Subscribe in a reader

Pages vues depuis décembre 2009

samedi 27 décembre 2014

Amilcar Cabral et le cancer de la trahison de la révolution africaine. De la trahison de la formoisie compradore à celle de l'innovoisie (1)

LUNDI 29 DÉCEMBRE 2014

Amilcar Cabral censuré par Jérémie Mani NETINO L'obs 

par Yanick Toutain
27/12/14


"Mon idée sur cette question nous permettra de mieux comprendre la grandeur de l’œuvre de Nkrumah, la complexité des problèmes qu’il a dû affronter, combien de fois seul. Des problèmes qui nous permettront de comprendre que tant que l’impérialisme existe, l’État indépendant en Afrique doit être un mouvement de libération au pouvoir, ou il ne sera pas. Que l’on ne vienne pas nous affirmer que Nkrumah est mort d’un cancer de la gorge ou d’une quelconque maladie. Non, Nkrumah a été tué par le cancer de la trahison, dont nous devons extirper les racines en Afrique si nous voulons liquider définitivement la domination impérialiste. "(Amilcar Cabral )
 "la petite bourgeoisie révolutionnaire doit être  capable  de se  suicider  comme classepour ressusciter comme travailleur  révolutionnaire, entièrement identifiée avec les aspirations les plus profondes du peuple auquel elle appartient" (Amilca CAbral) 

Ainsi que le proclamait le révolutionnaire Amilcar Cabral dans son discours prononcé après la mort du leader panafricaniste Kwame Nkrumah  en avril 1972, l'Afrique est rongée depuis 1961 par le cancer de la trahison. De Mobutu trahissant Lumumba en 1961 à Blaise Compaoré trahissant Thomas Sankara en 1987, en passant par Boumédiène renversant Ahmed Ben Bella en 1965 et puis par Amilcar Cabral assassiné en 1973 par des traitres du PAIGC agents de la PIDE police secrète esclavagiste du Portugal, l'histoire de l'Afrique depuis un demi-siècle est l'histoire recommancée d'une trahison continuelle.
Mais cette chaîne de traitres n'est que la suite de la chaîne des traîtres rois esclavagistes qui vendirent leurs peuples aux esclavagistes arabes venus du Nord, puis aux esclavagistes venus de France, de Grande-Bretagne, d'Espagne ou du Portugal.
Cette chaîne de la trahison commise par la strate des Parasites en Afrique, Amilcar Cabral en sera victime peu de temps après ce discours.

Le Cancer de la trahison, c'est le cancer de la #stratedesParasites (concept du #postmarxisme) dans sa version africaine : la #formoisie compradore et l'innovoisie compradore (qui consomment plus que le PIB mondial) et la proto-formoisie compradore (qui consomme plus que les PIB locaux) sont le CANCER....
Thomas Sankara et Valère Somé jeune les appelaient PETITE BOURGEOISIE INTELLECTUELLE
Et Amilcar Cabral appelera cette PIB à se SUICIDER
http://revolisationactu.blogspot.fr/2014/11/quand-amilcar-cabral-appelait-la-proto.html
LUNDI 24 NOVEMBRE 2014
Quand Amilcar Cabral appelait la proto-formoisie compradore au "suicide" sociologique (étudier la Révolution burkinabè du 30/10/14 et la période de révolisation ouverte depuis)


Aziz Salmone Fall rendait hommage au second plus grand des Africains
Cabral : Extirper les racines du cancer de la trahison
Aziz Salmone Fall
Le 13 mai 1972, à Conakry, dans un discours (1) en hommage à Kwame Nkrumah, qu’il a élevé « Kilimandjaro » de la révolution africaine, Amilcar Cabral s’écrie : « Le président Nkrumah c’est le stratège génial, celui qui a crée le positivisme africain, l’action positive, l’ennemi déclaré du néocolonialisme… Toutes les monnaies ont deux faces, toute réalité a une action positive et une action négative... Jusqu’à quel point le succès de la trahison du Ghana est lié aux contradictions de classe, au rôle du parti et autres institutions y compris l’armée ? Nous pleurons de haine à l’égard de ceux qui ont été capables de trahir Nkrumah au service ignoble de l’impérialisme.»
Amilcar Cabral se questionne sur les raisons de la trahison qui permet la liquidation de tant de martyrs de la liberté en Afrique.
Cette interrogation ne date pas de la mort de Nkrumah, elle taraude Cabral depuis longtemps, et singulièrement au moment même de son éloge funèbre sentant, depuis quelques mois, l’haleine fétide de traitres autour de lui. La culture d’impunité qui s’est installée de façon systémique sur le continent autorise la poursuite perfide de la trahison même après l’ère coloniale. Mais comment l’extirper se demande t-il ?


Le remède à cette trahison de la formoisie, c'est ce même Amilcar Cabral qui le donnait : le suidicde sociologique de la petite bourgeoisie intellectuelle. La PBI doit se suicider pour renaître.


LUNDI 24 NOVEMBRE 2014

"Pour ne pas trahir ces objectifs, la petite bourgeoisie n'a qu'un seul chemin: renforcer sa conscience [P.169] révolutionnaire, répudier les tentatives d'embourgeoisement et les sollicitations naturelles de sa mentalité de classe, s'identifier aux classes laborieuses, ne pas s'opposer au développement normal du processus de la révolution. Cela signifie que, pour remplir parfaitement le  rôle  qui lui revient  dans la lutte de libération nationale, la petite bourgeoisie révolutionnaire doit être  capable  de se  suicider  comme classepour ressusciter comme travailleur  révolutionnaire, entièrement identifiée avec les aspirations les plus profondes du peuple auquel elle appartientCette  alternative — trahir  la Révolution ou se  suicider comme classe — constitue le choix de la petite bourgeoisie dans le cadre général de la lutte de libération nationale."
Mais à cette trahison de la formoisie est maintenant doublée d'une nouvelle trahison : celle de l'innovoisie compradore : le vol de la révolution burkinabè du 30 octobre 2014 par le Balai Citoyen en faveur de l'armée est le fait de cette classe innovoise.
Ce sera l'objet de la deuxième partie de ce texte.



COMPLEMENT
La façon dont Kwame Nkrumah fut renversé par un coup d'Etat militaire doit certainement déranger les censeurs fascistes Francàfric de Wikipédia : Silence total sur l'article Politique du Ghana. !!!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire