Subscribe in a reader

Pages vues depuis décembre 2009

mercredi 13 août 2014

Mali-France: Le coupeur de mains Iyad Ag Ghali financé (20M€) par François Hollande en octobre 2013 appelle à combattre la France en août 2014 ! HollandeGATE financier et chef secret de Ançar Eddine

par Yanick Toutain

10 mois après le versement de 20 millions par François Hollande, le terroriste Iyad Ag Ghali le coupeur de mains de Aguel Hoc (crimes du 24 janvier 2012) annonce combattre la France ! De qui se moque-t-on ?
La seule explication rationnelle ? Iyad Ag Ghali est un psychopathe qui a été payé par la police secrète sarkhollandiste franceàfric pour justifier des lois fascistes en France ! Même RFI est obligée parfois de reconnaître cette vérité terrible :

"Hollande autorise ses services à travers les Fonds destinés aux services de renseignements, et ses entreprises dont AREVA à arroser Aqmi, Ansar Dine ou les organisations terroristes" (sic cité sur RFI)

Les présidents Sarkozy et Hollande sont les responsables secrets du terrorisme islamofasciste en Afrique. Ce sont eux les protecteurs du groupe terroriste criminel Ançar Eddine, les meurtriers du Nord-Mali. Nous dénoncions la somme ahurissante de 20 millions d'euros versée au leader d'Ançar Eddine, Iyad Ag Ghali en octobre dernier.

MARDI 13 MAI 2014


Mali-Nigeria: Le salaire de 10000 terroristes islamofascistes pour 3 ans : la somme payée par Hollande à Iyad Ag Ghali, le leader des assassins Ansar Eddine du 24 janvier 2012

"Hollande autorise ses services à travers les Fonds destinés aux services de renseignements, et ses entreprises dont AREVA à arroser Aqmi, Ansar Dine ou les organisations terroristes" (sic cité sur RFI)




"Pour L’Observateur Paalga  au Burkina, comme pour la plupart des médias africains,
 il y a bel et bien eu rançon.
Tous reprennent l’information révélée
par le quotidien français 
Le Monde hier
qui affirmait que 20 millions d’euros
avait été versés aux ravisseurs.
" (...)
"
Commentaire désabusé du quotidien bamakois :
«
alors que la question terroriste
est toujours actuelle au nord Mali,
Hollande autorise ses services à travers les Fonds
destinés aux services de renseignements,
et ses entreprises dont AREVA
 à arroser Aqmi, Ansar Dine ou les organisations terroristes.
 (…)
 Conséquences au Mali ?
 La remise en selle de ceux-là même
qui ont poignardé la République et trahi la nation.
»''
(RFI 
Diffusé le jeudi 31 octobre 2013
Voici maintenant que les naïfs vont croire la nouvelle comédie du pantin de la police secrète Franceàfric de HollandeGATE.
LIRE AUSSI

MERCREDI 13 AOÛT 2014

IL SUFFIT DE COMPARER LES ARTICLES DE LIBERATION DU ET CELUI DE RFI DU POUR COMPRENDRE L'IMPOSTURE.

En voici le duplicata !





Iyad ag-Ghaly, le chef du groupe Ansar ed-Dine, une des formations islamistes chassées du nord du Mali par l’intervention française, marque son retour après plus d’un an et demi de silence par un message vidéo appelant à combattre Paris et ses alliés.



«Nous appelons notre courageux peuple musulman, outragé par les Français et leurs alliés, à faire front contre cet ennemi historique et cet occupant qui déteste l’islam et les musulmans», déclare Iyad ag-Ghaly sur cette vidéo en arabe mise en ligne le 5 août et visionnée jeudi par l’AFP.
La vidéo de 23 minutes 59 secondes, qui n’est ni datée ni localisée et sur laquelle on entend à plusieurs reprises le bruit du vent, est entrecoupée d’images d’actualité afin de démontrer notamment les intérêts économiques de la France en Afrique.
Posant devant une tenture ocre sur laquelle reposent le drapeau noir des jihadistes et un fusil d’assaut kalachnikov, Iyad ag-Ghaly, justifie sa prise de parole par «la propagande subie par Ansar ed-Dine et ses actions de défense de sa terre et de sa communauté islamique».
L’ancien rebelle touareg, qui n’a plus été vu au Mali depuis le début de l’intervention française contre les islamistes en janvier 2013, accuse«l’Occident croisé» d’avoir «lâché la bride à l’armée malienne», égrenant une litanie d’exactions à l’encontre des populations du nord, «des crimes atroces qui font froid dans le dos».
«Nous sommes prêts à nous unir à nos frères combattants sur le terrain malien pour faire face à la coalition croisée et les infidèles mondiaux qui se sont unis afin de combattre l’islam sur notre terre», insiste Iyad ag-Ghaly.
Fin février 2013, les Etats-Unis avaient inscrit ce chef jihadiste sur leur liste noire pour ses liens avec Al-Qaeda au Maghreb islamique (Aqmi). En mars 2013, ils ont placé son mouvement sur leur liste anti-terroriste.
AFP
IL SUFFIT DE LIRE L'ARTICLE DE RFI POUR COMPRENDRE L'IMPOSTURE QUE LA DGSE MET EN PLACE CONTRE LES AFRICAINS ET MAINTENANT CONTRE LES FRANCAIS


AQMI ENLÈVEMENTS FRANCE MALI NIGER TERRORISME 

Ex-otages français d'Arlit: questions sur l'implication d’Iyad Ag Ghaly


mediaPhoto d'Iya Ag Ghaly, le chef d'Ansar Dinetherevealer.org
Les questions restent nombreuses après la libération des quatre otagesd’Arlit mardi 29 octobre et parmi celles-ci le paiement d’une rançon. Malgré le démenti de l’Elysée, plusieurs sources évoquent le versement d’une somme de 20 millions d’euros. L’autre question est le rôle de Iyad Ag Ghaly. Le chef d’Ansar Dine, ex-rebelle touareg des années 1990, aujourd'hui islamiste et leader charismatique dans sa région d’Abeibara au nord de Kidal. Est-il lié à la détention et la libération des quatre Français?
C’est par le biais d’Abdelkrim le Targui que Iyad est lié aux otages d’Arlit. En septembre 2010, lors de l’enlèvement des sept Français, Abou Zeid n’est pas seul, assure une source sécuritaire malienne. Il y a aussi Abdelkrim, le seul touareg à la tête d’une katiba d’Aqmi. Abdelkrim est un cousin de Iyad , les deux hommes sont intimement liés. Dans les années 1990, Abdelkrim est l’imam de la mosquée de la Dawa fondée par Iyad à Kidal. A la création d’Ansar Dine, Abdelkrim mettra ses combattants au service de son parent.
A la mort d’Abou Zeid, en mars dernier, les deux hommes héritent des otages français. Des otages qui n’étaient pas cachés loin, assurent plusieurs bons connaisseurs du secteur. Juste de l’autre côté de la frontière en territoire algérien, au nord de Bourassa là où les Français ne risquent pas de s’aventurer sans le feu vert d’Alger. Des otages qui, au fil des mois, vont devenir une planche de salut pour Iyad, une monnaie d’échange contre des garanties d’impunité pour lui et ses hommes.

Une fois de plus, Iyad a gagné sur tous les tableaux, estime un officiel malien qui constate quelque peu dépité le récent retour à Kidal des combattants d’Ansar Dine. Un retour en toute impunité qui interroge sur les objectifs de Serval affirme cet officiel qui rappelle que la mission des forces étrangères au nord du Mali est la lutte contre les groupes terroristes.

LIRE AUSSI

LUNDI 3 MARS 2014

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire