Subscribe in a reader

translate/traduction

Pages vues depuis décembre 2009

mardi 6 septembre 2016

"L'Afrique et le sous-développement" Publication commentée du texte de Ibrahima Coulibaly


Commentaire Yanick Toutain
du texte Ibrahima Coulibaly
REVACTU 5/9/2016

Nous devons lutter et 
nous devons avoir à l'esprit que les Comités de défense de la révolution, c'est le courage, le courage politique 
et surtout le courage face à nos responsabilités.
Nous ne sommes pas CDR simplement pour crier des slogans.
Nous sommes CDR pour conscientiser, pour poser des actes, pour produire.
C'est pourquoi nous devons bannir de nos manifestations les slogans creux, les slogans lassants,
 inutilement répétitifs et finalement irritants.
On arrive à des manifestations, on vous crie 25 fois 
« La patrie ou la mort, nous vaincrons ! » : 
ça commence à être un peu trop ! 
[Rires] 
surtout quand ce n'est même pas accompagné 
d'une belle explication militante.
C'est une répétition.
Non ! Les CDR-magnétophone, de côté !
 [Applaudissements] 
On improvise des slogans pour meubler le temps.
Alors «les voleurs, à bas ! Les menteurs, à bas ! A bas !» 
[Rires] 
Ce n'est pas bon ! 
Nous devons marquer la différence avec les troupes d'animation folklorique
Thomas Sankara.




Ce texte n'appelle pas à former des CDR
Ce texte n'appelle pas les Africains à se grouper par 25 pour désigner des délégués de base.
Ce texte n'appelle pas à respecter les institutions de la révolution du 4 août 1983 qui peut être considérée comme l'installation d'un territoire libéré.
Et donc, en conséquence, comme ayant installé au Burkina Faso les institutions de libération VALABLES sur la totalité du continent africain.
Ce texte n'appelle pas à des délégués de base, des délégués conseillers, des délégués députés, des délégués nationaux, des délégués internationaux ni à des délégués mondiaux pour sauver la planète.
Ce texte n'appelle pas à des délégués justice, des délégués pédagogie, des délégués sécurité ni des délégués santé
Ce texte n'appelle pas à l'Africation de l'économie, à l'abolition de la proprité de l'immobilier
Ce texte appelle pas à l'abolition du Franc CFA. Mais sans proposer d'alternative


L'AFRIQUE ET LE SOUS-DÉVELOPPEMENT
 SITUONS LES RESPONSABILITÉS




Aujourd'hui, il est important de constater que l'Afrique est le continent le plus pauvre bien que regorgent les 1/3 des potentialités en ressources du sous-sol.C'est aussi le continent le plus enclin aux guerres, à la famine, ce qui traduit son retard par rapport aux autres continents.Dans le classement des pays sur la base des critères comme les IDH(indices de Développement humain) les pays africains arrivent loin, derrière les pays occidentaux. De ce fait, il me semble utile de situer les responsabilités pour qu'enfin nous puissions sortir de cette impasse. Dans les lignes qui suivent , je m'essayerai à cet exercice,même si je n'arrive pas à le faire dans les règles de l'art.
A mon avis, le problème de l'Afrique aujourd'hui c'est les Africains mais encore plus les occidentaux.
Le constat oublie de signaler que les esclavagistes divisent par 20 les salaires des Africains.
C'est le premier constat.
La valeur des exportations africaines est donc, elle aussi, divisée par 20.
#A)Le sous développement de l'Afrique incombe d'abord aux africains qui ne s'organisent pas assez pour faire face à leur destin.Ils sont le plus souvent complices , directement ou non des maux qui minent l'Afrique. Voici quelques raisons :
Accuser l'Africain au lieu d'accuser la formoisie et la proto-formisie compradore est la première erreur causale de ce texte.
Nos états refusent ou n'arrivent pas à s'unir pour parler d'une même voix, acceptant ainsi le suicide individuel.
Il n'existe aucun Etat en Afrique Franceàfric.
Juste des para-Etats sous la botte de la DGSE.
Ceux qui ont voulu en créer ont été assassinés : Olympio, Sankara ou été victimes d'attaques continuelles comme Sékou Touré.
C'est pourquoi vous verrez que chaque fois qu'un patriote africain s'engage dans la lutte pour la liberté de son pays et du continent africain en général, il est vite assassiné: SANKARA, N'kruma, Lumumba et les autres anonymes.
Exact
Nos états prennent pour vrai tous ce que l'occident nous propose. Prenons l'exemple sur la gouvernance démocratique . Regardez comment elle est pratiquée en Afrique. C'est une grande escroquerie. Ce n'est ni plus ni moins qu'un système de néocolonialisme moderne, maquillée au goût des temps modernes. Certains de ses principes sont contraires aux réalités africaines et ne sauraient contribuer au développement de notre continent. Elle prône l'alternance qui veut qu'un leader au pouvoir, en phase avec aspirations de son peuple soit remplacé au bout d'un temps.Son successeur, imposé le plus souvent par une puissance occidentale ne vient que pour veiller à ses propres intérêts et bien évidemment à ceux de son maître (piller les ressources de nos états). Elle prône aussi
les élections qui veulent que le président soit choisi par la voie des urnes. Des élections financées par les puissances occidentales qui imposent leur volonté au décompte final.Au cas échéant , bonjour au cycle infernal de la violence post élections. De nombreuses pertes en vies humaines, la destruction de biens acquis au prix de sacrifices qu'il faudra restaurer. Des endettement auprès d'eux à coût de milliards pour reconstruire.Une dette assortie de conditions abjectes pour nous maintenir sous leur domination.
Tout est vrai.
Mais alors.... pourquoi passer sous silence les institutions sankaristes de 1983 à 1987 ?

#B) le problème du sous développement de l'Afrique c'est encore plus les occidentaux, la France en particulier:
Elle nous impose nos dirigeants, bon gré mal gré. Pour cela, elle ourdie des complots ( rébellions armées, bases militaires) sur le sol africain soit pour défaire nos chefs d'état ou protéger ses intérêts;
Elle exploite nos ressources naturelles de façon dérisoire. Le plus souvent, nos états gagnent à peine 10 à 20% sur l'exploitation de leur ressources minières;
Elle a le contrôle de l'économie de nos états à travers le franc CFA et son compte des opérations.
Comme souvent dans les textes formois, la division par 20 des revenus est passée sous silence.
Voilà un peu située, de façon non exhaustive certaines responsabilités qui expliquent le retard du continent africain.
Il appartient à l'Afrique et aux africains d'ouvrir l'œil et le bon. Arrêtons les débats stériles pour nous consacrer aux vrais problèmes qui minent l'Afrique.
Autant le faire !
La vraie alternative au développement du continent africain, c'est l'émergence d'une nouvelle élite capable, à même de forcer la main à la vieille élite qui refuse d'admettre que le développement du continent peut se faire avec ou sans l'occident. 
Nous y voilà !!
Une nouvelle élite !!!
Comme Jacob Zuma en haut de sa colline avec les villas de ses femmes ?
NON NON ET NON !
Il faut des éléments d'avant-garde... pas des éléments d'élite
Ou prétendus tels !!!
Les africains ne doivent pas avoir peur du changement.Pour cela il faut opter pour la rupture avec les anciennes méthodes qui n'avaient que pour objet de nous maintenir dans l'esclavage moderne. Osons le changement. Cela passe par:

La peur du changement, je la vois dans 85% de ce texte.
Pas un mot sur les conquêtes de Thomas Sankara !!
VOICI des MESURES DU CHANGEMENT

MERCREDI 30 MARS 2016


Projet de panstitution mondiale (version 1.6.3) (liste de règles rendant illégales toutes constitutions antérieures et ultérieures)

Projet de panstitution mondiale
(liste de règles rendant illégales toutes constitutions antérieures et ultérieures)

prologue : les délégués ayant mis en place les prototypes de panstitution ont été assassinés par les partisans de la démocratie constitutionnelle : de Spartokos assassiné par la clique Crassusaux délégués députés (1 pour 15000) de la Commune de 1871 assassinés par la clique Adolphe Thiers, des délégués conseillers révocables (1 pour 500) de la révolution du 7 novembre 1917 assassinés par l'auteur de la Constitution de 1936 -Joseph Dougachvili alias Staline - aux délégués de base (1 pour 25) de la révolution espagnoles assassinés par le général Franco avec l'aide des partisans des constitutions des USA, de France et de Grande-Bretagne.... on voit que les pro-constitutions ne sont que des assassins noyant dans le sang toute autre fonctionnement institutionnel.
La dernière grande tentative d'instauration de panstitution - au Burkina Faso à partir de la révolution du 4 août 1983 - s'est interrompue brutalement le 15 octobre 1987. Et l'on a vu surgir après la proto-révolution du printemps 2011, des groupes pro-constitutions missionnés dans toute l'Afrique par l'Europe impérialiste afin d'empêcher tout retour desinstitutions panstitutionnelles énoncées par Thomas Sankara, Valère Somé et leurs camarades et qui auraient normalement dû être respectée dès le soir du 30 octobre 2014 quand le dictateur constitutionnel a été renversé par la population en colère.
De la même façon, on a vu récemment la décision de la dictature constitutionnelle européenne interdisant toute possibilité de révocation d'un élu en Ukraine être complétée par l'envoi et le financement de néo-nazis dans ce pays accompagnés d'agents clandestins de la CIA et même d'une ministre citoyenne des USA fraîchement naturalisée ukrainienne pour la circonstance.
1) Repenser nos systèmes de gouvernance étatiques. Une gouvernance qui soit en phase avec les aspirations de nos peuples,adaptée au contexte africain. Arrêtons de prendre pour vraie et sans discernement tous ce que l’occident nous propose.
Ce sont des MOTS
Alors que les CDR ont existé pendant 4 ans !

2) Créer une fédération des états africains, une monnaie africaine et une banque centrale africaine.Jeter le franc CFA dans les poubelles de l'histoire. Revoir les termes des anciens accords signés par la France dans tous les domaines. Les rendre gagnant-gagnant ;
Gagnant gagnant ?
Les Français ont tout à gagner à ne PLUS RIEN VOLER et donc à MULTIPLIER PAR 20 leurs IMPORTATIONS provenant d'Afrique
20 FOIS PLUS DE VALEURS
Ce sont 20 FOIS plus de VALEURS pour les EXPORTATIONS FRANCAISES vers l'Afrique
Ce texte ne le dit pas.
L'Afro n'est pas mentionné.
Mettre en place une monnaie CAPITALISTE en Afrique serait une VRAIE CATASTROPHE
3)Exiger de la France tout de suite et maintenant notre indépendance,la vraie . celle qui nous rendra plus libre sur le plan de l'économie, de la sécurité et de la souveraineté. Plus d'ingérence française dans les affaires internes de nos états. Démantèler les bases militaires étrangères sur notre continent;
Encore une grosse naïveté !
C'est une REVOLUTION ANTI-ESCLAVAGISTE qui doit NETTOYER la FRANCE de sa PUANTEUR BOLLORE SARKOZY HOLLANDE
4)Etc.....
Posons nous les vraies questions pour trouver les bonnes réponses.Pour chuter, je dois dire que la vraie issue pour l'Afrique, c’est le retour au panafricanisme authentique tel que enseigné par nos devanciers. Ils nous ont laissé un lourd héritage. A nous de l'exploiter convenablement pour honorer leurs mémoires et aspirer au développement. Il ne s’agit pas de réinventer la roue. C'est la seule voie de la liberté.
Tout cela ne sont que des MOTS
On sent l'idéologie de classe formoise ici. Celle du Balai Citoyen , celle du PCRV , celle des maoistes droitiers de Côte d'Ivoire.
On ne voit rien de la flamme égaliste de SANKARA
VIVE L'AFRIQUE LIBRE
VIVE LES AFRICAINS
EN AVANT POUR LE CHANGEMENT
LA PATRIE OU LA MORT NOUS VAINCRONS
COULIBALY Ibrahima
Sankara a déjà répondu aux CDR magnétophone

LUNDI 23 MARS 2015


Thomas Sankara: "Non ! Les CDR-magnétophone, de côté !" "Nous ne sommes pas CDR simplement pour crier des slogans "on vous crie 25 fois La Patrie ou la Mort"

Présentation 2015
par Yanick Toutain
RevActu
 23/3/15


"Tout ce que nous avons réalisé au Burkina Faso, sous la révolution, nous l'avons réalisé grâce aux CDR en premier lieu."  
Thomas Sankara 4 avril 1986
"Nous ne sommes pas CDR simplement pour crier des slogans. 
Nous sommes CDR pour conscientiser, pour poser des actes, pour produire. 
C'est pourquoi nous devons bannir de nos manifestations les slogans creux, les slogans lassants, inutilement répétitifs et finalement irritants. 
Thomas Sankara avril 1986."


Thomas avait le sens de l'humour.
Thomas était un égalitariste drôle.
Thomas Sankara a été assassiné par François Mitterrand, Jacques Chirac, Jacques Foccard, Félix Houphouet-Boigny, Mouammar Kadhafi, Félix Compaoré, Charles Taylor et des dizaines d'autres comploteurs de la CIA, de la DGSE etc... .

TUER THOMAS ET
DETRUIRE LES CDR A JAMAIS !
LE BUT DES ASSASSINS FRANCEàFRIC

Mais tuer Thomas n'était pas suffisamment !
Il fallut aussi tuer son programme, tuer ses analyses.
C'est le travail de certaines officines. A commencer par Bruno Jaffré, l'un des pires ennemis des CDR, un activiste au service de la Franceàfric de gauche. Avec ses complices de Survie, de CADTM etc.... organismes qui sont dans les coulisses du Balai à chiottes pro-Zida.

MERCREDI 3 DÉCEMBRE 2014

Mais, au-delà des saboteurs actifs du Balai Citoyen, on a aussi les saboteurs ignares, les perroquets des slogans magnétophones.
Thomas critiquait les CDR magnétophone.
Mais en 2015, si on a encore les magnétophones se prétendant sankaristes, ils ne font plus rien du tout pour construire des CDR...
Ils braillent "La patrie ou la mort" à longueur de pages Facebook.
Alors vous croisez un perroquet des CDR magnétophone..... sans CDR.... envoyez-le construire des CDR en participant au groupe CDR.


"ON VOUS CRIE 25 FOIS :
"LA PATRIE OU LA MORT NOUS VAINCRONS"
CA COMMENCE A ETRE UN PEU TROP"
 

On arrive à des manifestations, on vous crie 25 fois « La patrie ou la mort, nous vaincrons ! » : ça commence à être un peu trop ! [Rires] surtout quand ce n'est même pas accompagné d'une belle explication militante.C'est une répétition.

"LES CDR MAGNETOPHONE DE CÔTE ! "

Non ! Les CDR-magnétophone, de côté ! [Applaudissements] On improvise des slogans pour meubler le temps. 
Alors «les voleurs, à bas ! Les menteurs, à bas ! A bas !» [Rires] 
Ce n'est pas bon ! 
Nous devons marquer la différence avec les troupes d'animation folklorique. 
À certains spectacles, on trouve des scènes grossièrement montées où des camarades se livrent à des danses parfois obscènes, cela également n'est pas révolutionnaire. 
La révolution doit avoir sa pudeur.[Applaudissements] 
Il importe que nous critiquions le manque d'organisation dans nos manifestations. 
Si dans certains domaines, des victoires ont été remportées, ce n'est pas le cas dans d'autres domaines. 
Non ! 
Certaines cérémonies sont lassantes et sans donner raison aux ambassadeurs qui sont souvent absents de nos cérémonies, je comprends néanmoins qu'ils ne veuillent pas venir ! 
Eh bien, il faut écarter, et c'est très important, les formes de louanges qui sont des expressions de réflexes mal étouffés en nous, mal éteints. 
Par exemple, cette chanson : 
« Oh CNR, Thomas Sankara qu'il soit toujours le Président », 
ce n'est pas bons [Applaudissements] parce que quand on est Président, on est Président. 
On est Président, ou on ne l'est pas.[Applaudissements] 
Il faut que nous soyons clairs. 
Cette chanson n'est pas bonne. 
À ce rythme, dans un an, dans deux ans, eh bien nous allons nous retrouver dans certains festivals avec certaines troupes qui sont beaucoup plus entraînées à cela, et puis, peut-être, qui n'auront que ça à faire. 
Les Comités de défense de la révolution, c'est la production ! 
Certes s'il faut des thèmes de mobilisation, s'il faut des slogans ? 
Oui ! Il faut des slogans ! 
S'il faut des images, des symboles de la révolution, pour comprendre ! 
Oui ? 
il en faut. 
Nous n'hésiterons pas ! 
Mais nous ne devons pas mettre la forme avant le fond, et la révolution ne se mesurera pas au nombre de slogans et au nombre de ténors, de stentors dans les cris. 
Ce sera à autre chose, ce sera à la production. 
Il faut produire, il faut produire et c'est pourquoi, je salue le mot d'ordre de : 
« Deux millions de tonnes de céréales ». 
Notre pays produit suffisamment de quoi nous nourrir. 
Nous pouvons dépasser même notre production.


LIRE AUSSI

JEUDI 4 DÉCEMBRE 2014



"... beaucoup étaient venus pour fêter la disparition de ces fameux CDR.
Pourquoi les CDR ? Historiquement, vous savez que rien n'est plus faux que de dire que les CDR ont été créés au lendemain du 4 août 1983.
Les CDR ont été créés avec les premiers coups de feu qui ont été tirés ici.
Les CDR ont été créés le 4 août 1983, précisément.
[Applaudissements] Les CDR sont nés dialectiquement en même temps que la révolution au Burkina Faso.
[Applaudissement] Parce que, à l'instant même où nous avons prononcé le mot révolution dans ce pays, la nécessité de la défendre s'est fait sentir et celui qui parle de révolution sans prendre les dispositions pour protéger cette révolution commet une grave erreur et méconnaît les capacités de lutte, les capacités de destruction de la réaction.
Pour notre part, nous avons invité le peuple dans la nuit du 4 août, à se constituer partout en Comités de défense de la révolution parce que nous ne nous faisions pas d'illusion : la révolution allait être attaquée.
Elle l'a été, elle l'est et elle le sera.
Donc, les Comités de défense de la révolution l'ont été, le sont et le seront.
[Applaudissement] Rien de ce qui a été fait de positif sous la révolution n'a pu être réalisé sans les CDR.
Nous savons que nous CDR, nous ne sommes pas parfaits.
Nous le savons, mais nous continuons de rechercher dans ce monde les exemples de perfection.
Nous CDR, avons eu à exercer le pouvoir populaire.
Sur le plan politique, sur le plan économique, sur le plan militaire, sur tous les plans de la vie nationale, à tous les niveaux de la vie des Burkinabè, nous, CDR, sommes impliqués directement.
Il est donc important que nous comprenions que la marche correcte des CDR a une conséquence bénéfique et heureuse pour chacun de nous.
Se détourner des CDR, c'est se faire à soi-même du tort ; à moins que l'on ne soit en mesure de quitter le Burkina Faso.
Nous avons besoin des CDR et nous aurons toujours besoin des CDR quelle que soit la forme qu'un jour ils pourraient prendre.

"Nous ne pouvons pas accepter de mettre les CDR de côté.
Il n'y a pas deux Burkina Faso.
Il n'y a qu'un seul Burkina Faso : le Burkina Faso des CDR.
Il commence avec les CDR et finit avec les CDR.
[Applaudissements] C'est pourquoi, il faut que là où il n'y a pas encore des CDR qu'ils soient rapidement constitués.
Partout où se trouvent des Burkinabè, le premier réflexe doit être pour eux de constituer un Comité de défense de la révolution parce qu'ils sont et existent grâce à la révolution.
Et s'ils ne le font pas, ils vont à l'encontre de la révolution et il n'y a pas de raison qu'ils bénéficient des bienfaits de la révolution."



 Les menteurs provocateurs tel l'agent saboteur anti-CDR Bruno Jaffré agissent pour nuire à la révolution africaine.

Ceux qui publient les textes de Thomas Sankara ajoutent des commentaires puants, des titres diffamants etc etc.C'est le cas ici. Bruno Jaffré et son acolyte X ont ajouté un titre de critique stupide contre les CDR "L'abus de pouvoir doit être étranger aux CDR". Ces gens-là puent du cerveau. Ils sont les agents de la gauche franceàfric française. Agents de sabotage des CDR, agents de sabotage de la révolution africaine. Il faut les démasquer. Il faut surtout faire CIRCULER les VERITABLES TEXTES.
"Les CDR ont été créés le 4 août 1983, précisément.
[Applaudissements] Les CDR sont nés dialectiquement en même temps que la révolution au Burkina Faso."

Quand on lit ceci, on comprend le TRAVAIL DES SABOTEURS DU BALAI POUR EMPECHER LES CDR DU 30 OCTOBRE 2014

GRANDIR EN REVOLUTIONNAIRES
"Nous n'avons pas le droit, en tant que révolutionnaires, de considérer que les Pionniers doivent être tenus en marge de l'action révolutionnaire et n'être intégrés à notre action qu'une fois l'âge de 18 ans atteint.
Partout où des révolutionnaires sont concernés directement par la vie de ces Pionniers, ils devront prendre leurs responsabilités : encadrer, éduquer, conscientiser ces jeunes enfants afin qu'ils grandissent en révolutionnaires, qu'ils vivent en révolutionnaires et meurent en révolutionnaires.
[Applaudissements] Ainsi donc, comment ne pas féliciter, comment ne pas admirer ces jeunes enfants : l'orchestre la Voix des pionniers de Bobo-Dioulasso, les Petits chanteurs aux poings levés de Ouagadougou, les Petits danseurs du secteur 27 de Ouagadougou et du secteur 6 de Banfora qui se sont produits tout à l'heure ! Comment ne pas être encouragés ! Nous savons, dès lors que nous les voyons se produire, se manifester, que notre culture est en de bonnes mains.
Si seulement chacun de nous, à l'âge où nous étions comme ces enfants, avait appris et la musique et la maîtrise de notre culture, aujourd'hui Mozart serait une piètre célébrité à côté de nous."

TORTUES A DOUBLE CARAPACE, HIBOUX AU REGARD GLUANT, CAMELEONS EQUILIBRISTES
Hélas, nous avons grandi avec des défauts."
"Et puis, il me faut quand même dire à nos chers camarades anciens que s'il est vrai que la neige sur le toit n'implique pas qu'il ne fait pas chaud à l'intérieur, il faut comprendre qu'à l'intérieur même des anciens se trouvent des tortues à double carapace.
[Applaudissements] Il se trouve à l'intérieur des anciens des hiboux au regard gluant [Applaudissements], c'est-à- dire un certain nombre de caméléons équilibristes qui pensent et estiment que, comme au jeu de dames, la révolution vient de faire une ouverture très dangereuse dont ils vont profiter pour s'installer afin de retrouver leur sport favori : les intrigues, les complots, les règlements de comptes, les dénigrements, les calculs et que sais-je encore ! Il appartient d'abord prioritairement aux anciens de démasquer et de combattre ces mauvais anciens."

MOBILISER LES FEMMES DU MONDE ENTIER
nous faisons confiance à l'UFB pour que toutes les femmes, toutes nos femmes, toute femme et toutes les femmes du monde entier soient mobilisées.
La tâche est donc dure.
TPR TRIBUNAUX POPULAIRES DE LA REVOLUTION
 Le dernier Tribunal populaire de la révolution (TPR), le quinzième du genre, a été, lui aussi une consécration internationale de cette juridiction révolutionnaire.
[Applaudissements] Nous avons jugé et condamné des malfrats internationaux ! [Applaudissements] Nous avons osé faire ce que beaucoup n'ont pas osé faire.
Nous avons donc installé glorieusement les TPR parmi les formes de juridictions dont les peuples ont réellement besoin.




PLUS DE 1310 DELEGUES des CDR de tout le Faso se sont réunis  du 31 mars au 4 avril.
La source du texte suivant est une brochure publiée par le Secrétariat national des DR.

 DISCOURS DE CLÔTURE DE LA PREMIERE CONFERENCE NATIONALE DES CDR 4 Avril 1986

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire