Subscribe in a reader

Pages vues depuis décembre 2009

jeudi 8 avril 2010

LA RELATIVITÉ RESTREINTE ÉTUDIE LES DÉPLACEMENTS A VITESSE CONSTANTE (L'imposture relativiste: Les citations de l'imposture et les réactions des relativistes)






L'imposture relativiste:
Les citations de l'imposture
et les réactions des relativistes
LA RELATIVITÉ RESTREINTE ÉTUDIE LES DÉPLACEMENTS A VITESSE CONSTANTE
Yanick Toutain
mercredi 5 septembre 2007
05/09/07 17:48


Avertissement (YT: 6/04/2010)
Le lecteur débutant comprendra que l'adjectif «uniforme» indique qu'un mouvement se fait en conservant la même vitesse tout au long de son parcours. « Uniforme » signifie donc qu'il n'y a AUCUNE accélération à aucun moment du trajet. C'est, d'ailleurs, pour pouvoir « expliquer » les déplacements avec des accélération que Einstein inventera, dix ans plus tard, en 1915, une nouvelle élucubration : la Relativité générale (general relativity). L'absence d'accélération concerne aussi les virages : en physique, tourner a pour conséquence de modifier sa vitesse, en ralentissement la composante « avancée » et en augmentant la vitesse vers la droite ou vers la gauche (ou encore vers le haut ou vers le bas). C'est la raison pour laquelle «uniforme » implique aussi que la trajectoire soit rectiligne. Ajouter « en ligne droite » ou « rectiligne » est inutile et redondant : tout mouvement uniforme est à vitesse constante et en ligne droite.
(Les gras ont été ajoutés et ne sont pas dans les textes originaux)
"La thèse générale que nous avons développée jusqu'à présent était le principe de relativité restreinte, c'est à dire le principe de la relativité physique de tout mouvement uniforme."
Albert Einstein :
« La relativité » page 71
Traduction Maurice Solivine
Deuxième partie
La théorie de la relativité générale Chapitre 18 : les principes de relativité restreinte et générale.
Éditions Payot
Les passages en italique
sont dans le texte original
"La théorie de la relativité se développe en deux étapes. La première conduit à la théorie de la relativité restreinte, qui s'applique seulement à des systèmes de coordonnées d'inertie, c'est à dire à des systèmes où la loi de l'inertie, telle qu'elle a été formulée par Newton, est valable. La théorie de la relativité restreinte est basée sur deux suppositions fondamentales : les lois physiques sont les mêmes dans tous les systèmes de coordonnées en mouvement uniforme les uns par rapport aux autres; la vitesse de la lumière a toujours la même valeur."
 Albert Einstein et Léopold Infeld :
« L'évolution des idées en physique »
(1936) page 231
Traduction (de l'anglais) par Maurice Solivine
Champ Flammarion (1983)
"L'état de mouvement du système de coordonnées ne peut être choisi arbitrairement, si l'on veut que les lois de la mécanique soient exactes (il doit être sans rotation ni accélération). Un système de coordonnées admissible en mécanique est appelé système d'inertie. L'état de mouvement d'un système d'inertie, d'après la mécanique, n'est pas déterminé de manière unique par la nature. Au contraire, on a la proposition suivante : un système de coordonnées se mouvant uniformément et en ligne droite par rapport à un système d'inertie est lui-même un système d'inertie. Ce que l'on entend par "principe de relativité restreinte" est alors la généralisation de cette proposition à n'importe quel processus naturel : toute loi générale de la nature qui est vraie relativement à un système de coordonnées K doit aussi être vraie pour n'importe quel système K', qui est en mouvement de translation uniforme par rapport à K.
Le second principe sur lequel repose la théorie de la relativité restreinte est le "principe de la constance de la vitesse de la lumière dans le vide". (...)
Albert Einstein :
« Conceptions scientifiques » page 11 Champs Flammarion 1952-1990-2001 Traduction (de l'anglais) par Maurice Solivine, revue et complétée par Daniel Fargue.
La citation provient du chapitre 1 "Qu'est-ce que la théorie de la relativité" reprise de la version originale du texte (différente de l'édition 1952)
publiée dans le London Times le 28 novembre 1919.
"La relativité restreinte a ceci de commun avec la mécanique de Newton : les lois des deux théories sont supposées être seulement valables relativement à certains systèmes de coordonnées, ceux connus comme "systèmes d'inertie". Un système d'inertie est un système dans un état de mouvement tel que les points matériels "libres" (sur lesquels n'agit aucune force) dans son intérieur ne sont pas accélérés relativement au système de coordonnées.
Albert Einstein :
« Conceptions scientifiques » page 135
traduction Maurice Solivine revue et complétée par Daniel Fargue
chapitre "Sur la théorie de la gravitation généralisée"
(1950)
Champs Flammarion 1952 1990 2001
Les citations et les sources données sont identiques à celles de la première publication de ce texte sur voilà.monsyte. Seuls les « gras » et l'avertissement ont été ajoutés, à l'occasion de cette re-publication sur revolisation actu, afin de faciliter la lecture.
Cette re-publication a pour fonction de tenter de faire taire tous les ânes menteurs relativistes qui semblent ignorer les véritables citations de leur bible. En particulier pour ce qui concerne tous ces débats fumeux concernant les prétendus « jumeaux de Langevin » qui n'étaient, en 1911, qu'un « voyageur » en « accélération » et un Terrien en mouvement uniforme. Ce qui est particulièrement absurde quand il s'agirait de vouloir prouver la cohérence de la Relativité Restreinte.

Les textes de l'imposture relativiste
Les derniers ajouts

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire