Subscribe in a reader

translate/traduction

Pages vues depuis décembre 2009

mercredi 3 juin 2015

L'esclavage a été rétabli le 20 mai 1802 par Napoléon 1° qui venait de créer la Légion d'Honneur la veille

Voici comment les amis de l'Empereur
 rêvent de voir les Africains en 2015.
Ceux qu'ils ne tuent pas en France
 comme Abdoulaye Camara,
ils divisent pas 20 leurs salaires en Afrique
par Yanick Toutain
3/6/2015

19 mai 1802 création de la légion d'honneur par Napoléon 1°
20 mai 1802 rétablissement de l'esclavage par Napoléon 1° 

"Rose avait six ans ( Séparée de sa mère )
La fille de Praxelle ( Acte juridictionnel )
Vendue au plus offrant ( Par contrat à Basse-Terre )
Elle fut vendu parce que métisse ( 19 décembre 1806 )
"


Les titulaires de la Légion d'Honneur sont des esclavagistes.
Vincent Bolloré dans la promotion de la Légion d’Honneur
Bien entendu, ils refusent de l'admettre.
C'est pourtant bel et bien une médaille synonyme de crimes, de vol, de viols, de spoliation.
Hollande, s'il le pouvait, donnerait la légion d'honneur à tous les soldats de Sangaris, même les violeurs d'enfants en Centrafrique.
C'est lui qui a choisi une agresseuse d'enfants comme ministre de l'Education Nationale/ Hollande, s'il le pouvait, donnerait la Légion d'Honneur à tous les soldats de Serval, à tous ceux qui ont organisé le rétour à Ménaka des assassins du 17 janvier 2012.
Comme Hollande, s'il ne lui donne pas la Légion d'Honneur a néanmoins versé 20 millions d'euros à Iyad Ag Ghali pour services rendus.
Ce psychopathe avait été envoyé par Sarkozy, Compaoré et le Qatar assassiner 82 militaires maliens le 24 janvier 2012 à Aguel Hoc.....
N'oublions pas ATT qui tentait de joindre au téléphone les précédents.... le 20 janvier de la même année....
Les pourris de la bourgeoisie esclavagiste payent 50 euros leurs esclaves africains !



les larbins de Bolloré

ont menacé leur leader

"si tu continues on va te tuer"

menaces contre Michel Agbor



Les représentants des autorités

ont arrêté le syndicaliste

les esclaves ne doivent pas protester

pour les larbins sarkozystes
====



10 000 planteurs 50 euros

ça fait pas cher à leur verser

les assassins sont un cadeau

pour les esclaves de Bolloré

Bravo Tardi ! le 20 mai 1802, lendemain de la création de la Légion d'honneur, Napoléon rétablissait l'esclavage.

19 mai 1802 création de la légion d'honneur par Napoléon 1°
20 mai 1802 rétablissement de l'esclavage par Napoléon 1°

"Rose avait six ans ( Séparée de sa mère )
La fille de Praxelle ( Acte juridictionnel )
Vendue au plus offrant ( Par contrat à Basse-Terre )
Elle fut vendu parce que métisse ( 19 décembre 1806 )
"
(Ne Les Ecoutez pas)
Le dessinateur Tardi vient de refuser la légion qui lui a été attribuée « d’autorité » le 1er janvier et qu’il refuse voulant « rester un homme libre et ne pas être pris en otage par quelque pouvoir que ce soit ».(source : brève Médiapart)
Il s'insurge sur le fait d'avoir été pris par surprise "m'attribuer d'autorité et sans m'en avoir informé au préalable, la Légion d'honneur ! "
« Je ne suis pas intéressé, je ne demande rien et je n'ai jamais rien demandé. On n'est pas forcément content d'être reconnu par des gens qu'on n'estime pas. »
LA LEGION DES BARBARES SANS HONNEUR
« Etant farouchement attaché à ma liberté de pensée et de création, je ne veux rien recevoir, ni du pouvoir actuel, ni d'aucun autre pouvoir politique quel qu'il soit », poursuit Jacques Tardi.« C'est donc avec la plus grande fermeté que je refuse cette médaille. »
Tardi fait bien !
Cette médaille instaurée le 19 mai 1802 est pleine de sueur, de sang, de crimes, de barbarie !
L’ordre national de la Légion d’honneur est l'institution qui, sous l'égide du grand chancelier et du grand maître, est chargée de décerner la plus haute décoration honorifique française. Elle a été instituée le 19 mai 1802 par Napoléon Bonaparte. Elle récompense depuis ses origines les mérites éminents militaires ou civils rendus à la Nation. (...) Les premières nominations sont publiées en septembre 18034. Quatre grades sont créés : « légionnaire », « officier », « commandant » et « grand officier ». Les insignes sont fixés par décret le 22 messidor an XII (11 juillet 1804) : une étoile d'argent pour les légionnaires, une étoile d'or pour les autres grades. Le 26 messidor (15 juillet 1804)5 a lieu en la chapelle des Invalides la toute première remise de Légion d’honneur par Napoléon Bonaparte aux officiers méritants au cours d’une fastueuse cérémonie officielle, la première de l’Empire. La remise des insignes se fait selon un appel alphabétique des récipiendaires (tous des civils), signe de respect par le nouveau régime du principe révolutionnaire d’égalité6. Napoléon décore pour la première fois des militaites lors de la deuxième cérémonie au Camp de Boulogne le 16 août 1804. La légion d'honneur s'adresse dès les origines aussi bien aux civils qu'aux militaires, on prête d'ailleurs à Napoléon la célèbre phrase : « Je veux décorer mes soldats et mes savants »7.(Wikipédia)
L'HONNEUR ET L'ESCLAVAGE
Ce que personne ne vient rappeler aux récipiendaires c'est qu'accepter une telle décoration crée le 19 mai 1802, c'est cautionner la barbarie criminelle qui fut promulguée le lendemain : le rétablissement de l'esclavage qu'avait aboli Robespierre en 1794 !
Sur Hérodote.net Fabienne Manière commente "Un décret mal inspiré"
Dans ce contexte, le Premier Consul est encouragé à abolir le décret de Pluviôse par Cambacérès, avocat des planteurs, et sa propre femme, Joséphine de Beauharnais, issue d'une riche famille créole de la Martinique, les Tascher de la Pagerie ; l'un et l'autre mettent en avant les difficultés des milieux d'affaires coloniaux depuis l'abolition de 1794.
Il signe enfin le décret par lequel il légalise à nouveau l'esclavage dans les colonies où il perdure.
L'esclavage revient à priver les hommes de couleur de leur citoyenneté et les travailleurs des plantations de leur salaire ; les maîtres ont le droit de punir leurs esclaves sans passer par la justice civile.
Le décret du 30 floréal An X (20 mai 1802)
AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS, BONAPARTE, premier Consul, PROCLAME loi de la République le décret suivant, rendu par le Corps législatif le 30 floréal an X, conformément à la proposition faite par le Gouvernement le 27 dudit mois, communiquée au Tribunat le même jour.
DÉCRET. 
ART. Ier Dans les colonies restituées à la France en exécution du traité d'Amiens, du 6 germinal an X, l'esclavage sera maintenu conformément aux lois et réglemens antérieurs à 1789.
II. Il en sera de même dans les autres colonies françaises au-delà du Cap de Bonne-Espérance. 
III. La traite des noirs et leur importation dans lesdites colonies, auront lieu, conformément aux lois et réglemens existans avant ladite époque de 1789. 
IV. Nonobstant toutes lois antérieures, le régime des colonies est soumis, pendant dix ans, aux réglemens qui seront faits par le Gouvernement 
Par-delà son caractère immoral, le décret du 30 floréal va avoir pour la France un résultat désastreux en poussant à la révolte les anciens esclaves de Saint-Domingue et en précipitant la perte de l'île.
Mais le Premier Consul ne s'en tient pas à la légalisation de l'esclavage. Animé par un sentiment «raciste» qui le distingue de la plupart de ses contemporains, encore pétris de l'esprit desLumières, il prend plusieurs mesures qui renouent avec le préjugé de couleur des décennies précédentes et l'aggravent nettement...
Il y a donc un trait d'égalité entre ces deux mesures : l'une achète la conscience des formois (formois civils et formois militaires) et des bourgeois de 1802 et l'autre rétablit le pire crime contre l'humanité qui soit : l'esclavage.
(Paroles et musique : Yanick Toutain 2006)
(à la petite Rose née libre en 1800 et victime de l'esclavagiste Napoléon en 1806 et merci à Claude Ribbe dont le livre "Le crime de Napoléon" a inspiré ce texte basé sur une anecdote réelle : la fuite de 50 Guadeloupéens destinés à la vente, nageant jusqu'à Haïti et prévenant les Haïtiens de la trahison (page 165). Merci à lui pour ces vérités historiques dont celle de la petite Rose page 104)
 Ne vous rendez pas Ils vous tendent un piège
J'ai fui la Guadeloupe Vous rejoindre par la mer
Ne les écoutez pas Ils préparent un siège
Ils avancent la troupe Ils ont sorti les fers

Ici à Saint-Domingue Ils veulent vous endormir
Sous les ruses du tyran Ils préparent le supplice
Ils cachent sous leur langue Les mots pour vous punir
Ils cachent aux innocents Les projets de leurs vices

Ne vous rendez pas Rompez la trêve
Leclerc est hypocrite Il vous cache leur rage
Ne vous désarmez pas Conservez votre rêve
Bientôt la réussite Gardez votre courage

Les bateaux sont en route Le commerce recommence
Depuis la Françafrique Arrivent vos remplaçants
Quittez le moindre doute Vos morts pour Richepance
C'est la suite logique En vous exterminant

Rose avait six ans ( Séparée de sa mère )
La fille de Praxelle ( Acte juridictionnel )
Vendue au plus offrant ( Par contrat à Basse-Terre )
Elle fut vendue parce que métisse ( 19 décembre 1806 )

Ne vous rendez pas Ce ne sont que ruses
Pour vos généraux Leur plan est écrit
Ne les écoutez pas Ils violent ils abusent
Tous leurs mots sont faux Ils veulent toutes vos vies

Ne vous rendez jamais Ils veulent l'esclavage
Le vol du travail Gardez libres vos bras
Ne les écoutez jamais Leurs lois sont leurs cages
Gardez la bataille Restez au combat

Ne les écoutez pas Ils vous tendent un piège
J'ai fui la Guadeloupe Vous rejoindre par la mer
Ne les écoutez pas Ils préparent un siège
Ils avancent la troupe Ils ont sorti les fers


Mais ce rétablissement nécessitera des comportements génocidaires que dénonça récemment l'excellent Claude Ribbe dans son livre "Le Crime de Napoléon" :
NAPOLEON ET HITLER
Selon Claude Ribbe, face à la résistance des citoyens français qu'on voulait mettre en esclavage au motif qu'ils étaient dans cette situation avant le soulèvement d'août 1791, Leclerc décida d'exterminer la population de Saint-Domingue au-dessus de douze ans selon un critère « racial », utilisant notamment le gazage au dioxyde de soufre, les noyades et l'usage de chiens dressés. L'auteur estime le nombre de victimes à plusieurs dizaines de milliers.
Claude Ribbe, s'appuyant sur de nombreux témoignages inédits1, met également en évidence les déportations en Corse et à l'île d'Elbe qui accompagnèrent ces massacres et la mise en œuvre, sur le territoire français métropolitain, d'une législation raciale qu'il met en comparaison avec les lois de Nuremberg. L'armée fut épurée de ses officiers de « couleur » et les mariages « mixtes » furent interdits, en contradiction avec les dispositions du code civil. Claude Ribbe souligne que Claude Ambroise Régnier, ministre de la Justice et auteur de cette initiative, dictée par Napoléon, est au Panthéon.(...)
La couverture de l'ouvrage évoque la visite de Hitler, venu s'incliner à Paris aux Invalides sur le tombeau de l'Empereur, qu'il admirait, avant de « rendre » à la France vaincue les cendres de l'Aiglon dont le cercueil entrerait aux Invalides porté par des SS. Claude Ribbe révèle par ailleurs l'existence d'un film à la gloire de Napoléon produit en Allemagne par Goebbels dans les années mille neuf cent trente et inspiré d'une œuvre de Mussolini. (Wikipédia)


Mais, les récipiendaires sont aussi les complices de ce qui accompagne le rétablissement de l'esclavage et qui est un des fonds structurels du capitalisme : le racisme en tant que pathologie fondamentale inoculée par le système.
LE RACISME VISCERAL DE NAPOLEON :
"JE SUIS POUR LES BLANCS, PARCE QUE JE SUIS BLANC"
Sur la page du site Hérodote - citée supra - Fabienne Manière rappelait le racisme viscéral de Napoléon
Après la Révolution, le Premier Consul reprend cette tradition tardive. «Je suis pour les blancs, parce que je suis blanc. Je n'ai pas d'autre raison, et celle-la est la bonne,» aurait-il déclaré au Conseil d'État en 1802. Il exclut de l'armée des officiers «de couleur», parmi lesquels le père d'Alexandre Dumas.
Bonaparte supprime aussi d'un trait de plume l'Institution nationale des Colonies, créée 5 ans plus tôt à l'instigation de l'abbé Grégoire pour promouvoir les enfants des colonies quelle que soit leur couleur de peau. Les 22 élèves noirs de l'institution, qui étaient appelés à devenir officiers, sont affectés comme simples tambours dans autant de régiments.
HOLLANDE DISTRIBUE DES HOCHETS ESCLAVAGISTES : LA LEGION D'HONNEUR
En même temps qu'il attaque le Mali
par MISMA-nord-Qatar-AnçarEddine
et par MISMA-sud-lespsychopathestueursdelArméeFrançaise
Ce racisme a une fonction actuelle : dénigrer l'Africain.
Il faut, en effet, qu'il existe une sorte de justification morale à l'application de la loi du 1/20° en Afrique.
Il faut que le Français puisse croire en une fatalité métaphysique dans le fait que Vincent Bolloré puisse être autorisé à payer 1/20° du SMIC de France à Kienké, au Cameroun.... et dans toutes les plantations néo-esclavagiste qu'il trouva dans les coffres de la banque pourrie - Rivaud - qu'il récupéra de la Franceàfric gaulliste...
Hollande boucle la boucle : il distribue des hochets esclavagistes.
Pendant qu'il soutient Ançar Eddine et le MNLA - les deux groupes criminels qui commenèrent l'attaque contre le Mali. Normal : celle-ci, coordonnée par ATT, le président, était une arnaque Franceàfric-Qatar pour aller occuper Bamako et ouattariser toute la gauche malienne !
Il faut bien perpétuer l'esclavage à 50 euros en Afrique !
Les Esclaves de Bolloré (une médaille et des troupes pour perpétuer 50 €/mois) © Yanick Toutain
Tardi a bien agi !
Qu'il continue ainsi et fasse une petite BD pour les cousins africains : qu'il nous montre comment les Communeux décidèrent de CONSTRUIRE LA REVOCABILITE des DELEGUES DEPUTES !
Cet exemple inspirera les résistants anti-esclavagistes.... en Afrique et ailleurs...
Il sera un outil pour la construction de gouvernement de délégués révocables !
Pour en finir avec l'esclavage, Napoléon, Bolloré, François Hollande et ces médailles esclavagistes : la Légion des barbares sans honneur !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire