Subscribe in a reader

translate/traduction

Pages vues depuis décembre 2009

mercredi 1 avril 2015

Sarkozy "témoin assisté" mais pas pour l'attaque MNLA Ansardine du Mali, ni le meurtre de Kadhafi son corrupteur ni le coup d'Etat en Côte d'Ivoire et les 3000 morts pour renverser le président Gbagbo

Les 82 victimes de l'attaque d'Aguel Hoc
sont aussi les victimes de Sarkozy qui
appela le MNLA et Iyad Ag Ghali à envahir le Mali
 le 24 janvier 2012 à Ménaka puis Aguel Hoc
par Yanick Toutain
REVACTU
1/4/2015


Sarkozy a donc fini par être placé sous le statut de "témoin assisté".
Cela pourrait sembler être un poisson d'avril.
L'homme qui a tellement de crimes à son compte vient d'être mis en cause par la "justice" française un premier avril. Certains juges aveugles au martyr des Africains poursuivent le corrompu pour une banale histoire de pénalités.
Nicolas Sarkozy placé sous le statut de témoin assisté dans l'affaire des pénalités payées par l'UMP (France Info)Les juges enquêtent sur le paiement par l'UMP de pénalités d'environ 500 000 euros infligées au candidat Sarkozy après le rejet des comptes de sa campagne à la présidentielle de 2012 .Nicolas Sarkozy a été placé, mercredi 1er avril, sous le statut de témoin assisté. L'ex-président était entendu par les juges sur le paiement par l'UMP de pénalités  d'environ 500 000 euros infligées au candidat Sarkozy après le rejet des comptes de sa campagne présidentielle de 2012, a annoncé le procureur de Paris.L'ancien chef de l'Etat, "à l'issue de son interrogatoire de première comparution, a été placé sous le statut de témoin assisté", précise le parquet. Ce statut est intermédiaire entre celui de témoin simple et de mis en examen. L'enquête est ouverte pour abus de confiance. L'ex-patron de l'UMP Jean-François Copé a déjà été mis en examen pour abus de confiance.Par Mis à jour le  , publié le 

 Dans un article récent, Revactu rappelait une toute petite partie du CV criminel de Nicolas Sarkozy.
Un des organisateurs de l'attaque du Mali avouait lui-même ce que tous les résistants savent depuis 2012 : Ce sont les services secrets de Sarkzoy qui ont organisé l'attaque du Mali par les terroristes MNLA et Ansardine

VENDREDI 20 MARS 2015


Le complot Franceàfric prépare la dictature en France. Réponse à Damaye sur Numérama

Les 82 victimes de l'attaque d'Aguel Hoc
sont aussi les victimes de Sarkozy qui
appela le MNLA et Iyad Ag Ghali à envahir le Mali
 le 24 janvier 2012 à Ménaka puis Aguel Hoc
Par Yanick Toutain

20/3/15

1° Sarkozy et Hollande ont versé 58 millions de dollars à Al Qaeda AQMI (source New York TImes)http://revolisationactu.blogspot.fr/2015/01/qui-finance-al-qaeda-ansardine-boko.htmlDe quoi financer 10000 terroristes pendant 3 anshttp://revolisationactu.blogspot.fr/2014/05/mali-nigeria-le-salaire-de-10000.html
2° (on sait depuis janvier que) L'invasion du Mali en janvier 2012 a été faite sur demande de Sarkozy (la source est l'aveu d'un de principaux coupables, dirigeant du MNLA  Hama Ag Mahmoud (Beau fils de Mohamed Ali Ag Attaher, l'Amenokal des Kal-Ansar,)
"La France a demandé au MNLA de l’aider à faire déserter tous les combattants de l’Azawad qui étaient dans l’armée libyenne, pendant la guerre de Libye. (...)  Et en contrepartie, elle nous avait donné son feu vert pour l’indépendance de l’Azawad. C’est l’accord qui a été conclu avant la guerre entre le MNLA et la France. Et immédiatement la guerre gagnée par le MNLA, la France a changé complètement de politique."


Ce sont ces mêmes terroristes MNLA que l'opération Serval a ré-installé au Nord Mali en janvier 2013.
Assassins, narco-trafiquants, ils sont coupables des 82 morts de Aguel Hoc le 24 janvier 2012



COUP D'ETAT EN CÔTE D'IVOIRE

Même si les complices des barbouzes Franceàfric ont pris le contrôle de Wikipédia, ceux-ci sont contraints de révéler une partie de la vérité. Le mot "fraudes présumées" est typique des magouilles pilotées par la DGSE Franceàfric pour camoufler la vérité sur les crimes commis sur le continent africain. "Fraudes grossières et avérées dont les preuves circulent sur Internet depuis décembre 2010" serait la formule appropriée. :


La crise ivoirienne de 2010-2011 est une crise politique en Côte d'Ivoire qui débute après le second tour de l'élection présidentielle ivoirienne de 2010, le premier scrutin depuis 10 ans, dont le résultat amène à un différend électoral, à la suite de fraudes présumées.
Les deux candidats, Laurent Gbagbo, président sortant et reconnu par le Conseil constitutionnel, et Alassane Ouattara, reconnu par la Commission électorale indépendante et la communauté internationale, revendiquent chacun la victoire. Laurent Gbagbo est finalement arrêté le 11 avril 2011. Le dernier bastion pro-Gbagbo tombe le 4 mai suivant ; le même jour, Alassane Ouattara est proclamé chef de l'État par le Conseil constitutionnel.
Dans son rapport rendu le 10 août 2012, la Commission d'enquête nationale mise en place après l'investiture de Ouattara estime le nombre de morts total à 3 248 (1 452 morts imputées au camp Gbagbo, 727 au camp Ouattara et 1 069 non attribuées à un camp ou l'autre en raison de problèmes d'identification des victimes)2.
Des dizaines de PV électoraux de bureaux de votes avec ZERO voix pour Laurent Gbagbo ont été fabriqués par les marionnettes terroristes du Français chef de la police de l'ONU et protecteur des bandes armées de Ouattara-Soro !
Il est vrai que sur cette vidéo, on comprend bien mieux qui a commencé les premières violences post-électorales : les terroristes de Guillaume Soro qui ont attaqué la Côte d'Ivoire avec le gangster IB


CORRUPTION DE SARKOZY PAR KADHAFI
 ET ASSASSINAT DU CORRUPTEUR 

Le Mali ne fut pas seulement le pays victime d'un complot visant à construire un prétexte pour l'invasion Serval. Il est aussi le pays qui est au coeur de l'organisation de la corruption de Sarkozy par Kadhadi.
Même Jeune Afrique est contrainte de mettre les projecteurs :


29/08/2014 à 12:37
Le Guide libyen et Nicolas Sarkozy à Lisbonne, en 2007.
Le corrupteur et le corrompu
Mouammar Kadhafi et Nicolas Sarkozy à Lisbonne, en 2007
.
 © Antonio Cotrim/Pool/AFP

Comme l'a révélé J.A. en exclusivité, les juges qui enquêtent sur le financement de la campagne de l'ex-président français en 2007 ont adressé une demande d'entraide judiciaire à Bamako. Objectif : vérifier si le Mali a servi de plaque tournante à des versements occultes prodigués par Kadhafi.
La guerre de 2011 en Libye fut la guerre de Nicolas Sarkozy. Trois ans plus tard, le spectre de Mouammar Kadhafi continue de le hanter. À la suite d'une plainte contre X ouverte en avril 2013 pour "corruption, blanchiment, trafic d'influence et abus de biens sociaux", la justice française tente en effet de reconstituer les liens que l'ancien chef de l'État français avait tissés avec le régime de Tripoli. Et d'exhumer des preuves d'un financement présumé de sa campagne présidentielle de 2007.
Comme l'a révélé en exclusivité J.A. sur son site, les juges français ont adressé, ce 15 août, une demande d'entraide judiciaire au Mali, qui était l'un des terrains de jeu préférés de Kadhafi et le premier bénéficiaire de ses investissements. L'ex-président Amadou Toumani Touré (ATT) est resté fidèle au "Guide" jusqu'à la fin.
Au point que l'on soupçonne Bamako d'être devenu, sous la supervision de Cheick Amadou Bany Kanté, conseiller spécial d'ATT chargé des "affaires libyennes", l'une des plaques tournantes financières de Kadhafi en Afrique - et le lieu d'où auraient pu transiter des financements occultes destinés à Sarkozy.


Lire l'article sur Jeuneafrique.com : France-Libye | France - Libye : Sarkozy, Kadhafi et la piste malienne | Jeuneafrique.com - le premier site d'information et d'actualité sur l'Afrique
Follow us: @jeune_afrique on Twitter | jeuneafrique1 on Facebook




On attend que les censeurs Franceàfric qui contrôlent Wikipédia laissent transparaitre la suite de la vérité sur l'assassinat de Kadhafi par Sarkozy.
Nul doute que celui qui a lancé l'armée française pour saboter la révolution libyenne avait un intérêt direct à faire taire définitivement celui qui l'accusait d'avoir accepté l'argent de la corruption
Devant les versions contradictoires sur les circonstances de sa mort, sa veuve et plusieurs organisations internationales, dont le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme, réclame la mise en place d'une enquête à ce sujet23. Alors que les autorités libyennes évoquent un décès survenu lors d'un échange de tirs, plusieurs sources indiquent qu'il pourrait s'agir d'une exécution sommaire21Saadi Kadhafi, un des fils de l'ancien dirigeant libyen, se dit « choqué et outré par la violente cruauté » manifestée à l'égard de son père et de son frère défunts21. Certaines sources Libyennes évoquent même un assassinat par un agent desServices Secrets français, sur ordre du président Sarkozy24,25.
Le 24 octobre 2011, le président du Conseil national de transition, Moustafa Abdel Jalil, annonce finalement la création d'une commission d'enquête26, affirmant à la fois que « le responsable de cela [le meurtre de Kadhafi], quel qu'il soit, sera jugé et bénéficiera d'un procès équitable » et être « sûr que c'était un acte individuel et non pas un acte des révolutionnaires ou de l'armée nationale »27. La veille, le 23 octobre, le médecin ayant pratiqué une autopsie sur le corps de Mouammar Kadhafi, Othman El-Zentani, avait indiqué que celui-ci avait été « tué par balles », tout en précisant que son rapport n'était « pas fini »21. Peu après, Moustafa Abdel Jalil affirmera qu'il y a eu un ordre de tuer le colonel, ordre qui aurait été envoyé par un pays étranger28.
La famille de Mouammar Kadhafi, réfugiée en Algérie et au Niger, fait savoir, le 26 octobre, qu'elle compte porter plainte pour « crime de guerre » auprès de laCour pénale internationale. Elle dénonce le fait que « des hélicoptères de l'OTAN » ont tiré sur le convoi alors qu'il « ne présentait aucun risque pour les populations, ainsi que la « profanation » du corps de l'ancien dirigeant libyen29.
Le 15 décembre 2011, le procureur de la Cour pénale internationaleLuis Moreno Ocampo, estime que la mort de Kadhafi pourrait constituer un crime de guerre30.


2 commentaires:

  1. Je crois que la politique doit être dictée par le peuple....Sarkozy ce barbouze de la FranceAfrique doit être traduit à la cour pénale internationale pour crime conte l'humanité.
    Nous sommes un peuple souverain mais il nous unir notre force pour la bataille dite révolution tout azimut ....
    Nous resterons toujours debout face à ses monstres du nouvel ordre mondial

    RépondreSupprimer
  2. On ne lachera rien jusqu'à la victoire finale !!!

    RépondreSupprimer