Subscribe in a reader

translate/traduction

Pages vues depuis décembre 2009

jeudi 11 juin 2015

Yamba Malick Sawadogo se prétend sankariste en enterrant Thomas Sankara une 2° fois comme gredin du MPP et participant aux élections coloniales "Préparez vos fusils, munitions, couteaux pour accompagner Rock à Kossyam "

Un nouveau Soro prépare un autre 16 décembre 2010
Yamba Malick Sawadogo 
« 
Préparez vos fusils, munitions,
couteaux pour accompagner Rock à Kossyam

par Yanick Toutain
REVACTU
11/6/2015















Je serais peut-être mort ce jour-là, dans la semaine suivant le 15 octobre 1987, mais je ne pense pas que j'aurais accepté d'enterrer Thomas Sankara.
Je ne peux pas être certain de ma réaction 27 ans et demi plus tard....Mais j'ai suffisamment eu l'occasion de me buter face aux abrutis que je ne pense pas que j'aurais accepté de prendre la pelle pour enterrer
"Oui. J’étais un prisonnier et on est venu nous faire sortir pour faire l’enterrement. Nous ne savions pas de quoi il s’agissait. Nous y sommes donc allés et malheureusement nous nous sommes rendus compte que c’était lui mais nous n’avions pas le choix". 
Mais la honte ne semble pas géner plus que ça le faux sankariste Yamba Malick Sawadogo...
Comme le fait d'adhérer au CDP bis = MPP ne semble pas plus le géner !
Aller vers la droite, quitter la Franceàfric de gauche pour aller vers la franceàfric collabo de droite ne semble pas le gêner !
Il en vient même à parler comme Guillaume Soro juste avant l'attaque terroriste du 16 décembre 2010

« Préparez vos fusils, munitions, couteaux…pour accompagner Rock à Kossyam », dixit Yamba Malick Sawadogo

C’est la phrase lâchée par Yamba Malick Sawadogo lors de l’assemblée générale de la Coordination des marchés et yaars du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) du Kadiogo qui s’est tenue le mercredi 10 juin à Ouagadougou, nous relate notre confrère l’Observateur Paalga.
Le vice-président de la Fédération de la région du centre, Yamba Malick Sawadogo, a salué ses camarades pour l’initiative de l’assemblée générale, car dit-il, si les élections sont transparentes, la victoire sera éclatante, et il n’est pas question de se laisser voler une victoire.
« Préparez vos fusils, munitions, couteaux pour accompagner Rock à Kossyam », a-t-il lancé à ses camarades des marchés et yaars à se préparer pour toute éventualité. Pour lui, les capacités de mobilisation et d’organisation du MPP ne souffrent d’aucun débat : « le MPP, c’est la force », s’est-il exclamé.
« Huit mois seulement après sa naissance, vous avez vu que Blaise a dû fuir en belle famille. Les lions, les serpents, les coqs… sont donc prévenus », a ajouté Yamba Malick Sawadogo.

Yamba Malick Sawadogo : « Nous avons enterré Thomas Sankara »

jeudi 28 mai 2015
Les langues se délient. Après l’exhumation des restes du président Thomas Sankara et de ses douze compagnons d’infortune, des révélations sur les faits de la nuit du 15 octobre 1987 commencent à sortir au grand jour. Les derniers déballages sont ceux de l’ancien député sankariste, Yamba Malick Sawadogo, aujourd’hui militant du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP). Dans cet entretien accordé à la radio allemande Deutsche Welle et dont nous vous proposons le contenu enrichi avec quelques questions que nous lui avons posées directement, il révèle comment il a participé à l’enterrement de Thomas Sankara et de ses compagnons.
RÈagissez ‡ cet article RÉAGISSEZ

Yamba Malick Sawadogo : « Nous avons enterré Thomas Sankara »
Yamba Malick Sawadogo, vous êtes un homme politique burkinabè, ancien député à l’Assemblée nationale, ancien membre du parlement panafricain. Vous faisiez partie des tout-premiers acteurs de la révolution sous Thomas Sankara. Vous avez contribué à la mise en place des Comités de défense de la Révolution (CDR). Que retenez-vous du président Thomas Sankara ?
Yamba Malick Sawadogo : Thomas Sankara, malgré ses hautes études, son rang militaire, son rang politique, est resté égal à lui-même. Il a essayé d’imprimer cela sur le plan national. Il voulait que les Burkinabè comptent plus sur leurs propres moyens d’où son slogan : « Consommons ce que nous produisons et produisons ce que nous consommons ». C’est cela l’homme Thomas Sankara.
Vous avez fait allusion à ses hautes études, est-ce qu’il est allé étudier hors du Burkina ?
Oui. Il a étudié hors du Burkina. Avec son assassin, à savoir Blaise Compaoré, ils sont allés ensemble au Maroc pour les études.
Vous avez insinué que Blaise Compaoré, président renversé en octobre, est l’assassin de Thomas Sankara. Mais on n’a pas encore la preuve
Oui mais à qui profite le crime ? C’est ce qu’on est en train de demander à la Justice de confirmer.
Mais pourquoi a-t-il été assassiné ?
Personnellement, j’ai constaté que le 15 octobre 1987 avait débuté le 4 aout 1983. Ce jour-là, Blaise Compaoré est venu de Pô avec ses commandos pour faire le coup. En son temps, il avait voulu, poussé par ses camarades, prendre les rênes de la Nation alors qu’il n’était rien donc il n’était pas connu. Il lui fallait donc se mettre sous l’ombre de Thomas pour se faire connaitre et nourrir ses ambitions. Il a été soutenu dans ce projet par l’extérieur, notamment l’occident. Quand je parle du soutien de l’extérieur, puisqu’il n’était rien à l’époque, il est passé par d’autres chefs d’Etat africains dont celui de la Côte d’Ivoire en son temps.
Félix Houphouët Boigny ?
C’est connu. Il s’agit bien de Félix Houphouët Boigny qui était d’ailleurs son beau puisque son épouse est de la Côte d’Ivoire. Et c’est l’une des raisons pour lesquelles, il réside en Côte d’Ivoire depuis sa chute.
On parle aussi de l’ex-dirigeant libérien, Charles Taylor…
Charles Taylor faisait partie des bras armés de Blaise. Mais après l’assassinat de Thomas Sankara, Blaise était devenu le zoro de l’Afrique de l’Ouest. Il a créé des crises dans plusieurs pays africains dont le Libéria, la Sierra Léone, le Togo, le Niger, etc.
La famille de Thomas Sankara doute que les restes issus de la tombe qu’on lui attribue ne lui appartiennent pas. Est-ce qu’il y a de suspens à ce niveau ?
Je n’ai pas encore appris que la famille doute que les restes ne lui appartiennent pas parce qu’à ce jour l’expertise n’a pas encore livré ses résultats.
Vous faisiez partie de ceux qui avaient été sollicités pour faire cet enterrement…
Oui. J’étais un prisonnier et on est venu nous faire sortir pour faire l’enterrement. Nous ne savions pas de quoi il s’agissait. Nous y sommes donc allés et malheureusement nous nous sommes rendus compte que c’était lui mais nous n’avions pas le choix. Si j’évitais de l’évoquer dans la presse, c’est parce que j’attendais de faire une déposition auprès d’un juge avant ma mort. Je l’ai fait le 13 mai dernier devant le juge d’instruction. Je me suis déchargé un peu mais pour respecter le secret de l’instruction, il y a certaines choses que je souhaitais toujours garder jusqu’au jugement.
Vous avez dit qu’on est venu nous faire sortir. De qui s’agit-il ?
C’était le régisseur de la Maison d’arrêt et de Correction de Ouagadougou (MACO). A l’époque c’était le Sergent-chef Tapsoba Karim.
Vous étiez au nombre de combien ?
Nous étions 20 corvéables, 2 chauffeurs et le régisseur. Nous étions au total 23 personnes au cimetière.
N’y avait-il pas quelqu’un d’autre avec vous au cimetière ?
Non. Nous étions au nombre de 23 personnes.
Dans quel état étaient les corps ?
Ils étaient tous identifiables. J’ai entendu des gens dire que certains corps étaient déchiquetés. Mais c’est faux. Les corps étaient intacts et tous étaient identifiables.
Avez-vous formellement reconnu le corps de Thomas Sankara ?
Bien sûr. Même à l’heure où je vous parle je revois l’image comme si c’était hier. (Un silence) ! Je revois l’image de Sankara.
Confirmez-vous qu’il a été effectivement enterré dans la tombe qui portait son nom ?
Oui. Puis que nous avons disposé les tombes de sorte à pouvoir les reconnaitre après. La première tombe était celle de Thomas Sankara. Et les autres ont été enterrés après.
Mais à votre avis, qu’adviendrait-il s’il s’avérait que ce n’était pas la tombe de Sankara ?
J’ai toujours dit que je sais qu’il a été enterré là-bas mais je ne peux pas dire qu’il est là-bas. Nous l’avons enterré sous le couvre-feu et nous sommes repartis sous le couvre-feu. Ce qui s’est donc passé par la suite, je n’en sais rien.
Lorsqu’on aura la confirmation que c’est lui, pensez-vous qu’il y aura une suite judiciaire ?
C’est la suite judiciaire que nous voulons et que nous attendons depuis 27 ans. C’est l’objet de notre combat durant tout ce temps. Nous nous battons afin qu’on sache qui l’a tué et pourquoi il a été tué. C’est quand même un minimum.
Retranscrit par Jacques Théodore Balima
Deutsche Welle, Lefaso.net

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire