Subscribe in a reader

translate/traduction

Pages vues depuis décembre 2009

samedi 11 avril 2015

Les fous de la marchandisation de l'innovation ont encore frappé (lire sur Numérama et préparer la révolisation)

par Yanick Toutain
REVACTU
11/4/2015


"Les (vrais) postmarxistes considérent que les 4 principales Innovations ancestrales forment à elles seules plus de 80% de la productivité humaine actuelle.
Le feu (cuisson, chauffage, éclairage), les mots, l'agriculture (incluant l'irrigation) et les nombres sont des Innovations ancestrales que la classe sociale innovoisie (qui touche droits d'auteurs et droits de brevets) et les capitalistes vautours de la strate des Parasites utilisent GRATUITEMENT ces Innovations ancestrales.
Personne ne paye de droits d'auteurs pour utiliser l'éclairage.
De la même façon les gammes musicales sont utilisées gratuitement par tous les vautours de l'innovoisie.
Les Fermiers Généraux de la SACEM ne payent pas un centime aux descendants de Philolaos ou de Puthagoras (rebaptisé Pythagore en France)"





Captain Copyright le héros des cinglés
de la marchandisation de l'innovation
Les cinglés de la marchandisation de l'immatériel n'ont pas de limite à leur folie.
Voici un échantillon provenant de Numérama et mon commentaire

Copyright Madness (#99) : une semaine de propriété intellectuelle en délire !

Comme chaque samedi, Numerama vous propose de découvrir la sélection du meilleur et surtout du pire de la propriété intellectuelle, réalisée par Lionel Maurel et Thomas Fourmeux. Cette semaine, vous aurez droit à Apple qui aura du retard en Suisse avec son iWatch, de l'impression 3D et de YouTube et son Robotcopyright. Bonne lecture !

extrait
  1. Quatrième dimension. Les sénateurs socialistes ont eu une véritable idée de génie lors du débat sur la loi Macron, qui risque bien de leur valoir de figurer dans le Worst of Copyright Madness 2015. Ils souhaitent en effet étendre la redevance pour copie privée à... l'impression 3D ! Certes, l'impression 3D peut soulever des questions de propriété intellectuelle, mais de là à étendre un mécanisme qui profiterait surtout à la SACEM et à la SACD, il y a un gouffre que les sénateurs n'ont cependant pas hésité à franchir.
    Thumbnail for Les sénateurs PS veulent " taxer " l'impression 3D avec la redevance copie privéeLes sénateurs PS veulent " taxer " l'impression 3D avec la redevance copie privéeAu Sénat, le groupe socialiste a déposé un amendement visant à étendre la redevance pour copie privée à l'impression 3D. Un texte qui sera débattu à l'occasion du projet de loi Macron sur la croissance, l'activité et l'égalité des chances. La redevance copie privée a pour vocation de compenser le préjudice subi par les ayants droit.

COMMENTAIRE POSTMARXISTE

Commentaires à propos de «Copyright Madness (#99) : une semaine de propriété intellectuelle en délire !»



YanickToutain le 11/04/2015 à 11:26



Excellent catalogue de la folie que génère l'absurde prétention à faire commerce des Innovations, qu'elles soient Découvertes, Inventions ou Créations artistiques..
ou qu'elles soient innovations (i minuscule) mais fausses Innovations (des nouveautés ayant comme conséquence de freiner la productivité historique de l'humanité - que ce soient des "gadgets" inutiles ou des outils de morts.)
Les (vrais) postmarxistes considérent que les 4 principales Innovations ancestrales forment à elles seules plus de 80% de la productivité humaine actuelle.
Le feu (cuisson, chauffage, éclairage), les mots, l'agriculture (incluant l'irrigation) et les nombres sont des Innovations ancestrales que la classe sociale innovoisie (qui touche droits d'auteurs et droits de brevets) et les capitalistes vautours de la strate des Parasites utilisent GRATUITEMENT ces Innovations ancestrales.
Personne ne paye de droits d'auteurs pour utiliser l'éclairage.
De la même façon les gammes musicales sont utilisées gratuitement par tous les vautours de l'innovoisie.
Les Fermiers Généraux de la SACEM ne payent pas un centime aux descendants de Philolaos ou de Puthagoras (rebaptisé Pythagore en France)
https://euler.ac-ver...gamme/index.xml
La science humanologie met en lumière une chose fort simple : un humain est une entité vivante à qui a été transmis les principales Innovations ancestrales.
On n'est pas humain si l'on ne connait ni le feu, ni les mots, ni l'agriculture ni les nombres.
Le fait de marchandiser ces savoirs ou les quelques savoirs supplémentaires découverts, inventés ou créés depuis un siècle est une ABSURDITE HISTORIQUE.
Mais celle-ci va de pair avec toutes les conséquences de la pathologie consumériste (folie qui atteint ceux qui exigent de consommer plus que le PIB moyen mondial).
Les vrais Innovants solidaires veulent vivre dans une société de marché (pour les objets) avec un revenu consommable de 1000 euros (1300 dollars) par mois.
Mais en pouvant investir librement 300 euros (400 dollars) .
Ce sera une société libérale-égalitariste.
Les élections auront disparu, l'Etat en voie de disparition ne sera formé que de délégués révocables contrôlés au minimum par 25 délégateurs. (25^x contrôleurs pour les responsables dia-étatique de niveau x)
Et les représentants du peuple n'auront plus aucun contrôle sur l'investissement.

Comme le montre l'article, la folie consistant à faire commerce de l'immatériel aboutira à mettre des puces dans le cerveau des gens.
Voici la fin du manifeste que j'avais écrit en 1996 au moment de la découverte du concept d'innovoisie
+++++++++++++++++++

 ÉLÉMENTS POUR UN MANIFESTE PROGRAMMATIQUE ÉGALITARISTE.
(...)
Mais trois facteurs font que cette classe, à peine apparue, à l'échelle historique, est déjà condamnée, est déjà un archaïsme.
Le premier est le cadre juridique qui lui est nécessaire pour maintenir son appropriation privée, égoïste, des fruits de son travail. Ce cadre juridique, qui la pousse à s'abriter sous le parapluie de l'Etat bourgeois - bande armée des capitalistes - qui la poussera, après demain à massacrer ceux qui s'opposent à elle et à ses privilèges.
Le deuxième est la distorsion qu'elle produit à l'échelle de la planète : Interdiction au Tiers Monde, la Chine, l'Afrique... d'utiliser gratuitement le fruit de ses innovations. Cette distorsion est une - sinon la principale - cause de l'écart croissant entre les 20% de pays les plus riches par rapport aux plus pauvres. Ecart qui a doublé en trente ans. Ecart de richesse qui fait que les premiers ont soixante fois le revenu des plus pauvres. Distorsion qui aboutit à interdire au Tiers Monde d'accéder aux remèdes et aux thérapies inventées au Nord - ce qui aboutira à nucléariser, tôt ou tard, le Tiers Monde pour empêcher la montée au Nord des virus, du SIDA et de ceux qui chercheront à échapper à la misère.
Distorsion qui est responsable des 700 millions de chômeurs sur Terre.
Cette distorsion a une cause simple : les innovateurs exploiteurs craignent plus que tout, la concurrence; ils craignent de voir apparaître des créateurs partageurs, des innovateurs égalitaristes, des concepteurs solidaires. Ils craignent déjà l'accès au savoir et à la compétence inventive de ceux qui jouent leur jeu - leurs concurrents -, mais, pire encore, ils craignent ceux qui inventent, innovent, créent sans l'espoir, sans la volonté d'un retour, d'un avantage économique.
Cette contradiction est mortelle pour ces exploiteurs, car ce sont ces 700 millions d'humains chômeurs qui deviendront bientôt des milliards - qui sont les "consommateurs" de leurs inventions.
Leur logique est celle d'un Bill Gates produisant des machines pour un seul Michael Jackson qui chantera à l'intention du premier. Les deux précédents bénéficiant des découvertes génétiques du dernier chercheur.
Le troisième facteur qui la condamne est le fait qu'elle crée une distorsion économique
son niveau de consommation supérieur incite à la production d'objets de moins en moins utiles à l'espèce humaine : des tableaux artistiques à cristaux liquides comme chez Bill Gates plutôt que des logiciels pédagogiques, des cosmétiques plutôt que des vélos, des ?uvres artistiques décadentes plutôt que des outils informatiques à bas prix pour tous les pauvres de la planète.
Sa capacité d'investissement la pousse, d'autre part, à investir dans des secteurs porteurs sur le plan économique, au détriment des secteurs les plus rentables pour l'espèce humaine : un Michael Jackson qui cherche à faire des Disneylands pour les petits occidentaux est un criminel économique pour les enfants du Tiers Monde - sans parler des imbéciles d'acteurs qui font des Planet Restaurants de luxe.
Mais, au-delà de ces trois facteurs, il existe un moteur fondamental qui condamne cette classe.
Il a fallu, de l'Egypte à l'an mille, 3500 ans pour que disparaissent, à une échelle de masse, les derniers résidus de l'esclavagisme, de la transmission, à des héritiers, de la possession d'autres êtres humains.
Les compétences nécessaires aux héritiers étaient limitées. Les Romains ont tenu 1000 ans, les sudistes américains 300 ans.
La transmission de la terre féodale s'est maintenue, elle, de 500 au 17° / 18° siècle, environ 1200 ans. Mais les derniers héritiers, par leur incompétence, ont eu besoin de s'appuyer sur l'Etat fort absolutiste si la bourgeoisie n'avait pas, comme en Angleterre, fusionné avec la vieille classe.
La transmission de l'héritage actions / machines était, elle, encore plus fragile : entre 1649 et 1917, il s'est écoulé moins de 270 ans.
On a vu, récemment, les difficultés des staliniens à transmettre à leurs enfants les compétences "CD ROM" nécessaires à la gestion : en manipulant le système scolaire pour favoriser les leurs, ils n'ont abouti qu'à empêcher le progrès de l'ensemble : les détenteurs du savoir ont tenu le pouvoir 70 ans...
... Et ils ne le reprendront plus, car les innovateurs, inventeurs, artistes, chercheurs, les tenants des nouvelles technologies humaines, le nouveau mode de production, cognent déjà à la porte du pouvoir.
Que ce soit sous la forme des innovateurs exploiteurs égoïstes et de leur nouvel Etat répressif thermidorien, ou que ce soit sous la forme des innovateurs partageurs, artistes- chercheurs - inventeurs égalitaires, qui savent déjà que leur avenir est intrinsèquement à celui de l'espèce humaine tout entière, et qu'il est dans le progrès de celle-ci vers 6 milliards d'innovateurs solidaires, solitaires et collectifs.
Quel imbécile confierait aux enfants d'Einstein des milliards d'investissement ?
Quel imbécile justifierait que le fils de Rimbaud touche plus que le garagiste ou l'enseignant du bout de la rue ?
Quel imbécile justifiera que la fortune de Picasso sera dans les mains de Paloma, que celle de Madonna sera d'un bon usage dans les mains de sa Lourdes ?
Qui prétendra que les enfants de Bill Gates seront meilleurs gestionnaires que ceux de Sting ? Que ceux-ci seront meilleurs que les enfants de Moreno ?
La fille de Goscinny, que fait-elle de la fortune de son père ? Est-ce drôle ?
Cette classe des héritiers des innovateurs est le glas du règne de la possession fructueuse d'un capital - qu'il soit machine ou capital humain...
Ou est la fin du règne de l'espèce humaine si nous les laissons hériter de la fortune de leurs parents : ils chercheront à se protéger, à protéger leur fortune, à protéger leur incompétence.
Le jour où ils seront les principaux actionnaires de la planète, et même, en cas de révolution anti-bourgeoise, le jour où ils seront les humains les plus riches de planète, le jour où ils concentreront dans leurs mains le dixième, le tiers, la moitié de la richesse mondiale, ils n'auront plus d'autres choix que de se protéger derrière une barrière nucléaire apocalyptique.
yanick toutain
sociologiehistorique (ancien site sur voilà.fr)
26/07/00 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire