Subscribe in a reader

translate/traduction

Pages vues depuis décembre 2009

samedi 18 avril 2015

L'Havrais Vérité: La police tue ton frère en décembre et te fait payer 105 € pour des stickers « Notre police assassine » en avril


Birama Camara, frère de Abdoulaye Camara 
victime du harcèlement policier au Havre


Ce parti qui colle aussi des stickers
ne soutient pas la famille
Camara, mais soutient le gouvernement
et se désiste pour le Parti Socialiste
#2poids2mesures
par Yanick Toutain
L'Havrais Vérité
16/4/2015



En Chine, la dictature fait payer aux familles les balles pour assassiner les opposants au régime et les égarés rendus fous par le stalinofascisme.
Au Havre, la police de Cazeneuve menace de mort pendant un an, exécute la victime, puis commence à harceler le frère de celui qui a été assasiné devenu blogueur.
Mais cela ne suffit pas pour les complices du crime : ils en viennent à traquer en ville tous les membres de la famille.
Le 2 avril, Birama avait 29 stickers dans son sac.
Il en colle 7 sur des poteaux proches de la rue Jules Lescesne.
La police nationale l'interpelle et va la faire « condamner » à payer 105,93€
Vous recevrez prochainement, de ce fait, une facture d'un montant de 105.93 € qu'il conviendra de vous acquitter auprès de Monsieur le Trésorier Principal du Havre Municipale. 

7 STICKERS POSES et 22 VOLES PAR LA POLICE

Pour 7 stickers.
C'est en effet le nombre de ceux qu'il a posé sur des poteaux.
Son frère Abdourahmane, blogueur le questionnait par Facebook

Abdourahmane Camara : T'as collé combien de stickers 
Birama Camara : A côté du palais justice : 7 
Abdourahmane Camara 7 stickers c'est ça Birama Camara : Oui oui 7 et ils mon m'ont pris 22 stickers dans mon sac+


Mais Brigitte Kérivel écrit (mensongèrement)

Vous avez procédé ou fait procéder à l'affichage sauvage de publicités sur le domaine public communal havrais.
L'affichage sauvage sur la commune étant interdit, 22 affiches ont été enlevées le jeudi 2 avril 2015 par les services municipaux (rue Jules Lecesne).  

On serait bien curieux de lire quelles sont les preuves de cet enlevage de 22 affiches ...... et de savoir où sont passés les 22 stickers - jamais collés nulle part et donc avec leur colle au dos .... qui ont été volés à Birama....
Personne ne suppose encore que les policiers se seraient "amusés" à les coller eux-mêmes !

AUCUNE DECENCE
CHEZ CETTE MUNICIPALITE D'EDOUARD PHILIPPE

C'est à une famille en deuil qu'elle s'adresse.
Mais l'abjection ne s'arrête pas là.
Alors même que Abdoulaye Camara avait été agressé chez lui par 6 visiteurs nocturnes, (avec plusieurs blessures que l'autopsie signalera comme ayant été infligées par eux à, qu'il était sorti en sang de son domicile, qu'il avait été victime de jets de gaz lacrymogènes par des ses futurs assassins (appelés par 2 voisines dont l'enquête montre qu'elles sont en relation probables avec les 6 agresseurs) , alors même que le procureur Nachbar, en mentant effrontément, avait inventé une imaginaire "légitime défense" en faveur des assassins, alors même que l'enquête des juges havrais marche à vitesse d'escargots, alors même qu'on attend de voir les enquêteurs de l'IGPN..... c'est un famille qui subit encore les calomnies propagées par des médias bourgeois aux ordres qui est à nouveau harcelée.
Après Abdourahmane Camara, c'est maintenant Birama Camara qui subit le harcèlement de la police et le racket municipal.
Un racket de la directrice de la propreté d'une ville puante aux responsables puants protégeant les agresseurs d'enfants dans les écoles .... qui ne prend même pas la peine de présenter ses prétendues preuves contre sa victime...
Elle commet même un probable faux en écritures publiques : 22 ce n'est pas le nombre de stickers posés.
22 c'est le nombre de stickers illégalement volés par les policiers à leur victime.
Mais au Havre, la voyoucratie s'est affranchie de toutes les lois !
Ce sont les sarkozystes et les socialofascistes qui font la loi !
Encore une preuve !








BRIGITTE KERIVEL ET EDOUARD PHILIPPE
FONT PAYER UNE FAMILLE EN DEUIL


PROPRETE ET INTERVENTIONS URBAINES
Brigitte KERIVEL Directeur
Dossier suivi par Brigitte KERIVEL
Objet Atteintes au cadre de vie - affichage Réf : LT/CS — DPIU n°82
Monsieur,

Le Havre, le 7 avril 2015
Vous avez procédé ou fait procéder à l'affichage sauvage de publicités sur le domaine public communal havrais.
L'affichage sauvage sur la commune étant interdit, 22 affiches ont été enlevées le jeudi 2 avril 2015 par les services municipaux (rue Jules Lecesne).
J'ai ainsi le regret de vous informer que conformément à la délibération du conseil municipal du Havre en date du 21 mars 2011 et à l'arrêté du Maire du Havre du 4 novembre 2010, les frais afférents à l'enlèvement de ces affiches et au nettoyage des lieux après dépose, vont vous être facturés.
Vous recevrez prochainement, de ce fait, une facture d'un montant de 105.93 € qu'il conviendra de vous acquitter auprès de Monsieur le Trésorier Principal du Havre Municipale.
Je vous engage vivement à l'avenir à veiller au respect de la réglementation en vigueur au Havre et de ne plus apposer de publicités sur le domaine public, ce procédé nuisant à la qualité de vie de nos concitoyens,
Je vous prie de croire, Monsieur, à l'assurance de ma considération.
Monsieur Birama CAMARA XXX  LE HAVRE


Brigitte KERIVEL



POST SCRIPTUM 18/4 LE VENT TOURNE

LA PRESSE HAVRAISE QUI REPRENAIT TOUS LES MENSONGES DU PROCUREUR NACHBAR REPRENAIT HIER L'INFORMATION


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire