Subscribe in a reader

Pages vues depuis décembre 2009

samedi 23 janvier 2010

UN IMMEUBLE DE 300 000 KILOMÈTRES DE HAUT. Une réponse à Christophe Boyer. (présentation)

Par Yanick Toutain
23 janvier 2009

PRÉSENTATION DU TEXTE


Le débat avec Christophe Boyer fait écho avec plusieurs autres débats que j'ai eus avec des relativistes immobilistes.

dimanche 3 janvier 2010 Réponse à Christophe Boyer : Isotropie, anisotropie, vitesses absolues, vitesses objectives. Une preuve par l'absurde.


Ils ne se donnent pas eux-mêmes cette caractéristique d' « immobiliste » mais les plus savants utilisent une terminologie dont le sens réel est strictement identique : ils prétendent que l'espace serait ISOTROPE.
LA PRÉTENDUE ISOTROPIE DE L'ESPACE
Cette caractéristique est, pour nous matérialistes, exactement identique à une proclamation : nous sommes des immobilistes.
En effet, pour eux, lorsque la lumière est émise, elle se comporterait exactement de la même façon si nous sommes immobiles ou si nous sommes en mouvement.
Dit autrement, les immobilistes croient que la lumière émise par une source quelconque s'écarte de cette source à la vitesse de 299 792 458 mètres par seconde.
Et cela quand bien même la lampe qui a émis cette lumière serait en mouvement dans la direction opposée à l'ampoule

LES IMMOBILISTES REFUSENT L'ANISOTROPIE DE L'ESPACE



Christophe Boyer, comme d'autres avant lui, prétend disposer de preuves quant à l'isotropie de l'espace. Il prétend prouver l'isotropie de l'espace par son protocole.



6 heures ? 12 heures ? Ou immédiatement.
Il prétend construire une logique basée sur une durée de 6 heures.
Mais ne répond jamais à la question : que se passe-t-il dans la première minute de l'expérience.

TRUC DE PRESTIDIGITATEUR : DÉTOURNER L'ATTENTION
C'est le truc habituel des « magiciens de foire » : détourner l'attention pour empêcher le spectateur critique de faire fonctionner son intelligence.
Cela fait déjà trois textes que j'écris en demandant à Christophe Boyer de nous expliquer ce qui se passe, à son avis, lorsque le laser est mis en fonctionnement.
Il se contente de nous indiquer – sans d'ailleurs donner aucun détail supplémentaire – qu'il est mis en fonctionnement, qu'il atteint la cible et que … 6 heures plus tard, il atteint toujours la cible.

Mais quand je pose deux questions : est-ce toujours vrai lorsque la lumière effectue son trajet dans le vide ? Serait-ce vrai quelque soit la longueur du trajet ? … je n'obtiens plus de réponse.
Juste un le titre d'un graphique sur un site plein de publicités et qui …. refuse de s'afficher.

Alors même que les relativistes, quant aux étoiles doubles, disent, eux-mêmes, que point n'est le cas.
De plus, si les réponses étaient oui à mes deux questions, il faudrait donc considérer la lumière au même titre que les cailloux lâchés depuis les fenêtres des trains, il faudrait considérer le laser comme transmettant son énergie cinétique aux photons.
Si telle est la thèse, il faudrait le dire clairement, et le justifier physiquement.
Ce qui soit reproduit, de façon détaillée, les questions que je pose, depuis des années à tous les Christophe Boyer de la planête.
Si celui-ci – qui me lit – veut que nous débattions jusqu'à épuisement du sujet – en connaissant donc la réponse définitive – il est prié de répondre à mes arguments.
Point n'est besoin de multiplier les courriers s'ils restent aussi creux qu'au débat.

Le lecteur de Monsyte comme le lecteur de Revolisation Actu, connaissent mon habitude de répondre en publiant in extenso le texte de mon adversaire.
En laissant libre le lecteur de considérer si j'ai ou non répondu à ses arguments.
Il serait temps que monsieur Boyer se décide à en faire autant

2 commentaires:

  1. Voici un autre lien pour mon schéma
    http://www.pictures-upload.com/up/xfgnbukm201012461144ugwbbwub.gif
    Dans la première minute, on braque le laser sur le détecteur (haut), puis on attend 6h (bas). Le laser ne fuit plus en avant du laser, mais sur le coté, donc le laser le rate. J'ai donné plus de détails dans mon précédant message.


    Vous dites > Mais quand je pose deux questions : est-ce toujours vrai lorsque la lumière effectue son trajet dans le vide ? Serait-ce vrai quelque soit la longueur du trajet ?


    Les réponses sont : je ne sais pas, et je ne sais pas.
    Mais ce dont je suis sûr, c'est que dans votre analyse de l'expérience de Zeilinger&Aspelmeyer, vous appliquez la "fuite des cibles" dans un cas rigoureusement identique : trajet de quelques mètres, PAS dans le vide.
    Pourquoi donc les cibles de Z&A fuiraient alors que celles des systèmes de sécurité non?
    C'est ca, et UNIQUEMENT ca, ma question.

    RépondreSupprimer
  2. J'aimerais mettre une chose au clair : vous dites que je suis un "immobiliste", m'accusez de "nier" ceci et cela, de détourner l'attention, et me demandez d'expliquer ceci et cela... comme si j'étais le défenseur d'un point de vue particulier, et qu'il m'appartenait de le justifier. Mais revoyez tous mes messages, je n'ai jamais affirmé aucun point de vue théorique sur ce qui ce passe. J'ai simplement lu votre article sur Z&A, et ait remarqué quelque chose qui ne semblait pas logique. Pas par rapport à une vision, à un point de vue qui serait le mien, mais par rapport à un simple FAIT (le fait qu'un laser reste toujours braqué sur le même point à tout moment de la journée), ce que n'importe qui peut remarquer sans avoir la moindre connaissance.
    Voyez-moi comme un étudiant qui cherche à comprendre et pose des questions.
    Je vous ait envoyé un 2eme lien vers mon schéma, auriez-vous l'amabilité de m'expliquer, le plus succintement possible, pourquoi dans la réalité les choses ne se passent pas comme sur ce schéma, alors qu'il me parrait en adéquation avec votre analyse de Z&A.

    RépondreSupprimer