Subscribe in a reader

Pages vues depuis décembre 2009

vendredi 27 juin 2014

Moins de 15 mn pour un dessin ! Les Temps Modernes en maternelle (Le postmarxisme décrit le calvaire des Créateurs de la strate des Innovants)

par Yanick Toutain
"Aurélie, à 4 ans pouvait rester 2 heures sur le même dessin....." 
... quand elle dessinait chez elle....
C'est sa mère qui me raconte cette histoire...
Ce n'est pas une histoire au sujet de ses dessins faits à la maison....non...
Ce qui la faisait rentrer en larmes à la maison.... c'était autre chose....
"Aurélie à 4 ans adorait dessiner ....
Des "bonhommes sourires".... (des visages de personnages, avec de grands sourires..... de toutes les couleurs....)"
J'avais déjà croisé plusieurs fois cette mère respectueuse d'une jeune Innovante, Découvreuse, Créatrice... et Inventeuse..
"Un jour , en pâte-à-modeler - nous venions de rentrer de Paris... une visite... nous étions passés avec elle près du centre Beaubourg .. un bassin et des sculptures de Niki Saint Phalle... elle avait fait un bonhomme..."
Stimulée par la créativité de la sculptrice parisienne, rentrée à la maison....Aurélie avait

"fait un bonhomme, de toutes les couleurs... Elle avait à peine 4 ans..."

UNE CRÉATRICE DE 4 ANS QUI PLEURE

Cette enfant Créatrice... pourquoi pleurait-elle en sortant de l'école ?.....Elle était en classe de "moyens petits"

Eh bien parce que,
 "tous les quarts d'heure, il faut changer d'activité !"

Un impératif pédagogique ..... sans doute !
Ne riez pas !
C'est exactement ça !
La mère de cette Créatrice - choquée à l'époque - s'était entendue expliquer :
"Un enfant ne peut pas rester concentré plus d'un quart d'heure sur la même activité !"
'C'est terrible" me commente - 3 ans après les faits - la mère..... respectueuse de son Innovante de fille !
La petite gamine de 4 ans.... qui restait souvent près de 2 heures sur le même dessin chez elle..... dessinant pour son propre plaisir se retrouvait.... dans une sorte de dictature absurde, pour son bien, pour le respect de ses soi-disants propres rythmes... être contrainte ... d'abandonner .... son travail en cours;.. pour faire autre chose...
Mais "autre chose...." Aurélie.... n'avait pas envie de le faire !
A quatre ans.... elle voulait le terminer son dessin d'école....
Cela lui paraissait totalement absurde de zapper (le mot est de la mère et en référence avec la TV) .... pour passer à autre chose.... qu'elle n'avait même pas envie de faire....

GARDES CHIOURME
 RYTHMIQUES SCOLAIRES

En fait, changer d'activité, à 4 ans, sous la contrainte..... une contrainte absurde basée sur sur ses prétendus besoins..... c'est tout simplement une adaptation à la chaîne de Charlot....
Il s'agit - en réalité d'un but clair. Clair car ce sont les Humains qui font l'histoire (une des rares choses que semblait comprendre le relativiste Etienne Klein dans mon intervention aux Journées du Havre du Nouvel Observateur)..... mais ils font une Histoire que seuls comprennent les postmarxistes. Ceux qui disposent des clés conceptuelles pour comprendre cette Histoire faite inconsciemment par les Humains.
Le but d'un tel découpage du temps c'est tout simplement d'inculquer l'obéissance.
L'école a pour but premier de faire obéir.
Et ce n'est pas seulement l'Afrique et les abolitionnistes;, ce ne sont pas seulement les #FreeGbagbo , ce ne sont pas les militants anti-violences à l'école qui sont visés dans le collimateur des bourreaux de Julie Amadis (Schmidt-Lainé, Carrière, Béaur, Deplanque, Tillman, Clabaut, Boniou etc etc...)
Ce sont aussi tous ceux et toutes celles qui respectent les membres de la strate des Innovants. Ces barbares veulent casser les Innovants, ils veulent casser les Découvreurs, ils veulent casser les Inventeurs, ils veulent casser les Créatrices.... ils veulent casser Aurélie !
C'est pour cette raison qu'ils la faisait pleurer !



COMPLEMENTS
Les sculptures qui inspirèrent Aurélie sont celles de La fontaine Stravinsky, ou fontaine des Automates, réalisée en 1983 est l'œuvre conjointe de Jean Tinguely et Niki de Saint Phalle.


LUNDI 18 FÉVRIER 2013


Postmarxisme, lutte des strates, une découverte: au Paléolithique seule existait la strate des Innovants

Ce après-midi la lecture d'un livre d'Histoire destiné aux enfants a été l'étincelle qui a déclenché une nouvelle découverte en postmarxisme. Il sera nécessaire de la peaufiner mais il est quasiment certain qu'elle est avérée.
Cette découverte est la suivante : Dans la jeunesse de l'Humanité, à l'époque paléolithique, il est probable que la strate des Répétants n'existait pas.
Il est quasiment certain que TOUS LES HUMAINS du Paléolithique étaient tous des Innovants.
Et cela pour une raison simple : en situation de survie, de précarité continuelle, la totalité des membres des tribus est contrainte d'innover continuellement.
Cela vient donc se surajouter à une autre découverte assez récente : le fait que tous les enfants sont membres de la strate des Innovants, eux-aussi. Le fait que c'est la pression conjointe des Parasites, des Répétants (et des Innovants corrompus : les fascistes HADOPI par exemple) qui les force à quitter la strate des Innovants pour glisser vers celle des Répétants.
On a donc un schéma identique. Ce serait l'apparition de l'agriculture et l'apparition d'un surproduit social (cf Marx et Ernest Mandel) qui aurait été la cause de l'apparition de la strate des Parasites (les classes premières classes spoliatrices). Et c'est cette strate Parasite qui, dans sa constitution qui aurait fait glissé les Innovants dans une nouvelle strate, la strate des Répétants.
Cette strate des travailleurs Répétants serait donc une création de la strate barbare (en contre productive historiquement) des Parasites.
Ce schéma se reproduirait donc génération après génération.
Le fait que les adultes cassent les jeunes (Innovants) pour en faire des Répétants est donc un phénomène historique. Un mécanisme anti-civilisationnel.
La victoire prochaine de la strate des Innovants est donc bel et bien un phénomène de REVOLISATION.
Cela aura beaucoup de conséquences conceptuelles.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire