Subscribe in a reader

translate/traduction

Pages vues depuis décembre 2009

mardi 10 mai 2016

Le 14 août 2011 le muezzin de la mosquée Doukouré Abidjan avait fait assassiner Aboubacar dit "Papa" un jeune musulman. Il l'avait pris pour un partisan de Gabgbo





par Yanick Toutain 
REVACTU
10/5/2016

"la famille du jeune a porté plainte mais il a été protégé et c'est resté sans suites" Source Résistance



DERNIERE HEURE : les résistants s'interrogent sur une SUBSTITUTION de TEMOIN





Au moment où le président du tribunal voyou CPI, Cuno Tarfusser menace les réseaux sociaux en leur interdisant de spéculer sur l'identité des (faux) témoins de l'accusation, remonte à la surface des événements criminels dont s'est rendu coupable le muezzin de la mosquée Doukouré.
Si les déductions logiques du blogueur Steve Beko sont avérées, c'est un assassin que le procureur Eric Macdonald est en train d'utiliser pour le complot au service des terroristes Soro-Ouattara.

Selon la résistance c'est la photo du faux témoin de la CPI
Sans doute le muezzin de la mosquée Doukouré à Abidjan
Naturellement, on attend que le procureur MacDonald convoque comme témoins les parents du jeune Aboubacar ainsi que les auteurs du crime.
On n'attend rien du tout !
C'est une bande criminelle CPI qui séquestre un président !
La justice est pour eux une vaste farce.
Selon la résistance :
la famille du jeune a porté plainte mais il a été protégé et c'est resté sans suites



VOICI LA COPIE EXACT DE CET ARTICLE PARU LE LENDEMAIN DU CRIME


Par la faute du muezzin de la mosquée du quartier ‘’Doukouré’’, située juste en face de cet autre quartier précaire dénommé‘’Yaosséhi’’, des jeunes musulmans de cette zone de la commune de Yopougon ont lynché à mort leur jeune coreligionnaire, Aboubacar, connu dans le quartier sous le nom de ‘’Papa’’. Selon des témoins de la scène, la victime qui souffre d’un palu aigu, aurait quitté le domicile familial, hier samedi 13 Août, aux environs de 22 heures pour, dit-il, « faire les cent pas » qui l’ont amené à se reposer dans la mosquée où il a passé sa dernière nuit sur terre. Nos sources ajoutent que le muezzin de la mosquée qui s’y est rendu, ce dimanche vers 5 heures du matin, a été effrayé par la présence du jeune homme qu’il a pris pour l’un des partisans de Gbagbo qui ont rendu la vie dure aux soldats de Ouattara, à l’ONUCI et à la Licorne dans la commune de Yopougon, après la chute de l’ex-chef de l’Etat, le lundi 11 Avril 2011. Le muezzin, pris de peur, ne s’est pas fait prier pour alerter les jeunes musulmans du quartier qui étaient déjà réveillés pour la prière de l’aube. Ceux-ci, sans hésiter, ont battu le jeune homme à mort. La famille de la victime qui l’a formellement identifié réclame, à présent, justice à la famille du muezzin de la mosquée de ce quartier précaire de Yopougon. Saisis de cette situation, des soldats de Ouattara qui se sont érigés en policiers, depuis l’installation forcée de Ouattara à la tête de ‘’Dioulabougou-cafouillagekro’’, par la France s’y sont rendu. A l’absence du muezzin, ils auraient interpelé et conduit au commissariat de police du 16ème arrondissement, l’un des responsables de la mosquée pour l’entendre sur ce meurtre qui est une preuve irréfutable de la persécution et des exécutions dont sont quotidiennement victimes les Ivoiriens qui se reconnaissent en Laurent Gbagbo.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire