Subscribe in a reader

translate/traduction

Pages vues depuis décembre 2009

mercredi 27 mai 2015

Stéphane Hessel détournait la colère des jeunes des quartiers pauvres de France vers Israël pour protéger son ami Blaise Compaoré, l'assassin de Thomas Sankara


Stéphane Hessel
supporter de Blaise Compaoré
l'ex-dictateur du Burkina Faso
l'assassin de Thomas Sankara
présentation et article
 originel Yanick Toutain
 27/5/2015


"Dès ma première rencontre avec Blaise Compaoré,
peu après son accession à la Présidence,
j’ai reconnu en lui 
un homme franc et déterminé,
 passionné par l’avenir de son peuple, 
tel que me l’avait décrit mon ami Jean Guion."
(Stéphane Hessel)



C’est ainsi qu’à travers le monde nous avons réunis
des amis du Burkina Faso qui étaient avant tous,
soyons objectifs une fois encore,
des amis du Président Blaise Compaoré.

Je ne suis personnellement qu’un ami parmi tant d’autres.""


STEPHANE HESSEL SOUTENAIT LA PIRE DICTATURE D'AFRIQUE

Stéphane Hessel soutenait la pire dictature en Afrique, celle de l'assassin de Thomas Sankara... mais les médias français oublient de le dénoncer comme tel.
Il magouillait avec des antisémites déguisés en antisionistes pour aller boycotter Israël pendant que Bolloré faisait 80% de ses profits en Afrique et que la terreur Compaoré Diendéré Zida RSP assassinait Justin Zongo.

DETOURNER LES REGARDS VERS ISRAEL ,
UN COMPLOT FRANCEàFRIC

Les regards des jeunes des quartiers étaient détournés vers Israel au lieu de l'Afrique aux 100 millions d'enfants morts depuis 25 ans !
Cet imam qui t'endort
Et répète "Israël"
Et "Israël" encore
Quand l'Afrique est si belle
Il répète « Palestine »
Bolloré est content
Il répète « Palestine »
Et l'Afrique est en sang

Discours "antisioniste"
Quand pire crime est la France
L'empire colonialiste
Est tu par cette engeance
Tous ces fous dieudonnistes
Ami du tortionnaire
Qui réclamait en piste
Bien plus de militaires*

Une belle escroquerie qui fonctionne encore !!
Et maintenant, le fasciste franceàfric Stéphane Hessel est un "indigné"..
Une belle imposture propagée par Europe 1


Florence Augier, héritière du fasciste
supporter de Blaise Compaoré
ex-dictateur du Burkina Faso
Assassin de Thomas Sankara

Image Sébastien Tronche


C’est la motion la moins médiatique du Congrès du PS, la C, dite "des militants", menée par Florence Augier, le petit poucet du congrès de Poitiers. Héritière de la motion 4portée en 2012 par l’indigné Stéphane Hessel, cette motion a comme fait d’arme le soutien de Lucienne du Petit Journal. Suffisant pour atteindre les 12% espérés ?
Toujours est-il que, face aux craintes de magouilles exprimées par la motion B des frondeurs, la motion C veut croire qu’il n’y aura "pas plus de magouilles que d’habitude". Et Florence Augier, première signataire de la motion, d’espérer, lors d’une conférence de presse en (très) petit comité ce mardi 19 mai au siège du PS :
Je veux croire qu’au PS il y a plus de gens honnêtes que de gens malhonnêtes. J’ai confiance.
En revanche, des réunions militantes dans les fédérations remonte le sentiment de pressions "des caciques locaux". Florence Augier dénonce :


.... mais les vérités de mes articles finissent toujours, même plusieurs années après, par trouver leur public !
Si les complots contre la Côte d'Ivoire, contre le Mali, contre la Centrafrique ne trouvent que quelques dizaines, quelques centaines parfois quelques milliers de lecteurs, ce seront demain des millions de résistants qui connaîtront ces vérités camouflées : l'antisionisme en France a été manipulé par les services secrets fascistes de la Franceàfric !

CE ARTICLE A ETE ECRIT EN 2013

Le principal soutien médiatique du dictateur africain Compaoré assassin de Sankara vient de mourir : Stéphane Hessel


L'indignation a ceci de génial qu'étant l'affect rousseauiste
par excellence elle donne le sentiment d'être iconoclaste
tout en appartenant à la majorité. Elle consiste à hurler avec
la meute tout en persuadant l'indigné qu'il est son seul maître.
Elle a l'air de la révolte, mais c'est un sédatif.
Dormez, braves gens, faites comme tout le monde, indignez-vous!


Raphaël Enthoven, Matière première, NRF/Gallimard, 2013.
(citation Facebook :Françoise Lipchitz )
Quand il est l'heure de renverser le capitalisme, l'indignation est,
comme le réformisme, un camouflage subtile de la protection du système.
Elle est à ce titre, in fine, une politique contre-révolutionnaire
qui se place juste avant le fascisme. Mais sa fonction fondamentale
est strictement la même : Saboter toute possiblité de
construire un véritable pouvoir du peuple.
Un pouvoir du peuple formé de groupes de délégués révocables
dont le premier véritable acte gouvernemental
consistera en l'abolition définitive du capitalisme
YT infra
Jean Guion, () -t-il publié en 1991, un ouvrage à la gloire de
Blaise Compaoré () Il se trouve que ce livre est préfacé par Stéphane Hessel.
Voilà ce qu’il écrit : « Dès ma première rencontre avec Blaise Compaoré,
peu après son accession à la Présidence, j’ai reconnu en lui 
un homme franc et déterminé, passionné par l’avenir de son peuple, 
tel que me l’avait décrit mon ami Jean Guion.
S’il y a eu des risques de dérive, et je peux en témoigner,
ce ne fut jamais du fait de Blaise Compaoré mais d’organisations,
d’hommes et de femmes, qui gardaient le secret espoir,
au mieux de détourner le Président Compaoré
de ses objectifs démocratiques,
au pire de tuer dans l’œuf ses ambitions et ses espoirs.
Et puis il y avait les réalistes, ceux qui, de par le monde,
n’ont jamais douté. Ceux qui ont osé, et qui ont même risqué,
non pas les dérives, mais l’espoir, quelques soient leurs fonctions
ou leurs engagements politiques. Parmi ceux-ci, et je demande
à l’avance pardon à ceux, nombreux,
que je ne peux nommer faute de place,
il y avait Pierre Messmer, Louis Michel, Solange Troisier,
Jacques Pelletier, Stéphane Hessel, Michèle André,
Jean Marie Cavada, Christiane Papon, Romano Prodi,
Michel Rocard, Claudine Joseph,
Jack Ralite, la regrettée Alice Saunier Seïté
Puis cette chaîne d’amis s’est étendue en Europe,
en Amérique, en Asie, au Moyen Orient et en Afrique
bien sûr, créant une véritable famille d’adoption de la cause
d’un homme et de son Peuple ! Comment ne pas évoquer mes frères,
Jean Bertho avec qui nous montions parfois des stratégies dignes
d’une bande dessinée pour établir un relationnel susceptible
d’objectivité, et Pascal Chaigneau, Administrateur Général du CEDS,
qui alla jusqu’à risquer la survie de son outil professionnel
pour appuyer la démocratie burkinabè naissante…
Tous avaient une certaine forme de foi et, comme le disait le poète,
il n’était pas utile de leur dire d’espérer ! Et comme ils ont eu raison d’espérer…
C’est ainsi qu’à travers le monde nous avons réunis
des amis du Burkina Faso qui étaient avant tous, soyons objectifs
une fois encore, des amis du Président Blaise Compaoré.

Je ne suis personnellement qu’un ami parmi tant d’autres.
Peut être plus intransigeant et plus vigilant que les autres,
ce qui m’est parfois reproché. Mais c’est ainsi …
Après plusieurs dizaines d’années d’amitié et
de complicité je ne changerai plus …
Je n’ai, en fait, avec des milliers d’autres, fait que mon devoir
à un moment où l’amitié n’était pas
un simple slogan mais une pierre fondatrice.
Jean Guion parlant (Faso.net) de son
lobby criminel international
en soutien à l'assassin Blaise Compaoré

Assassiné le 15 octobre 1987, le plus grand des Africains de toute l'Histoire, Thomas Sankara, avait émergé sur la scène politique par ce que les imbéciles appelaient un "coup d'Etat" et qui n'était que la Révolution Voltaïque de Aout 1983. La nécessaire cassure en deux de l'appareil d'Etat répressif avait été opéré de l'intérieur, comme au Portugal ou comme en mars 2012 au Mali. Ce furent donc 4 années de révolisation que connut le Burkina Faso. L'alliance de la formoisie compradore et de la bourgeoisie esclavagiste mondiale, le sabotage des stalinofascistes et la construction du complot impérialiste rassemblant Foccart, Houphouet, Kadhafi et Compaoré eurent raison de l'expérience. La première véritable expérience antiformoise sur le continent s'achevait le 15 octobre 1987 dans le sang.
Thomas Sanakara mourait après avoir tenté de mettre en oeuvre une politique où les paysans pauvres, les femmes et les jeunes étaient les priorités.
Le comploteur Blaise Compaoré, le "meilleur ami", devint donc dictateur et dirigeant d'un Front Populaire dont le caractère populaire n'était qu'une farce et donc le caractère frontal n'était que la violence des crimes commis pour le perpétuer.
Ne citons que le jeune lycéen Justin Zongo assassiné en 2011 ou le journaliste Henri Segbo-Norbert Zongo assassiné pour s'être trop approché des réseaux criminels du pouvoir de Compaoré.
Terreur Compadore, chanson en hommage à Norbert Zongo assassiné par Blaise Compaoré et son gang franceàfric © Amadis & Toutain

Le plus efficace des propagandistes de cette barbarie africaine vient de mourir - Stéphane Hessel.
Il était la vitrine médiatique principale du chef de réseau du lobby - Jean Guion.
Stéphane Hessel s'était fait une réputation mondiale avec un texte creux dont se régalait la formoisie inquiète. Il réussit à hypnotiser les jeunes Espagnols par un discours creux et sans perspective.
Il était "indigné" ! La belle affaire !
Quand il est l'heure de renverser le capitalisme, l'indignation est, comme le réformisme, un camouflage subtile de la protection du système. Elle est à ce titre, in fine, une politique contre-révolutionnaire qui se place juste avant le fascisme. Mais sa fonction fondamentale est strictement la même : Saboter toute possibilité de construire un véritable pouvoir du peuple. Un pouvoir du peuple formé de groupes de délégués révocables dont le premier véritable acte gouvernemental consistera en l'abolition définitive du capitalisme
Des centaines d'articles se sont acharnés à faire connaitre qui était véritablement Stéphane Hessel ! Mais la machine médiatique franceàfric était trop puissante. Et cette opération de camouflage put fonctionner jusqu'à la mort de l'imposteur.
Voici un florilège d'articles ayant, dans le passé, tenté de rétablir la vérité concernant ce fidèle ami du directeur régional de la plantation franceàfric : Blaise Compaoré.
Pour commencer, découvrons que la prétendue "neutralité" de Wikipédia se concilie très bien avec le crime :
(S. Hessel) Ses liens avec l'Afrique sont profonds. Il est ainsi invité à Ouagadougou par Blaise Compaoré en 1991 pour exposer à la commission charger d'élaborer la nouvelle constitution, les principes qu'elle doit suivre[68] et il participe par deux fois à des missions de réconciliation au Burundi en 1993 et 1995[69].
En 2007, Stéphane Hessel, va fêter, chez son ami Compaoré le 20° anniversaire de l'assassinat de Thomas, le 20° anniversaire du crime de 1987.
Il est alors interviewé par un des principaux journaux du pays : le Faso. Face à un criminel qui martyrise le peuple burkinabé depuis deux décennies, il va aligner les lieux communs et les propos dithyrambiques.
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Stéphane Hessel : "J’ai vu en Blaise Compaoré un homme passionné par l’avenir de son peuple" lundi 15 octobre 2007
Ancien résistant, déporté durant la Seconde Guerre mondiale après laquelle il participera à la rédaction de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme, Stéphane Hessel qui a le titre d’Ambassadeur de France, a collaboré à la réflexion sur les institutions démocratiques dont le Burkina Faso s’est doté à partir de 1991. Dans ce témoignage sur Blaise Compaoré, il explique comment il a convaincu celui-ci de faire preuve de compréhension envers Joseph Ki-Zerbo, alors en exil, et Halidou Ouédraogo, militant des Droits de l’Homme.
Dès ma première rencontre avec Blaise Compaoré, peu après son accession à la Présidence, j’ai reconnu en lui un homme franc et déterminé, passionné par l’avenir de son peuple, tel que me l’avait décrit mon ami Jean Guion.
Il souffrait de l’injuste image d’usurpateur que lui infligeait la façon dont il avait mis un terme au règne de son prédécesseur, ami, compagnon des premières années de la révolution, Thomas Sankara, dont il avait condamné les excès et redouté l’évolution dictatoriale.
J’avais pu me mettre à sa disposition pour réfléchir sur les institutions démocratiques dont il souhaitait doter le Burkina Faso.
Je n’oublierai jamais l’accueil généreux qu’il m’a réservé en me proposant de participer aux travaux d’une Commission de futurs responsables à qui seraient transmis le respect des Droits de l’Homme et le souci de la pluralité démocratique.
Je n’eus pas de peine à le convaincre de faire preuve de compréhension à l’égard d’anciens opposants du régime comme le grand historien de l’Afrique, Joseph Ki-Zerbo, ni à traiter comme une critique légitime celle des défenseurs des Droits de l’Homme come mon ami Halidou Ouedraogo.
Durement frappé par la mort de son fils, Blaise Compaoré a su préserver la paix et la sécurité dans son pays, allier la modernité et le renouveau des grandes traditions mossi autour du Mogho Naba et jouer un rôle précieux de médiateur dans les conflits qui ont atteint cette région de l’Afrique.
Il est aujourd’hui un des Chefs d’Etat expérimenté et respecté du Sahel. Ma sincère amitié lui est acquise.
Sur Billets d'Afrique, l'association Survie tentait, en 2012, de briser la muraille franceàfric de mensonge sur ce Hessel cireur de chaussures pleines de sang africain qu'est le dictateur Blaise Compaoré :

Survie France
Accueil du site > Billets d’Afrique > 2012 > 210 - février 2012 > Indignez-vous M. Hessel !
Indignez-vous M. Hessel !
Publié le 2 février 2012 par Billets d’Afrique et d’ailleurs...
Le mois dernier nous attirions l’attention sur Jean Guion, attaché au service de Blaise et qui a été élevé au grade de Grand Officier de l’Ordre du Burkina Faso pour service rendu à son président. Et pour cause : attaché à son service rapidement après la mort de Sankara, il n’a cessé depuis de vanter son image.
Ainsi a-t-il publié en 1991, un ouvrage à la gloire de Blaise : « Blaise Compaoré, réalisme et intégrité » où il écrit « Le président du Faso vit en ascète. Rien ne lui appartenait en propre : ni domaine, ni voiture ni fortune au Burkina encore moins à l’étranger ». « Blaise Compaoré est un homme qui a horreur des passe- droits, des privilèges et ne tolère pas le népotisme. »
Il se trouve que ce livre est préfacé par Stéphane Hessel. Voilà ce qu’il écrit : « Dès ma première rencontre avec Blaise Compaoré, peu après son accession à la Présidence, j’ai reconnu en lui un homme franc et déterminé, passionné par l’avenir de son peuple, tel que me l’avait décrit mon ami Jean Guion. »
Certes Stéphane Hessel prend quelques précautions, mais Jean Guion continue à chanter les louanges de Blaise Compaoré. Mieux il continue à citer Stéphane Hessel parmi ses amis.
Sans renier votre amitié, M. Hessel, et puisque des amis devraient tout se dire : pourriez-vous peut-être demander à Jean Guion de se faire plus discret à votre égard. Surtout quand il s’agit de défendre un homme au passif aussi lourd que Compaoré.
Celui-là même qui a éliminé un indigné précurseur : Thomas Sankara.
Le principal complice de S. Hessel dans cette opération de blanchiment d'un assassin était Jean Guion. Celui-ci expliquait tranquillement, sur ce même Faso.net, journal du Burkina Faso, comment fonctionnait son lobby criminel. On comprend mieux la place qu'occupait Stéphane Hessel dans ce dispositif de protection du crime franceàfric.
Jean R. Guion : « Avec l’arrivée de Blaise Compaoré, certains ont vu se briser leurs rêves de jeunesse … après les échecs de Cuba, du Nicaragua... »vendredi 12 octobre 2007
Jean R. Guion est Juriste de formation, président de l’Alliance Francophone. Par amitié et fidélité au président Blaise Compaoré (qu’il a connu au milieu des années 70 lorsque celui-ci était jeune stagiaire militaire en France), il a fondé en 1987, le CISAB (Conseil International de Solidarité avec le Burkina Faso) afin de mobiliser au profit du Burkina Faso et de son président toutes formes de solidarité.
Depuis quand et dans quelles conditions le CISAB a-t-il été créé ?
JRG : Avant de commencer cet entretien, je voudrais vous préciser, que c’est la première fois, en 20 ans, que j’accepte de répondre, en temps que Président du CISAB, aux questions d’un journaliste ! J’ai toujours considéré que la réserve et la discrétion étaient des critères fondamentaux de réussite et d’efficacité. Et puis nous ne sommes que des amis au service d’une cause ! Mais ce vingtième anniversaire de l’arrivée au pouvoir d’un ami, qui précède de quelques mois le vingtième anniversaire du CISAB, vaut bien la livraison de quelques confidences.
Le CISAB a été créé, soyons réalistes, à une époque où les institutionnels internationaux ne considéraient pas, pour d’absurdes raisons, le Burkina Faso et ses dirigeants comme « fréquentables ». Nous avons donc essayé, tant bien que mal, de « rectifier » l’image d’un pays et d’un homme que certains prenaient plaisir, sans risque d’ailleurs, à salir et à déformer.
J’ai toujours pensé que l’amitié était la plus précieuse des richesses. C’est donc avec elle que nous avons géré la communication, sans agence, de l’événement et des moments importants, voire décisifs, de l’histoire du Burkina Faso, qui ont fait ce qu’il est devenu aujourd’hui.
L’histoire du CISAB c’est aussi l’histoire d’une amitié et d’une fraternité nées onze ans plus tôt, qui m’ont uni à un homme, dont j’ai découvert puis apprécié les grandes qualités, puis à son Peuple dont j’ai rapidement découvert qu’il avait les mêmes. C’est ainsi que j’ai appris à aimer le Burkina Faso, à le découvrir et à tenter de mieux le faire connaître à travers le monde.
A l’époque ce n’était pas très facile de trouver des amis prêts à s’engager, sans contre parties, pour la défense d’une démocratie naissante et d’un pays qui n’avait rien d’autre à offrir que la valeur de ses hommes, la chaleur de son accueil et l’intégrité de son esprit. Un pays qui tentait de sortir d’un cauchemar politique que d’autres autour d’eux, parfois leurs compagnons, cautionnaient aux noms d’idéologies d’un autre âge.
L’objectif du CISAB c’était de parvenir à réunir des amis, à travers le monde, prêts à remplir un véritable apostolat, celui d’expliquer, il y a vingt ans, que le Burkina Faso pouvait devenir ce qu’il est aujourd’hui et, convenons-en, ce n’était pas évident ! Pourtant il suffisait d’écouter attentivement les propos cohérents et visionnaires de Blaise Compaoré ! En 1992 : « Démocratie et Développement doivent aller de pair...Que peut bien signifier la liberté et la dignité pour des personnes qui survivent du maïs de la Beauce et du sorgho du Kansas ? ». En 1995 : « La castration des libertés s’est toujours accompagnée d’une paupérisation à vaste échelle des populations africaines … ». En 1997 : « Les Pays qui ont oublié le travail sont des Pays qui ferment boutique.... » Pour ne citer que ceux-ci !
Nous avons donc créé, puis consolidé, une chaîne d’amis, qui avaient tous en commun une certaine conception de l’homme et de la démocratie, qui se sont investis au niveau de leurs institutions et quelles que soient leurs fonctions, modestes ou importantes, dans le développement du Burkina Faso et dans l’espoir de voir réussir la mise en place de la démocratie par Blaise Compaoré.
Il y a vingt ans, au Burkina Faso et autour du Burkina Faso, il y avait à l’intérieur ceux pour qui l’arrivée de Blaise Compaoré, et donc de la démocratie, constituait un véritable couperet à leurs ambitions personnelles, ceux qui avaient compris que leurs idéologies allaient devenir solubles dans l’Etat de droit … Il y avait ceux qui, en Europe, « voyaient se briser leurs rêves de jeunesse … après les échecs de Cuba, du Nicaragua … » et j’en passe. Je peux me permettre, après vingt ans, de lever un coin du voile de notre histoire commune. Ces propos m’ont en effet été tenus par le Président d’une Commission des Affaires Etrangères d’un grand pays européen pour qui ses rêves personnels semblaient avoir plus d’importance que ceux de liberté et de développement du peuple burkinabè. Il y avait aussi ceux, peut être les pires, qui doutaient, ceux qui, aussi prudents qu’hypocrites, « craignaient les dérives… » !
C’était mal connaître l’homme, Blaise Compaoré, sa détermination démocratique, son intégrité « têtue » dès lors que les intérêts de son peuple étaient en jeu, son réalisme qui lui faisait prévoir la chute du Mur de Berlin bien des années avant celle-ci et alors que, souvenez-vous en, certains dirigeants occidentaux, et non des moindres, doutaient encore de cette réalité alors que l’événement était avéré !
S’il y a eu des risques de dérive, et je peux en témoigner, ce ne fut jamais du fait de Blaise Compaoré mais d’organisations, d’hommes et de femmes, qui gardaient le secret espoir, au mieux de détourner le Président Compaoré de ses objectifs démocratiques, au pire de tuer dans l’œuf ses ambitions et ses espoirs.
Et puis il y avait les réalistes, ceux qui, de par le monde, n’ont jamais douté. Ceux qui ont osé, et qui ont même risqué, non pas les dérives, mais l’espoir, quelques soient leurs fonctions ou leurs engagements politiques. Parmi ceux-ci, et je demande à l’avance pardon à ceux, nombreux, que je ne peux nommer faute de place, il y avait Pierre Messmer, Louis Michel, Solange Troisier, Jacques Pelletier, Stéphane Hessel, Michèle André, Jean Marie Cavada, Christiane Papon, Romano Prodi, Michel Rocard, Claudine Joseph, Jack Ralite, la regrettée Alice Saunier Seïté…
Puis cette chaîne d’amis s’est étendue en Europe, en Amérique, en Asie, au Moyen Orient et en Afrique bien sûr, créant une véritable famille d’adoption de la cause d’un homme et de son Peuple ! Comment ne pas évoquer mes frères, Jean Bertho avec qui nous montions parfois des stratégies dignes d’une bande dessinée pour établir un relationnel susceptible d’objectivité, et Pascal Chaigneau, Administrateur Général du CEDS, qui alla jusqu’à risquer la survie de son outil professionnel pour appuyer la démocratie burkinabè naissante… Tous avaient une certaine forme de foi et, comme le disait le poète, il n’était pas utile de leur dire d’espérer ! Et comme ils ont eu raison d’espérer…
C’est ainsi qu’à travers le monde nous avons réunis des amis du Burkina Faso qui étaient avant tous, soyons objectifs une fois encore, des amis du Président Blaise Compaoré. Je ne suis personnellement qu’un ami parmi tant d’autres. Peut être plus intransigeant et plus vigilant que les autres, ce qui m’est parfois reproché. Mais c’est ainsi … Après plusieurs dizaines d’années d’amitié et de complicité je ne changerai plus … Je n’ai, en fait, avec des milliers d’autres, fait que mon devoir à un moment où l’amitié n’était pas un simple slogan mais une pierre fondatrice.
J’ai d’ailleurs beaucoup apprécié le court portrait critique que m’a consacré le Journal du Jeudi, il y a quelques mois, publication avec laquelle personne ne peut me soupçonner de collusion, et qui déclarait que j’étais un des premiers à avoir « cru à la bonne étoile du Capitaine Compaoré… ». ! Aucun mérite, en réalité, de croire en son ami.
Quels sont les objectifs du CISAB et comment fonctionne-t-il ? 
JRG : Le CISAB fonctionne comme une association loi 1901 à l’échelle internationale, avec une implantation sur cinq continents de plus de 9000 adhérents, dont près de 5000 en Europe. Le reste est réparti essentiellement sur l’Asie, l’Afrique, le Moyen Orient et l’Amérique du Sud. Si nous n’avons que quelques membres aux Etats Unis, nous avons en revanche une importante délégation au Québec avec environ 500 adhérents.
Quelles sont ses principales activités ? 
JRG : Outre notre publication bimensuelle, « Burkina Faso Info », nous organisons des séries de conférences à travers le monde pour mieux faire connaître le Burkina Faso, très souvent au sein des Universités ou dans le cadre d’associations constituées par nos amis. Bien avant que ce ne soit la mode, nous avons intuitivement initié ce que l’on appelle maintenant la coopération décentralisée en rapprochant des communautés burkinabè de villes, de régions ou de communautés étrangère. C’est le CISAB qui fut un des initiateurs des premières journées de coopération décentralisée. Nous n’avions, en fait, qu’interprété un vœu du Président Compaoré qui souhaitait s’impliquer personnellement pour remercier les associations qui aidaient son pays. Je me souviens des angoisses protocolaires et sécuritaires qui furent les nôtres lorsque nous organisâmes la première réunion de coopération décentralisée dans une charmante ville du Rhône, à Saint Fons, grâce à nos amis Roland Chiavazza et Jean Paul Grollemund, le dynamique Consul honoraire du Burkina Faso à Lyon.
Projet un peu fou que celui de réunir, dans une même salle, des représentants les plus divers, de toutes obédiences politiques ou religieuses, de toutes origines sociales qui n’avaient en commun que leurs farouches volontés d’aider, selon l’importance de leurs moyens, au développement du Burkina Faso. Ce qui nous inquiétait le plus c’était la volonté du Président Compaoré de s’adresser directement à ces représentants que personne ne contrôlait. Il fallait s’attendre aux questions les plus intelligentes comme aux plus saugrenues. Ce fut le cas, et le Président, comme d’habitude avec patience et humour, fit face à cette épreuve comme aucun Chef d’Etat occidental n’a jamais osé et n’osera sans doute jamais le faire.
Quel est le profil de ses membres ? 
JRG : Le profil de nos membres je l’ai esquissé dans la réponse précédente. Il va du très haut responsable politique international au citoyen lambda. Chaque membre du CISAB qu’il soit en France, en Belgique, au Japon, en Thaïlande, en Afrique du Sud ou au Québec, est un des maillons d’une chaîne d’amitié dont nous nous réjouissons qu’elle s’élargisse chaque jour un peu plus à travers le monde.
Que pensez-vous de l’image du Burkina en France ? 
JRG : S’agissant de l’image du Burkina Faso en France elle est devenue lentement mais sûrement excellente. Qu’on aime ou pas le Président Compaoré et son régime, force est de constater que les résultats sont là ! Le pays tourne, la démocratie fonctionne, la liberté de la presse est assurée, l’économie, en dépit de tous les facteurs qui défavorisent le développement, est en croissance permanente … Certes vous trouverez toujours, ici et ailleurs, des critiques, et c’est heureux car stimulant ! Par ailleurs vous ne pourrez jamais empêcher, en ce siècle comme dans les cents à venir, d’entendre s’exprimer des nostalgiques de la Monarchie ou de l’Empire. Il en est ainsi à travers le monde… Cela fait aussi partie de la liberté d’expression qu’il convient de respecter. Je lis, tous les jours, tout ce qui concerne le Burkina Faso à travers la presse francophone et française, et tout particulièrement régionale. C’est à travers ces lectures qu’on se fait une idée de l’image réelle du Burkina Faso et de l’estime que les « Gaulois » ont pour les Hommes Intègres.
Aucun pays dans le monde ne peut se prévaloir de la même densité de coopération décentralisée, de jumelage, d’associations, de partenariats… Je voudrais toutefois vous préciser que c’est par courtoisie que j’ai répondu à votre question. Les pays dits démocratiques s’interrogent-ils sur la crédibilité d’une Chine qui proclame son refus de la démocratie dès lors que cette dernière signe des marchés ? Ce qui importe, c’est l’image du Burkina Faso tout court ! Pas celle qu’il peut avoir par rapport à l’ancienne puissance coloniale ou à qui que ce soit…
Quelque 20 ans après, quel bilan pouvez-vous faire du développement du pays ? 
JRG : On ne fait de bilan qu’en fin d’exercice ! Et il reste tant de choses à faire ! Tous ceux, dont je suis, qui ont eu l’honneur et le bonheur d’être associés à ce court moment de votre grande histoire, ne peuvent avoir qu’un sentiment mêlé d’humilité et de respect pour ces femmes et ces hommes du Burkina Faso qui, partis matériellement de rien, avec pour seules richesses leurs cultures et leurs volontés, sont parvenus à faire de leur pays un pays respecté politiquement, diplomatiquement et économiquement !
Paradoxalement je dirais que c’est aujourd’hui que les risques de dérive sont les plus menaçants pour le Burkina Faso… Nombreux, en effet, sont les « vautours » attirés par ses succès diplomatiques qu’il n’est pas utile de citer tant ils sont nombreux et connus, économiques avec ses titres de meilleure gouvernance africaine attribuée par la Banque Mondiale, de premier producteur africain de coton, de classement dans le Top 50 du développement mondial, etc..
Aujourd’hui, et c’est tant mieux, nombreux sont ceux qui se découvrent des affinités avec ce pays, devenu une sorte de « Suisse africaine », non par ses richesses, mais par la confiance qu’il inspire… Mais il est à craindre que certains, moins intègres que les Hommes qui le peuplent, aient le secret espoir de tirer, un jour, une part d’intérêt de ces succès et de cette réussite !
Vous êtes aussi président d’une autre association, l’Alliance francophone ; quelles relations y a-t-il entre les deux structures ? 
JRG : Le CISAB et l’ALLIANCE FRANCOPHONE n’ont en commun, en dehors de leur Président et de nombreux amis qui adhérent aux deux associations, que les valeurs qu’ils partagent avec des centaines de millions de gens à travers le monde dont au moins un Chef d’Etat, Blaise Compaoré.
Vous vous êtes souvent fait l’avocat de la libre circulation des artistes et des intellectuels au sein de l’espace francophone ; avez-vous l’impression d’être entendu ? 
JRG : C’est vrai qu’en tant que Président de l’ALLIANCE FRANCOPHONE je me suis souvent fait l’avocat, avec de nombreux autres, de la libre circulation des créateurs de richesses culturelles ou économiques au sein de l’espace francophone. Je suis en effet persuadé qu’une telle circulation contribuera activement à la promotion de cette diversité culturelle si vivement voulue, à l’exception d’un ou deux pays je crois dont les USA et Israël, par l’ensemble des pays du monde qui ont récemment signé la Convention pour la Diversité Culturelle proposée par l’UNESCO. Ai-je l’impression d’être entendu ? A dire vrai j’ai l’impression que cette proposition dérange une partie non négligeable du monde et des sociétés qui le composent repliées sur elles mêmes et qui ont peur de l’autre, de l’inconnu. Entendu je ne sais pas, écouté peut-être, avec courtoisie, « la politesse de l’indifférence » disait André Malraux. Une indifférence, hélas, très à la mode dès lors qu’il s’agit de protéger, à court terme, ses petits intérêts.
Disons le tout net, le vrai problème reste le fantasme des migrants « envahisseurs ». Soyons d’autant plus à l’aise pour évoquer ce problème qu’il ne concerne pas le Burkina Faso. Car, comme le faisait remarquer malicieusement le Président Compaoré il y a quelques années, il y a aujourd’hui plus de français au Burkina Faso que de burkinabè en France, le risque s’inversant proportionnellement lorsqu’on sait qu’il n’y a que 14 millions de burkinabè et qu’il y a probablement plus de 65 millions de français…Là encore il faut se méfier des idées simplistes. En effet, selon le récent rapport d’un institut français de prospective publié dans la Lettre de l’Expansion, il faudra, d’ici 20 ans, trouver plus de 2 millions de travailleurs étrangers acceptant les postes refusés par les ressortissants français, faute de quoi l’économie française sera au mieux paralysée, et au pire s’effondrera !
J’entendais récemment, avec tristesse, un homme politique et non des moindres reprocher « à l’homme africain », je le cite : « de n’être pas entré dans l’Histoire » et pire encore « de ne s’être jamais élancé vers l’avenir » ! Que serait notre Histoire, notre économie, notre musique, notre médecine, nos arts sans les apports de l’Afrique ! Qui a fermé la porte de l’Histoire ? Qui, par exemple, a contraint mon ami malien, Cheick Modibo Diarra, à quitter la France pour un stupide problème de visa, et à partir aux Etats-Unis où il est devenu un brillant dirigeant de la NASA, puis un de ceux de Microsoft ? L’homme blanc, pour paraphraser l’auteur des propos ci-dessus, a toujours cru qu’il était l’Histoire, et cette dernière n’a eu de cesse de lui rappeler, de façon de plus en plus cruelle, qu’il n’en était que l’objet ballotté par les contingences économiques et démographiques…Il serait vraiment temps que « l’homme blanc » reconsidère ses analyses d’antan et considère l’Histoire comme la biologie, cette science du vivant, qui nous a appris que l’homogénéité entraînait inexorablement l’extinction !
Les Francophones ont des cultures et des valeurs communes, qu’ils doivent pouvoir partager et enrichir pour qu’elles survivent. Il faut donc, plus que jamais, envisager cette liberté de circulation au sein de notre espace linguistique, comme l’a fait depuis longtemps et si intelligemment le Commonwealth. Il faudra même construire des passerelles avec les lusophones et les hispanophones qui courent les mêmes risques que les nôtres. Et tant pis si l’on considère que cette idée est une utopie …Ce sont les utopies qui ont fait avancer le monde.
Pour conclure, je dirai que l’espoir étant toujours un désespoir surmonté, je reste persuadé que cette idée de libre circulation au sein d’une même communauté francophone fera naturellement son chemin.
Pour rester dans l’esprit de cet entretien revenons au Burkina Faso. Même si les structures étatiques riches, car la communauté francophone est aussi une des plus inégalitaires, restent frileuses pour mettre en place cette forme naturelle de solidarité, dans les faits, on le voit tous les jours au Pays des Hommes Intègres, des femmes et des hommes, des associations, des communautés, des villes, des régions francophones tracent le bon chemin, en effaçant les frontières, en métissant nos cultures, et en échangeant nos seules vraies richesses, celles de l’humanisme !
Je crois aussi que cette liberté de circulation s’inscrit naturellement dans les aspects positifs de la mondialisation, car « les effets de la mondialisation sur les valeurs d’une nouvelle civilisation résulteront des efforts conjugués des nations pour préserver les diversités culturelles sans lesquelles naîtront de graves périls pour la paix et la stabilité du monde... » Est-il utile de vous donner le nom de l’auteur de cette citation datant de juin 2000 ? Un indice ? Il s’agit du Président d’un pays que je considère maintenant comme ma Co-Patrie !
Interview réalisée par Cyriaque Paré
Lefaso.net
:
 En conclusion, un autre article intéressant tentait lui-aussi, en 2012, de mettre les projecteurs sur Stéphane Hessel
 CQFD

Mais qu’est-ce qu’on va faire de... Stéphane Hessel
 par Thierry Degrave
mis en ligne le 17/08/2012 -

Spécialiste pendant trente ans de la coopération et du développement, et défenseur de relations plus justes avec les pays du Tiers-Monde, le petit père de l’indignation Stéphane Hessel s’est intéressé à l’Afrique tout au long de sa carrière. Mais, depuis son premier séjour au Congo en 1953, alors qu’il travaillait pour les Nations unies, jusqu’à ses voyages au Burkina Faso dans les années 1990, ses aventures africaines apparaissent comme une succession de déconvenues. Le mot « échec » revient d’ailleurs presque chaque fois qu’il est question du continent noir dans son autobiographie, Danse avec le Siècle (Seuil, 1997). Laquelle ressemble fort, du coup, à l’autoportrait d’un poisson rouge cherchant à faire rendre gorge à un banc de requins.

Or, de requins, la Françafrique en est peuplée. Et de tellement carnassiers qu’ils digèrent tout ce qui leur passe sous le nez. Le chapitre que Stéphane Hessel consacre à ses amitiés avec le président burkinabé Blaise Compaoré est à ce titre assez éloquent. Les deux hommes se sont rencontrés au début des années 1990, quand le président du Burkina Faso cherchait des alliés pour ripoliner l’image internationale de son régime.

Contacté par Jean Guion, lobbyiste français de Compaoré et président d’un nébuleux Conseil international de solidarité avec le Burkina Faso (Cisab), Hessel se rend pour la première fois à Ouagadougou, avec son épouse, en 1990. Invité officiellement pour donner une conférence sur la démocratie, il tombe en pâmoison devant l’apprenti dictateur. « Inutile de le nier, nous fûmes très séduits par cet homme intelligent, fin et qui exprimait bien ses convictions, écrit-il. Il mit l’hélicoptère présidentiel à notre disposition pour nous faire voir le barrage de Bagré et les travaux agricoles qui profiteraient de la régulation des eaux. »

Subjugué, le vieux diplomate accepte même de rédiger une préface pour l’hagiographie que Jean Guion consacre à son champion : Blaise Compaoré, réalisme et intégrité (Berger-Levrault, 1991). Le président du Burkina, s’enthousiasme Hessel, fait partie de cette « nouvelle génération d’hommes politiques africains, épris de justice […] qui donnent à l’Afrique une nouvelle chance [1] ». Le préfacier ne s’émeut guère, à l’époque, des bruits insistants qui désignent Compaoré comme responsable de l’assassinat de son prédécesseur, Thomas Sankara. Un tantinet plus lucide, Hessel ne le condamne pourtant pas dans ses mémoires, rédigés cinq ans plus tard : « Estimant que Sankara passait les bornes de l’autoritarisme, il l’avait renversé et fait exécuter »… Vae victis.

Toujours aussi peu indigné, Stéphane Hessel retourne à deux reprises au Burkina, dans les mois qui suivent l’élection présidentielle de décembre 1991, boycottée par toute l’opposition et par les trois quarts des électeurs burkinabés. Il s’y rend notamment en mai 1992, alors que se tiennent des élections législatives, dans le cadre d’une « mission d’observation » électorale. Menée par Pierre Messmer, grande figure de la Françafrique et grand ami de Guion, et guidée sur le terrain par des « chauffeurs » que l’on imagine bien formés, ladite mission validera sans surprise la « victoire écrasante » du parti au pouvoir, pourtant contestée par nombre d’observateurs indépendants.

Depuis cette époque, les choses ont peu changé. Compaoré, au pouvoir depuis vingt-cinq ans, reste vissé sur son trône. Guion continue de défendre la réputation de son protecteur. Quant à Stéphane Hessel, devenu le saint patron des Indignés, valide-t-il toujours la « démocratie » burkinabée [2] ?

Notes

[1] On trouve sur le site du Cisab un texte signé Stéphane Hessel plus louangeur encore. Mais nulle indication sur le contexte de sa rédaction.

[2] Stéphane Hessel ne semble pas (encore ?) avoir pris ses distances avec Jean Guion. Selon ce dernier, il serait toujours président d’honneur de L’Alliance francophone, association méconnue qui, présidée par Jean Guion himself, entend défendre à travers le monde les « valeurs véhiculées par la langue française ».




LIRE AUSSI



SAMEDI 20 FÉVRIER 2010


Quartiers, Afrique, Palestine (Pierre-Louis Basse Abd al Malik sur Europe 1 samedi 20 février 2010))

Un texte de Yanick Toutain
 (écrit
 - en colère -
 pendant l'émission
 de Pierre-Louis Basse,
 le samedi 20 février 2010)



Tu vis dans un quartier
Et tu écoutes l'imam
Tu plains ton sort paumé
Et tu crois que tu rames
Mais tout comme égoïste
Tu triches et tu éludes
Ton discours fataliste
Pour ne pas voir le Sud

Il y bien pire que toi
Au sud du Sahara
Privé de tous leurs droits
Mali et Burkina
Sénégal occupé
Par troupes de légionnaires
Assassins galonnés
Criminels militaires

Cet imam qui t'endort
Et répète "Israël"
Et "Israël" encore
Quand l'Afrique est si belle
Il répète « Palestine »
Bolloré est content
Il répète « Palestine »
Et l'Afrique est en sang

Discours "antisioniste"
Quand pire crime est la France
L'empire colonialiste
Est tu par cette engeance
Tous ces fous dieudonnistes
Ami du tortionnaire
Qui réclamait en piste
Bien plus de militaires*

Tu vis dans un quartier
Le son d'Abd Al Malik
Hypocrite des cités
Et pilleur de l'Afrique
Écoute le baratin
De ce voleur de droits
Racket de ces malins
SACEM qui fait la loi



Corrompu des mielleux
Écoute son arrogance
Il parle de son « Je
Suis pas dans la vengeance »
Baratin sur Camus
Quand la France tue l'Afrique
Le complice des repus
Il accumule son fric

Innovoisie* pourrie
Exploiteur des enfants
Le travail le nourrit
Son discours indécent
Bourgeois en décadence
Adorent lui faire tenir
Le micro de la France
Il t'endort pour finir

Orfèvre de bijoux
Empoisonnés de sang
Ses mots sont des rajouts
Aux balles des occupants
Abd Al Malik curé
Accompagne la Légion
Étrangère pour piller
L'Afrique par ses sons

Tu vis dans un quartier
Europe 1 Pierre-Louis Basse
La radio messager
Messages de ceux d'en face
Larbin des bourgeoisies
Football opium des foules
Journaliste ennemi
Propagande qui coule

Le laquais nous endort
Invite en coupe du Monde
La victime en décors
Invitation immonde.
Le sans-papier pourra
Dans un décor de fête
Faire oublier là-bas
Townships et nos Sangate

L'ami de Guy Môquet
-Victime de son père -
Terrorisme d'un PC
Le complice de Hitler
Les fascistes ont tué
Le fils de leurs amis.
Le sang des Polonais
Scella l'ignominie.

>Demain il vous vendra
Les icônes du héros
L'imbécile Mandela
Terroriste en photo.
Protégé de la reine
Et des impérialistes
En nous cachant la haine
De ces colonialistes.

Les peuples africains
Victimes de l'ANC
Ramassis de requins
Qui envoient leur armée
Au service de la France
Au service de l'Europe
Un gauche en décadence
Et progressistes myopes

Le fils de Mandela
Par la faute de son père
Est mort par un SIDA
Un silence pour se taire
Stalino-incapables
Vendus aux étrangers
Stalino-misérables
Terroristes ANC

Gouvernement football
Pour cacher 3 millions
D'enfants dont c'est le rôle
De mourir sans un son
Sans un bruit Le silence
Bolloré est content
Il paiera ses esclaves
50 euros par mois

Abd Al Malik content
Touche à la fin du mois
Le prix du reniement
La SACEM et ses droits
Ton quartier, dans la France
Égoïste et content
Ne rien faire dans ta cave
Et l'Afrique se noie...

==============================
========================


NOTES

Dans une interview au magazine Présent, l'ami politique de Dieudonné réclamait de Chirac une AUGMENTATION du nombres de militaires français pour OCCUPER L'AFRIQUE !

---

Dans la Bande de Gaza, la mortalité infantile est de 2,5 bébésmorts avant l'âge de un an pour 100 naissances

  
Mortalité infantile : 24,76 morts /1 000 naissances(Wikipédia bande de Gaza)

En Israël, la mortalité infantile est de moins de UN bébé mort pour 100 naissances parmi les Israéliens arabes

  
Des améliorations des conditions de vie,de l'éducation et des soins ont permis de diminuer le taux de mortalité infantile des Arabes israéliens qui est passé de 32 pour mille naissances en 1970 à 8,6 pour mille en 2000. Parmi les Arabes, les populations musulmanes ont le taux de mortalité infantile le plus élevé, 9,1 pour 1 000 contre 46,1 pour mille en 19619. Chez les chrétiens, le taux est passé de 42,1 en 1961 à 6,7 en 1996. Chez les Druzes, il est passé de 50,4 à 8,9 décès pour mille naissances.

En Afrique, le taux de mortalité est de très nombreux pays égal à10 bébés morts pour 100 naissances.

IL EST 4 FOIS PIRE QUE DANS LA BANDE DE GAZA !!!

LES FAUX-ANTISIONISTES RACISTES MENTENT A LA JEUNESSE : DES BIGOTS ISLAMISTES RACISTES CONTRE LES AFRICAINS !

Une femme africaine sur dix, victime de l'occupation militaire de son pays, verra son enfant mourir. Elle l'aura porté pendant 9 mois et le verra mourir avant l'âge de UN an. NOMBRE TOTAL DE BEBES QUI MEURENT EN AFRIQUE  =  3 MILLIONS CHAQUE ANNÉE !!!!

Ce total terrible est caché par tous les marchands d'armes, par tous les pillards colonialistes, tous les Vincent Bolloré (Direct 8), par tous les Bouygues (TF1), il est caché par tous les Dieudonné M'Bala 
qui n'en a jamais parlé (la preuveet qui préfère rabâcher "Israël !" "Israël !" quand la France assassine ses cousins.

UN GÉNOCIDE SANITAIRE PROUVÉ PAR L'INSTITUT NATIONAL DES ÉTUDES DÉMOGRAPHIQUES.

3 MILLIONS  DE BÉBÉS AFRICAINS  MEURENT  CHAQUE ANNÉE
dimanche 22 février 2009

RÉQUISITOIRE :3 MILLIONS DE BÉBÉS AFRICAINS VONT MOURIR A CAUSE DE SARKOZY-BOLLORE

 TROUPES FRANÇAISES HORS D'AFRIQUE !!!

INNOVOISIE = bourgeoisie des droits d'auteur (cette classe sociale ne paye rien aux héritiers de Pythagore et pousse au fascisme général pour surveiller tout Internet)


Lutte contre le Sida ((MANDELA)

Nelson Mandela est critiqué pour l'absence d'efficacité de la politique de son gouvernement dans la lutte contre le SIDA par le juge Edwin Cameron101,102. Mandela admet après son mandat qu'il peut avoir manqué à son devoir envers son pays en n'apportant pas plus d'attention à l'épidémie du SIDA103,104. Pendant son mandat, le pourcentage de femmes enceintes séropositives triple, passant de 7.6 à 22.8% 105, le nombre de morts estimé par an passant la barre des 100 000 en 1999106. 

================================================
"Le temps de le dire 20/02/2010 - 13:14
Le temps de le dire - 20/02/10

Pierre-Louis Basse a une vision très simple de son métier : écouter, observer, se souvenir, transmettre.

Invités ce samedi : François Lenglet, rédacteur en chef à La Tribune chargé de l'économie, internationale et politique, Jean-Paul Amara, porte-parole de l'association « Droit devant »,Un sans-papier, Abd Al Malik, rappeur, musicien, poète, auteur de « La guerre des banlieues n'aura pas lieu » au Cherche-Midi et Franz-Olivier Giesbert
"

La photo de Pierre Louis Basse provient de PurePeople (sans le nom du photographe)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire