Subscribe in a reader

translate/traduction

Pages vues depuis décembre 2009

vendredi 20 mars 2015

Zyed & Bouna: La procureure adj. de Rennes Delphine Dewailly demande la relaxe pour les 2 policiers un article par Abdourahmane Camara


présentation Yanick Toutain
 20/3/15 

Abdourahmane P. Camara a de bonnes raisons d'observer le comportement de la "justice" à Rennes. Son frère Abdoulaye Camara a été tué par des policiers havrais qui le menaçaient depuis plus d'un an. ("On aura ta peau !" Depuis plus d'un an, Abdoulaye Camara se disait menacé par la Brigade canine du Havre)
Il a donc de bonnes raisons de devenir blogueur et de dire une vérité que les médias locaux camouflent. Tel Paris Normandie (Havre Libre Havre Presse) protecteur du procureur menteur du Havre Francis Nachbar - un procureur voyou qui mentait dès les premières minutes de la pseudo enquête. Un Paris Normandie qui ment en protégeant les profs qui agressent les enfants des écoles ( à commencer par les profs agresseurs des écoles Valmy et Jules Guesde). Un Paris Normandie qui ment en diffamant "ce sont des fous" les activistes anti-violences à enfants.
Pour contrer la propagande colonialiste et OMERTA76 des médias locaux, un blogueur comme Abdourahmane P. Camara est un exemple pour les Havrais, un exemple pour les Français, un exemple pour les Africains. Il faut que chaque Terrien crée son propre blog et dise sa vérité. C'est aussi ce que pense Abdourahmane P. Camara. Son avant-dernier article avait pour titre : "
Comment faire un blog pour accuser honnêtement les coupables en signant nom+prénom"



Zyed & Bouna: La procureure adj. de Rennes Delphine Dewailly demande la relaxe pour les 2 policiers

par Abdourahmane P. Camara
 19/3/2015

Une nouvelle fois, un procureur refuse la justice. A Rennes pour Zyed et Bouna, c'est la même chose qu'au Havre pour mon frère Abdoulaye, il n'y a aucune justice pour ces procureurs.



La procureure adjointe de la République de Rennes Delphine Dewailly a réclamé ce jeudi après-midi la relaxe pour les deux policiers jugés depuis lundi pour «non-assistance à personne en danger» après la mort de Zyed et Bouna dans un site EDF le 27 octobre 2005.Pendant les dix ans de la procédure judiciaire, le parquet avait systématiquement réclamé le non-lieu. Les deux policiers mis en cause, Sébastien G., 41 ans, et Stéphanie K., 38 ans, encouraient au maximum cinq ans de prison et 75.000 euros d'amende. (20 minutes à l'instant)

"JE NE DONNE PAS CHER DE LEUR PEAU "
(aveu du policier Sébastien Gaillemin par radio) 

Pourtant hier on avait eu la preuve par les messages radios
"Dans la matinée, la diffusion d’un message radio émis par le gardien de la paix à 17h33 le jour du drame avait pourtant jeté le trouble dans la salle. «En même temps, s’ils entrent dans le site EDF, je ne donne pas cher de leur peau», indiquait alors Sébastien Gaillemin. «J’ai prononcé ce message pour attirer l’attention. C’est une réflexion fort maladroite et j’en suis désolé mais ce n’était que l’expression orale d’une pensée parmi plusieurs hypothèses. Il y avait plusieurs directions de fuites possibles pour les jeunes», assure le policier en pleurs. (20 minutes hier)
 Ce drame avait retenu l'attention des médias
Fin du procès vendredi
Ouvert depuis lundi devant le tribunal correctionnel Rennes, le procès a passé l'affaire au crible depuis l'intervention de la police sur un chantier de Livry-Gargan le 27 octobre 2005 à 17h21, qui avait mis en fuite un groupe de jeunes. Bouna Traoré, 15 ans, Zyed Benna, 17 ans, et Muhittin Altun, 17 ans et seul rescapé du drame, avaient alors pris la fuite jusqu'à un cimetière de Clichy-sous-Bois avant d’enjamber le mur d’un site EDF.A 18h11, Bouna et Zyed mouraient électrocutés dans un local du site abritant une réactance, Muhittin étant quant à lui grièvement blessé. Le drame de Clichy-sous-Bois avait provoqué trois semaines d’émeutes dans les banlieues françaises.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire