Subscribe in a reader

Pages vues depuis décembre 2009

mardi 16 décembre 2014

Quelle est la définition des CDR ?


par Yanick Toutain
RevActu
16/12/14


Un cousin juriste me posait cette question tout à l'heure.
"Quelle est la définition des CDR ?"
Je lui ai donné une définition rapide mais détaillée.



"Il n'y a pas deux Burkina Faso. Il n'y a qu'un seul Burkina Faso : le Burkina Faso des CDR. Il commence avec les CDR et finit avec les CDR" Thomas Sankara 1986
http://revolisationactu.blogspot.com/…/il-ny-pas-deux-burki…
JEUDI 4 DÉCEMBRE 2014
Présentation 2014
par Yanick Toutain
RevActu
4/12/14
"Tout ce que nous avons réalisé au Burkina Faso, sous la révolution, nous l'avons réalisé grâce aux CDR en premier lieu."
Thomas Sankara 4 avril 1986
"... beaucoup étaient venus pour fêter la disparition de ces fameux CDR.
Pourquoi les CDR ? Historiquement, vous savez que rien n'est plus faux que de dire que les CDR ont été créés au lendemain du 4 août 1983.
Les CDR ont été créés avec les premiers coups de feu qui ont été tirés ici.
Les CDR ont été créés le 4 août 1983, précisément.
[Applaudissements] Les CDR sont nés dialectiquement en même temps que la révolution au Burkina Faso.
[Applaudissement] Parce que, à l'instant même où nous avons prononcé le mot révolution dans ce pays, la nécessité de la défendre s'est fait sentir et celui qui parle de révolution sans prendre les dispositions pour protéger cette révolution commet une grave erreur et méconnaît les capacités de lutte, les capacités de destruction de la réaction.
Pour notre part, nous avons invité le peuple dans la nuit du 4 août, à se constituer partout en Comités de défense de la révolution parce que nous ne nous faisions pas d'illusion : la révolution allait être attaquée.
Elle l'a été, elle l'est et elle le sera.
Donc, les Comités de défense de la révolution l'ont été, le sont et le seront.
[Applaudissement] Rien de ce qui a été fait de positif sous la révolution n'a pu être réalisé sans les CDR.
Nous savons que nous CDR, nous ne sommes pas parfaits.
Nous le savons, mais nous continuons de rechercher dans ce monde les exemples de perfection.
Nous CDR, avons eu à exercer le pouvoir populaire.
Sur le plan politique, sur le plan économique, sur le plan militaire, sur tous les plans de la vie nationale, à tous les niveaux de la vie des Burkinabè, nous, CDR, sommes impliqués directement.
Il est donc important que nous comprenions que la marche correcte des CDR a une conséquence bénéfique et heureuse pour chacun de nous.
Se détourner des CDR, c'est se faire à soi-même du tort ; à moins que l'on ne soit en mesure de quitter le Burkina Faso.
Nous avons besoin des CDR et nous aurons toujours besoin des CDR quelle que soit la forme qu'un jour ils pourraient prendre.
"Nous ne pouvons pas accepter de mettre les CDR de côté.
Il n'y a pas deux Burkina Faso.
Il n'y a qu'un seul Burkina Faso : le Burkina Faso des CDR.
Il commence avec les CDR et finit avec les CDR.
[Applaudissements] C'est pourquoi, il faut que là où il n'y a pas encore des CDR qu'ils soient rapidement constitués.
Partout où se trouvent des Burkinabè, le premier réflexe doit être pour eux de constituer un Comité de défense de la révolution parce qu'ils sont et existent grâce à la révolution.
Et s'ils ne le font pas, ils vont à l'encontre de la révolution et il n'y a pas de raison qu'ils bénéficient des bienfaits de la révolution
J’aime ·  · 
  • Yanick Toutain Ppur répondre à votre question, je vous renvoie à Thomas Sankara....
    Mais je peux énoncer COMMENT nous pouvons en 2014 analyser les CDR de 1983 1987
    et aussi
    COMMENT en 2014 nous devons AMELIORER le fonctionnement et donc la DEFINITION des CDR
  • Yanick Toutain Comité de Défense de la Révolution implique de définir de quelle révolution il s'agit
    Je vais donc la définir comme une REVOLISATION.... 
    https://www.google.co.uk/search?q=r%C3%A9volisation...
  • Yanick Toutain ..... un processus de révolutions enchevêtrées pour mettre à bas toutes les SPOLIATIONS
    https://www.google.co.uk/search...
  • Yanick Toutain Dans ce cadre, DEFENDRE LA REVOLUTION pour le peuple consiste à SE STRUCTURER
    Les CDR étaient en 1987 et seraient en 2014 le PEUPLE EN GROUPES, le peuple en STRUCTURES
    et donc le peuple avec des DELEGUES REVOCABLES à tout moment pour ne jamais prendre le risque d'être dépossédé de son pouvoir

    https://www.google.co.uk/search...
  • Yanick Toutain Vous trouverez sur la recherche précédente cet article
    http://revolisationactu.blogspot.fr/.../humanocratie-et...
    IL DONNE UN BACKGROUND HISTORIQUE aux CDR


    VENDREDI 5 SEPTEMBRE 2014
    Humanocratie et délégués révocables : 4 faits historiques qui éclairent le passé et l'avenir

    par Yanick Toutain
    5/9/14La unidad de combate más sencilla eran
    veinticinco individuos que
    formaban un grupo o pelotón, con un delegado de grupo elegido por democracia directa y revocable en todo momento.

    5 septembre 2014 à 22 h 45 minJe rappelle aux cousins 4 fois historiques
    1° TOUS les mouvements populaires avaient des délégués révocables (Même Spartakos l’était)
    2° La Commune de Paris en 1871 a formalisé le délégué député révocable (UN pour 15000 environ)
    3° La révolution russe de 1905 a formalisé le délégué de conseil révocable (UN pour 500) La révolution russe de février 1917 avait repris ce système
    4° La révolution espagnole de 1936 avait utilisé le délégué de base (sous le nom de delagado de grupo) UN POUR 25.
    Mais ne l’avait pas étendu.
    Ce système a été utilisé (je cherche des sources) dans le Mai rampant italien.
    Et je le préconise depuis 2003 avec Julie Amadis.
    25 délégués de base choisiraient un délégué de conseil révocable.
    25 délégués de conseil… 1 délégué député
    25 délégués députés pour 1 délégué national (ministre ou commissaire du peuple ou autre nom)
    25 délégués nationaux pour 1 délégué international
    Puis 25 délégués internationaux pour 1 délégué mondial REVOCABLE
    Avec 24 délégués mondiaux on a UN GOUVERNEMENT DU PEUPLE pour organiser la DISTRIBUTION EGALITARISTE des ressources
  • Yanick Toutain A la suite de la Révolution Burkinabè du 30 octobre 2014, des discussions et des réflexions m'ont amené à une PRECISION CONCEPTUELLE qui est (possiblement) une INVENTION de dimension historique.
    Le fait de FAIRE UN DISTINGO entre CONSEILS et COMITES
    Je
     vous renvoie sur ce texte
    ++++++++++++++++++++++++
    http://nobsrevactu.blogs.nouvelobs.com/.../le-ciraf...

    18/11/2014
    Le CIRAf dirige le continent, les CNR dirigent les pays pour appliquer la volonté du peuple organisé dans des CDR
    présentation
    Les conseils sont des structures verticales de désignation de contrôle et de révocation possible
    Les conseils ne votent jamais et contrôlent un délégué du niveau supérieur.
    Les membres des comités sont aussi, bien évidemment membre d'un conseil pour choisir leur propre délégué de niveau supérieur.
    REVOCATION PAR SIMPLE DEPART
    Leur moyen pour un participant de révoquer un délégué n'est pas le vote mais le départ du conseil auquel il participait et le choix de construire un autre conseil ou de rejoindre un conseil déjà existant.
    Un délégué de base perd donc son pouvoir si l'un des 25 délégateurs quitte le CDR de base qui l'avait désigné.
    Les comités dont des structures horizontales d'organisation.
    Chaque membre d'un comité est sous le contrôle permanent d'un conseil.
    Les comités votent en permanence pour prendre des décisions, déterminer les lois institutionnelles, les lois délictuelles et les règles relationnelles entre les citoyens.
    Ce sont les comités qui gèrent les pays, les régions, les villes et les quartiers.
    Mais les membres de ces comités sont sous le contrôle des membres des conseils.
    Les comités dirigent les commissions.
    En particulier les commissions militaires qui dirigent les force d'auto-défense.
    Les commissions sont des structures spécialisées regroupant une partie des membres des comités et sont chargées de mettre en œuvre les décisions prises par les comités pléniers.

    Chaque comité doit agir dans le respect des décisions prises par le conseil de rang supérieur mais avec 1° une certaine autonomie de décision
    2° La possibilité de convaincre les membres des conseils de révoquer les membres de ces comités de niveau supérieur.
    Il faut noter que les juges, les militaires et plus généralement tous les fonctionnaires bureaucratiques (dont excluant les professions concrètes comme les enseignants, les infirmières etc...) sont des délégués révocables qui ont en dessous d'eux des délégateurs. Chaque fonctionnaire bureaucrate est désigné et surveillé par 3 conseils de rang inférieur.
    Il est impossible de devenir fonctionnaire sans avoir des délégateurs qui l'ont désigné comme – au minimum – délégué de base.
    Cela implique donc que CHAQUE MILITAIRE actuel doit urgemment former un conseil de délégateurs, un CDR de base, pour le désigner (et le contrôler) en tant que délégué de base.
    Sous peine de se retrouver au chômage.
    Aucun juge, militaire ou bureaucrate ne peut conserver son statut s'il ne dispose plus du soutien du conseil qui le contrôlait, de celui qui l'avait désigné et de celui qui avait établi la liste dans laquelle il se trouvait. Ou à défaut du soutien d'un autre conseil de rang égal à celui qui avait fait défaut.
    Un juge délégué national doit être avoir le soutien de 3 conseils de délégués députés.(représentant donc 1,2 millions de personnes) 
    Un juge délégué international (l'équivalent chez les esclavagistes de leur Cour suprême) doit avoir le soutien de 3 conseils de délégués nationaux (représentant donc 30 millions de délégateurs)
    Si ce quota de 30 millions n'est plus atteint, le juge délégué international TOMBE de niveau et devient juge délégué national.
    Un responsable militaire régional (il est un délégué député) doit conserver le soutien de 3 conseils de délégués de conseil.(représentant donc 48000 personnes). Étant entendu que ce responsable militaire comme tous les autres doit exécuter les consignes du comité régional de son lieu d'exercice.
    LE C
    LE CIRAf
    Comité International de la Révolution Africaine
    DIRIGE LE CONTINENT LES CNR DIRIGENT LES PAYS POUR APPLIQUER
    LA VOLONTÉ DU PEUPLE ORGANISÉ DANS DES CDR
    DELEGUE INTERNATIONAL
    Le délégué international représente 10 millions de personnes
    25 délégués nationaux de plusieurs pays africains qui sont d'accord entre eux désignent un délégué international qui sera membre du COMITÉ INTERNATIONAL DE LA RÉVOLUTION PANAFRICAINE
    X délégués nationaux sont membres du COMTE NATIONAL DE LA REVOLUTION (CNR) ILS SONT DONC MEMBRES DU GOUVERNEMENT DU BURKINA FASO ET DEMAIN DE TOUS LES PAYS AFRICAINS ET TERRIENS QUI SUIVRONT CE MODELEX délégués nationaux sont membres du COMTE NATIONAL DE LA REVOLUTION
    (CNR) ILS SONT DONC MEMBRES DU GOUVERNEMENT DU BURKINA FASO ET DEMAIN DE TOUS LES PAYS AFRICAINS ET TERRIENS QUI SUIVRONT CE MODELE
    DÉLÉGUÉ NATIONAL
    Le délégué national représente 390625 personnes
    25*25*25*25
    25 délégués députés qui sont d'accord entre eux forment un CONSEIL DE DÉLÉGUÉS DÉPUTÉS de DÉFENSE DE LA RÉVOLUTION (CDD-DR) Ils vont désigner un DÉLÉGUÉ NATIONAL révocable qu'ils vont envoyer au CNR
    X délégués députés forment un COMITE REGIONAL de défense de la révolution (CRDR) Ils ne sont pas tous d’opinion identique et VOTENT pour diriger la région
    délégué député
    Le délégué député représente 15625 personnes
    25*25*25
    25 délégués de conseils qui sont d'accord entre eux forment un CONSEIL DE DELEGUES DE CONSEILS DE DEFENSE DE LA RÉVOLUTION (CDC-DR) pour désigner ensemble un DELEGUE DEPUTE REVOCABLE qu'ils vont contrôler
    X délégués de conseil d'une ville forment un COMTE DE VILLE DE DEFENSE DE LA REVOLUTION (CVDR) Ces délégués ne sont pas tous d'opinion identiques et VOTENT pour diriger la ville
    délégué de conseil
    Le délégué de conseil représente 625 personnes
    25*25
    25 délégués de base qui sont d'accord entre eux forment un CONSEIL DE DELEGUES DE BASE DE DEFENSE DE LA REVOLUTION (CDB-DR) vont désigner
    ensemble mi DELEGUE DE CONSEIL qu'ils vont contrôler.
    X délégués de base d'un quartier forment un COMITE DE QUARTIER DE DEFENSE DE LA REVOLUTION (CQDR) Ces délégués ne sont pas tous d'opinion identiques et VOTENT pour diriger le quartier
    Structures verticales de désignation
    de contrôle
    et de révocation
    possible
    délégué de base
    Le délégué de base représente 25 personnes
    Structures horizontales d'organisation
    25 DELEGATEURS DESIGNENT LEUR DELEGUE DE BASE (DB)
    25 délégateurs se réunissent en un CDR de base Ils forment un Comité de Base de Défense de la Révolution CBDR
    (Tout citoyen conscient est délégateur dès son plus jeune âge: pour les plus jeunes, le critère unique est de savoir lire. N importe qui peut s'associer avec 24 autres personnes sans critère de lieu, de profession, (le statut, de revenu etc.... on peut même ajouter de nationalité dans certains cas)
  • Yanick Toutain On aura donc une DOUBLE définition des CDR
    Les CDR sont à la fois 
    1° CONSEILS de défense de la révolution chargés de DELEGUES, CONTRÔLER et REVOQUER UN délégué de niveau supérieur

    2° COMITES de défense de la révolution chargés de la GESTION d'une zone géographique.
    Ces comités sont dotés de commissions et exercent les habituelles prérogatives exercées par les Etats....

    J'ajouterais (dans le cadre du projet libéral égalitariste que je préconise) l'amendement suivant...." ..... à l'exclusion des décisions de financement (qui restent en totalité sous le contrôle du peuple par le système de l'investissement du peuple)"

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire