Subscribe in a reader

Pages vues depuis décembre 2009

mardi 8 octobre 2013

Juges voyous à Bordeaux : 2 innocents condamnés pour un article politique avec une imaginaire "atteinte à la vie privée" mais le corrompu Sarkozy obtient un non lieu. un article Mediapart Blog par Yanick Toutain

Bordeaux Juges voyous 2 innocents condamnés L'article politique devient atteinte à la vie privée Non lieu pour Sarkozy-corrompu

Juges voyous à Bordeaux : 2 innocents condamnés pour un article politique avec une imaginaire "atteinte à la vie privée" mais le corrompu Sarkozy obtient un non lieu.

En bande organisée, le corrompu notoire de Bolloré, Kadhafi etc etc... se faisait corrompre par une folle notoire.
Une grande malade milliardaires atteinte de pathologie consumériste aggravée.
Une folle qui arrosait de son argent volé au peuple tous les flagorneurs de son entourage.
Sarkozy organisa donc un racket de cette folle. Il se rendit même personnellement chercher ses enveloppes.
"Les juges d'instruction avaient en effet décidé de mettre Nicolas Sarkozy en examen pour abus de faiblesse en mars dernier. En clair, ils estimaient qu’il existait des indices graves et concordants montrant que le candidat à la présidentielle en 2007 avait reçu de l'argent de Liliane Bettencourt, qui se trouvait alors dans un état de faiblesse. L'ensemble de leur enquête, contestée par les avocats de la défense, a de plus été validée par la chambre de l'instruction de Bordeaux la semaine dernière." (Libération)
Mais les juges vous disent que les preuves sont insuffisantes.
Ce sont donc, comme Juppé autrefois, les comparses qui vont être condamnés.
LE MENSONGE DELIRANT ET DESHONORANT DES JUGES MIORI ET ORS
Mais, si au TGI de Bordeaux la mansuétude libère le voyou, à la Cour d'Appel, ce sont les innocents qui sont condamnés.
Une innocente proteste de son innocente : 
Non je n'ai pas écrit l'article ! Je suis simplement CONTRIBUTRICE de ce blog, pour d'AUTRES ARTICLES. J'ai écrit des articles sur Victor Serge, sur SOS Bonheur ... etc... mais je n'ai RIEN à voir avec l'article du 2 janvier 2011
Les juges voyous Miori et Ors transforment la phrase et fabriquent un mensonge:
"En l’espèce, l’instance engagée est une procédure civile et Mme Amadis se reconnaît contributeur de l’article en question. Elle a donc participé à la rédaction de cet article et doit être retenue en la cause." jugement fasciste du 3/7/2013
Les deux juges voyous MENTENT SANS VERGOGNE !
Ils savent parfaitement que l'article est signé par Yanick Toutain.
Mais, en service commandé pour leur patron - la bourgeoisie esclavagiste,- et sous les ordres de leurs maîtres de l'ONU et de la DGSE ils se déshonorent en signant un MENSONGE
Quant à l'auteur de l'article politique condamné - l'auteur de cet article - il a condamné pour une atteinte à la vie privée.
Quelle vie privée ?
Celle de Jean-Marie Bourry quand il participe au putsch du 16 décembre 2010 contre le président Gbagbo.
Quelle vie privée ?
Celle que Jean-Marie Bourry emmène avec lui sur son lieu de travail !
C'est stupide ?
Oui évidemment ! Mais pas pour les juges fascistes et menteurs Miori et Ors.
Ils osent écrire
"En ce qui concerne l’article 9 du code civil Chacun a droit au respect de sa vie privée. Les juges peuvent sans préjudice de la réparation du dommage subi prescrive toutes mesures propres à empêcher ou faire cesser une atteinte à l’intimité de la vie privée, ces mesures peuvent s’il y a urgence être ordonnées en référé.
En raison de la nature des propos sus-mentionnées ce blog est une atteinte à la réputation de M Bourry, élément de la vie privée de ce dernier." jugement fasciste du 3/7/2013
"CE BLOG EST UNE ATTEINTE A LA REPUTATION DE M. BOURRY"
LES DEUX CRETINS MIORI ET ORS NE SAVENT PAS
 LA DIFFERENCE ENTRE UN ARTICLE ET UN BLOG !
Voilà comment procèdent les fascistes.
En même temps qu'il organise un putsch qui fera 10 morts parmi les policiers ivoiriens, le barbouze fasciste Jean-Marie Bourry emmène sa "réputation" sur son lieu de travail.
Et fera donc condamner quiconque critiquera ses activités professionnelles fascistes.
Débile ?
Mais oui.... sauf que le réseau Bourry a la DGSE et la DCRI à son service... et donc, la totalité des médias Franceàfric de France vont faire l'omerta totale sur cette affaire.
Et ce scandale judiciaire va aboutir à la saisie de la totalité du salaire de Julie Amadis en juillet 2013.
Ce qui la contraindra à accepter un 4° jugement la forçant à payer 300 euros par mois à Jean-Marie Bourry.
Pendant deux ans.
Plus 24000 euros supplémentaires qu'il réclamait en septembre dernier.
LES VOYOUS SONT AU POUVOIR.
Ils rendront bientôt des comptes à NOS JUGES REVOLUTIONNAIRES !
POUR CET ARRET DE VOYOUS FASCISTES, ils seront EXTRADES à ABIDJAN ET CONDAMNES POUR COMPLICITE DE CRIME ESCLAVAGISTE, POUR COMPLICITE DE PUTSCH, POUR COMPLICITE DE DISSIMULATION DE PREUVES, POUR HARCELEMENT, POUR FABRICATION DE FAUSSES PREUVES, POUR FAUX TEMOIGNAGES, POUR DENONCIATION CALOMNIEUSE ET POUR PARTICIPATION A GANG CRIMINEL.
Il est probable que la tentative de FABRIQUER une JURISPRUDENCE FASCISTE imputera des CHEFS D'ACCUSATION SUPPLEMENTAIRES contre les voyous Ors et Miori.
PAR CES MOTIFS
LA COUR
Dit qu’il n’y a lieu de mettre hors de cause Mme Amadis.
Confirme dans toutes ses dispositions l’ordonnance de référé rendue le 19 septembre 2012 par le Juge des référés du Tribunal de grande instance d’Angoulême.
Y ajoutant en cause d’appel
"Ordonne à M Toutain et à Mme Amadis de supprimer toute référence à M Bourry sur le site internethttp://revalorisationactu.blogspot.fr/2011/01/jeanmarie-bourry-criminel-fasciste.html dont en particulier son nom, sa date de naissance, sa nationalité, sa situation familiale, son activité et son parcours professionnel ainsi que les trois photos sur lesquelles il apparaît.

Dit qu’il n’y a lieu d’augmenter la somme accordée à titre de provision par le premier juge à M Bourry.
Condamne solidairement M Toutain et Mme Amadis à verser la somme de 1.500 € à M Bourry pour ses frais irrépètibles devant la Cour.
Dit que M Toutain et Mme Amadis supporteront les dépens exposés en cause d’appel
Le présent arrêt a été signé par monsieur Robert Miori, président, et par madame Véronique Saige, greffier, auquel la minute de la décision a été remise par le magistrat signataire.
Le Greffier, Le Président,
V.Saige R.Miori" jugement fasciste du 3/7/2013


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire