisées.Le CND voudrait également rassurer la communauté régionale et internationale, les partenaires au développement de sa détermination à respecter les accords qui engagent le Burkina Faso. Peuple du Burkina, le Conseil National pour la Démocratie appelle tous les Burkinabè à soutenir activement et massivement dans un esprit de tolérance et de solidarité, le processus de reconstruction politique engagé dans le calme, la discipline et le travail.QUE DIEU PROTÈGE LE BURKINA FASO.Le Conseil National pour la Démocratie (CND). (source)





par Yanick Toutain
REVACTU
17/9/2015

‪#‎PutschRSP‬ ‪#‎BurkinaFaso‬ Il faut que le peuple aille PRENDRE LE POUVOIR Place de la Révolution en FORMANT des ‪#‎CDR‬ de 25 et en désignant des ‪#‎déléguédebase‬
le ‪#‎RSP‬ doit OBEIR à un CNR ‪#‎sankariste‬
http://revolisationactu.blogspot.fr/…/il-ny-pas-deux-burkin…


COUP D'ETAT CONFIRME ce matin
17/9


Zida et Kafando renversés par le RSP. Les voleurs de la révolution du 30 octobre arrêtés en plein conseil des ministres par leurs ex-complices

Hier il ne fallait pas soutenir Zida
Les vrais sankaristes appellent le peuple
à PRENDRE LE POUVOIR en formant des CDR
C'est vers 16h30 l'après-midi du 16 septembre 2015 (14h30 à l'heure de Ouagadougou) que les deux voleurs de la 2° révolution burkinabè Zida et Kafando ont été arrêtés par leurs ex-complices de la garde prétorienne de Compaoré, le sinistre RSP dont les chefs étaient Diendéré l'ami des terroristes et Zida, l'ami du Balai Citoyen.... et des terroristes du Mali.








Les deux pantins Franceàfric avaient été nommés à ce poste par l'ambassadeur de France.
Concernant Zida, c'est Hervé Ouattara Sams'K le Jah Hervé Kam et la clique du Balai à Chiottes qui l'avaient désigné au moment de la victoire de la révolution.
Hervé Ouattara: "Au départ, nous avons
voulu inciter Gilbert Diendiéré,
lui-même, à perpétrer un coup d’Etat.
On a discuté entre nous et finalement, c’est nous qui avons gagné. Sams’K Le Jah et Hervé Kam, qui sont arrivés plus tard, étaient dans la même logique que Smockey et moi. Finalement, nous avons dit à Zida de prendre ses responsabilités" (source)




Depuis 27 ans et 15 jours, une dictature assassine dirigeait le Burkina Faso de Thomas Sankara
En février et en avril 2011, le tyran meurtrier Blaise Compaoré avait vu la jeunesse puis les militaires se dresser contre sa dictature assassine de Justin Zongo et de tant d'autres.
En janvier 2012, le tyran organisa avec ses complices Sarkozy, ATT, Qatar, MNLA, Iyad Ag Ghali et sous l'égide de Bassolé une invasion islamofasciste au Nord Mali.
Le Mali était le première étape d'un complot qui devenait amener les pantins de la DGSE jusqu'à Ouagadougou.
Ce sera chose fait à la mi-2012 : Iyad Ag Ghali était installé au 11° étage de l'hôtel Laïco par Bassolé et Compaoré.
Ce n'est donc pas pour le 25° anniversaire de l'assassinat de Thomas Sankara que le tyran aura été renversé.... mais 2 ans et un mois plus tard : le 30 octobre 2014


Ce sont les 1300 voyous du RSP qui avaient été le bras armé qui avait permis à la clique Zida et à ses alliés du Balai Citoyen d'empêcher la formation de CDR et de construire un CNR rétablissant la légalité des institutions du Faso.
Ce sont en effet le CNR, les CDR et les tribunaux TPR qui avaient été renversés le 15 octobre 1987 par ces même criminels de la clique Compaoré.


La cause de ce putsch apparent serait
le « rapport de la Commission de réconciliation nationale dont l’une des recommandations demande de redéployer le RSP et de le décharger de la sécurité du Président du Faso. » (Burkina24)
Très rapidement, la page Facebook du Balai ex à chiottes appelait la population à se rendre sur la place où ils avaient volé au peuple cette révolution à aller
MOBILISATION GÉNÉRALE A LA PLACE DE LA REVOLUTION POUR SAUVER KOSYAM PRIS EN OTAGE PAR LE RSP ET DIRE NON AU COUP D'ÉTAT EN COURS !!!!TOUS A LA PLACE DE LA REVOLUTION !!!!
Le Balai, aux ordres de l'ambassade de France se portait au secours de Zida une nouvelle fois !

LA REPONSE SANKARISTE : FORMEZ DES CDR
ET FORMER UN GOUVERNEMENT DU PEUPLE
SANS ZIDA NI KAFANDO ET EN METTANT TOUS LES MILITAIRES SOUS LES ORDRES DU CNR SANKARISTE

Ce à quoi la réponse sankariste était
Yanick Toutain #PutschRSP #BurkinaFaso Il faut que le peuple aille PRENDRE LE POUVOIR Place de la Révolution en FORMANT des #CDR de 25 et en désignant des #déléguédebasele #RSP doit OBEIR à un CNR #sankariste http://revolisationactu.blogspot.fr/.../il-ny-pas-deux...


Il ne s'agit pas de défendre Zida ou Kafando


18h (Ouagadougou 20h France) Trois heures après l'annonce de l'irruption de la bande de Diendéré dans le conseil des ministres – qu'ils avaient mis en place le 30 octobre 2014 – on n'a toujours aucune précisions sur ce que les putschistes réclament.



18h.Des organisations de la société civile ont entamé un meeting à la Place de la Révolution où de nombreux Burkinabè sont mobilisés pour demander au Régiment de sécurité présidentielle (RSP) de libérer le Président du Faso et le Premier ministre.Aux environs de 17h, le président du CNT, Cheriff Sy, a fait une déclaration remise à la presse dans laquelle il appelait les Burkinabè à la mobilisation. 
Burkina24

Mais c'est quasiment aucune information détaillant ce qui se passe n'est donnée par aucun médias internationaux ou locaux.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire