Subscribe in a reader

translate/traduction

Pages vues depuis décembre 2009

mardi 28 avril 2015

Comment la BAC Franceàfric de Guinée Conakry traite les enfants de 10 ans dans le quartier de Hamdallaye

par Yanick Toutain
28/4/2015

Au Havre, la BAC tente de terroriser les témoins de violences à enfants dans les écoles (et les blogueurs qui les soutiennent) en procédant à des interpellations illégales au bar Le Week End près de la plage....
De paisibles consommateurs de café se retrouvent menacés de violences par la BAC s'ils n'acceptent pas d'obéir aux policiers lancés par la procureur raciste du Havre - ex-conseiller de Eyadéma au Togo, un procureur Nachbar protecteur des policiers assassins de Abdoulaye Camara.
En Guinée Conakry sous la botte franceàfric on peut voir ici comment la BAC local traite les enfants de 10 ans....
Des voyous en uniforme
Ajoutée le 13 avr. 2015 Les bac du Hamdallaye sont venus s'attaquer à la population du Hamdallaye devant le siège du RPG la police s'attaque sur les enfants de moins de 10 ans

GESTAPO FRANCEàFRIC DE CONAKRY
CONTRE LES JEUNES DE DIX ANS




Mais, fort heureusement, un cousin résistant de base passait par là avec un ami qui filma la scène pour témoigner de ces actes barbares :
mamadousanoussy diallo



 a commenté une vidéo sur YouTube
Partagé en mode public  -  15 avr. 2015
J'étais avec mon amis il a vue les police a frappé les enfants il a puis filme 9mni comme moi je suis un génie info je puis créer mon site. Je mis sur fb sur Youtube su twitter sur Instagram tout qui veut mes contacte envoie un e-mail
Bignetsanoussy@bignetsanoussy.com. Ok

Il ne reste plus au cousin de faire comme nous et de créer son propre blog
c
Pour le mode d'emploi, pour comment faire, lire cet article.
Le cousin et tous les autres résistants témoins des méfaits des Gestapo Franceàfric pourront CREER LEUR PROPRE BLOG

jeudi 19 mars 2015


Comment faire un blog pour accuser honnêtement les coupables en signant nom+prénom


PS
La tension est toujours grande dans le quartier populaire de Hamdallaye à Conakry


Manifestation C’est face au siège du parti au pouvoir (le RPG) à Hamdallaye, face à la station Total, que les jeunes opposants ont incendié des pneus et sont regroupés aux alentours. Sous haute sécurité, l’axe Hamdallaye-Bambéto est actuellement impraticable.
A suive !
Fatoumata Keïta

COLERE POPULAIRE EN GUINEE CONAKRY


Il y a actuellement une montée de la colère du peuple et un cycle de manifestations durement réprimées par le pouvoir compradore


Bilan des manifestations : l’UFDG déplore 87 blessés dont 65 par balles et un cas de viol


Posté par  26 avril 2015 à 23 h 03 min


Maladho Diallo, Cellou, Hadja HalimatouDepuis le 13 avril 2015, début des manifestations de l’opposition contre l’insécurité, les délégations spéciales et fondamentalement pour protester contre le chronogramme électoral, il y a eu plusieurs blessés et des cas de morts d’hommes, a rappelé à Guineematin.com un des responsables du principal parti de l’opposition.
Selon monsieur Maladho Diallo, l’UFDG déplore quatre vingt sept (87) blessés dont soixante cinq (65) par balles, précisant que ces chiffres ne concernent que la zone de Conakry et qu’il existe d’autres cas de blessés non répertoriés. Monsieur Diallo a tenu ces propos à Guineematin.com lors d’un entretien avec un de nos journalistes, ce dimanche 26 avril 2015.
« Pour la journée du 13 avril nous avons enregistré trente deux (32) blessés dont vingt cinq (25) par balles.  Le 14, une femme a été  violée.  Les manifestations des 20 et 21 avril, nous avons enregistré vingt cinq (25) blessés dont vingt (20) par balles.
Maladho DialloPour ce qui est de la journée du  23 avril 2015, on a eu trente (30) blessés dont vingt (20) par balles. De nos jours,  nous avons  dix huit (18) personnes hospitalisées  à travers certains  centres hospitaliers de Conakry. Quatre (4) sont  à Donka, huit  (10) à la policlinique de Dixinn, trois (3) à la clinique mère et enfant et une (1) personne à la clinique de Dogomet à Cosa », déplore Maladho Diallo
Concernant les interpellations, monsieur Diallo a parlé de plus d’une vingtaine : « Nous avons plus d’une vingtaine d’interpellations. Il y a eu des mineurs qui ont  été libérés. Certaines personnes ont été condamnées et d’autres sont en détention provisoire à la sureté de Conakry et on attend leur jugement demain lundi 27 avril 2015 », ajoute ce responsable de l’UFDG.
Par rapport aux cas de mort, l’UFDG déplore deux cas de mort dont celui enregistré dans la journée du 23 avril 2015 à Labé.
En ce qui concerne les personnes interpellées à l’intérieur du pays, Maladho Diallo a indiqué à Guineematin.com qu’il y a quatre (4) à Mamou et deux responsables à Kindia, qui attendent tous d’être jugés ce lundi 27 avril.
Thierno Amadou Camara

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire