Subscribe in a reader

translate/traduction

Pages vues depuis décembre 2009

jeudi 7 mai 2015

Les débats radios et TV interdits pour 3 mois au Burkina Faso ! Le fascisme Franceàfric s'étend de France vers l'Afrique

La dictature Zida au Burkina Faso bâillonne toute liberté d'expression sur les radios !

par Yanick Toutain
REVACTU
7/5/2015


Article 1:
Les émissions d’expression directe sont suspendues des programmes des radiodiffusions sonores et télévisuelles pour une durée de trois (3) mois.
Cette mesure ne s’applique pas aux émissions sur la santé et celles à caractère ludique, sentimental et culturel.
Article 2 : 
Les médias audiovisuels concernés sont tenus de suspendre les émissions d’expression directe dans les conditions définies à l’article 1. 
Tout contrevenant s’expose aux sanctions prévues par les textes en vigueur.



On avait vu le tyran ONU de RDC imposer le couvre-feu télématique en supprimant internet pendant plusieurs semaines, voici maintenant Zida le criminel du RSP, le voleur de la révolution burkinabè du 30 octobre qui supprime la radio libre au Faso

On se souviendra du nom des fascistes compradores.
Ils auront des comptes à rendre dans le TPR sankaristes qui se mettront prochainement en place
Madame Nathalie SOME, Présidente
Monsieur Désiré COMBOIGO, Vice-président
Monsieur Jean de Dieu VOKOUMA, membre
Monsieur Bakary Alexandre SANOU, membre
Madame Victoria OUEDRAOGO, membre
Madame Abibata KOULIDIATI, membre
Monsieur Joseph BONZI, membre
Monsieur Sékou KARAMBIRI, membre

20 janvier 2015 en RDC
Les opérateurs Internet de République démocratique du Congo (RDC) ont reçu l'ordre de couper l'accès à Internet dans la capitale Kinshasa, qui connaît de très violentes manifestations opposant les forces de l'ordre et des manifestants hostiles au président, Joseph Kabila. Les communications SMS et l'accès à Internet en 3G étaient déjà coupés ce matin, ont constaté des journalistes sur place.En savoir plus 




Communiqué de presse : suspension des émissions d’expression directePDFImprimerEnvoyer
Le Conseil supérieur de la communication suspend les émissions d’expression directe sur les radiodiffusions sonores et télévisuelles à l’exception des programmes portant sur la santé et ceux à caractère ludique, sentimental et culturel.
Le Conseil supérieur de la communication a décidé, au cours de sa session extraordinaire du mercredi 06 mai 2015, de suspendre les émissions d’expression directe sur les médias audiovisuels pour une durée de trois (03) mois à compter du jeudi 07 mai 2015.
Cette décision fait suite aux nombreux dérapages constatés dans la conduite et le contenu desdites émissions malgré les actions pédagogiques entreprises à l’endroit des animateurs et du public. Elle est particulièrement motivée par le souci d’assurer un climat apaisé et propice à la cohésion sociale en cette période sensible de la vie de notre pays. La suspension de ces émissions vise à circonscrire les graves atteintes aux droits, à l’honneur, à la dignité d’autrui ainsi qu’à l’ordre public fréquemment constatées dans ce type de programme.
Les émissions d’expression directe, bien conduites, constituent des espaces de liberté pouvant contribuer à forger une opinion citoyenne, à sensibiliser et à former le public pour une participation aux efforts de construction de la nation. Cette mesure de suspension ne concerne pas les émissions sur la santé et celles à caractère ludique, sentimental et culturel à condition qu’elles demeurent dans leur objet.
La présente décision s’applique sur toute l’étendue du territoire national et les éventuels contrevenants s’exposent aux sanctions prévues par les textes en vigueur. 
La Direction de la Communication et des Relations publiques 
Contact : 25 30 11 24, poste 152 ou au 70 54 82 84


DECISION N° 2015- 008 /CSC portant suspension des émissions d’expression directe sur les radiodiffusions sonores et télévisuelles au Burkina Faso.PDFImprimerEnvoyer
LE CONSEIL SUPERIEUR DE LA COMMUNICATION
Vu la Constitution ;
Vu la Charte de la Transition ;
Vu la loi organique n° 015-2013/AN du 14 mai 2013 portant attributions, composition, organisation et fonctionnement du Conseil supérieur de la communication ;
Vu  la loi n°56/93/ADP du 30 décembre 1993 portant code de l’information ;
Vu  le décret n°2014-712/PRES du 11 août 2014 portant nomination de membres du Conseil supérieur de la communication ;
Vu  le décret n°2014-732/PRES du 05 septembre 2014 portant nomination du Président du Conseil supérieur de la communication ;
Vu  l’arrêté n°2014-0007/CSC/CAB du 16 mai 2014, portant classification des médias audiovisuels au Burkina Faso ;
Vu  la décision n°2003-0001/CSI du 24 juin 2003 portant réglementation des émissions d’expression directe sur les antennes des radiodiffusions sonores du Burkina Faso ;
Constatant que la conduite des émissions d’expression directe sur les ondes des radiodiffusions sonores et télévisuelles ne respecte pas les dispositions de la décision n°2003-0001/CSI du 24 juin 2003 portant réglementation des émissions d’expression directe sur les antennes des radiodiffusions sonores du Burkina Faso, notamment les articles 5, 6 et 7; que de nombreux manquements sont constatés au cours desdites émissions;
Constatant que ces manquements ont plusieurs fois fait l’objet de rappels à l’ordre par voie de correspondance ;
Considérant que le Conseil supérieur de la communication, dans une approche pédagogique, a entrepris depuis janvier 2015 une série de formations au profit des journalistes et des animateurs desdites émissions, et une série de campagnes de sensibilisation en direction du public, ce dans le but d’assainir les contenus de ces émissions ;
Considérant le climat social actuel et le caractère sensible de la période électorale à venir ;
Considérant que la mauvaise conduite des émissions interactives peut être préjudiciable à la cohésion sociale et à la réussite des élections à venir ;
Le Conseil, après en avoir délibéré en sa séance du 6 mai 2015 ;
D E C I D E
Article 1:
Les émissions d’expression directe sont suspendues des programmes des radiodiffusions sonores et télévisuelles pour une durée de trois (3) mois.
Cette mesure ne s’applique pas aux émissions sur la santé et celles à caractère ludique, sentimental et culturel.
Article 2 : 
Les médias audiovisuels concernés sont tenus de suspendre les émissions d’expression directe dans les conditions définies à l’article 1. 
Tout contrevenant s’expose aux sanctions prévues par les textes en vigueur.
Article 3 : 
La présente décision prend effet à compter de sa date de signature. 
Elle sera publiée au Journal Officiel du Faso.
Ouagadougou, le…………………………………
Pour le Conseil supérieur de la communication
La Présidente,
Nathalie SOME
Chevalier de l’Ordre du Mérite Burkinabè
Ont siégé :
Madame Nathalie SOME, Présidente
Monsieur Désiré COMBOIGO, Vice-président
Monsieur Jean de Dieu VOKOUMA, membre
Monsieur Bakary Alexandre SANOU, membre
Madame Victoria OUEDRAOGO, membre
Madame Abibata KOULIDIATI, membre
Monsieur Joseph BONZI, membre
Monsieur Sékou KARAMBIRI, membre
Madame Odile KABORE, membre

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire