Subscribe in a reader

Pages vues depuis décembre 2009

dimanche 3 août 2014

Flic voleur de drogue au 36 ! Paris, Le Havre, Perpignan, Charleville-Mézières, Reims, Marseille "La loi c'est nous qui la faisons'" flics voyous, flics ripoux, procureur voyou, enseignants agresseurs : viol, enlèvement, violences, drogue, agressions d'enfants

Marseille :
Sébastien Bennardo
un témoin révoqué
Quand les témoins des magouilles
sont réprimés par un Etat voyou, les
violeurs, les agresseurs, les voleurs au
sein de l'Etat se sentent protégés

par Yanick Toutain

"Les exemples sont nombreux
 de ces gens privés de leur liberté
 sur un simple ragot ou suite
à un marché de dupes inavouable
dont on a torturé l'esprit
pour obtenir des aveux
."
Les mêmes méthodes de voyou Nachbar
sont en cours au Havre en juillet 2014
"la façon dont est intervenu le procureur
lors de sa garde à vue,
 en la pointant du doigt pour lui hurler les yeux
 hors des orbites :
 « Avouez, on voit bien que
 vous faites partie d'une secte,
ça se voit dans votre regard… »
sic Francis Nachbar, procureur voyou agresseur
Pour voler de la drogue,
si vous avez ce badge
vous avez le droit....
 ou vous le supposez !
"Des baffes derrière la tête
qui n'ont eu pour effet que de charger
Fourniret d'un crime qu'il n'a pas commis et
 dont l'auteur court toujours
."
agressions physiques du procureur Nachbar
signalée par le procureur du roi belge... sans suite 


Le sentiment d'impunité des fonctionnaires voyous a une explication : Le pourrissement de l'Etat français !

Au Havre, un procureur protège des gens qui risquent 3 ans de prison et fait interpeller ceux qui ont dénoncé des actes délictuels (des agressions d'enfants dans les écoles - des agressions passibles de l'article 222-13 qui seront appelés "crimes" après la révolution).
Pas étonnant qu'un Jonathan X se croit autoriser à voler plus de 50 kg de drogue..... au 36 Quai des Orfèvres
52,6 kg de cocaïne (48 pains de coke de plus de 1 kg chacun saisis début juillet dans le 18e arrondissement),


"LA LOI C'EST NOUS QUI LA FAISONS !"

Jonathan X, peut voler la drogue capturée pour la revendre ! Il est comme le flic néonazi et le procureur agresseur du Havre,

 la loi c'est comme le procureur Nachbar du Havre, c'est lui qui la fait ! 

"Trois jours après la découverte de la disparition de 52,6 kg de cocaïne (48 pains de coke de plus de 1 kg chacun saisis début juillet dans le 18e arrondissement), l'auteur présumé de ce vol inédit, au cœur même du 36, quai des Orfèvres, à Paris, a été arrêté samedi midi à Perpignan (Pyrénées-Orientales), ville d'où ce policier de 34 ans est originaire et où il possède pas moins de sept appartements ou chambres de bonne…
Le suspect a été démasqué dès vendredi. À la suite du témoignage d'une gardienne de la paix, planton devant le 36, qui s'est souvenue du passage d'un "collègue" chargé de deux gros sacs au milieu de la nuit du 24 au 25 juillet, les enquêteurs de l'IGPN (Inspection générale de la police nationale, la police des polices) n'ont pas tardé à mettre un nom sur la silhouette enregistrée dans ce créneau horaire par les caméras vidéo du secteur du palais de justice et de la préfecture de police. Des soupçons confortés par deux événements récents durant lesquels Jonathan G… aurait eu un "comportement troublant"." (JDD, 
dimanche 03 août 2014

UN ETAT VOYOU TRUFFE DE FONCTIONNAIRES VOYOUS

La police est truffé de flics voyous - Jonathan X, les ripoux de Marseille, le néonazi du Havre et ses camarades qui agressaient impunément il y a 15 ans, sans oublier le flic du Havre qui surveille les spots wifi et menace en téléphonant aux restaurateurs ....la justice est truffée de juges voyous - procureur voyou Francis Nachbar (un agresseur auteur de faux et de complots avec des policiers),

La scandaleuse nomination du procureur Nachbar
Publié le mercredi 07 avril 2010 à 11H51 - Vu 2016 foisCHARLEVILLE-MEZIERES (Ardennes). L'incroyable s'est produit à l'occasion de l'annonce de la promotion pascale de la Légion d'honneur. Francis Nachbar, ex-procureur de la République de Charleville-Mézières et actuellement en poste au Havre, a été nommé chevalier de l'ordre.UN camouflet pour tous ceux qui ont obtenu cette décoration légitimement et qui la portent dans la dignité. Un pied de nez à la justice et à tous ceux, magistrats et avocats, et ils sont nombreux, qui la font fonctionner avec honnêteté et rigueur. Une gifle aux plus hautes instances de la magistrature qui avaient durement commenté le comportement de Francis Nachbar à Charleville-Mézières (Ardennes) en général et lors du procès Fourniret en particulier. Un affront au procureur du Roi de Belgique qui avait cru indispensable de saisir son homologue procureur général de la République de Reims pour lui signaler les agissements choquants et répréhensibles de Francis Nachbar au cours d'une garde à vue. Un mépris inqualifiable à tous ces justiciables qui sont passés dans l'étau-broyeur Nachbar, victimes de dénonciations aux origines douteuses, placés en garde à vue dans des conditions très discutables, mis en examen avec parfois le bonus de la détention provisoire avant que justice, la vraie, celle des tribunaux, leur soit rendue en première instance puis en appel, tel un désaveu flagrant de la justice spectacle du procureur Nachbar.
Fallait-il que les enquêteurs réputés pourtant si pointilleux de la grande Chancellerie de l'Ordre de la Légion d'honneur soient à ce point surmenés pour qu'ils n'aient pas vu ce qui était reproché au procureur hier, et les affaires dans lesquelles il est encore englué aujourd'hui ?
Puissant pistonFallait-il que le piston soit puissant pour qu'il propulse Francis Nachbar dans des sphères où il n'a rien à faire, et où sa présence dénote et dénature ? Car quel crédit accorder désormais à une distinction qui se galvaude ainsi ?
(... )
Qu'on se rappelle encore les écrits de Philippe Bilger, avocat général à la Cour de cassation, choqué par l'attitude caractérielle et professionnelle de Francis Nachbar, et qui va le rappeler à l'ordre, après l'affaire Fourniret, dans un article publié dans une revue judiciaire, dénonçant en particulier le fait qu'il ait commenté son réquisitoire à la presse avant que les plaidoiries ne soient exprimées.Deux réprimandes sans équivoque qui se sont associées à une sanction par omission. À l'issue du procès Fourniret, le président de la cour d'assises était décoré de la Légion d'honneur. Une distinction que Francis Nachbar, déjà titulaire de la médaille du Mérite, pouvait espérer, mais qui lui passait sous le nez. Pas la moindre breloque alors que les deux assesseurs du président recevaient la bleue. À croire qu'alors, l'enquête avait été plus sérieuse.
Qui va l'épingler ?Car comment oublier aussi les invectives lancées par le procureur Nachbar aux avocats massés devant la porte du palais de justice, en décembre 2007, lorsqu'ils ont protesté contre la perte du pôle d'instruction du tribunal de Charleville et sa délocalisation à Reims ? Ces mêmes avocats qui aujourd'hui s'inquiètent légitimement des dérives des gardes à vue, de celles que menait le procureur Nachbar en particulier.
Les exemples sont nombreux de ces gens privés de leur liberté sur un simple ragot ou suite à un marché de dupes inavouable dont on a torturé l'esprit pour obtenir des aveux. Le directeur de l'Opac des Ardennes pourrait raconter comment il a été mis en cause par un « donneur » du procureur qui espérait ainsi atténuer ses propres responsabilités dans une affaire de détournement de fonds. Un personnage glauque qui bientôt se retrouvera de nouveau en correctionnelle dans les Ardennes après avoir défrayé la chronique parisienne dans une sombre affaire de coups de couteaux que lui aurait donnés une voyante devenue son égérie et sa gérante de paille.
Une éducatrice accusée de dérive sectaire pourrait aussi témoigner de la façon dont est intervenu le procureur lors de sa garde à vue, en la pointant du doigt pour lui hurler les yeux hors des orbites : « Avouez, on voit bien que vous faites partie d'une secte, ça se voit dans votre regard… »Même un policier belge a été choqué par les méthodes Nachbar lors de l'interrogatoire de Monique Olivier, l'épouse de Michel Fourniret. Il s'en était du reste ouvert à Cédric Visart de Bocarme, procureur du Roi, lequel avait transmis ses doléances à fin de poursuites à Yves Charpenel, procureur général de Reims qui s'empressa d'enterrer le dossier. Des baffes derrière la tête qui n'ont eu pour effet que de charger Fourniret d'un crime qu'il n'a pas commis et dont l'auteur court toujours.
Hier, dans les couloirs des palais de justice de la région, beaucoup semblaient désabusés, se demandant comment une telle nomination était possible. Même si on en a une petite idée, on ne connaît pas avec certitude le nom de celui ou de celle qui a propulsé la candidature du procureur. En revanche, on va surveiller avec attention le jour de la remise de la décoration pour savoir qui aura l'audace de l'épingler au revers de la veste du procureur Nachbar.
« La Légion d'honneur est décernée pour conduite civile irréprochable ou faits de guerre exceptionnels… » On ne voit vraiment pas en quoi le procureur Nachbar est concerné ni dans quelle catégorie il pourrait s'inscrire.
Christian CHARDON
L'union l'Ardennais

JUGES VOYOUS,
 ENSEIGNANTS AGRESSEURS,
ADMINISTRATION COMPLICE
PROTEGES PAR
 UN PROCUREUR ILLEGAL

Julie Amadois, une témoin
 de violences à enfants
en 2008 persécutée par
 l'inspecteur Deplanque et
les agresseurs d'enfants
juges voyous et faussaires : Michael Janas juge voyou le président du TGI d'Angoulême, et juges voyous faussaires de la Cour d'Appel de Bordeaux Robert Miori et Bernard Ors, auteurs de faux en écritures inventant en appel de prétendus aveux de Julie Amadis et une jurisprudence néonazie appelant "vie privée" les coups d'Etat, putsch et assassinats politiques....pour engraisser de 31000 euros un barbouze français flic ONUCI, le Klaus Barbie de la Côte d'Ivoire, Jean-Marie Bourry....
.... enseignants voyous agresseurs Véronique Combret - agresseuse d'un petit de 4 ans et s'en vantant, instituteur agresseur Léon Launay, agresseur pendant 20 ans, protégé par deux inspecteurs voyous Patrick Deplanque et Olivier Basély, par deux inspecteurs d'académie voyous Philippe Carrière et Serge Tillmann... et l'adjointe OMERTA76 Monique Béaur
Mais tous ces voyous ont une solution !

LE PROCUREUR VOYOU FRANCIS NACHBAR, AGRESSEUR LUI-MÊME
SE PROPOSE D'ENVOYER DES POLICIERS "RÉPUBLICAINS" TERRORISER LES TÉMOINS EN LES ENLEVANT EN PUBLIC SOUS MENACES D'UTILISER LA VIOLENCE PHYSIQUE


Sous la menace d'une agression physique (prétendument légale par l'article 78) j'ai été enlevé par la BAC du Havre en compagnie de Julie Amadis.
La brigade anti-criminalité est venue nous enlever lundi dernier au Havre, dans un café. En prétendant ne rien savoir des motifs !
Il m'a été dit que 7 personnes avaient déposé plainte en diffamation.
Bien que le secret ait été gardé sur le nom des plaignants (on est en France, les agresseurs et leurs amis sont protégés par l'Etat voyou) j'en devine la liste !
Tous ces gens connaîtront une célébrité dont ils n'imaginent pas le millième !


COMPLEMENT

mardi 29 juillet 2014

Interpellée par la police dans un café à cause d'.... un commentaire sur YouTube (Une plainte de Patrick Deplanque OMERTA76)

Les 3 policiers de la BAC du Havre furent
courtois mais menaçants. Sur ordre du
procureur Nachbar, ils auraient agi comme sur
la photo si Julie Amadis et l'auteur de ce
blog n'avaient pas obéi immédiatement à
leurs exigences de les suivre sans explication
par Yanick Toutain

Hier lundi, vers 17h10, l'institutrice Julie Amadis travaillait au chapitre 6 du livre qu'elle a commencé à écrire. Elle était assise dans un café-bar du Havre en haut de la plage – le Week-End- quand elle vit surgir devant elle trois hommes qui exigèrent qu'elle les suive.
Elle apprendra une heure et demie plus tard, assise au dernier étage de l'hôtel de police, que c'est un simple commentaire écrit sur YouTubequi sera l'unique motif de cette interpellation musclée.
En France, quand des puissants veulent votre perte, un simple commentaire YouTube et vous êtes attrapé manu-militari par la police nationale.

Le seul argument utilisé fut « article 78 ». Les policiers n'utilisèrent pas un seul autre argument et prétendirent ne rien connaître des raisons de l'interpellation. Les 3 policiers expliquèrent qu'ils ne toléreraient aucune résistance. Et Julie Amadis fut donc contrainte – sous la menace de la force physique – de suivre trois policiers en civil. Trois membres anonymes de la brigade anti-criminalité.
Emmenée – avec l'auteur de ces lignes lui aussi poursuivi pour d'autres textes, des articles de blog – dans une voiture blanche banalisée – à l'hôtel de police, elle apprendra là-bas que c'est un commentaire sur Youtube qui lui vaut cette procédure d'arrestation en public.
Un simple commentaire déposé par cette enseignante pour expliquer au public pour quelle raison l'inspecteur qui l'avait traitée de menteuse en 2008 avait organisé un groupe de dénonciations calomnieuses pour la faire suspendre (le 28 mars 2014) puis la faire exclure sans traitement pour deux ans (un conseil de discipline le 3 juillet dernier)

UN COMMENTAIRE JUSTIFIANT UNE ARRESTATION PUBLIQUE ?


Alors que Mediapart mène une étrange campagne en faveur des ripoux de Marseille, on lira avec intérêt une version bien différente sur BFM. Un article qui est en accord avec l'interview de Sébastien Bennardo

Marseille : entretien avec l'ex-policier qui a balancé les ripoux


Les sanctions tombent à Marseille. Deux premiers policiers de la BAC Nord, convoqués devant le conseil de discipline, ont été exclus de la police. Un troisième a été suspendu pour un an.

Le conseil de discipline doit encore examiner trois autres dossiersmercredi.

Une vingtaine de barrettes de cannabis ont été retrouvées au domicile du premier policier condamné. Le second a reconnu avoir trouvé une sacoche contenant 540 euros et gardé l'argent "sans pouvoir expliquer son geste".

"C'était dans l'intérêt du service"

Âgés de 34 à 52 ans, les six présumés "ripoux" ont été mis en examen en octobre 2012 pour "vol et extorsion en bande organisée" aux dépends de dealers et écroués pendant deux mois et demi.

Ils maintiennent avoir agi uniquement pour obtenir des informationsdans le cadre de leurs enquêtes.

Joël Dutto, père du premier policier sanctionné, et élu communiste des quartiers nord, dénonce une sanction "disproportionnée". "Je sais qu'il n'a participé à aucun trafic et ce qu'il a fait c'était dans l'intérêt du service", estime-t-il.

S'il admet que "quelques barrettes de cannabis" ont été détenues par des policiers, il juge que c'était "pour obtenir des informations" et pas dans le cadre d'un trafic.

On ne peut pas être policier et voyou en même temps"

Tarek*, un habitant des quartiers nord de Marseille, n'a pas la même vision des faits il se dit "déçu" et estime que "c'est mérité". Il a été pendant longtemps un informateur de la police et affirme avoir été témoin des pratiques des présumés ripoux de la bac Nord. "Ils ne peuvent pas avoir une double casquette", explique Tarek. "On ne peut pas être policier et voyou en même temps".

"J'ai vu des fonctionnaires de police interpeller des vendeurs avec des sacoches de shit, prendre le vendeur, le sortir de la cité, lui mettre des tartes. Ils prenaient la sacoche avec tout ce qu'il y avait dedans ils se la gardaient pour eux. Oui, je le confirme", raconte-t-il.

"Ils gardaient tout pour eux", répète Tarek, qui explique que"personne ne peut aller porter plainte, ni un veneur de shit, ni un vendeur de cigarettes".

*Le prénom a été modifié
La Rédaction avec L. Dian
SUR LE MEME SUJET EN VIDEO



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire