Subscribe in a reader

Pages vues depuis décembre 2009

jeudi 14 avril 2011

Hulot le pourri : DEGAGEZ le clown corrompu du nucléaire ! Dehors le pantin EDF, la marionnette l'Oréal-Bettencourt, le larbin de Véolia ! DEGAGEZ le vendu !!!!

par Yanick Toutain
14/04/2011



Il a choisi Sevran, la ville d'un ancien stalino-fasciste du PCF -Stéphane Gatignon -, un pitre qui préconise la culture de la ….. drogue en Ile-de-France, un crétin arriviste du parti colonialiste de 1997-2002 qui s'est repeint en vert plus vite que ses camarades pour lancer son appel …. à la jeunesse.

Mais, comme tout larbin du capitalisme qui se respecte, la corruption n'est plus organisée en pillant dans l'ombre les caisses de l'Education Nationale – comme à l'époque de Chevènement – elle n'est plus organisée par des sociétés-écrans rebaptisés « micro-partis », cette fois-ci, la corruption a lieu en plein air, sous les projecteurs. Le Canard Enchaîné qui collectionne les Watergate en ce moment, nous en donne le détail. EDF Proglio, l'Oréal-Bettencourt, Véolia …. tous ces gangsters économiques se sont positionnés comme les Gépetto du nouveau pantin chouchou des médias :

SOURCE LE CANARD ENCHAINE 13 /4/2010
« Et, comme il faut tout de même, au cas où, assurer à la fois ses arrières et son propre développement durable, le désormais candidat a fait la tournée des généreux mécènes de la fondation qui porte son nom (1) avant de se jeter dans les eaux tumultueuses de la campagne. Le 29 mars, il a rencontré le pédégé d'EDF, Henri Proglio. Le surlendemain, c'était au tour du patron de L'Oréal. Pas peu fier que ces bienfaiteurs continuent de financer son «bébé », il prétend même avoir convaincu tout récemment Veolia - la multinationale de l'eau, des déchets, des transports, etc. - de mettre la main au portefeuille. Encore un géant vert...
Au total, une vingtaine de donateurs qui assurent aujourd'hui plus de 65 % du financement de la fondation, contre 12 % de fonds publics, le reste en dons et legs. Le tout pour un budget total annuel avoisinant les 5 millions d'euros. « Ces partenariats, je les ai noués à deux conditions, affirme l'encore président Hulot. Que l'indépendance de la fondation soit garantie. Et que les entreprises elles-mêmes s'engagent davantage dans la protection de l'environnement. » Même avec EDF, se vante Hulot : « J'ai rappelé à Proglio que la sortie du nucléaire était nécessaire. » Lumineux ! Faut dire que, sur le sujet, l'animateur télé a aussi évolué. Il y a peu, il n'était pas farouchement hostile à l'EPR.
Il a suffi d'un tsunami... »
Après le bourrage de crâne de l'imbécile Ségolène Royal de 2007 et du crétin corrompu de Sarkozy, après les larbins « alternatifs » chouchous des médias – Besancenot, puis Bayrou-la-claque - , pour 2012, on a déjà eu droit à Strauss-Kahn deus ex-machina. Voici maintenant le « miracle Hulot ».
Pour une fois le crétin corrompu aura fait un pronostic juste :
« Que M. Hulot profite bien ! Aussi haut on te montera, aussi bas on te baissera … Les pronostics sont différents des résultats » (citation France Soir 14/4 « Nicolas Sarkozy, hier à l'Elysée, répondant à une question du député Bernard Debré. »
STEPHANE LHOMME TAILLE UN COSTARD
POUR LE CLOWN CORROMPU DE L'EDF !
Stéphane Lhomme qui – malgré la dégénerescence anti-égalitariste de cette prétendue « écologie-politique » - tente d'incarner une sorte d'aile gauche de EELV mettait les pendules à l'heure hier chez JJ Bourdin :
« Il est lié aux multinationales. ».. »
et plus loin « Ce sont elles qui l'ont fait vivre jusqu'à présent » !
Le charlatan était rhabillé pour l'hiver !
En nous donnant son opinion aussitôt après le discours du clown corrompu Hulot, Stéphane Lhomme plombait son concurrent :
« discours complètement creux », « ça ressemble à la «'fracture sociale » de Chirac ou à la « rupture » de Sarkozy »
YVES COCHET POURRI CORROMPU
EX-MINISTRE COLONIALISTE
VENDU A LA FRANCE A FRIC !

La question que l'honnête homme peut se poser c'est comment un « Stéphane Lhomme » peut-il demander l'investiture d'un parti dans lequel un « Yves Cochet » peut être adhérent ?
Comment un pourri ministérialiste comme Yves Cochet peut-il être toléré dans une organisation politique qui ne soit pas un gang politique ?
La réponse est simple : tous les Stéphane Lhomme sont des formois, défenseurs de la formoisie.
La totalité des militants des Verts sont des arrivistes formois ou des crétins demeurés manipulés par les premiers.
Ma rupture politique définitive avec l'un de ces petits magouilleurs est un signal d'alarme pour les gens honnêtes : pour ces gangsters politiques, donner un micro aux pourris stalino-fascistes CGT qui vous crachent dessus (je serais devenu militant …. pour draguer.... proclamait un pourri de la CGT Renault Sandouville – sous pseudonyme) … cela ne suffit pas à ces petits pourris arrivistes passés du « syndicalisme étudiant » arriviste à l'écologie, il faut, en plus, que ces gens-là s'autorise à la censure stalino-fasciste ! Même l'apocalypse de Fukushima ne les incite pas à la décence !. (lire jeudi 17 mars 2011Lettre publique de rupture politique définitive avec Alexis Deck, faux-écolo de Europe-Ecologie-Les Verts, vrai-arriviste, vrai-magouilleur anti-démocrate dans les mobilisations étudiantes et maintenant complice de diffamateur et depuis hier, censeur stalino-fasciste pour complaire à ses amis présidentialistes arrivistes.)

VOYNET, COCHET SERONT EXTRADES
A ABIDJAN POUR ETRE JUGES
AU NUREMBERG DE L'AFRIQUE
(avec Sarkozy, ,Obama et Ouattara !)
Il n'y a plus rien à attendre de ces gens-là : les chefs de ce gang seront jugés pour les 15 millions de morts de 1997 à 2002. Ils seront jugés pour leurs crimes esclavagistes commis sous le gouvernement Jospin.
Le fait que ces gangsters aient pu avoir une « base sociale » ne servira en aucune façon de justification : le fait que les voisins de Al Capone aient pu lui serrer la main ou manger les miettes de ses crimes n'est pas une excuse !
Tous ces pourris sont membres de PARTIS COLONIALISTES !

S'il peut nous amuser de voir le clown nucléaire Hulot faire – hier – un enfant dans le dos à Eva « Papa Schultz » Joly ne peut que nous amuser. Voir un corrompu tenter de contourner les « primaires » de ce gang d'arrivistes a, pour nous, un symptôme supplémentaire du pourrissement de la classe formoise.
LE POURRISSMENT DE LA BOURGEOISIE
CREE DES PARTIS BOURGEOIS POURRIS

LE POURRISSEMENT DE LA FORMOISIE
CREE DES PARTIS FORMOIS POURRIS !

Les répétants ont fait assez de mal aux Terriens et à la Terre au 20° siècle : caché derrière la social-démocratie, derrière le stalinisme et maintenant derrière les escrocs se prétendant « écologie politique » ont retrouve une seule et même classe sociale : les diplômés exploiteurs.
Ne tentez pas de proposer à un « écolos » de limiter la totalité des salaires et de tous les revenus consommables à 1000 euros par mois.
Ces hypocrtites se contrefichent de ce que le PIB mondial ne permette la distribution que de 600 euros par mois (investissements inclus).
Ils sont écolos comme la bigote est humaniste. La messe du dimanche est suffisante pour ces charlatans.


Que leur nouveau héraut puisse être un pourri ostensiblement corrompu par le gang criminel écologique EDF ou par le gang colonialiste Veolia n'est qu'un étape de plus.

Quant à nous, nous continuerons à EXIGER « A bas les élections » et à préparer la chute du capitalisme et l'abolition des privilèges de la formoisie. Ainsi que ceux de l'innovoisie – nouvelle classe exploiteuse qui pointe le bout de son museau fasciste tel le nouveau larbin puant de Ouattara, le chanteur à l'âme morte qu'est devenu le zombie Tiken Jah Fait le Harki (Fakoly), l'homme qui aura assassiné François-Xavier Verschave pour la deuxième fois !
Honte à lui !

Mais il est logique que ces pourris puissent préconiser la culture du pavot en France. Leur armée, avec celle des USA a permis une augmentation gigantesque de la production de drogue en Afghanistan. Les pourris aiment endormir les jeunes !!!

GATIGNON LE DEALER LEGAL
VEUT CULTIVER LE PAVOT EN ILE DE FRANCE !


L'idée-choc du maire de Sevran pour lutter contre la drogue (source le Parisien)… Stéphane Gatignon, maire écologiste (ex-communiste) de Sevran, en Seine-Saint-Denis, fait tout pour lutter contre le trafic de drogue qui sévit dans sa commune. Dans un livre co-écrit avec un ancien flic aujourd'hui en retraite, Serge Supersac, le maire fait le bilan d'une politique vouée à l'échec. Partisan de la dépénalisation du cannabis, le jeune maire de Sevran dresse une série de propositions pour lutter convenablement, selon lui, contre ce fléau dangereux pour la santé, l'hygiène, l'économie, etc... Et, outre la dépénalisation, l'élu de Sevran fait une étrange proposition: cultiver le pavot dans les champs d'Ile-de-France afin de mieux contrôler la production

Le duo Gatignon-Hulot est symptômatique de la pourriture du système capitaliste : DROGUE ET CORRUPTION !


COMPLEMENTS

LES ECOLOS COMME LAQUAIS DE LA BOURGEOISIE 1997-2002 (Wikipédia)

Ministre de l’Aménagement du territoire et de l’Environnement : Dominique Voynet (Verts)

Remaniement du 27 mars 2000

Secrétaire d’État auprès de la ministre de l’Emploi et de la Solidarité, chargé de l’Économie solidaire : Guy Hascoët (Verts)
Remaniement du 10 juillet 2001

  • Ministre de l’Aménagement du territoire et de l’Environnement : Yves Cochet (Verts) (en remplacement de Dominique Voynet)
Sur le corrompu, lire wikipédia

Un écologiste controversé

Apprécié de l'opinion publique française[17],[18], Nicolas Hulot fait cependant l'objet de critiques sévères. Il est par exemple présenté par les représentants français du courant décroissant comme un homme surmédiatisé, acceptant des fonds de la part de grandes entreprises considérées comme polluantes à l'image d'EDF, ou L'Oréal. Vincent Cheynet écrit :
« En fait, le diable en personne proposerait à Nicolas Hulot de figurer dans son comité de soutien en lui promettant de fermer le robinet en se lavant les dents que l'hélicologiste accepterait aussitôt. Ce qu'il y a de magique avec le Pacte écologique, c'est qu'il n'y a plus ni pollueurs ni pollués, ni droite ni gauche, ni bien ni mal, ni exploiteurs ni exploités, mais seulement des gentils consommateurs qui cliquent sur Internet pour sauver la planète »
— Vincent Cheynet, La Décroissance[19]
Ils estiment que le Pacte écologique proposé par Nicolas Hulot aurait contribué à exclure d'emblée le thème de l'écologie de la campagne électorale 2007, ce thème étant considéré comme « déjà traité » dès lors que les candidats avaient signé le pacte. Ils reprochent à Nicolas Hulot son absence de critique du système économique capitaliste et financier, Hulot déclarant par ailleurs "qu'il [fallait] libérer le travail"[20]. Aussi, ils lui reprochent ses liens supposés compromettants avec le monde des grands patrons. C'est pourquoi les rédacteurs de La Décroissance ont publié sur Internet un « Pacte contre Hulot »[21]. L'hebdomadaire Marianne souligne également cette contradiction – qu'il qualifie de « relations incestueuses avec le CAC 40 » – entre son discours anti-capitaliste et le généreux soutien dont il bénéficie de la part de multinationales pour produire ses émissions et documentaires[22]. D'autres personnalités politiques ont été sévèrement critiques au sujet de l'action politique de Nicolas Hulot, par exemple Jean Lassalle, député Modem, déclare à l'assemblée nationale en octobre 2008 :
« je propose simplement d’élever Nicolas Hulot au rang de père de la Nation, et même, profitant des bonnes relations qu’entretient le Président de la République avec le pape, de le canoniser. (Sourires.) Il serait en effet prudent de le mettre à l’abri de la justice, qui risque de lui demander un jour des comptes : car c’est bien l’argent des grands spéculateurs les plus pollueurs qu’il blanchit, ou verdit, dans sa fondation ! »
— Jean Lassalle, Assemblée Nationale[23]
Un éditorial de Thierry Jaccaud, paru dans L'Écologiste début 2007, analyse les propositions de Nicolas Hulot. Il les trouve trop restreintes et appelle l'animateur de télévision à aller plus loin que ce soit sur les OGM, le nucléaire, l'agriculture biologique ou la mondialisation[24].
Hervé Kempf, pour Le Monde, souligne que son film Le Syndrome du Titanic (2009) pourrait faire de Nicolas Hulot une figure qui « dérange » si ce dernier accepte de cesser d'être « gentil » et commence à critiquer les « égoïsmes de classe », ceux de l'oligarchie qui cherche à « maintenir ses intérêts et ses privilèges »[25]. L'échec public de ce film affecte beaucoup Nicolas Hulot ; dans cette période, il explique : « Je suis perdu »[26].

Rapport parlementaire et élection présidentielle de 2012

Un rapport parlementaire du 2 février 2011 épingle à son tour Nicolas Hulot et sa fondation, notant qu' « EDF est une entreprise de pointe dans le secteur nucléaire. Quant à L'Oréal, elle est classée parmi les groupes de cosmétiques dont les produits font l'objet de tests sur les animaux, au grand désarroi des opposants à la vivisection. Dès lors, comment interpréter, par exemple, la position très mesurée de Nicolas Hulot sur l'énergie nucléaire ? Quel poids donner à sa parole sur les activités principales de ses deux administrateurs ? » écrivent les députés, dont le rapport connaît un écho dans la presse et suscite des doutes sur l'opportunité d'une candidature de l'animateur / fondateur aux élections présidentielles françaises de 2012.
L'animateur déclare en mars 2011, à la suite de l'accident nucléaire de Fukushima, être pour l'organisation d'un référendum sur le nucléaire[27], puis avoir "la conviction" que la France doit "sortir du nucléaire"[28]. Il se déclare candidat à l'élection primaire d'Europe Écologie – Les Verts pour l'élection présidentielle de 2012 le mercredi 13 avril 2011 a Sevran en Seine-Saint-Denis[29].

 Une interview du dealer légal girouette stalino-fasciste
Mardi 10 novembre 2009 2 10 /11 /Nov /2009 02:00
Stéphane Gatignon, 40 ans, est maire de Sevran (93), il vient de quitter le PCF pour Europe Ecologie. Voici en intégralité son interview dans LIBERATION d'hier lundi 09 novembre 2009.

Recueilli par Matthieu Écoiffier

Vous êtes la première figure communiste à rejoindre ce rassemblement. Qu’est-ce qui motive votre décision ? 
Depuis la chute du mur de Berlin, on est resté dans le tunnel de la fin du communisme. L’explosion du réacteur de Tchernobyl aurait dû être refondatrice, en ce qu’elle remet en cause le productivisme et l’industrialisation planificatrice. Mais nous n’avons jamais travaillé sur ce qu’a représenté pour nous l’écroulement du monde soviétique. Ni réussi à remettre en cause notre matrice marxiste-léniniste, y compris en termes d’organisation du parti. Entre-temps, des éléments nouveaux ont surgi, comme le réchauffement climatique, la finitude des ressources de la planète.

Vous quittez le parti ? 
C’est plutôt le parti qui m’a quitté. Mais je reste communiste. 

Avez-vous rencontré Marie-George Buffet ? 
L’ambiance était chaleureuse, il ne manquait que le thé et les boudoirs. Elle est sympa, Marie-George. Sur le fond, elle a trouvé que je n’avais pas tort. C’est tellement le marasme intellectuel et le désarroi dans le parti… Tout le monde est gêné, car les questions posées par mon départ sont de vraies questions. Je pense que le parti devra participer à la recomposition qui se fera après les régionales autour d’Europe Ecologie. Sinon il mourra. 

Comment réagissent vos camarades ? 
Ceux qui viennent me voir en me disant «c’est compliqué mais intéressant» ont moins de 45 ans. Pour les autres, c’est plus dur. Au PCF, quand tu es dissident, c’est : «Tu restes et tu te tais» ou «tu t’en vas et tu te tais». 

Vous tirez la leçon de l’échec des communistes refondateurs ? 
On a fait de très belles choses. Il y a eu des écrits très justes et très forts, notamment entre 1989 et 1993. Depuis, on tourne en rond parce qu’on n’a pas su aller au bout de la rupture. Il n’y a que l’Humanité pour écrire, la semaine dernière, que la RDA, c’était mieux ! Depuis trente ans, la direction du PCF a mis tous ses dissidents dans un ghetto intellectuel et l’extrême gauche s’est enfermée dans la pureté révolutionnaire. 


Le paradigme écologique oblige à repenser la question sociale ?
Pour moi, l’écologie est d’abord une question sociale. Au sein de l’Anru (Agence nationale pour la rénovation urbaine), aucun élu de droite comme de gauche ne s’est battu pour financer des appartements à basse consommation et des réhabilitations HQE (haute qualité environnementale). A la cité des Beaudottes aujourd’hui, on est entre 150 et 200 euros de charges mensuelles, alors qu’on peut livrer des appartements à 150 euros de facture annuelle. 

Vous allez incarner l’écologie sociale de banlieue au sein d’Europe Ecologie ? 
Ce qui est intéressant avec Europe Ecologie, c’est que cela crée un cadre où chacun peut apporter son histoire, sa vision du monde et des éléments concrets pour un projet. Si on veut s’en sortir demain, on doit mettre au cœur la transformation sociale et écologique de la société. 

L’écologie n’est pas qu’une préoccupation de bobos ? 
C’est une façon d’offrir un débouché politique, aux bobos comme aux précaires. Le vide de projet à gauche est insupportable vu le chaos, la tempête que l’on vit aujourd’hui en banlieue sur la question de la violence, du trafic. Quand je dis : posons la question de la réglementation du cannabis, la gauche s’arc-boute sur l’interdit. 


Jean-Paul Huchon (PS) se pose comme «le meilleur gestionnaire d’une région solidaire et compétitive». Comment jugez-vous son bilan ?
En 2004, la gauche s’est engagée à faire la carte Orange à tarif unique sur l’ensemble de l’Ile-de-France. C’est la condition pour se sentir habiter la même métropole. Cette promesse, financièrement jouable, n’a jamais été tenue. C’est très symbolique de tout ce qui a été loupé. Aujourd’hui, la gauche a un genou à terre parce que le PS, à force d’accompagner la social-démocratie, s’est fondu dans le social-libéralisme et que le PCF a été incapable de proposer autre chose. Même en étant au pouvoir, on a structuré une société profondément inégalitaire. »

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire