Subscribe in a reader

Pages vues depuis décembre 2009

vendredi 20 septembre 2013

Après l'assassinat du musicien et activiste antifasciste grec Pavlos Fyssas par un pantin Aube Dorée mercenaire de la bourgeoisie mondiale, un article de Augustine Zenakos sur les différents responsables du meurtre

traduction automatique partiellement "améliorée" de l'article de Augustine Zenakos


THE PROBLEM IS THE GREEK GOVERNMENT, NOT ONLY GOLDEN DAWN
  3 COMMENTS







LE PROBLÈME EST LE GOUVERNEMENT HELLÉNIQUE, PAS SEULEMENT GOLDEN DAWN


Un torrent de publicité mondiale a suivi le meurtre du musicien de gauche Pavlos Fyssas par le militant d'Aube Dorée Giorgos Roupakias, il y a deux nuits. En Grèce, tout naturellement, la discussion est encore plus tendue. Mais ce qui manque dans cette discussion - en partie obscurci par le terrifiant, si mortellement retardé, la réalisation que ce gang de voyou est hors de contrôle et en partie constamment dissimulé par les médias courants - est qu'il y a un sens très profond dans lequel l'Aube D'or n'est pas "le problème"; le problème est plutôt cette coalition perverse "de modernisateurs socialistes" et des nationalistes d'extrême droite, qui dirigent la Grèce apparemment pour sauvegarder son "la perspective européenne". À côté des voyoux eux-mêmes, c'est le gouvernement grec qui doit porter la responsabilité entière non seulement pendant l'Aube D'or
Ce n'est pas Aube Dorée qui a créé des camps de concentration pour les immigrants. Les politiciens de centre gauche et de centre-droit les ont fait. Le projet de mettre en place les camps de concentration pour les immigrants, les toxicomanes et les personnes sans-abri avait d'abord été débattu au sujet de la Grèce pré-olympique, en 2004, dans le but d '«améliorer» l'image des rues d'Athènes. Les Jeux olympiques ont été planifiés par le gouvernement de centre-gauche de Kostas Simitis et a eu lieu pendant le gouvernement de centre-droite de Kostas Karamanlis. Le premier camp de concentration devait être construit dans l'ancienne base militaire de l'OTAN, à Aspropyrgos. Le plan ne s'est jamais concrétisé en raison de la réaction des ONG et des partis de gauche. Il a été rediscuté lorsque Christos Markogiannakis a pris en charge le ministère de l'Ordre public, en 2009, mais encore une fois n'a pas été mis en pratique. Celui qui a finalement donné la vie à l'idée qu'une démocratie moderne doit emprisonner les immigrés sans procès ni jugement dans des conteneurs clôturé de barbelés était le ministre de l'Ordre public Michalis Chrysochoidis, un «socialiste» avec le PASOK de centre-gauche, actuellement ministre des Transports à notre gouvernement de coalition. La création de camps de concentration a été saluée comme une avancée majeure par Andreas Loverdos, ministre de la Santé publique à l'époque, un autre «socialiste». Et la pratique est entrée en pleine floraison sous la direction de l'actuel ministre de l'Ordre public Nikos Dendias, un député de la Nouvelle Démocratie, qui se décrit comme «libéral».
Ce n'est pas la Golden Dawn qui criminalise le VIH . Les politiciens de centre-gauche l'ont fait. Quand un groupe de femmes séropositives ont été arrêtées par la police grecque, testées de force accusées de crime, emprisonnées et exposées publiquement, avec leurs photos d'identité et les données personnelles publiées dans les médias, dans la perspective des élections nationales de 2012, uniquement pour des accusations abandonnées discrètement par les tribunaux dans les mois qui ont suivi, ce n'étaient personne d'autre que les ministres susmentionnés Loverdos et CHRYSOCHOIDIS qui ont conçu l'ensemble de l'opération.
Ce n'est pas la Golden Dawn qui torturé des détenus menottés en garde à vue. Ce ne fut pas l'Aube dorée qui a couvert les tortionnaires en mentant au Parlement. C'était la police démocratique d'un pays de l'UE qui a fait cela. Et c'était un homme politique de centre-droit qui a couvert le haut, Nikos Dendias encore une fois, qui a nié avec véhémence toute malversation au Parlement, bien que les rapports médico-légaux ont montré de vastes coups et même les cicatrices de pistolet Taser sur les détenus . Et lorsque nous l'avons interviewé pour le magazine Se désabonner, il a de nouveau nié toute malversation , malgré les rapports des médecins légistes. Le ministre a même dit qu'il allait poursuivre le Guardian sur un rapport sur ​​l'utilisation de la torture par la police grecque. Jusqu'à maintenant, bien sûr, il n'a rien fait de la sorte. De plus, ces incidents semblent sur ​​un fond d'innombrables plaintes pour mauvais traitements et de torture par la police grecque, comme rapporté par Amnesty International , qui documente également 12 cas où la Grèce a été condamnée par la Cour européenne des Droits de l'Homme pour des crimes de police.
Et il ne faut évidemment pas négliger de mentionner que la rhétorique anti-immigrant toxique n'est nullement l'apanage de la Golden Dawn. C'était notre premier ministre Antonis Samaras qui a proposé que nous devrions «réoccuper nos villes", qui ont été repris par des immigrants illégaux. Il a été ministre Nikos Dendias qui y concourent, avec la remarque plutôt coloré que c'est comme si "nous sommes debout sur les murs de Constantinople", avec les armées ottomanes sur le point d'envahir. C'était Andreas Loverdos qui a appelé l'Aube dorée "un mouvement authentique". Et c'était la Nouvelle Démocratie MP Chrysanthos Lazaridis, conseiller avant tout du premier ministre, qui encore aujourd'hui, un jour après l'assassiner, a blâmé la gauche et le principal parti d'opposition, Syriza en particulier pour la «démocratie sape".
Ces exemples, qui sont beaucoup plus nombreux, devraient faire le ciblage de la Golden Dawn, comme dirigé par le gouvernement grec qu'après ses nombreuses attaques et d'assassinats d'immigrants ont cédé la place à l'assassiner d'un Grec, d'autant plus transparente. Il n'est pas juste que d'avoir Makis Voridis, un éminent Nouvelle Démocratie MP, appelez Golden Dawn une «organisation criminelle» est le comble de l'hypocrisie, comme M. Voridis était autrefois un chef de file du parti Front national extrémiste nationaliste, et avant cela avait servi secrétaire de l'Organisation de la jeunesse de EPEN, un parti fasciste, ayant succédé à ce poste Nikos Michaloliakos, le leader actuel de la Golden Dawn.C'est qui devrait devenir clair pour tous que l'érosion de la démocratie grecque, l'Aube dorée n'a jamais été et n'est toujours pas le principal coupable, cet honneur appartient plutôt à ceux qui ont gouverné la Grèce pour les dernières années.
Incontestablement néonazi constitution de l'Aube dorée, les crimes de ses hommes de main, ainsi que sa collusion avec la police grecque, ont été documenté de façon exhaustive - parrapports Borderline , parmi d'innombrables autres. Donc, même maintenant, Aube dorée doit être traitée comme une organisation criminelle, c'est certain. Il serait toutefois une lecture erronée de la situation impardonnable de ne pas souligner que si la soi-disant «centre», cette coalition perverse de «modernisateurs socialistes» et les nationalistes d'extrême-droite, qui gouvernent la Grèce sous prétexte de préserver sa «perspective européenne» , sont autorisés à persévérer dans leur attaque contre les institutions démocratiques, porter atteinte aux droits et alimente le racisme, avec leur dogme de la «tolérance zéro», en ciblant les grévistes et les manifestants de plus que les gangs néo-nazis, incitant à la violence de la police et de la torture, et la présentation de l'indignation publique en tant que précurseur de la brutalité fasciste, et avec leur rhétorique des «deux extrêmes» , dénonçant l'opposition de gauche comme des «terroristes», alors que ce gouvernement aura réussi à déchirer le tissu même de la société grecque. Les politiciens se sont laissé tromper dans ces voies ont amené les gens à des guerres civiles avant. Nous ne devons pas leur permettre de le faire à nouveau.
_________________
Le titre de cet article était initialement: "Le problème, c'est le gouvernement grec, pas Aube Dorée". Il a été changé après que certains lecteurs aient fait remarquer que cela ne reflète pas suffisamment le point principal de l'article, qui n'est pas celle Aube Dorée n'est pas un problème, mais plutôt que la principale «acteur» dans l'érosion continue en Grèce des libertés démocratiques est son gouvernement .







x x

Augustine Zenakos

Athens, Greece
Journalist, "To Vima" newspaper (2000-2010). Co-publisher, "a. the athens contemporary art review" (2006-2007). Occasional contributor to "Art Fairs International", "Art in America", "Artnet", "Contemporary", "GAP", "Kaput", "The Press Project" et al. Co-founder of Athens Biennale (2005) and Co-director (until 2011). One third of XYZ curatorial trio (2005-2011). Radio host, "Radiobubble" (2010-2011), and "The Press Project" (2011-2012). Journalist & editorial co-ordinator, UNFOLLOW magazine (November 2011 to present). Based in Athens, Greece.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire