Subscribe in a reader

Pages vues depuis décembre 2009

mardi 12 janvier 2010

Sur NPA de l'intérieur : Dans son livre "La maladie infantile du communisme (le "gauchisme")" VI Lénine appelle au combat contre la formoisie. (une réponse à Gilles Suze)

Gilles Suze, sur son blog, nous faisait citation de trois extraits du livre écrit en 1920 par Vladimir Illich Oulianov.

29.12.2009 Le NPA exerce son droit à l’expérimentation


Une recherche rapide par Google m'a permis de remarquer qu'il avait ôté, entre la 2° et la 3° citation, le passage le plus intéressant de son argumentation.
En effet VI Lénine insistait sur le fait que les "gauches" d'Allemagne ne doivent pas considérer l'antiparlementarisme comme le début et la fin du combat contre la formoisie. En insistant sur le caractère "gadget" de leur tactique.
Il insiste sur le fait que - même sous un régime soviétique - ce combat anti-formois allait devoir se poursuivre.
Voici mon commentaire publié hier sur le blog NPA de l'intérieur.


"http://www.marxists.org/francais/lenin/works/1920/04/g11.htm
===
1920
Cet ouvrage a été rédigé en avril 1920 et son additif en mai. Son objectif était de nourrir la discussion du II° congrès de l'Internationale communiste. Il sera distribué à tous les délégués à ce congrès avant d'être publié par les principales sections de l'I.C.


La maladie infantile du communisme
(le "gauchisme")
V. I. LENINE


ANNEXE
===
sur marxists.org (bravo à eux !!!)
===
Il est plus que dommage, Gilles Suze, que vous ayez effacé, entre les deux dernières citations, un des passages les plus passionnants.
Je le reproduis infra, en substituant - quand cela est possible - les expressions non conceptualisées par ce que le néo-marxisme et le post-marxisme du 21° siècle nous permettent de comprendre maintenant.
(Le lien donne le texte initial)
===


Tels des enfants, vous avez pris peur devant la petite difficulté qui se présente à vous, aujourd'hui, sans comprendre que, demain et après-demain, vous aurez à parfaire votre éducation, à apprendre à triompher de ces mêmes difficultés, en des proportions infiniment plus vastes.


Sous le pouvoir des Soviets, il s'insinuera dans votre parti et dans le nôtre, le parti du prolétariat, un nombre encore plus grand de membres de la classe formoise, y infiltrant une idéologie bourgeoise. Ils s'insinueront dans les Soviets et dans les tribunaux, et dans les administrations, car on ne peut bâtir le communisme qu'avec le matériel humain créé par le capitalisme; il n'en existe pas d'autre. On ne peut ni bannir, ni détruire le membres de la formoisie, il faut les vaincre, les transformer, les refondre, les rééduquer, comme du reste il faut rééduquer au prix d'une lutte de longue haleine, sur la base de la dictature du prolétariat, les prolétaires du savoir eux-mêmes qui, eux non plus, ne se débarrassent pas de leurs préjugés formois-bourgeois subitement, par miracle, sur l'injonction de la Sainte Vierge, sur l'injonction d'un mot d'ordre, d'une résolution, d'un décret, mais seulement au prix d'une lutte de masse, longue et difficile, contre les influences des masses formoisies. Sous le pouvoir des Soviets, ces mêmes problèmes qu'aujourd'hui l'antiparlementaire rejette loin de lui d'un seul geste de la main, si orgueilleusement, avec tant de hauteur, d'étourderie, de puérilité, renaissent au sein des Soviets, au sein des administrations soviétiques, parmi les "défenseurs" soviétiques (nous avons supprimé en Russie, et nous avons bien fait de supprimer le barreau bourgeois, mais il renaît chez nous sous le manteau des "défenseurs" "soviétiques"). Au sein de toutes les couches de la classe formoise, parmi les ingénieurs soviétiques, parmi les instituteurs soviétiques, parmi les ouvriers privilégiés, c'est-à-dire les plus qualifiés, et placés dans les meilleures conditions dans les usines soviétiques, nous voyons continuellement renaître tous, absolument tous les traits négatifs propres au parlementarisme bourgeois; et ce n'est que par une lutte répétée, inlassable, longue et opiniâtre de l'esprit d'organisation et de discipline du prolétariat que nous triomphons - peu à peu - de ce mal.


Il est évidemment très "difficile" de vaincre, ...


===


Ajouter ce passage manquant éclaire bien différemment le texte de VI Oulianov Lénine.
Ce qu'il signifie, c'est le fait que le combat contre la formoisie ne peut pas se contenter d'apparences, de solutions miracles, de raccourcis.
Lutter contre le parlementarisme en s'imaginant résoudre ainsi - de façon complète - la lutte finale contre la classe formoise est naïf.
C'est pour cela qu'il a ajouté le paragraphe que vous avez retiré - maladroitement.


En insistant sur le fait que, dans une société dotée de soviets institutionnalisés, la formoisie, telle l'hydre de Lerne est constamment en train de faire renaitre les têtes de ses exigences, en insistant sur le fait que le régime soviétique aura à mener un combat [de classe, contre la classe formoise - mais VI ne le comprend pas], l'auteur veut priver les antiparlementariste de l'un de leurs arguments.


Mais il le fait en citant lui-même - une liste de diverses couches de cette classe formoise.
"Parmi les ingénieurs soviétiques, parmi les instituteurs soviétiques, parmi les ouvriers privilégiés, c'est-à-dire les plus qualifiés, et placés dans les meilleures conditions dans les usines soviétiques, nous voyons continuellement renaître tous, absolument tous les traits négatifs propres au parlementarisme bourgeois; "


Il fait cette énumération précisément parce qu'il répond à ceux qu'il appelle les "gauchistes".
Seulement voilà, s'il fait cette citation, c'est parce que ces "gauchistes" sont - en 1920 - les cousins européens des Chliapnikov et des Kollontai.
Ils sont - dans leurs mobiles - les représentants sous-formés des classes exploitées.


L'histoire nous a montré que ce sont précisément les bases sociales formoises qui - en France comme dans le reste de l'Europe - étaient les plus attachées aux formes parlementaristes.


Tenter d'instrumentaliser - sans d'ailleurs donner son nom, mais tous les lecteurs cultivés le connaissaient avant de Googliser les citations - les propos erronés de Lénine pour banaliser des alliances avec les partis colonialistes que sont les PCF et PG est, non seulement un procédé blâmable mais une erreur théorique.
Les 21 conditions ont abouti à ce que le PCF ne soit JAMAIS communiste : passant de ramassis de journalistes plus ou moins francs maçons à parti stalinisé.
Les "tactiques" parlementaires ont entrainé une sous-estimation du combat pour la construction de soviets, une sous-estimation du combat pour la RÉVOCABILITÉ PERMANENTE DES ÉLUS.


Les élections qui viennent n'ont qu'un réponse : Boycott de tout candidat non validé par la DÉLÉGATION RÉVOCABLE GÉNÉRALE !
Comme aucune force politique n'a daigné mener ce combat néo-soviétique, c'est le boycott général qui devient la tactique à adopter.
Ecrit par : Yanick Toutain | 11.01.2010"



Wikipédia a une fiche sur le livre et donne les liens vers l'excellent site "marxists.org" où il est possible de télécharger le livre complet :(ainsi qu'une réponse que je découvre aujourd'hui et que je commenterai plus tad)


L'ouvrage est disponible en ligne :
Le communiste hollandais Herman Gorter a répondu à l’époque à Lénine (mais ce texte a été peu lu à l’époque, n’ayant été ni diffusé ni traduit par l’Internationale) :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire