Subscribe in a reader

Pages vues depuis décembre 2009

mercredi 9 octobre 2013

En France, en 2008, au Havre, on perd son emploi quand on témoigne de violences en école maternelle contre des enfants de 3 et 4 ans ! (un commentaire sur Marianne)


S'il est positif de voir des lecteurs français de Marianne
soutenir la protection des enfants russes au Pays-Bas,
 vous pourriez commencer par manifester votre soutien
 aux enseignants réprimés, menacés, harcelés
 parce qu'ils trouvent anormale les violences
 contre les enfants dans les écoles françaises.

Et réclamer des sanctions contre
 cette hiérarchie qui soutient les brutes. 

Si vous ne soutenez pas les témoins,
les violences continueront et les enfants
 ne vous le diront même plus !

Les lecteurs de Marianne affirment à juste titre leur soutien aux enfants du diplomate russe en poste aux Pays-Bas. On ne connait pas beaucoup de détails sur cette affaire qui a vu des policiers en tenue briser l'immunité diplomatique.
 Selon le porte-parole de la diplomatie russe, Dmitri Borodine, le numéro deux de l’ambassade de Russie aux Pays Bas,  a été passé à tabac par des policiers néerlandais après que « des inconnus armés en uniforme de camouflage » aient fait irruption chez lui. La police de La Haye parle, quant à elle, d’un « incident » impliquant le diplomate, qui se porte bien et « n’est pas hospitalisé. » 
L’agence de presse néerlandaise ANP explique que la police s’est rendue au domicile de Dmitri Borodine suite à une plainte déposée par ses voisins pour mauvais traitements sur ses enfants. Un incident diplomatique qui intervient alors que Pays-Bas viennent de lancer une procédure d’arbitrage contre la Russie, pour obtenir la libération des militants néerlandais de Greenpeace, après leur participation à une action sur une plateforme pétrolière russe. 
En attendant de connaître tous les faits, ces lecteurs de Marianne pourraient apporter leur soutien aux Justes courageux qui, en France, au sein de l'Education Nationale, en prenant de très gros risques de se faire licencier ou de voir leurs contrats non renouvelés préfèrent témoigner de violences exercées contre les enfants plutôt que la lâcheté fort répandue en ces lieux.
Voici le commentaire qui a été aussitôt validé sur Marianne.

13.Posté par Yanick TOUTAIN le 09/10/2013 09:26

En France, en 2008, au Havre, on perd son emploi quand on témoigne de violences en école maternelle contre des enfants de 3 et 4 ans !
http://monsyte.blogspot.fr/2008/06/violence-contre-les-enfants-chronologie.html
Comme le recteur et ses comparses soutenaient les 2 brutes, la directrice de maternelle qui se vantait de taper un enfant de 4 ans a cru malin de porter plainte contre la témoin (que la principale du collège du coin s'apprêtait a envoyer au chômage) et moi.
J'ai calmé tous ces voyous avec ma chanson «La brute soutient la brute» (toujours sur Youtube) après qu'elles m'aient fait convoquer à la police.
http://www.youtube.com/watch?v=5ODFRtCRWJQ
Vous savez quoi ?
6 ans plus tard l'inspecteur IEN qui avait couvert les violences en accusant de faux témoignage la témoin et qui avait été désavoué par le classement sans suite...
Eh bien, il récupère sous ses ordres la témoin devenue professeur des écoles après un passage dans le privé catholique comme institutrice....
Eh bien le voyou inspecteur, 6 ans plus tard, après s'être fait oublié.... en Russie... , il menace la témoin.
Il vient de passer dans sa classe en lui demandant si elle préfère être chanteuse ou rester dans l'Éducation Nationale... 

En ajoutant avec un grand sourire son projet de l'inspecter cette année.
Au Havre, 3 autre témoins de violences ont choisi de se taire plutôt que de subir un tel harcèlement.
J'avais informé le maire de l'époque sans aucun résultat.
Au Havre , les enfants de maternelle sont en danger.

S'il est positif de voir des lecteurs français de Marianne soutenir la protection des enfants russes au Pays-Bas, vous pourriez commencer par manifester votre soutien aux enseignants réprimés, menacés, harcelés parce qu'ils trouvent anormale les violences contre les enfants dans les écoles françaises.
Et réclamer des sanctions contre cette hiérarchie qui soutient les brutes.
Si vous ne soutenez pas les témoins, les violences continueront et les enfants ne vous le diront même plus !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire