Subscribe in a reader

translate/traduction

Pages vues depuis décembre 2009

vendredi 20 novembre 2015

Attaque terroriste hôtel Radisson Bamako : L'école Iyad Ag Ghali des "petits combattants du jihad" financée par Hollande au Mali commence à donner des résultats


par Yanick Toutain
REVACTU
20/11/2015

BAMAKO
ATTAQUE TERRORISTE 
BILAN
23h45 : A la télévision d'Etat, le président malien fait état de 21 morts, dont deux assaillants, et sept blessés.
23h00 : Le gouvernement annonce que l'état d'urgence vient d'être décrété « sur l'ensemble du territoire » pour dix jours à compter de la nuit de vendredi 20 à samedi 21 novembre.

RAPPEL

Depuis 8h environ, 170 otages (140 clients et 30 employés) étaient retenus par des assaillants, selon le groupe hôtelier Rezidor. Des sources de sécurité évoquent, quant à elles, une dizaine d'assaillants qui seraient entrés en criant "Allahu Akbar".
Le site Mali Actu précise que des ressortissants français et américains figurent parmi les otages. Vers 11h, des otages ont été libérés, notamment ceux capables de réciter des versets du Coran. Deux femmes ont aussi été évacuées par les forces de sécurité.
D'après une source sécuritaire malienne, des assaillants sont rentrés dans l'enceinte de l'hôtel à bord d'une voiture avec une plaque diplomatique.(résumé source)
====
10 heures. 170 otages retenus par deux assaillants. 
09h57. Le Radisson rempli à 90%. Le directeur de l'hôtel estime que l'établissement de 190 chambres est rempli à 90%.

09h55. Trois hommes armés entre dans l'hôtel à 7 heures du matin.Interrogé par Jeune Afrique, le directeur de l'hôtel explique que les plaques diplomatiques sur la voiture des suspects leurs ont permis d'éviter les contrôles de sécurité. 




Publié dans Der Spiegel "Lors de leur rencontre, Iyad Ag Ghali, fondateur du groupe Ançar Eddine, parle au journaliste de la charia et lui fait visiter une école où de jeunes garçons sont penchés sur le Coran. « Nous formons ici les petits combattants du jihad », lance-t-il.
Deux jours plus tard, le chef d’Ançar Eddine présente au journaliste un de ses lieutenants, Rhissa Ag Bounounou, « spécialiste des importations d’armes en provenance de Libye », qui le conduit à une cache du groupe à Essouk Tadmekka, à 110 km au nord-est de Kidal.
Un « arsenal » s’y trouve dans une grotte : fusils, grenades, explosifs, mines, lance-roquettes, écrit Der Spiegel. « Les Européens peuvent envoyer autant de drones qu’ils veulent. Ils ne nous trouveront pas », fanfaronne le lieutenant."
Maliactu.net Terrorisme Ag Ghali répéré à 65 km de Kidal 



Le terroriste Iyad Ag Ghali est financé par Hollande - 20 millions d'euros en octobre 2013. Il est protégé par l'armée française (son école se trouve à 65 km de Kidal) et c'est lui que Sarkozy a envoyé attaquer le Mali le 17 janvier 2012.
C'est un pantin de la DGSE plus ou moins contrôlé.
Il vient de menacer la France juste avant l'attaque du Bataclan.
Et des djihadistes - probablement ses milices - viennent d'attaquer l'hôtel Radisson à Bamako

LIRE AUSSI

VENDREDI 20 FÉVRIER 2015

MARDI 13 MAI 2014



PUBLIE AU MALI MERCREDI 18

Sortie du chef du groupe terroriste Ansar dine : Iyad Ag Ghali appelle à attaquer la France

NOVEMBER 18, 2015 12:47 PM 0 COMMENTS
Dans un enregistrement sonore, le chef du groupe terroriste Ansar dine, Iyad Ag Ghaly, a appelé à combattre la France.
iyad-ag-ghali
La France n’est décidément pas au bout de ses peines tant la menace terroriste qui pèse sur elle est grande. Le chef du groupe terroriste Ansar dine, Iyad Ag Ghaly, a appelé dans un enregistrement sonore à combattre la France, dénonçant l’accord de paix au Mali signé en mai-juin, à Alger avec le camp gouvernemental, les traitant de «laïcs».
Selon les autorités maliennes, l’enregistrement sonore a été authentifié lundi. Les autorités soulignent aussi que l’enregistrement a eu lieu un peu avant les attentats de vendredi à Paris qui ont fait 132 morts et plus de 300 blessés. Dans ce sonore, le chef d’Ansar dine approuve l’attentat de janvier contre la rédaction de l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo pour avoir caricaturé le prophète, estimant que ce journal «n’a eu que ce qu’il méritait». «Nous authentifions la cassette. C’est bien Iyad Ag Ghaly qui parle. Comme vous le voyez dans le document, on ne voit pas son visage, mais c’est bien sa voix», a déclaré une source de sécurité malienne.
Iyad Ag Ghaly, ancien chef de rébellions touareg, désormais chef de l’organisation terroriste Ansar dine, fait partie de ceux qui étaient en tête de l’invasion du nord-Mali menée par des groupes armés en mars 2012. Une situation qui pousse la France à intervenir militairement pour éviter que ces groupes terroristes ne s’emparent également de la capitale malienne Bamako.
Aujourd’hui, il fait toujours parti des terroristes les plus recherchés par la France. Pays qu’il menace d’ailleurs régulièrement dans des enregistrements sonores ou vidéo. En août 2014, il affirmait dans une vidéo vouloir se débarrasser de la France qui pille les ressources du Mali.
Il rejette l’accord de paix d’Alger
Le leader touareg islamiste, Iyad Ag Ghali, dans un document sonore authentifié ce week-end, rejette aussi l’accord de paix signé par ses anciens alliés et le gouvernement malien concernant le nord du Mali. Résultat : il se montre menaçant.
L’enregistrement sonore dure une vingtaine de minutes. Des spécialistes interrogés observent une radicalisation du discours de Iyad Ag Ghali. Dans l’enregistrement, il dénonce fermement la signature en juin dernier de l’accord de paix d’Alger par les groupes armés. C’est une manière, pour lui, de désavouer ses anciens camarades, membres de la Coordination des mouvements de l’Azawad (Cma), rébellion touarègue qui ont signé cet accord.
Iyad Ag Ghali prend une nouvelle fois ses distances vis-à-vis de ses anciens alliés et les menace même désormais ouvertement. Contre l’application de l’accord d’Alger, il n’hésitera pas, semble-t-il, à en empêcher l’application s’il a les moyens. Et comme s’il souhaitait endoctriner des jeunes du nord du Mali, il leur demande de se mobiliser contre cet accord.
Dans le même enregistrement sonore rendu public le mois dernier, donc bien avant les derniers attentats de Paris, Iyad Ag Ghali approuve les attaques passées contre des localités du centre et du sud du Mali.
afrik.com et rfi.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire