Subscribe in a reader

Pages vues depuis décembre 2009

vendredi 15 avril 2011

Une (petite) question à Fabien Tarby : des livres en pdf gratos (à propos du véritable matérialisme, de Alain Badiou et de Slavoj Žižek)

L'absence d'un téléchargement GRATOS laisse toujours un sentiment de légitime suspicion sur les ouvrages rédigés par des formois.
Membres de la formoisie qui sont - la plupart du temps - des employés de l'Université ou des structures de recherche-formation mises en place par l'Etat bourgesoi.
Il ne leur suffit pas de manger les miettes impérialistes (qui ne sont que les droits d'auteurs ancestraux volés aux spoliatés que sont les descendants de Puthagoras, Democritos, Newton)...
Quand le PIB mondial n'est que 600 euros, voir les vautours de la formoisie et de l'innovoisie ne même pas placer des LIENS GRATUITS vers leurs - impérissables - oeuvres "conceptuelles" n'est peut-être, après tout, qu'un aveu : l'aveu de ce que la COMMERCIALISATION serait l'unique fonction sociale accordée par ces auteurs à leurs production.
Ils auraient - inconsciemment - la connaissance de l'absence totale de productivité historique de leur travail, et, conséquemment, de leur définitive NON-appartenance à la STRATE des INNOVANTS.

Si, maintenant, vous avez des liens vers des PDF gratuits de vos ouvrages à donner, je m'empresserai de consulter tout ce qui peut ressembler à une défense des véritables thèses du matérialisme. En l'occurrence la défense des thèses gnoséologiques de VI. Lénine et des thèses physiques de Isaac Newton.
Leur défense doit être le socle de notre combat prochain en faveur de la recherche et de la découverte de notre "vitesse objective" que Newton appelait - dès ses 23 ans dans son De Gravitatione - "vitesse absolue" quand il dézinguait le crétin Descartes. Un crétin précurseur du crétin Einstein quant aux absurdités relativistes.
Mais Einstein avait-il seulement lu Newton ?

vendredi 15 avril 2011


MANIFESTE MATERIALISTE un texte du 2 janvier 2006 par Yanick Toutain. En défense de Puthagoras, Democritos, Epicuros, Titus Lucretius, Isaac Newton, Marx, Engels et de la gnoséologie de VI. Léniné



samedi 26 mars 2011


Luttes des classes, luttes des strates, analyse, programme, organisation. Acquérir une conscience de strate d'Innovant en préparant la révolisation mondiale.

 

Lire aussi

jeudi 14 avril 2011


Une adresse aux étudiants de l'ENS : Lutte pratique et combat théorique (il faut développer un néo-marxisme et un post-marxisme)

 

 

lire aussi

 

jeudi 31 juillet 2008


Pierre Raymond, charlatan en philosophie, ignare en gnoséologie



"Trois positions philosophiques

Sur ce plan, l'idéalisme consiste à affirmer que toute science est la mise au point progressive d'une représentation symbolique fidèle de la réalité, c'est-à-dire à supposer que la réalité soit déjà organisée théoriquement. Les hommes peuvent disposer a priori de systèmes symboliques susceptibles de cette représentation, ou les construire historiquement, le résultat est le même. Le monde est compréhensible parce qu'il est déjà théorique, c'est-à-dire divin.
Une position intermédiaire entre l'idéalisme et le matérialisme consiste à affirmer que la théorie n'est jamais seulement une représentation, mais un ajout (thèse matérialiste), et que le monde révèle son aptitude à y être serti (thèse idéaliste). Quelle est alors cette aptitude ? Quelle valeur a la théorie ajout ?
La position matérialiste consiste à affirmer que la réalité n'est ni compréhensible ni
incompréhensibilité, que la théorie n'a aucune valeur a priori. Le travail scientifique consiste non pas à comprendre le monde, mais à construire sa compréhensibilité, c'est à dire à intégrer ses aspects visés par des symboles dans un monde abstrait, selon des normes historiquement changeantes. Les normes théoriques, et surtout les hypothèses, varient en fonction de la possibilité expérimentale d'inscrire des éléments réels dans le montage, et la valeur du montage est provisoirement assurée par son unité avec le réel. Unité qui est toujours l'effet d'une histoire difficile. "

Pierre Raymond l'histoire et les sciences p. 62
(1975-1978 petite collection Maspero)



Ce crétin ignare qui se revendique des théories fumeuses du charlatan Louis Althusser a participé à la déplorable opération stalinienne et formoise de pourrissement des jeunes intellectuels des années 70.
Il n'est pas un hasard que les brillants esprits des ces années se soient fourvoyés dans le terrorisme, le conformisme sartrien ou finalement dans le costume du renégat bourgeois.
Les abrutis dans le style Althusser ou Pierre Raymond n'ont littéralement rien compris ni à la philosophie, ni donc à la gnoséologie.


Le véritable scientifique comprend simplement que l'univers tout entier est fait d'atomOs se déplaçant dans le vide.
Ce sont ces atomOs qui se sont grumelés pour former des photons.
Les photons, à leur tour se sont grumelés pour se déplacer en sorte de "troupeaux".
Ces déplacements, à la vitesse de 299 792 458 mètres par seconde (on désigne cette vitesse par la lettre c) se sont faits en droite ligne pour les photons isolés et en slalom pour les photons en grumeaux : Jean Pierre Galinat a très bien expliqué comment, dans l'eau, les photons isolés sont amenés à heurter la matière organisée, à cogner sur les atomes et les molécules, comment ces chocs les ont amenés à quitter la droite ligne et, en conséquence, à conserver leur vitesse en parcourant un trajet plus grand - comme un skieur de slalom garde sa vitesse en parcourant un trajet plus long.
Ce sont ces slaloms qui ont "inventé" les vitesses plus petites que celle de la lumière : les photons qui forment tout grain de matière vont à cette vitesse c mais leur agglomérat, lui, va à des vitesses bien moins grandes.
Il suffit d'imaginer un essaim d'abeille dont la vitesse de déplacement serait 4 fois moins grande que la vitesse de chacune de ces abeilles.

Il est donc logique de considérer que les lois qui régissent les agglomérats de photons, le nombre de photons et la caractéristique de chaque agglomérat soient exactement les mêmes à toutes les extrémités de l'univers.

C'est la raison pour laquelle un matérialiste considère que nous découvrons la vraie science, un matérialiste considère que notre esprit construit des connections neuroniques qui sont le reflet de la réalité, de la matière elle-même.

A l'autre bout de l'univers, s'il existe des entité intelligentes, elles auront produit les concepts d'atome, de molécule, d'électron, de noyau.

Elles auront compris les lois de Balmer : elles auront compris que n'importe quel photon ne vient pas pénétrer à l'intérieur de l'électron : seuls les photons correspondant aux lois de Balmer généralisées sont susceptibles d'y pénétrer.

Ces lois, valables dans touts les coins de l'univers sont les reflets de la réalité elle-même. Elles sont les reflets de la matière.

Telle est l'analyse de Lénine, de Engels, de Marx.

Mais le crétin Pierre Raymond, le disciple d'Althusser refuse cela. Il ose dire de notre analyse que :
"Le monde est compréhensible parce qu'il est déjà théorique, c'est-à-dire divin."

Il ose prétendre qu'affirmer que le monde est déjà théorique (ce n'est pas notre façon ce parler mais c'est le fond de notre pensée) serait considérer le monde comme "divin".
Ce qui, dans la bouche du crétin Raymond, est certainement une insulte gravissime.

Le crétin althussérien abandonne le marxisme, le léninisme philosophique avec une foutaise : l'existence en soi des atomOs serait accorder une divinité à l'univers !

Quelle imposture !

Quelle imposteur !

Il est vrai que le charlatan a écrit en page 7 de sont petit ouvrage :

"Notre position doit éviter précisément tout théoricisme. C'est-à-dire de défendre par principe la philosophie et ses interventions - autrement dit par esprit de caste ; d'attribuer, par exemple, à Lénine (dans Matérialisme et empiriocriticisme) une fonction d'intervention dans les sciences, quand il s'agit d'une exploitation approximative des sciences à des fins politiques."

Le charlatan insulte Lénine du haut de sa chaire bourgeoise, il ose parler d' "exploitation approximative des sciences à des fins politiques".
Lui, Pierre Raymond, le "gentil" larbin de la bourgeoisie sur le champ de la lutte des classes intellectuelles, il ose parler d'approximation quand il est, lui, à dix kilomètres du véritable savoir, de la véritable analyse.
Il ose parler de "fins politiques" quand tout son discours revient à venir sur le champ de bataille, avec des fumigènes pour embrouiller toute l'affaire, pour semer la pagaille et la zizanie, lui, le petit larbin des capitalistes dont la fonction sociale se résume à raconter n'importe quoi pour les nouvelles générations révolutionnaires des années 70.

Ce crétin n'est même pas fichu d'expliquer ce qu'est le solipsisme. Dans son charabia et avec des fumigènes, il n'y a aucune place pour la dénonciation de ce qu'est le véritable idéalisme : la croyance égocentrique du petit bébé qui ignore que le monde extérieur a une réalité, la croyance dans un univers formé des pensées d'un individu totalement seul.
Ce solipsisme est la seule position "cohérente" pour refuser la gnoséologie scientifique, pour refuser que tout savoir a pour base l'existence d'un univers en soi, d'un univers indépendant de la conscience de l'observateur.

Il est donc logique, en conséquence que le crétin mette sous le nom de "matérialisme" la position débile du crétin Einstein.

Pierre Raymond et le crétin Albert Einstein nient tous les deux que le monde possède déjà ses propres lois, ses propres règles, les propres relations causales qu'il s'agit de découvrir et non pas d'inventer.

Les deux crétins pensent que
" Le travail scientifique consiste non pas à comprendre le monde, mais à construire sa compréhensibilité, c'est à dire à intégrer ses aspects visés par des symboles dans un monde abstrait, selon des normes historiquement changeantes."

"Construire sa compréhensibilité" !!!

Deux pauvres idiots arrogants qui s'imaginent que la science est faite d'inventions !
Deux pauvres idiots qui n'ont pas compris que l'équation de Newton est une découverte au même titre que la découverte de l'Amérique par les envahisseurs.
L'Amérique existait bien avant Christophe Colomb. Elle était même connue de ses habitants.
Les lois de Balmer sur les niveaux d'énergie de l'électron de l'atome d'hydrogène existaient bien avant Balmer. Elles pouvaient même avoir été découvertes par d'autres entités intelligentes à l'autre bout de l'univers (ou de la Galaxie !).

Nous découvrons les vrais lois.

J'ai personnellement réécrit l'équation de Newton (dans l'article La véritable équation de la gravitation hélioplanétaire) démontrant une proportionnalité entre la déviation de la trajectoire des planètes et la quantité d'énergie photonique reçue par surface par unité de temps.
Mais cette nouvelle équation ne nie pas celle de Newton : elle l'éclaire.

L'équation de Newton était de la science véritable.

A l'inverse, l'ellipse de Kepler n'est pas de la science, elle ne fut qu'une approximation provisoire du zigzag véritable qu'est la trajectoire des planètes.
L'ellipse est donc une "invention" qui a les caractéristiques d'une para découverte.

Mais la science véritable est formée de véritables découvertes. L'existence des atomOs fut une des principales de ces découvertes : il n'est pas étonnant que le crétin partisan de la continuité infinie et le constructeur de l'imposture relativiste se retrouvent sur le champ de leur prétendu analyse gnoséologique.
Deux charlatans. Deux ignares. Deux imposteurs.

  

 

WIKIPEDIA Slavoj Žižek (prononciation : /slaˈvɔj ʒiˈʒɛk/), né le 21 mars 1949 à Ljubljana, en Slovénie, est un philosophe et psychanalyste slovène de tradition continentale.
Il a reçu son doctorat de philosophie de l'Université de Ljubljana et a étudié la psychanalyse à l'Université de Paris VIII avec Jacques-Alain Miller et François Regnault. Chercheur post-doctoral à l'Institut de sociologie de l'Université de Ljubljiana, il est régulièrement invité dans des universités, particulièrement aux États-Unis (Columbia, Princeton, New School for Social Research, New York et Michigan).
Il est connu pour son utilisation des travaux de Jacques Lacan sous l'angle de la culture populaire ainsi que pour ses analyses de Hegel. En plus de son travail comme interprète de la psychanalyse lacanienne,etc.... etc....

 

mardi 27 janvier 2009


LETTRE A ALAIN BADIOU : Un programme ou du baratin ?

LETTRE A ALAIN BADIOU : Un programme ou du baratin ?
par Yanick Toutain
27/01/2009

 

Jeudi 14 janvier 2010


Daniel Bensaïd est un charlatan qui fabrique de l'idéologie bourgeoise mystique : "Une histoire... sans garantie scientifique"



Daniel Bensaïd est un charlatan qui fabrique de l'idéologie bourgeoise mystique : "Une histoire... sans garantie scientifique"

L'auteur de "Politique de Marx" est une variété de ces clowns que dénonçait Lénine dans son Matérialisme et empiriocriticisme.
Un clown titré "philosophe" !

Par Yanick Toutain
06/12/08 01:50

Le décès de Daniel Bensaïd est l'occasion de republier ce texte récent rédigé en décembre 2008.

"Daniel Bensaïd enseigne la philosophie à l’université Paris VIII Saint-Denis. Il a récemment publié à La Fabrique Les Dépossédés. Karl Marx, les voleurs de bois et le droit des pauvres."

Il y a plus de 25 ans que j'ai renoncé à lire cet escroc intellectuel.
En 1992, dormant chez un camarade de la LCR (un des rares à pouvoir se regarder dans la glace quant à mon combat contre l'Éducation Nationale), j'eus l'occasion nocturne de feuilleter sa bibliothèque. Un livre récent du charlatan s'y trouvait.
Des mots, du baratin, de la rhétorique, des nuages de fumée. L'absence totale de réflexion sérieuse, l'absence totale de science, l'absence totale de faits classifiables, de thèses critiquables freinait la lecture. Ses bouquins ressemblent à des devoirs à corriger écrits par un élève fâché avec l'écriture.
Mais Daniel Bensaïd n'est pas fâché avec l'écriture, il est fâché avec la réalité.
Sa rupture - ancienne - avec la réalité est la cause fondamentale de sa rupture avec Marx et le marxisme.

LA FANFARE IDÉOLOGIQUE DU GANG POLITIQUE FORMOIS

Pour accompagner la dégénérescence politique de Krivine et Sabado, pour accompagner les expulsions hors de la Quatrième Internationale, les exclusions des rebelles, il fallait des baratineurs idéologues.
Il fallut une fanfare pour masquer le bruit des coups de Jarnac.
Il fallut une fanfare pour masquer les bruits de l'emprisonnement des trotskystes sud-américains par les crapules formoises sandinistes au Nicaragua, sous les applaudissements et à la probable demande des crapules Sabado, Krivine et de tous ces gangsters néostaliniens qui poursuivaient les vrais révolutionnaires dans toutes les vrais révolutions.
Le rôle des idéologues faux trotskystes du genre Bensaïd consistait à couvrir les bruits des coups.
Leur rôle consistait à fabriquer un nuage de fumée pour masquer leur adaptation politique, leur dégénérescence humaine.

Ce monsieur est professeur de philosophie.
S'il l'avait été, un tant soi peu, il m'aurait épargné des milliers d'heures de travail que je fus contraint de faire à cause de la parfaite fainéantise intellectuelle de ces gens, de ces "clowns titrés professeurs" comme les appelait Lénine.

Puthagoras comme précurseur de l'atomisme ?
Puthagoras et Democritos comme précurseurs de la physique atomique ?
Titus Lucretius comme constructeur de la compréhension rationnelle du vide ?
Titus Lucretius comme constructeur de la conception scientifique du vide et des atomOs ?
Newton comme précurseur de la conversion masse énergie ?
Newton comme scientifique comprenant que le photon est la brique de la matière ?
Newton comme matérialiste comprenant que la gravitation est le choc des photons ?

Le clown Bensaïd, tout comme le clown de Caen, Michel Onfray - le militant de l'apologie du capitalisme - n'en connaissent rien, absolument rien !
Ces fainéants, tout occupés à la construction de leur gloire médiatique, occupés à la construction de leurs réseaux d'influence, n'eurent jamais le temps d'y travailler.

Je dus tout faire.

De Lénine comme continuateur de Newton ?
De Lénine en tant que dernier défenseur de l'existence du vide en soi ?
De Lénine en tant que dernier défenseur de la possibilité des vitesses objectives, des vitesses absolues de Newton, des vitesses de la matière par rapport au vide.
Les deux clowns titrés philosophes n'en ont pas la moindre idée.

Les prétendus matérialistes étaient en réalité des ennemis infiltrés dans les lignes de la science, des ennemis infiltrés dans nos lignes révolutionnaires.
Daniel Bensaïd est, en fait, l'idéologue de la formoisie exploiteuse, il est le fabriquant de fumée de la classe exploiteuse dont Besancenot est devenu le héraut.
Daniel Bensaïd est le fabriquant de la bonne conscience de la formoisie de Montivilliers pour que puisse y mourir les SDF, un mardi de décembre.
Il faut que la formoisie ait bonne conscience.
Pour qu'elle puisse réclamer ses 1500 euros, ses augmentations des salaires de pilotes d'avion, ses augmentations des salaires des crapules du SAMU - les adhérents du syndicat de Patrice Pelloux, la crapule qui gagne 4200 euros et qui veut plus !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire