Subscribe in a reader

Pages vues depuis décembre 2009

dimanche 27 juillet 2014

L'Havrais Vérité: Région parisienne :Des soutiens à Julie Amadis révèlent d'autres scandales étouffé par l'administration de l'Education Nationale

L'arrêté d'exclusion 2 ans
 de Julie Amadis témoin
 de violences en 2008
L'Havrais Vérité
par Yanick Toutain


"
Je suis scandalisée par ce qui vous arrive !!
Je suis moi même présidente
 d'un conseil local Fcpe
en région parisienne
et nous signalons
 depuis plus d'un an
 les agissements délétères
d une enseignante d'élémentaire !
(...)  Merci pour les enfants
 d'avoir eu le courage d'intervenir ...

Aucun enseignant n'a osé chez nous !!!" 


La scandaleuse exclusion (conseil de discipline 3/7/2014) de la témoin des violences sur l'école Varlin en 2008 scandalise des parents dans toute la France.
Le cas de Julie Amadis émeut tous les parents abolitionnistes des violences à enfants.
Au Havre, au lieu d'appliquer la loi et d'enquêter sur les agressions de Varlin et de Valmy, la police nationale faisait, le 3 avril, devant l'école Valmy la propagande des violences à enfants.
Les parents abolitionnistes
anti-violences à enfants
Séverine Breton et Yazid
 Meddad ont été menacés
 et poursuivis dans toute
 la ville par le Gang Valmy
Voici maintenant qu'elle prend le relais du Gang Valmy et persécute les témoins de violences et les parents qui les soutiennent. Il suffit que les agresseurs portent plainte en diffamation et hop ! les coupables deviennent victimes et les témoins des crimes deviennent des coupables !
Article 222-13
Les violences ayant entraîné une incapacité de travail inférieure ou égale à huit jours ou n'ayant entraîné aucune incapacité de travail sont punies de trois ans d'emprisonnement et de 45 000 euros d'amende lorsqu'elles sont commises :
1° Sur un mineur de quinze ans ;
Ce sont plus de 700 lecteurs sur l'article de RevActu (en plus des 192 lecteurs sur le SCAN OCR de l'arrêté d'exclusion)

MARDI 22 JUILLET 2014

Mais certains soutiens mettent en lumière d'autres scandales dont ils ont été les témoins ou les victimes.
Lisez celui-ci.
Bonjour,
Je suis scandalisée par ce qui vous arrive !!
Je suis moi même présidente d un conseil local Fcpe en région parisienne et nous signalons depuis plus d'un an les agissements délétères d une enseignante d'élémentaire !
Elle commence tout juste à être inquiétée mais uniquement - je le crains - car nous avons pointé que si un enfant passait à l acte son " j'en peux plus " ou déclenchait une phobie scolaire, nous tiendrions pour responsable tous ceux que nous avons informés, qui avaient le pouvoir de bouger les choses et qui l'ont laissé continuer ses agissements maltraitants ( du harcèlement moral en ce qui la concerne)
Merci pour les enfants d avoir eu le courage d'intervenir ...
Aucun enseignant n'a osé chez nous !!!
Vous êtes soutenue par les parents ?
J ai lu que les syndicats ne vous soutenaient pas!
Cette institution me terrifie.
Ce témoignage n'a rien de surprenant : les agresseuses et le agresseurs d'enfants dans les écoles sont protégés par l'administration voyou de l'Education Nationale.
L'adjointe de l'inspecteur d'académie se moquait de Julie Amadis en lui expliquant qu'il fallait se contenter d'appeler le 119 !

UNE ADMINISTRATION OMERTA76 PROTÈGE
 LES AGRESSEURS ET BAFOUE L'ARTICLE 222-13


On l'avait déjà constaté en 2008: aucune enquête n'a été faite et les faits qui ont valu à Julie Amadis de perdre son emploi ont été supprimé de son dossier de fonctionnaire.
Elle avait été l'objet d'une plainte en diffamation d'une des agresseuses à l'époque et de sa protectrice.
Pire encore : après que des policiers soient venus faire de la provocation devant l'école Valmy en faisant la propagande en faveur des coups portés aux enfants, après que les gilets orange du Gang Valmy aient poursuivis de leurs insultes et leurs menaces les parents d'élèves anti-violences, après que la police ait convoqué une délégué élue des parents - non pas pour enquêter sur les violences mais suite aux plaintes en diffamation des protecteurs de l'agresseur de Valmy Léon Launay pour tenter de la dissuader de continuer à soutenir la victime-témoin, c'est maintenant des menaces anonymes que vient de recevoir par téléphone Julie Amadis. Des menaces provenant d'un policier anonyme !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire