Subscribe in a reader

Pages vues depuis décembre 2009

lundi 28 avril 2014

Thomas Sankara et Salgueiro Maia: Révolution Portugaise #25deAbril et révolution au Burkina Faso (une formoisie militaire initiant une véritable révolution)

par Yanick Toutain
Salgueiro Maia : À la tête des troupes de l'École Pratique de Cavalerie de la caserne de Santarem lors de la Révolution des œillets, il tombe face à face avec les forces militaires affectées au régime dans Ajuda, quartier de Lisbonne. Alors qu'il s'avance un mouchoir blanc à la main pour tenter de dialoguer avec un officier, le brigadier Rodrigo Junqueira dos Reis donne l'ordre de tirer sur lui mais ses troupes lui désobéissent et se rallient au mouvement de libération1.

Le lecteur pourra commencer par lire cet article si ce n'est déjà fait. Il éclaire la suite

25 avril 1974, il y a 40 ans #25deAbril au Portugal et en Afrique, la révolution anti-esclavagiste, révolution anti-fasciste, la Révolution des Oeillets

par Yanick Toutain

"Il y a deux leçons à tirer de cet extrait.
La première, c'est le fait qu'une révolution
 est avant tout une guerre psychologique :
La guerre des opprimés contre
 les marionnettes des oppresseurs.(...)
La deuxième leçon, c'est le fait que les minables
capitaines de l'armée française n'ont toujours pas
trouvé le courage de faire, en 2008 !,
ce que leurs collègues de l'armée portugaise
 ont fait en 1974 : arrêter la Portugafrique.
La Françafrique se pavane toujours :
 Deux nouveaux exploits pour les lâches":
Son contenu était introduit par un petit texte
Commémorer une révolution est un acte politique. Mais celui-ci ne doit pas être une simple "messe" du souvenir. Mais une construction en vu d'un projet révolisationnaire.
Ce n'est pas un hasard si les images de cette révolution portugaise accompagnent un article sur le DOP de 1983, discours d'orientation politique prononcé par Thomas Sankara (sur un texte revendiqué par Valère Somé)

VENDREDI 13 MAI 2011

Ce sera donc un autre article qui donnera des extraits commentés de cet article de 2011.

et faisait référence au Sankara du Portugal ;
Révolution anticoloniale ou révolution formoise antifasciste, l'insurrection des militaires progressistes portugais, la révolution des oeillets, mis fin à la dictature des impérialistes portugais sur l'Afrique.Ce fut l'aboutissement de la lutte des patriotes africains de l'Angola,du Mozambique, de la Guinée Bissau et du Cap Vert
Le très beau film de Maria de Meideros raconte la vie du capitaine Fernando José Salgueiro Maia.

 Voici donc les extraits de l'article sur le DOP de 1983 concernant cette révolution au Burkina Faso qui fut, comme celle du Portugal initiée par des révolutionnaires membres de la formoisie militaire.
Cela sera formateur pour les sots du Mali qui persistent à prononcer le mot de putsch ou de coup d'Etat pour ce qui fut, à l'initiative des femmes maliennes et des étudiants de Bamako et de Kati une Révolution Malienne de mars 2012

EXTRAITS SELECTIONNES DE

LUNDI 9 MAI 2011


ADMINISTRATIONS, BUREAUCRATIES
ET CLASSE FORMOISE
Thomas Sankara :Ainsi, à l'administration coloniale on a vu se substituer une administration néo-coloniale identique sous tous les rapports à la première. ..» 
YT : « Administration » nous donne l'occasion de clarifier les choses sur le plan conceptuel : si les formois sont les membres d'une classe détentrice du capital formation répétant, cette classe est aussi le noyau des bureaucraties de toutes les classes. La classe bourgeoise en France dispose d'un État bourgeois dont la composition est quasi-exclusivement de nature formoise. Même les militaires ont une nature de classe formoise : rémunérés sous une forme salariée, ils sont dotés d'un « capital formation répétant militaire ». Ils sont donc bel et bien, eux aussi, des formois.
Cet aspect sera remis en lumière infra quant aux armées burkinabés et portugaises. Précisons encore ici que l’État formois qu'était l'URSS était un État dont la classe dominante était aussi sa propre bureaucratie. Par contre l’État chinois traditionnel, celui qui détruisit les bateaux de Zeng Hé et décréta l'abolition de toute industrie navale était un État féodalo-formois dont la direction était déterminée par une alliance entre la classe féodale – provenant de guerriers envahisseurs la plupart du temps – et des Lettrés de la classe formoise. Ici, la bureaucratie était une des deux classes dominantes. Ce « mode de production asiatique » dont parlait Marx et que Ernest Mandel ne parvint pas à comprendre ne pouvait être exploré conceptuellement qu'en possédant l'outil néo-marxiste qu'est le concept de formoisie. Idem pour l’Égypte, mais de façon plus complexe encore ; en effet, la classe formoise est aussi la classe des guerriers psychologiques chargés de manipuler psychologiquement le peuple : les religieux.
Nous laisserons donc de côté la question de la « formoisie religieuse » vaticanesque du Moyen Age, mais le lecteurs peut commencer à entrevoir les multiples pistes de travail pour les années à venir.


UN CAMP DE TRAVAIL ESCLAVOISISTE GEANT : L'AFRIQUE
Thomas Sankara :A l'armée coloniale se substitue une armée néo-coloniale avec les mêmes attributs, les mêmes fonctions et le même rôle de gardien des intérêts de l'impérialisme et de ceux de ses alliés nationaux. ..» 
YT : Tout à fait juste. Le propos de Thomas sera encore plus clair en utilisant le para-concept de « CAMP DE TRAVAIL ». Le statut de l'Afrique est identique à celui des États du Sud des USA avant 1861. Il n'y a pas d'émigrants. Ce ne sont que des ESCLAVES EN FUITE. Des esclaves qui – comme en 1850 aux USA sont renvoyés vers le Sud par des JUGES ESCLAVOISISTES – en 2011 - , des juges pourris au service de la classe esclavagiste en 1850 et de la classe esclavoisiste en 2011. Vincent Bolloré et ses salaires à 50 euros à Kienké est le modèle pur de cette classe sociale.

(..)
LES DAMNES DE LA TERRE
Thomas Sankara :Au sein de cette grande majorité, il y a ces « damnés de la terre », ces paysans que l'on exproprie, que l'on spolie, que l'on moleste, que l'on emprisonne, que l'on bafoue et que l'on humilie chaque jour et qui, cependant, sont de ceux dont le travail est créateur de richesses. ..» 
YT : Je voudrais tant pouvoir lui dire « Mais Thomas, les « damnés de la Terre » , ce n'est pas un concept.
Travaillons ensemble à conceptualiser ce que cela recouvre »
Je voudrais tellement qu'il fut encore possible de la convaincre du SALAIRE UNIQUE POUR TOUS 1000 euros pour tous les Terriens.
Il aurait 61 ans !
Ces « damnés de la Terre » ce sont les VRAIS EXPLOITES ! Pas les charlatans formois de Terre du Nord ! Ces gredins politiques qui réclament un « SMIC européen » à 1500 euros par mois pour obtenir 300 euros de plus – eux-mêmes- , pour pouvoir consommer 2000, 2500, 3000 euros par mois !
Pour pouvoir devenir des QUINTUPLES MALADES CONSUMERISTES volant des DIZAINES DE FAMILLE de façon à consommer 5 FOIS le PIB moyen mondial !
Ce sont ces gens qui sont la base de ces grotesques et hypocrites « Parti Communiste des Ouvriers de France », ces grotesques et hypocrites LCR, NPA, Lutte Ouvrière, LTF etc etc … et toutes ces sectes politiques formoises qui hurlent à leur prétendue « exploitation » quand ce sont les paysans burkinabés qui nourrissent ces parasites, ces travailleurs Répétants à demi-inutiles et politiquement totalement néfastes !
Comme l'écrivait Thomas :



Thomas Sankara :C'est par leurs activités productives que l'économie du pays se maintient malgré sa fragilité. C'est de leur travail que se « sucrent » tous ces nationaux pour qui la Haute-Volta est un El Dorado. Et pourtant, ce sont eux qui souffrent le plus du manque des structures, d'infrastructures routières, du manque des structures et d'encadrement sanitaires. Ce sont ces paysans créateurs de richesses nationales qui souffrent le plus du manque d'écoles et de fournitures scolaires pour leurs enfants. Ce sont leurs enfants qui vont grossir les rangs des chômeurs après un passage-éclair sur les bancs des écoles mal adaptées aux réalités de ce pays. C'est parmi eux que le taux d'analphabétisme est le plus élevé : 98 pour cent. Ceux qui ont besoin de plus de savoir pour que leur travail productif puisse s'améliorer en rendement, c'est encore eux qui profitent le moins des investissements dans le domaine de la santé, de l'éducation et de la technologie. ..» 
YT : ILS SONT LES BATAILLONS DU FORMARIAT, du PROLERIAT DE LA FORMATION, ceux qui sont privés du CAPITAL FORMATION par la complicité de toutes les classes exploiteuses du Nord.
Mais ils sont surtout les SUPER-SPOLIATES, ceux qui ne vivent qu'avec moins de 10 % de ce que devrait être leur PART EGALE DE L'HERITAGE ANCESTRAL !
ILS SONT CLAIREMENT NOTRE BASE SOCIALE !
Quand bien même le retard dans la diffusion de l'Internet ne les rende encore ignorant de l'existence de notre analyse, de notre projet, de notre modèle d'organisation politique de masse qu'est la délégation générale révocable.
Si Thomas était vivant, je n'ai nul doute qu'il partagerait notre objectif – demain – de 1000 euros pour tous les Terriens et – aujourd'hui – de 25 000 F cfa pour chaque Burkinabé.
Allez donc poser la question aux véritables sankaristes.
La seule hésitation qui pourrait être la leur serait : « Combien de temps de discussion, ou de lecture de ce texte ? Combien d'éventuels arguments complémentaires faudrait-il à Thomas Sankara pour rejoindre, en 2011, notre combat libéral-égalitariste !


VOICI DONC LE DEBAT FONDAMENTAL
extrait de

VENDREDI 13 MAI 2011

Nous appelons « thermidoration » la contre-révolution (au sein de la révolution) qui permet à une nouvelle classe exploiteuse de prendre le pouvoir.
UNE REVOLUTION ANTI-ESCLAVOISISTE
Contrairement à ce que des sectaires du type PCRV (Parti Communiste Révolutionnaire Voltaïque) affirment, la révolution initiée par Thomas Sankara ouvrit réellement une période de révolisation. Elle fut une authentique révolution anti-esclavoisiste. Une révolution contre la bourgeoisie esclavagiste française et mondiale.
Comme le fut celle du 14 janvier 2011 en Tunisie.
Il faut être totalement demeuré et borné en politique pour ne pas avoir compris que la victoire de CE coup d'Etat état une victoire du peuple – comme le fut tout autant la victoire des capitaines portugais de la base du MFA en 1974.(cf la vie de Salgeiro Maia dans le bellissimeCapitaines d'Avril de Maria de Medeiros)

Capitaines d'Avril
par Maria de Medeiros

PORTUGAL 1974 - BURKINA 1983
Au lieu que le peuple, par des manifestations de masse parvienne, de l'extérieur, à CASSER EN DEUX L'ARMEE COMPRADORE, c'est une AVANT-GARDE progressiste qui la CASSE à partir de l'intérieur.
On peut même considérer que la révolution opérée par Thomas Sankara et celle opérée par les Capitaines d'Avril était allée plus LOIN que celle de février 1917 et celle de janvier 2011 : la cassure de l'armée était plus profonde.

ANALYSE NEO-MARXISTE
DES REVOLUTIONS DE MILITAIRES FORMOIS
L'analyse de classe néo-marxiste donne un éclairage tout à fait lumineux sur cela : les formois les plus formés, les plus honnêtes, les plus lucides se sont retrouvés – par des circonstances très particulières – à l'intérieur de l'armée (soit en tant qu'appelés du contingent – proto formois que sont les étudiants ou petits formois commençant à peine de travailler, soit en tant que militaire professionnelle membre de la couche militaire de la formoisie bureaucratique) .
Le néo-marxisme nous permet de comprendre que le statut particulier de ces formois en fait soit des arrivistes formois – plus arrivistes encore que les formois des autres bureaucraties (ce que deviendra rapidement l'assassin Compaoré et ses complices) – soit des formois progressistes comme le furent les formois qui ont créé l'aile gauche du POSDR russe (soit branche pro-Lénine -bolchéviks - soit branche pro-Trotsky – groupe interrayons menchéviks internationalistes). 

« C’est ce que nous avons perçu, nous, peuple burkinabè, au cours de cette nuit du 4 août 1983, aux premiers scintillements des étoiles dans le ciel de notre Patrie. Il nous fallait prendre la tête des jacqueries qui s’annonçaient dans les campagnes affolées par l’avancée du désert, épuisées par la faim et la soif et délaissées. Il nous fallait donner un sens aux révoltes grondantes des masses urbaines désoeuvrées, frustrées et fatiguées de voir circuler les limousines des élites aliénées qui se succédaient à la tête de l’Etat et qui ne leur offraient rien d’autre que les fausses solutions pensées et conçues par les cerveaux des autres. Il nous fallait donner une âme idéologique aux justes luttes de nos masses populaires mobilisées contre l’impérialisme monstrueux. A la révolte passagère, simple feu de paille, devait se substituer pour toujours la révolution, lutte éternelle contre la domination.
D’autres avant moi ont dit, d’autres après moi diront à quel point s’est élargi le fossé entre les peuples nantis et ceux qui n’aspirent qu’à manger à leur faim, boire à leur soif, survivre et conserver leur dignité. Mais nul n’imaginera à quel point " le grain du pauvre a nourri chez nous la vache du riche". »
« 
DISCOURS DE THOMAS SANKARA à l'ONU le 4 octobre 1984 prononcé DEVANT L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES La Liberté se conquiert
Au Portugal, comme au Burkina-Faso, les formois progressistes déclenchèrent une révolution contre l'esclavoisie. Au Portugal, ce fut la chute du fascisme colonialiste, au Burkina-Faso (en Haute-Volta de l'époque) ce fut la chute momentanée du dispositif local – la chute des KAPOS locaux.
LES SECTAIRES PCRV-PCOF
ET LEUR BIBLE
NI MARXISTE NI LENINISTE
Mais, de prétendus partis révolutionnaires – qui ont le marxisme à la bouche comme les Témoins de Jéhovah ont la Bible à la main – viennent ressasser des livres qu'ils n'ont jamais pris le temps d'étudier, ni donc, encore, moins, de comprendre !
Ils croient que le marxisme est une sorte de « Coran » dans lequel une sourate donne la parole révélée. Il suffit de trouver laquelle !
Il suffit alors de lancer les fatwas contre les impies et de s'auto-proclamer (sans craindre le ridicule) « état-major de la classe ouvrière et du peuple » !
Mais ces formois droitiers ne voient pas venir les révolutions quand ils en ont une devant leur nez. Mais, ces formois droitiers, quand il s'agit d'aller courir après les miettes du butins impérialistes, on en voit certains qui - l'âge venant - finissent par passer alliance avec les pires des gangsters politiques corrompus !
Le PCRV est l'allié politique du PCOF. Seulement voilà, ce groupe d'idéologie formoise – ce PCOF - (qui veut donner PLUS aux diplômés qu'aux sans-diplômes tout en prétendant défendre le peuple) n'est qu'une agence de plus de l'impérialisme esclavagiste.

+++
+++

(...)
YT : On voit bien ici l'attention que portait Thomas aux enfants de la paysannerie. Sans que ne l'exprime clairement, il sent bien – comme Che Guevara avant lui – que son travail militant s'adresse prioritairement à ces « Damnés de la Terre ».

LES « DAMNES DE LA TERRE » - pré-conceptualisés par Thomas Sankara - SONT LE FORMARIAT
Il ne possède pas les concepts, il ne dispose ni d'un clair programme libéral-égalitariste, ni d'une stratégie incluant quatre révolutions sociales, une révolution pédagogique et une révolution scientifique – le résultat de quinze années de recherches – mais il avance dans cette direction.
C'est pourquoi notre tristesse de ne pouvoir débattre de tout cela est grande !
Notre colère contre l'assassin Compaoré est d'abord une tristesse de la perte de Thomas/

Thomas Sankara :Telle est, de la manière la plus succincte, la situation de notre pays après 23 années de néo-colonisation : paradis pour les uns et enfer pour les autres...» 
YT : Il faudrait préciser demi-paradis pour les formois compradores et proto-formois compradores les plus élevés dans la hiérarchie des kapos et demi-enfet pour les petits-proto-formois compradores..... pendant que le véritable enfer est réservé à ceux qui voient plus d'un bébé sur dix mourir avant l'âge de un an !
Ceux-là sont NOTRE BASE SOCIALE.

NOTRE BASE SOCIALE : LE FORMARIAT !
Les autres CLASSES ET COUCHES DEVRONT SE RALLIER A NOTRE PROJET EN FAVEUR DU FORMARIAT DES PAYSANS, DES CHÔMEURS, DES SDF, DES ENFANTS ABANDONNES.
Tous ceux qui n'ont pour vivre que moins de 50 euros par mois dans toute l'Afrique, tous ceux qui, au Burkina-Faso ont moins que 38 euros par mois !


fin

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire