Subscribe in a reader

Pages vues depuis décembre 2009

mardi 5 août 2014

L'Havrais Vérité: Voici le commentaire YouTube motif de l'interpellation de Julie Amadis par la police anti-criminalité du Havre

Les 3 policiers de la BAC du Havre furent
courtois mais menaçants. Sur ordre du
procureur Nachbar, ils auraient agi comme sur
la photo si Julie Amadis et l'auteur de ce
blog n'avaient pas obéi immédiatement à
leurs exigences de les suivre sans explication

par Yanick Toutain
L'Havrais Vérité
Voici le copié collé du commentaire YouTube pour lequel l'OPJ Scach a annoncé à Julie Amadis qu'elle était l'objet d'une plainte en diffamation de l'inspecteur Patrick Deplanque.
C'est à cause (sous le prétexte) de ce commentaire que Julie Amadis a été interpellée lundi 28 juillet dans un café proche de la plage du Havre :
Interpellée par la police dans un café à cause d'... un commentaire sur YouTube. Arrested by the police in a cafe because of ... a comment on YouTube.

UN COMMENTAIRE SUR YOUTUBE...

ET LA POLICE FRANÇAISE VIENT VOUS ARRÊTER


MOI (Julie Amadis) QUI CHANTE SUR CETTE VIDEO, j'ai été SUSPENDUE 6 ANS PLUS TARD. L'inspecteur Deplanque (le menteur de 2008dont parle la chanson de Yanick Toutain) s'est vengé 6 ans plus tard en fabriquant un harcèlement professionnel avec son ami Patrick Deplanque, le directeur de l'école Valmy 1 du Havre sur laquelle l'IA de Rouen m'a diaboliquement nommée en septembre 2013.
Une école où je suis harcelée depuis 7 mois par le réseau OMERTA76. Les responsables de l'Education Nationale et les gens qui protègent les agresseuses d'enfants.
Un complot bien organisé !!!
L'inspecteur d'académie de Rouen Philippe Carrière m'a nommée en septembre 2013 sur l'école Valmy du Havre , une école dirigée par UN AMI PERSONNEL de mon BOURREAU de JUIN 2008 qui avait inventé que j'avais menti.
OMERTA 76 FABRIQUE ET DIFFUSE MAINTENANT UN TISSU DE MENSONGES !
Je découvre avec stupéfaction que mon directeur d'école raconte aux parents d'élèves une version complétement fausse de la chronologie des faits.
AU LIEU DE MENTIONNER SO HARCELEMENT DEPUIS LE DEBUT DE L'ANNEE AVEC SON AMI ET SUPERIEUR HIERARCHISQUE PATRICK DEPLANQUE POUR QUE JE SUPPRIME CETTE VIDEO DE YOUTUBE EN AVOUANT DE FAIT QUE J'AVAIS MENTI EN 2008....
LE DIRECTEUR M'A ENVOYE CONTACTER UN AMI A LUI SYNDICALISTE RESPONSABLE DE l'UNSA Jean-Denis Leuk QUI M'A INCITE A ALLER M'EXCUSER AUPRES DU MENTEUR DE 2008 l'IEN Deplanque.
"Je sens que monsieur Deplanque ferait un effort si vous vous excusez"
Un syndicaliste qui répond à une victime de harcèlement moral sur son lieu de travail qui conseille à la victime d'aller s'excuser auprès du harceleur !

Je découvre que mes collègues de l'école Valmy 1 et 2 mentent aux parents. Mais plus grave encore, des parents ont fait parler leurs propres enfants (d'autres classes que la mienne) devant moi pour me signaler que leurs enseignants mentaient aux enfants de l'école.
MA REMPLACANTE a été dire aux enfants que "J'ETAIS PARTIE" et que je "NE REVIENDRAI PAS".
Elle a fait croire aux enfants que CE SERAIT MA PROPRE DECISION !!
C'est une honte de MANIPULER mes PROPRES ELEVES en leur mentant de façon aussi scandaleuse. (Ce sont des parents de ma classe qui m'ont informé de ces propos mensongers de ma remplaçante)
Ils ont même tous été raconter aux enfants de l'école Valmy que je ne reviendrai JAMAIS. Alors que dans le TEXTE OFFICIEL de ma SUSPENSION.... il n'y avait pas de DELAI.(ni de MOTIF)

La chronologie du harcèlement de septembre par l'inspecteur Deplanque est totalement camouflée : cela fait 7 mois que le directeur de l'école Patrick Clabaut et son supérieur IEN Patrick Deplanque (celui de la chanson) me harcèlent pour me faire effacer cette chanson. Leur intention méchante est de pouvoir proclamer ensuite que j'aurais menti en 2008.
Ils propagent un rumeur qui diraient que mon avertissement par l'IA Carrière serait causé par mon refus d'inspection. Alors que c'est le CONTRAIRE ! LA SANCTION a pour MOTIF OFFICIEL le fait que j'ai DEMANDE DE L'AIDE A LA RECTRICE SCHMIDT-LAINE.
J'ai été sanctionnée parce que je me suis plainte du harcèlement. C'est CELA LE MOTIF OFFICIEL.
Le MOTIF OFFICIEL de mon avertissement c'est MON COURRIER à la RECTRICE.
Alors que la VRAIE RAISON c'est le fait que je SIGNALAIS 4 AUTRES CAS de VIOLENCE d'enseignantes EN PLUS du HARCÈLEMENT PROFESSIONNEL que je subis depuis le début de l'année.

Non, nous en rêvez pas, c'est officiellement ce commentaire qui a été donné comme motif officiel de son interpellation par l'OPJ Scach à l'hôtel de ville du Havre.
Après le flic anonyme qui téléphone dans un restaurant pour menacer un blogueur, ce n'est qu'un étape de plus dans la fascisation de l'Etat français.

Ce commentaire faisait suite à la vidéo de 2008. L'inspecteur Patrick Deplanque qui a porté plainte est celui dont il est question dans la chanson. C'est lui qui protégeait deux agresseuses d'enfants en 2008 et qui protège l'agresseur Léon Launay à l'école Valmy. Un agresseur qui tape ses élèves depuis vingt ans !
Le procureur qui a lancé la BAC procéder à l'interpellation est un procureur voyou qui fut l'objet d'un signalement de la magistrature belge pour agression en garde-à-vue. Un signalement classé sans suite par le procureur de Reims.

MERCREDI 30 JUILLET 2014


Interpellée par la police dans un café à cause d'... un commentaire sur YouTube. Un article de L'Havrais Vérité (Une plainte de Patrick Deplanque OMERTA76)


par Yanick Toutain
 L'Havrais Vérité

Hier lundi, vers 17h10, l'institutrice Julie Amadis travaillait au chapitre 6 du livre qu'elle a commencé à écrire. Elle était assise dans un café-bar du Havre en haut de la plage – le Week-End- quand elle vit surgir devant elle trois hommes qui exigèrent qu'elle les suive.
Elle apprendra une heure et demie plus tard, assise au dernier étage de l'hôtel de police, que c'est un simple commentaire écrit sur YouTube qui sera l'unique motif de cette interpellation musclée.
En France, quand des puissants veulent votre perte, un simple commentaire Youtube et vous êtes attrapé manu-militari par la police nationale.

WEDNESDAY, JULY 30, 2014


Arrested by the police in a cafe because of ... a comment on YouTube.An article in Le Havre The Truth (A complaint Patrick Deplanque OMERTA76)

3 policemen BAC were 
polite but threatening. By order of
Attorney Nachbar, they would have acted like
on the photo if Julie Amadis and
the author of this

blog had not obeyed immediately
their requirements to follow without explanation
by Yanick Toutain
The Truth Havrais

Last Monday at 1710, the teacher Julie Amadis worked in Chapter 6 of the book she began to write.She was sitting in a coffee bar Havre top of the range - the Weekend-emerge when she saw before her three men who demanded that she follow.
She teaches one thirty later, sitting on the top floor of the police station, it is a simple comment wrote on YouTube that will be the sole reason for the forceful arrest.
In France, when the powerful want your loss, a simple Youtube and you are caught comment manu-military force by the National Police.

The only argument was "Article 78". The police did not use one other argument and claimed to know nothing of the reasons for arrest. 3 police explained that they would not tolerate any resistance. And Julie Amadis was thus forced - under threat of physical force - to keep three plainclothes policemen. Three anonymous members of the anti-crime brigade.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire