Subscribe in a reader

Pages vues depuis décembre 2009

mardi 3 juin 2014

Des camps de formation terroriste MNLA en Suisse et en Belgique ? Ces trafiquants agresseurs du Mali le 24 janvier 2012, "la DGSE les aide depuis 10 ans" selon le Nouvel Observateur

par Yanick Toutain

"LA DGSE LES AIDE DEPUIS 10 ANS"


Jean-Yves Le Drian reconnaît

 que les Français "se coordonnent" 
avec le groupe touareg 
dans la guerre contre Aqmi. 
En vérité, "entre le MNLA et la France, 
il y a un deal historique : 
parce que c'était une force laïque
 qui a pour ennemis les terroristes islamistes,
 la DGSE les aide depuis dix ans", 
admet un haut responsable français,
 confirmant ce que "le Nouvel Observateur"
avait révélé il y a un an.
A Bamako, la mise sous protection française du MNLA agace.

Cette nouvelle "160 cadres du MNLA en formation en Belgique et en Suisse" publiée dans le journal malien "Procès Verbal" sous la signature de Tiékorobani et reproduite en ligne par le site Malijet ne surprendra personne dans la résistance anti-Franceàfric anti-ONUàfric.
Ce sont des trafiquants de drogue ayant pignon sur rue en France et en Europe qui avait commis, avec leurs amis coupeurs de mains Ansar Eddine, 82 meurtres le 24 janvier 2012 à Aguel Hoc.
Malgré leurs agents de propagande sur Internet, ils ne sont pas parvenus à censurer la vérité sur Wikipédia :
Le 17 janvier 2012, les rebelles touaregs du MNLA(indépendantiste) et d'Ansar Dine (salafiste) déclenchent la cinquième rébellion touarègue contre le Mali. Bientôt rejoints par les djihadistes d'AQMI et du MUJAO, ils prennent Aguel'hocMénaka et Tessalit. À la suite de ces défaites, une partie de l'armée malienne tente un coup d'état en mars qui provoque des affrontements entre « bérets verts » et « bérets rouges » et désorganise les opérations au nord. Les rebelles en profitent et s'emparent de KidalTombouctou et Gao. Le 6 avril, le MNLA annonce la fin de son offensive et proclame l'indépendance de l'Azawad. Les combats ont alors fait des centaines de morts et des centaines de milliers de réfugiés.
Cependant les rebelles se déchirent à leur tour. Les divergences entre le MNLA et Ansar Dine brisent leur alliance et en juin, les indépendantistes sont chassés deGao par le MUJAO et AQMI et doivent abandonner Tombouctou. En novembre le MNLA tente une contre-attaque, mais il est repoussé près d'Ansongo, puis il perd le contrôle de Ménaka.

Si la Révolution Malienne de Mars 2012 est présentée, par les agents occultes de la DGSE esclavagiste infiltrés sur Wikipédia comme un putsch (quand ce sont les femmes maliennes qui avaient été le flambeau de cette révolution), les larbins de l'esclavage impérialiste n'ont pas réussi à masquer la complicité totale de Ansar Eddine et du MNLA les 17,18 et 24 janvier dans l'attaque contre le Mali.
Je répondais récemment à un anonyme Zayus sur un site militariste pro-Franceàfric OPEX 360. Ma réponse contenait de larges citations d'un article du Nouvel Observateur.
Ils sont restés quoi.

MARDI 4 MARS 2014

@Zayus L'ironie est une piteuse méthode de "débat".Vous contredisez cette citation ?+++++++
le MNLA.... "la DGSE les aide depuis dix ans"
SIC "Mali Les secrets d'une guerre-éclair" 11/6/2013(Nouvel Observateur)http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20130607.OBS2446/mali-les-secrets-d-une-guerre-eclair.html++++++++Est-ce que OUI ou NON les trafiquants de drogue MNLA sont en relation avec les services secrets français "DEPUIS DIX ANS" ?Est-ce que oui ou non les ASSASSINS DES 82 MILITAIRES MALIENS le 24 janvier 2012 agissaient en SERVICE COMMANDE pour le COMPTE DE SARKOZY (sur financement du Qatar) ?Est-ce que OUI ou NON, le président du Mali ATT était en communication téléphonique constante en JANVIER 2012 avec les agresseurs qui ont attaqué à Aguel Hoc ?Est-ce que OUI ou NON le 20 JANVIER 2012 le président du Mali à APPELE LES AGRESSEURS ISLAMOFASCISTES qui venaient (les 17 et 18 janvier 2012) d'attaquer les soldats de Ménaka et d'Aguel Hoc sur le THURAYA des AGRESSEURS ?Est-ce que OUI ou NON , en entendant la voix du CAPITAINE SEKOU TRAORE, LOYALISTE qui avait risqué sa vie et celle de ses hommes pour protéger les élèves instituteurs de Aguel Hoc, le PRESIDENT DU MALI lui a raccroché au nez ?
Qu'avez-vous à répondre à cet article ?+++++

Le MNLA, un allié gênant"Les diplomates ont du mal à digérer les reproches des militaires : si Kidal pose problème, disent-ils, c'est parce que le MNLA est protégé par la DGSE . "Les services secrets ont besoin de ces Touaregs parce qu'ils ont des liens avec les preneurs d'otages", lâche un responsable français. Pour la chasse aux djihadistes aussi, ils sont utiles, du moins le croit-on. A ce sujet, Jean-Yves Le Drian reconnaît que les Français "se coordonnent" avec le groupe touareg dans la guerre contre Aqmi. En vérité, "entre le MNLA et la France, il y a un deal historique : parce que c'était une force laïque qui a pour ennemis les terroristes islamistes, la DGSE les aide depuis dix ans", admet un haut responsable français, confirmant ce que "le Nouvel Observateur" avait révélé il y a un an.A Bamako, la mise sous protection française du MNLA agace. On reproche aux "libérateurs" de s'être alliés à ces rebelles considérés comme responsables de la crise. Une attitude jugée d'autant plus incohérente que, selon un officielmalien, "le MNLA a vendu à la France plus de beurre qu'il n'avait de lait". De fait, au Quai-d'Orsay, on reconnaît qu'"ils ont été moins utiles qu'on ne l'avait espéré", notamment pour préparer l'assaut dans l'Amettetaï."

LIRE

MARDI 20 MAI 2014


Le MNLA et ses alliés narcojihadistes commettent une véritable boucherie à Kidal comme à Aguelhoc en 2012 : Six otages torturés avant d’être égorgés, éventrés ou fusillés par leurs ravisseurs Un article de Abdoulaye DIARRA (source L'indépendant par Malijet)

Les victimes de l'attaque MNLA-Ansardine-DGSE
 du 24 janvier 2012. Ces groupes terroristes au
service de Sarkozy et Hollande sont les
mercenaires de l'impérialisme esclavagiste,
 les protégés de Serval et de MINUSMA
"six d’entre eux ont été exécutés
avec des méthodes relevant de l’atrocité. 
Il  s’agit, entre autres,  du Commandant Mory Diarra,
préfet de Tinessako,  Agaly Ag Timamoud Yattara,
 préfet-adjoint de Kidal, Amadou Belco Bâ,
préfet de Kidal, Sékou Sissouma préfet -adjoint  de Tessalit,
Lieutenant Paul Marie Sidibé,
sous-préfet de Tinzawatten et
Capitaine Mohamed B. Touré
sous-préfet de Boureissa."

liste des viçtimes du MNLA les gangsters
protégés par Hollande,
Sarkozy et l'armée française d'occupation

Les protégés de François Hollande, les protégés de la DGSE (depuis 10 selon 2 articles du Nouvel Obsevateur en mai 2013), les protégés de l'ONU et de la MINUSMA sont des égorgeurs, sont des assassins, sont des trafiquants de drogue.
LIRE :  MARDI 18 DÉCEMBRE 2012 Un premier hommage au capitaine Sékou Traoré. Il sera au panthéon des héros de la libération de l'Afrique. Victime et résistant contre l'attaque Sarkozy-Hollande-Qatar-Ancar Eddine contre le Mali, contre l'Afrique

Pour préparer l’autonomie de l’Azawad : 160 cadres du MNLA en formation en Belgique et en Suisse

Par  1 réactions  

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
(image utilisée juste a titre d`illustration).(image utilisée juste a titre d`illustration).
Le MNLA et ses acolytes (le MAA et le HCUA) boivent du petit lait. Après leur rencontre, à leur camp de Kidal, avec le président mauritanien, le général Mohammed Ould Abdel Aziz, dépêché sur place par le président IBK pour négocier au plus tôt un cessez-le-feu, les groupes armés ne doutent plus d’une chose : ils auront, au moins, une autonomie renforcée pour Kidal. Pas la seule ville de Kidal mais plutôt la région entière.
Ils bombent d’autant plus le torse que le président mauritanien, qui partage depuis longtemps leur cause, leur a promis son propre appui (en tant qu’émissaire d’IBK), celui de l’Union Africaine, qu’il préside, ainsi que celui de la communauté internationale, afin de contraindre l’Etat malien (ou ce qui en reste) à se plier aux quatre volontés des rebelles.
Une source proche du MNLA nous confie : « De puissants amis nous ont conseillé de ne pas demander l’indépendance de Kidal dans l’immédiat car elle ne serait pas acceptée par l’ONU; par contre, elle viendra d’elle-même si, pour l’instant, nous nous contentons d’une large autonomie qui ne peut nous être refusée ».
Autres arguments de poids que les groupes armés comptent mettre dans la balance de leur stratégie émancipatrice : l’occupation de Kidal et de plusieurs autres localités du nord, l’interdiction faite aux troupes maliennes d’y remettre les pieds jusqu’à la finalisation d’un accord de paix global, mais aussi et surtout la sympathie française.
De plus, alors que les rebelles s’étaient aliénés une grande partie de l’opinion internationale en tuant de sang-froid des préfets et sous-préfets, ils ont, plus tard, habilement oeuvré à se faire passer pour les victimes innocentes de l’attaque militaire malienne lancée sur leurs positions le mercredi 21 mai 2014.
Au-delà de la France, les groupes armés  comptent sur le soutien de l’Algérie qui a besoin d’un Kidal libre pour continuer à en faire une soupape de sécurité, un déversoir de ses propres terroristes, lesquels pourraient se retourner contre l’armée algérienne s’ils n’avaient pas d’espace pour mener leurs trafics criminels.
C’est dans la perspective de l’autonomie de Kidal que le MNLA, le plus malin et le plus connu des groupes armés, songe à former ses cadres: ingénieurs, techniciens, financiers, administrateurs, interprètes, etc. Suite à un accord avec des activistes belges et suisses, les séparatistes s’apprêtent à  envoyer dans ces deux pays quelque 160 cadres en formation. Que fera le Mali pour l’empêcher ? On ne sait.
Le MNLA ne s’arrête d’ailleurs pas en si bon chemin. Fort de ses armes, il travaille au corps les chefs de tribus et fractions nomades du nord pour les faire adhérer à sa logique anti-malienne. Maniant la carotte et le bâton, il arrive de mieux en mieux à ses fins.
Ainsi, à Kidal, on se souvient des manifestations populaires orchestrées pour empêcher la visite de l’ex-Premier Ministre malien, Oumar Tatam Ly, et de l’actuel, Moussa Mara. Même scénario à Ménaka, ville tombée depuis mercredi 21 mai 2014 aux mains des groupes armés : le MNLA y a fomenté, mercredi 28 mai 2014, un bruyant mouvement de femmes et d’enfants qui demandaient le départ de l’armée malienne refugiée dans le camp de la MINUSMA.
Comme nous l’avons révélé dans de précédentes livraisons, les rebelles tiennent à relier Kidal au fleuve Niger. « Sans eau, comment vivrions-nous ? », fait remarquer une nos sources.
C’est pourquoi, lorsqu’ils ont été empêchés de prendre Gao et Ansongo par la Force Serval, les groupes armés se sont repliés sur Faffa, ville riveraine du fleuve, située à la frontière nigérienne, à 380 kilomètres de Kidal. Là, le MNLA a planté son drapeau et se pavane en seigneur.
Afin de garder le maximum d’atouts à négocier, les groupes armés ont mis un pied dans la région de Tombouctou en plantant leur fanion à Goundam.

Tiékorobani
SourceProcès Verbal


COMPLEMENTS
LES COLONNES DE WIKIPEDIA  SEPARANT LES BELLIGERANTS DE JANVIER 2012 AU MALI N'ONT AUCUN SENS !
L'ARME FRANCAISE ETAIT ALLIEE AVEC LE MNLA QUI, pas son attaque de Ménaka et Aguel Hoc, A CONSTRUIT EN JANVIER 2012 LE PRETEXTE DE L'INTERVENTION DE JANVIER 2013
Belligérants
Mali Mali
Drapeau de la France France
Autres:
Soutien logistique :
Soutien de formation :
Autres soutiens :
Drapeau Ansar Dine.JPG Ansar Dine
ShababFlag.svg AQMI
ShababFlag.svg MUJAO
ShababFlag.svg Les Signataires par le sang
ShababFlag.svg Al-Mourabitoune
ShababFlag.svg Boko Haram
Flag of the Sahrawi Arab Democratic Republic.svgMercenaires duFront Polisario
MNLA flag.svg MNLA
HCUA
MIA

Flag of the Arab Movement of Azawad.svg FLNA(2012)
Flag of the Arab Movement of Azawad.svg MAA(2013)7,8
Commandants
Drapeau : Mali Amadou Toumani Touré
Drapeau : Mali Sadio Gassama
Drapeau : Mali Amadou Haya Sanogo
Drapeau : Mali Dioncounda Traoré
Drapeau : Mali Didier Dacko
Drapeau : Mali El Hadj Ag Gamou
Drapeau : Mali Mohammed Ould Meydou
Drapeau de la France François Hollande
Drapeau de la France Jean-Yves Le Drian
Drapeau de la France Édouard Guillaud
Drapeau de la France Grégoire de Saint-Quentin
Drapeau de la France Marc Foucaud
Drapeau de la France Bernard Barrera
Drapeau : Nigeria Shehu Abdulkadir
Drapeau du Tchad Idriss Déby
Drapeau du Tchad Oumar Bikimo
Drapeau Ansar Dine.JPG Iyad Ag Ghali
MNLA flag.svg Bilal Ag Acherif
MNLA flag.svgMahamadou Djéri Maïga
MNLA flag.svgMohamed Ag Najem
MNLA flag.svgMachkanani Ag Balla

Alghabasse Ag Intalla

Flag of the Arab Movement of Azawad.svg Ahmed Ould Sidi Mohamed
Flag of the Arab Movement of Azawad.svgHousseine Ould Ghoulam
Forces en présence
Drapeau : Mali 22 000 à 26 0009,10
Drapeau de la France 4 00011
Drapeau du Tchad 2 40012
Drapeau : Nigeria 1 20013
Drapeau : Niger 50014,15,16
Drapeau du Burkina Faso 50015,16
Drapeau : Togo 50015,16
Drapeau : Sénégal 40617
Drapeau du Bénin 65018,15,16
Drapeau de la Guinée 50019
Drapeau du Ghana 12020
Drapeau des États-Unis 100 (renseignement)21
Drapeau : Gambie17?
Drapeau du Cap-Vert17?
Drapeau de la Guinée-Bissau17?
Drapeau du Burundi22?
Drapeau du Libéria23?
Drapeau : Côte d'Ivoire 500 (bataillon logistique)24
Drapeau de l’Union européenne Union européenne 450(formateurs)
Total : environ26 000 à 27 000
Drapeau Ansar Dine.JPG Ansar Dine :
3 000 à 10 00025,26
ShababFlag.svg AQMI :
1 000 à 1 50026,27
ShababFlag.svg MUJAO :
500 à 1 00026,28
ShababFlag.svg Signataires par le sang :
200 à 30029
ShababFlag.svg Boko Haram :
20028
Flag of the Sahrawi Arab Democratic Republic.svg
30028 à 70030
Total : 5 000 à10 000hommes26
MNLA flag.svg
3 000 à 10 00031

Flag of the Arab Movement of Azawad.svg
50032
Pertes
Drapeau : Mali
208 morts33
(11 janvier 2012 - 6 mai 2013)

Drapeau de la France
8 morts34
~ 300 blessés35,36

Drapeau du Tchad
38 morts
84 blessés37

Drapeau : Togo
2 morts38

Drapeau du Burkina Faso
1 mort
1 blessé39
Drapeau Ansar Dine.JPG ShababFlag.svg Flag of the Sahrawi Arab Democratic Republic.svg
~ 100 morts
(en 2012)

600 à 700 morts40,41
480 prisonniers42,43
(en 2013)

~ 80 morts
(en 2014)
MNLA flag.svg
~ 100 à 300 morts

Flag of the Arab Movement of Azawad.svg
~ 10 à 50 morts
Déplacés: ~150 000 réfugiés à l'étranger
230 000+ déplacés internes
Total: 380 000+
Batailles
Rébellion touarègue de 2012 :
Ménaka (1re) · Tessalit · Aguel'hoc · In Emsal ·Andéramboukane · Niafunké · Tinzawatène ·Tinsalane · Goumakoura · Tessit · Fatélé · Soudere ·Tin-Hama (1re) · Kidal (1er) · Tinzaouten (1re) · Koro

Coup d'État militaire de 2012 au Mali
Kati · Djicoroni

Conflit entre islamistes et touaregs :
Tombouctou (1re) · Gao (1re) · Tagarangabotte ·Idelimane · Ménaka (2e) · Hourara

Intervention militaire de 2013 au Mali
(Opération Serval et MISMA) :
Konna · Gao (bombardement) · Diabaly · In Amenas · Gao (2e) · Gao (3e) · Gao (4e) · In Khalil (attentat) · In Khalil · Kidal (attentat, 1er) ·Tigharghâr · Imenas · Tin Keraten · Djebok ·Tombouctou (2e) · Gao (5e) · Teghboubinene · In Arab · Tombouctou (3e) · Kidal (attentat, 2e) · Ber‎ ·Hamakouladji (attentat) · Gossi (attentat) · Anéfif (1re) · Agadez et Arlit (attentats) · Anéfif (2e) ·Timiaouine

Accord de Ouagadougou

Opérations de stabilisation au Mali
(MINUSMA et Opération Serval) :
Tinzaouten · Bordj Badji Mokhtar et In Farah ·Fooïta · Tombouctou (attentat) · Douaya · Tessalit (attentat) · Amazragane · Tin-Hama (2e) · Araouane ·Kidal (attentat, 3e) · Kondaoui · Tamkoutat (massacre) · Labbezanga · Ametettaï (bombardement) · Dayet en Maharat · Inabohane-Ebahlal · Kidal (2e) · Kidal (3e)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire