Subscribe in a reader

Pages vues depuis décembre 2009

mercredi 9 octobre 2013

(sur Marianne) Merci pour l'offre de soutien ! Il existe encore des enseignants soutenant les témoins de violences dans les écoles !

20.Posté par Yanick TOUTAIN le 09/10/2013 17:29

@Virginie ALBA-SIMM
15.Posté par Virginie ALBA-SIMM le 09/10/2013 12:33
@13 Yannick TOUTAIN. Conséquence de la décentralisation, y compris à l'éducation nationale. Le clientélisme est encouragé par cette évolution, partout y compris chez vous, puisqu'il n'y plus de contre-pouvoir national au pouvoir local. En tant qu'ex enseignante, je l'ai vu. 
Je vous soutiens, Yannick. Et comment soutenir les témoins
?

Merci à vous.
Un petit mot sur son Facebook en MP ou en public à Julie Amadis lui fera le plus grand bien.
https://www.facebook.com/julie.amadis?fref=ts
Elle avait perdu, en juin 2008, son poste d'assistante pédagogique, virée par la principale du collège par non renouvellement de contrat.
Pendant que les responsables de violence n'avaient strictement aucune sanction.
Contrainte, par les ASSEDIC, après 2 refus de postes d'animatrice bidon dans des structures pas fiables, elle avait dû accepter un poste d'institutrice suppléante dans le privé catholique. (où les choses se passèrent très bien : un CP à mi-temps)
Le rectorat - qui avait couvert les (au moins) 2 violences n'avait pas osé REFUSER SON AGREEMENT.
En 2009; ayant l'ancienneté professionnelle requise, elle avait ensuite eu un financement à environ 500 euros/mois pour passer les 2 années de master et avait eu le concours la pire année de Sarkozy.
Elle est donc depuis la rentrée T2 titulaire 2° année.
C'est l'IEN qui avait organisé l'étouffement de l'affaire qui s"était fait oublier en Russie qui revient et qui a commencé (auprès de plus de 5 responsables...... déjà) commencé à ORGANISER LE HALALI !
Julie Amadis a beaucoup des caractéristiques des "hussards rouges" que nous étions dans l'Ecole Emancipée, le SGEN-CFDT, chez Freinet et autres structures progressistes des années 70.
Les élèves passent avant le salaire, la carrière et même les risques de répression fasciste.
Encore merci pour elle.
Je transmets.

PS : la cerise sur le gâteau : C'est aujourd'hui, Julie Amadis doit payer 360 euros à un policier français barbouze anti-Gbagbo en 2010.
Sur la base de mensonges de juges de Cour d'Appel de Bordeaux qui ont osé INVENTER (dans le texte d'un jugement de COUR D'APPEL) qu'elle aurait avoué avoir écrit MON article contre le chef de la police de l'ONUCI Jean-Marie Bourry.
Ce paiement de 360 devra être réitéré 24 fois.... AVEC EN EPEE DE DAMOCLES supplémentaire une somme de 24000 euros exigée encore récemment en sus par le policier Bourry.
C'est un véritable political blackmail : ils harcèlent une innocente (qui révisait son concours en janvier 2011) dans l'espoir de ME FAIRE TAIRE sur les putschs en Afrique (#Coup2010dec16) et sur les salaires à 50 euros (1/20° du SMIC).
Ces gens savent parfaitement qu'elle n'a rien fait.... mais s'acharne contre elle pour se venger de l'aide qu'elle m'apporte.
Et comme TOUS les médias pratiquent l'omerta franceàfric, cela fait plus d'un an que ça dure.
http://revolisationactu.blogspot.com/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire