Subscribe in a reader

translate/traduction

Pages vues depuis décembre 2009

mercredi 13 mai 2015

Policiers ou "Bolloriciers" à Calais : des milices fascistes racistes violentes délinquantes construites au sein de la police, des CRS, de la gendarmerie et de l'armée

par Yanick Toutain
13/5/2015


Les policiers de Biya qui menaçaient de mort le leader syndical Michael Agbor en 2008 à Kienké au Cameroun étaient des Bolloriciers.
Des miliciens fascistes chargés d'empêcher les salaires  à 50 euros d'augmenter.
Il ne fallait pas que les 10 000 planteurs grèvistes de la SOCAPALM, les esclaves de Bolloré et de Fabri le Belge esclavagiste puissent obtenir les 2 ou 3 euros de plus par mois qu'ils réclamaient.
Les menaces de mort faisaient partie de leur panoplie.

MERCREDI 22 AVRIL 2015

On voit à Calais que les coups de pied sont une des techniques favorites des Bolloriciers CRS envoyés par Cazeneuve pour cogner sur l'Africain ou l'Asiatique. 

Cette scène a été filmée puis montée par des militants de l'association Calais Migrants Solidarity (CMS) et révélée par le quotidien Nord Littoral (voir la vidéo ci-dessus). L'évacuation - dont on ne voit ni le début ni la fin - est musclée : coups de pieds, migrants projetés par-dessus la glissière de sécurité de la rocade du port de Calais, gaz lacrymogènes.
Les CRS font "leur travail"Sur la vidéo, on peut voir l'un des migrants s'enfuir. Il se fait rapidement rattraper par les forces de l'ordre et se fait frapper à son tour. "On demande aux collègues d'éloigner rapidement les migrants des camions pour éviter les accidents", justifie à Nord LittoralJohann Cavallero, délégué régional CRS Alliance. Selon lui, les CRS font simplement "leur travail".
Les documents seront envoyés au Défenseur des droits, a affirmé l'association Calais Migrant Solidarity à Nord Littoral. La préfecture du Pas-de-Calais a quant à elle affirmé avoir pris connaissance de la vidéo et précisé au quotidien que les séquences "étaient en cours d'étude".
 Calais : des CRS filmés en train de déloger des migrants, le défenseur des Droits s'auto-saisit de l'affaire
Calais c'est aussi là que le jeune Antonio avait été harcelé par ces Bolloriciers fascistes et racistes

Si les jeunes Innovants (étudiants, lycéens, collégiens) du Havre sont restés insensibles au sort du jeune Antonio qui, à 7 ans, apprenait à lire, pendant le jour, en dormant, pendant la nuit, sur les trottoirs du Havre en octobre-novembre 2012; si les jeunes Innovants de Lille étaient restés insensibles au sort de ce même Antonio len juillet 2012 ("Le flic il a dit "DEGAGE"") et à celui des centaines de Roms entre 2012 et septembre 2013 expulsés de leurs campements avec des méthodes néonazies, cette fois-ci l'expulsion de Léonarda Dibrani aura été la goutte d'eau socialofasciste qui fait déborder le vase. source




SILENCE, ON TUE !
LA MORT POUR TOUS CEUX QUI RESSEMBLENT AUX AFRICAINS ESCLAVES DE BOLLORE

Mais ces victimes ont de la chance.
Elles n'ont pas été purement et simplement tué comme l'a été Mohamed Rahji au Havre.
Mort en garde à vue pour avoir osé réclamer chez Joué-Club pour un jouet défectueux.

mercredi 18 février 2015


2 Ferguson au Havre ! Rassemblement en souvenir d'Abdoulaye Camara devant l'Hôtel de Ville samedi 21 février 14h



En effet, les deux victimes Mohamed Rajhi 41 ans et Abdoulaye Camara 31 ans avaient des liens familiaux
Elles n'ont pas été purement et simplement assassinée comme l'a été Abdoulaye Camara au Havre.
Tué, après plus d'une année de harcèlement par la Brigade Canine


mardi 17 mars 2015


"On aura ta peau !" Depuis plus d'un an, Abdoulaye Camara se disait menacé par la Brigade canine du Havre. Un article par Abdourahmane Camara

Abdoulaye Camara
avec son petit frère, il y a 6 ans

présentation Yanick Toutain
17/3/15

Cette police qui menaçait Abdoulaye Camara, c'est cette même police havraise qui nous a interpellé le 28 juillet 2014 Julie Amadis et l'auteur de cet article. La BAC nous a interpellé 22 jours après le délai de prescription avec des faux en écritures du procureur Nachbar.
Cette même police qui a tiré sur le frère de Abdourahmane Camara.
Faux en écritures que ce procureur voyou du Havre a réitéré pour une convocation (de Julie Amadis seule) à un procès truqué dont on attend encore le résultat...
Faux en écritures que la Cour de Cassation laisse circuler !!!
Une police qui ne nous a toujours pas expliqué de quoi est mort en garde à vue le client de Joué Club en août - Mohamed Rajhi 31 ans.
On attend que le juge d'instruction Marc Hedrich ait le courage de demander à de vrais policiers d'enquêter sur les agissements du réseau raciste du Havre. En particulier sur cette brigade canine qui assassina en décembre celui qu'elle menaçait depuis plus d'un an.
Voici l'article du frère de la victime - Abdourahmane Camara :

"On aura ta peau !" Depuis plus d'un an, Abdoulaye Camara se disait menacé par la Brigade canine du Havre

par Abdourahmane P. Camara
12/3/2015

Mort tué de 10 balles le 16 décembre 2014, Abdoulaye Camara avait parlé à sa famille et à des amis des menaces que lui faisaient les policiers de la Brigade canine.
Depuis plus d'un an Abdoulaye me répétait souvent :
"La police me piste" "Ils me disent "On aura ta peau".
 Je lui disais
"Tu délires, tu deviens parano"
Je lui demandais :
"Pourquoi ils font ça ? Tu fais pas de bizness" ....
Il me répétait .. plusieurs fois. :
"Quand ils me contrôlent dans la rue... j'étais avec des amis ils me contrôlent et me prennent à part de mes amis.... Il me disent "on aura ta peau t'inquiète pas allez tu peux partir...."
Quand j'essayais de lui demander des explications, il ne savait pas pourquoi :
"Je sais pas ? Pour casser les couilles..... à chaque fois je sors de chez moi je les croise toujours la canine et la BAC ils me pistent......"

"ON AURA TA PEAU" LES AMIS DE ABDOULAYE
 L'ONT AUSSI ENTENDU SE PLAINDRE 

Plusieurs amis qui connaissent également Abdoulaye m'ont répété la même chose avec les mêmes mots "On aura ta peau"
"Ton frère nous a dit plusieurs fois qu'il était pisté par les keuf et quand il était contrôlé ils lui disaient "on aura ta peau"

On attend que la police - une vraie police - viennent relever les empreintes des agresseurs du 15 décembre dans l'appartement de Abdoulaye.
On attend que la  police montre toutes les vidéos du quartier le jour de l'assassinat de Abdoulaye.
On attend que la police interroge les témoins qui ont entendu Abdoulaye dire être menacé par la Brigade Canine.
On attend que la police retrouve la trace de ceux qui se sont vanté d'être allé agresser Abdoulaye le 15 décembre au soir.
On attend que la police et la justice viennent rectifier tous les mensonges du procureur Nachbar et nous explique pourquoi celui-ci a affirmé des choses contraires à la vérité.
On attend les excuses des médias qui, sachant que ce procureur était un faussaire dans d'autres affaires (en particulier concernant Julie Amadis et Yanick Toutain) ont répété sans aucune vérification tous les mensonges de ce procureur.
LIRE AUSSI

mercredi 6 mai 2015


18 MAI 2015 Zyed et Bouna 10 ans,après... on n'oublie pas!!


                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                     Appel à mobilisation nationale
Le 27 octobre 2005 à Clichy-Sous-Bois, une dizaine d’adolescents qui sortent du foot sont interpellés par la police et prennent la fuite par peur d’un contrôle. Pris en chasse par plusieurs voitures de la BAC, Zyed,Bouna et Muhittin se réfugient dans un transformateur EDF. Vingt minutes plus tard,Zyed et Bouna meurent électrocutés. Muhittin, gravement brûlé, parvient à prévenir les secours.

Le 18 mai prochain, la cour d’appel rendra publique sa décision au sujet des deux policiers mis en examen dans cette affaire. Inculpés au départ pour mise en danger délibérée, la justice ne retient plus aujourd’hui que la non-assistance à personne en danger pour les deux seuls policiers mis en cause.

Après dix ans de batailles judiciaires et une relaxe confirmée une première fois en appel, quelque soit le verdict il ne sera jamais pleinement satisfaisant. Dans de trop nombreux cas les policiers mis en cause bénéficient d’une impunité judiciaire et sont traités comme des citoyens au-dessus des lois (Amnesty International, avril 2009).

Insultes, contrôles d’identité abusifs, brimades, mutilations, autant de pratiques qui constituent une violence quotidienne. Ali Ziri, Abou Bakari Tandia, Mohammed Boukrourou, Lamine Dieng… Nous ne parlons pas ici d’accidents ou de bavures, mais d’une violence d’Etat dont la justice se fait complice. Faut-il s’étonner des révoltes dans les quartiers populaires ?

Le 18 mai nous ne nous tairons pas ! Ces combats ne s’arrêtent pas aux portes des Palais de justice. Dans la rue, la lutte se construit et la solidarité s’organise.une occasion de montrer que les familles ne sont pas seules face à des décisions de justice qui concernent et expriment un message clair à l’ensemble de la population

Des familles et des collectifs se retrouveront
devant la cité judiciaire de Rennes à 14H30.

Au Havre, rassemblement le 18 mai à 19h devant le TGI.
(133 Boulevard de Strasbourg, 76600 Le Havre)

À Lyon et au Havre  rassemblement à 19H
devant le tribunal de grande instance.

En île-de France, rassemblement à 19H devant
le tribunal de Bobigny, lieu de tous les non-lieux.


Rassemblons-nous devant tous les tribunaux de France
à partir de 19h pour montrer que nous n’oublions pas !


mardi 28 avril 2015


Agnès Firmin Le Bodo Edouard Philippe Mettez vos vidéos en ligne et cessez de mentir aux Havrais


par Abdourahmane P. Camara
Paix&Liberté
28/4/2015


Depuis la mort d'Abdoulaye des propos mensongers, des calomnies, des inventions, des élucubrations circulent sur Internet.
Ni les juges nommés pour enquêter, ni l'IGPN qu'on ne voit enquêter nulle part ne mettent fin à ces propos diffamatoires contre la mémoire d'Abdoulaye...


Dans cette vidéo, une adjointe au maire Edouard Philippe se vante de connaître des pièces à convictions et de savoir le contenu des vidéos.
A tel point que le prétendu "témoignage" de Agnès Firmin Le Bodo sert de soi-disant "preuves" pour les journalistes de BFM Grégoire Pelpel, Guillaume Garret, Claire Elien - 16/12/2014


"LEGITIME DEFENSE AVEC ..... PREMEDITATION !"

BFM TV : "Une légitime défense qui pourrait être établie car la scène a été filmée par les caméras de la ville"

Légitime défense  ? Disent les journalistes... dans ce cas ce serait "légitime défense avec préméditation"  alors.... Cela faisait plus d'un an que Abdoulaye me répétait que les policiers de la Canine le menaçaient
LIRE AUSSI

samedi 2 mai 2015


Baltimore: inculpation hier des 6 policiers assassins de Freddie Gray. Les 2 policiers du Havre meurtriers de Abdoulaye Camara toujours en liberté

Par Yanick Toutain
2/5/2015

Si la France de l'Etat voyou tente un concours de puanteur raciste avec les USA, Hollande, Cazeneuve et Taubira sont loin en tête devant.....
En France, les flics assassins, les militaires violeurs, les profs agresseurs d'élèves sont tous protégés.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire