Subscribe in a reader

translate/traduction

Pages vues depuis décembre 2009

lundi 2 février 2015

Habib Essid, BCE et les ribafascistes Ennahdha alliés ! Les islamofascistes entrent dans le gouvernement tunisien ! Les protecteurs de Boubakeur Al Hakim, le chef du réseau des Buttes Chaumont dans le nouveau gouvernement tunisien

Habib Essid BCE et les ribafascistes Ennahdha alliés !
 même gouvernement !
Les protecteurs de Boubakeur Al Hakim,
le chef du réseau des Buttes Chaumont
 dans le nouveau gouvernement tunisien
par Yanick Toutain


REVACTU
2/2/2015



LIRE AUSSI : Tunisie Il faut 300 000 délégués de base, une pyramide de délégués et un gouvernement de 19 délégués nationaux  (texte du 15 janvier 2011, écrit sur Nawaat le lendemain de la révolution tunisienne du 14 janvier 2011


Il n'aura pas fallu longtemps aux deux pantins de la bourgeoise esclavagiste pour révéler qu'ils travaillent en symbiose avec les terroristes et leurs matrices.
Ennahdha au gouvernement tunisien c'est comme si Farid Benyettou pouvait devenir ..... infirmier d'Etat ou ministre de la Santé...
Mais un ministre pour... hommes seulement.
L'information vient de tomber : BCE et Ennahda ensemble !
Tunisie: un gouvernement de coalition avec des islamistes
"Le nouveau Premier ministre tunisien Habib Essid a présenté lundi, après des semaines de tractations et une composition initiale abandonnée, un gouvernement dominé par le vainqueur des législatives Nidaa Tounès mais incluant ses rivaux islamistes. Le Point"  





 - Publié le  - Modifié le 


Les gens informés savent que les crimes de Charlie ont été commis par un réseau franco-tunisien que les médias français travaillent à camoufler depuis des semaines


JEUDI 8 JANVIER 2015



Naturellement, l'AFP et le Point ne titrent pas sur l'escroquerie commise contre les électeurs. Les lecteurs tunisiens de Revactu qui appartenaient à la formoisie ou aux couches supérieures de la proto-formoisie locale avaient naïvement voté ou même appelé à voter pour l'escroc pseudo défenseur de la laïcité comme s'est présenté BCE.... Quelle farce !
"Ce gouvernement, le premier depuis les élections d'octobre, devra obtenir mercredi la confiance du Parlement.
"Nous avons procédé à des changements, il s'agit d'élargir la composition du gouvernement avec l'entrée d'autres partis", a déclaré depuis la présidence M. Essid qui avait dû renoncer fin janvier, face aux critiques notamment d'Ennahda, à sa composition initiale du gouvernement."
Revactu avait décelé les premiers symptôme de cette symbiose entre le prétendu héraut de la laïcité BCE et les agents riba dans la nomination d'un collabo comme premier ministre


LUNDI 5 JANVIER 2015


Imposture en Tunisie : L'ex-ministre de l'intérieur de Bourguiba BCE devenu président nomme Premier Ministre un benaliste Habib Essid ex-ministre de l'Intérieur de 2011 ex-conseiller sécuritaire de l'islamofasciste Hamadi Jebali

 Premier Ministre un benaliste Habib Essid
 ex-ministre de l'Intérieur de 2011
ex-conseiller de l'islamofasciste
 Hamadi Jebali


par Yanick Toutain
Revactu
5/1/15


"Auparavant, sous Ben Ali, Habib Essid avait notamment été chef de cabinet du ministre de l'Intérieur ainsi que secrétaire d'Etat à l'Environnement."

21 décembre 2014, ils sont 1,731529 millions de Tunisiens démocrates esclavagistes à avoir déposé un morceau de papier en faveur de la dictature BCE.
(source résultat Elections présidentielles Tunisie 2014)


Et donc le candidat qui a obtenu 56% de ces 40% aura été élu par 22,4% des Tunisiens en âge de voter
(infra)
Avec 70 000 délégués il est légitime de DEGAGER BCE
1,75 millions de Tunisiens humanocrates sont plus nombreux (et donc plus légitimes) que 1,73 millions de Tunisiens démocrates esclavagistes. L'avenir le montrera


HABIB ESSID GIROUETTE MULTI-DIRECTIONNELLE
UN BENALISTE FRANCEàFRIC MANGEANT AUX RATELIERS ISLAMOFASCISTE ET ELECTORALOFASCISTE
L'ex conseiller de Hamadi Jebali devient
 Premier Ministre de la dictature Franceàfric de Tunisie

 Choisir l'ex-conseiller sécuritaire de l'islamofasciste Hamadi Jebali qu'est Habbib Essid était cracher au visage des électeurs !
Toute cette mascarade participe du complot permanent de la bancocratie impérialiste
"Son cabinet sera dominé par Nidaa Tounès, le parti du président Béji Caïd Essebsi qui obtient six portefeuilles dont celui des Affaires étrangères. Les ministères de l'Intérieur, de la Défense et de la Justice ont pour leur part été confiés à des indépendants.
Ennahda a de son côté obtenu le portefeuille de l'Emploi et trois secrétariats d'Etat."
On a donc une équipe de branquignoles au service de la slavoisie française.... qui va se réjouir de perpétuer les salaires à 20% du SMIC français
"Outre Nidaa Tounès (86 députés) et Ennahda (69 élus), deux autres partis sont représentés dans l'équipe gouvernementale: l'Union patriotique libre (16 députés) d'un richissime patron de club de foot, et Afek Tounès (libéral, 8 élus). Le cabinet peut donc compter en théorie sur le soutien de 179 des 217 parlementaires."


CRIME ESCLAVAGISTE DE NIVEAU CINQ EN TUNISIE

Relire cet article permet de comprendre ce qui se joue dans la coulisse : les pages saumon du Figaro ont plus de pouvoir en Tunisie qu'un million de bulletin de vote


La Tunisie est toujours en esclavage
Des salaires divisés par 5
Le 14 septembre, la révolution avait 2 ans et 8 mois.
Près de 3 années de perdues.
Depuis le 14 janvier 2011, depuis la révolution qui a "dégagé" le socialofasciste Ben Ali, tout semble immobile.
Mascarade d'élections, mascarade de Constituante. On a vu des partis Nidaa Tounes et Ettakatol prenant la succession du RCD. On a vu un parti islamofasciste Ennahda dont la victoire électorale fut financée par le Qatar sur demande française.
Une imposture.
Il faut lire Le Figaro pour constater que tout tourne correctement pour la slavoisie !
http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/07/02/20002-20130702ARTFIG00524-tunisie-1300-entreprises-francaises-attirees-par-les-bas-salaires.php?cmtpage=0
«Depuis la révolution, le coût du travail est resté stable en euros, même s'il a augmenté de 10% en dinars, explique Chekib Debbabi, directeur de l'usine, les salaires demeurent cinq fois moins élevés qu'en France.»

 "CINQ FOIS MOINS ÉLEVÉS QU'EN FRANCE"
UN CRIME ESCLAVAGISTE DE NIVEAU 5

Voilà donc quel sera le réquisitoire que le "procureur-délégué-révocable" lira !
Il accusera le patronat esclavagiste française d'un crime de niveau 5.
La révolution française livrera aux autorités tunisiennes les voyous français qui mettent en esclavage les Tunisiens.
La France n'a même pas - dans ses partis politiques - un Bartolomé de Las Casas qui refusait la mise en esclavage des Indiens !
Quel politicien français réclame le SMIC en Afrique ? Qui demande l'application obligatoire du SMIC français en Tunisie ?
On peut donc comprendre le sens du paragraphe suivant du Point


"Après des législatives et la présidentielle fin 2014 saluées par la communauté internationale, la Tunisie fait figure de modèle de transition démocratique réussie depuis la révolution de janvier 2011 alors que le reste des Etats du Printemps arabe ont sombré dans le chaos ou la répression."

 "M. Essid, un indépendant qui a servi aussi bien le dictateur déchu Ben Ali, que les islamistes d'Ennahda et qui a été ministre de l'Intérieur juste après la révolution.""


Les félicitations apportées à l'un des pays-matrice du terrorisme est significatif !
"Le pays reste cependant confronté à une situation économique compliquée, la croissance restant anémique et le chômage, notamment des jeunes, très élevé. Or ces questions socio-économiques étaient les principaux facteurs de la révolte."
Le paragraphe suivant mentionne l'imposture Habib Essid mais sans sembler en remarquer le caractère scandaleux
"'Course contre la montre' -
Par ailleurs, la Tunisie reste aux prises avec des groupes armés jihadistes responsables de la mort de dizaines de militaires et policiers depuis quatre ans, en particulier à la frontière avec l'Algérie.
"Nous n'avons plus de temps à perdre, nous sommes dans une course contre la montre", a ainsi martelé M. Essid, un indépendant qui a servi aussi bien le dictateur déchu Ben Ali, que les islamistes d'Ennahda et qui a été ministre de l'Intérieur juste après la révolution."

 "aucune alliance ne serait formée entre les deux formations qui dominent la scène politique."


Les mensonges étant une tradition démocratique, ceux des vainqueurs anti-islamistes sont donc mentionnés. Mais non caractérisés d'indigne ou de scandaleux.


"La participation d'Ennahda intervient malgré la campagne électorale anti-islamiste de Nidaa Tounès qui avait promis qu'aucune alliance ne serait formée entre les deux formations qui dominent la scène politique.
Nombre de figures de Nidaa Tounès ont lutté bec et ongles tout au long du mois de janvier contre l'entrée des islamistes au cabinet, les accusant d'avoir conduit la Tunisie au bord du chaos lorsqu'ils étaient aux affaires (début 2012-début 2014)."
Mais comme il faut bien que tourne la machine esclavagiste et les salaires à 200 euros, voici donc la conclusion
""Il est normal que le parti majoritaire soit au pouvoir et le deuxième dans l'opposition", a ainsi souligné dans les colonnes du quotidien la Presse Taïeb Baccouche, secrétaire général de Nidaa Tounès, qui a pourtant été à devenir ministre des Affaires étrangères.
Il a aussi rappelé que le maintien d'Ennahda hors du gouvernement était une "promesse faite aux électeurs".
La coalition d'extrême gauche Front populaire (15 députés) a dès lors annoncé dès lundi à la mi-journée qu'elle ne voterait pas la confiance au gouvernement en raison de la présence des islamistes.
02/02/2015 14:47:36 - Tunis (AFP) - Par Kaouther LARBI - © 2015 AFP
Il est plus que temps que la démocratie soit abattue en Tunisie
Voici un texte écrit le 15 janvier 2011. Le lendemain de la Révolution tunisienne du 14 janvier 2011


MARDI 18 JANVIER 2011



Tunisie Il faut 300 000 délégués de base, une pyramide de délégués et un gouvernement de 19 délégués nationaux (tous révocables à tout moment par leur 24 délégateurs) Un commentaire sur Nawaat il y a trois jours

Je n'avais pas reproduit ce texte déposé le 15 en commentaire sur le site Nawaat.
Il met l'accent sur l'urgence de désigner 300 000 délégués de base, 12 000 délégués de conseils, 480 délégués-députés et donc un GOUVERNEMENT PROVISOIRE REVOCABLE A TOUT MOMENT !
Tout autre solution n'est qu'un MANOEUVRE des ESCLAVAGISTES de la Terre du Nord.
Il ne faut ni élections, ni constution Benaliste, ni Constituante.

Yanick Toutain says:
Beacoup de choses fort justes (la déchéance de nationalité empêche de pouvoir faire extrader et juger)
MAIS
ce paragraphe
=========
Les gouverneurs doivent rester a leurs postes jusqu’aux prochaines élections législatives et présidentielles qui doivent se tenir le plus tôt possible, mais dans un delai maximum de 6 mois.
===========
contient 3 erreurs :
1° Il faut disloquer TOUT l’APPAREIL JURIDIQUE, ECONOMIQUE, REPRESSIF du socialo-fascisme Ben Alisme.
2° Il faut en FINIR avec les ELECTIONS. Depuis la Commune de Paris – noyée dans le sang – la bourgeoisie a tenté de TUER le principe de REVOCABILITE.
Les élections sont incompatibles avec le contrôle des élus. La bourgeoisie veut un système avec DELAI non révocable pour pouvoir CORROMPRE.
3° IL NE FAUT AUCUN DELAI pour AFFIRMER LA VOLONTE POPULAIRE
Il faut donc que les Tunisiens de plus de 14 ans se GROUPENT LIBREMENT par groupes de 25 ayant des options provisoirement identiques et désignent un DELEGUE REVOCABLE.
Ce délégué est un délégué de base.
25 délégués de base se choisissent et désignent un délégué de conseil (qui représente 625 personnes en étant contrôlés par ses 25 délégués de base)
25 délégués de conseil ===> un delégué député (15 000 délégateurs)
25 délégués députés ===>> un délégué national.
C’est ce que j’écrivais hier avant la chute
endredi 14 janvier 2011
A Tunis, c’est la révolution africaine qui commence, c’est la révolution mondiale anti-capitaliste, IL FAUT D’URGENCE LA DELEGATION GENERALE REVOCABLE
Le dictateur socialo-fasciste Ben Ali va peut-être balayé d’ici ce soir – vendredi 14 janvier 2011. Si ce n’est pas le cas, ce sera dans les jours qui viennent.
La seule question, le seule critère c’est l’ORGANISATION par la BASE.
Ils sont des dizaines de milliers face au leader socialo-fasciste de l’Internationale Socialiste. Ils sont des dizaines de milliers face à un pouvoir sur le point de se DISLOQUER !
(…)
Il faut d’urgence 300 000 délégués de base ! Il faut que 7,5 millions de Tunisiens de plus de 14 ans se groupent par 25 pour désigner le meilleur d’entre eux.
IL FAUT 12 000 DÉLÉGUÉS DE CONSEIL révocables à tout moment (chacun représentant 625 Tunisiens)
IL FAUT que ces délégués de conseil, par 25, désignent 480 DÉLÉGUÉS-députés.(chaque délégué-député représente 15000 délégateurs de base et peut être révoqué à tout moment par ses 24 délégués de conseil.)
IL FAUT UN GOUVERNEMENT PROVISOIRE RÉVOCABLE !!!
IL FAUT UN GOUVERNEMENT DE 19 DELEGUES NATIONAUX !
Ce sont 25 délégués députés qui peuvent désigner un délégué national révocable à tout moment. Chaque délégué national représente donc 390 000 Tunisiens.

Tout est dit !







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire