Subscribe in a reader

Pages vues depuis décembre 2009

jeudi 26 juin 2014

L'Havrais Vérité : Le procureur qui donne des claques protège l'instituteur agresseur de Valmy 2 Léon Launay de Valmy 2 ! La scandaleuse nomination du procureur Nachbar

par Yanick Toutain

"Cédric Visart de Bocarme, procureur du Roi,
lequel avait transmis ses doléances
à fin de poursuites à Yves Charpenel,
procureur général de Reims
qui s'empressa d'enterrer le dossier"
(sic Christian Chardon infra)

 

"DES BAFFES DERRIERE LA TETE" !

LA "METHODE NACHBAR"
(sic Christian Chardon L'Union l'Ardennais)

Avec ses faux témoins de l'école Valmy , Francis Nachbar, en auxiliaire du voyou inspecteur d'académie Philippe carrière est en train de rééditer les mêmes méthodes fascistes qui lui ont valu la protection de Sarkozy - le voyou délinquant de l'affaire #Bygmalion - et une médaille que plusieurs journalistes comprirent comme une prime à la délinquance...... étatique !.
Le procureur Nachbar est au-dessus des lois !
La loi, c'est lui qui la fait ! à coup de baffes !

FRANCIS NACHBAR, AGRESSEUR PROTEGE PAR SARKOZY

FRANCIS NACHBAR, AGRESSEUR PROTEGE PAR VALLS

FRANCIS NACHBAR, AGRESSEUR PROTEGE PAR CAZENEUVE

FRANCIS NACHBAR, AGRESSEUR
PROTECTEUR DE LEON LAUNAY,
L'AGRESSEUR DE VALMY 2

Le procureur voyou du Havre est spécialiste de la provocation fasciste !
Avec lui, le régime néonazi dont rêves tous les ripoux est déjà en place !
Poursuites prescrites ne lui font pas peur ! J'ai été victime de ses méthodes Nachbar !
Transmettre une enquête remplie de faux à un flic ONUCI voyou pour fabriquer une 2° plainte.... qu'un juge voyou va diligenter..... 31000 euros... c'est sont les méthodes Nachbar !

L'AGRESSEUR NACHBAR NE SUPPORTE PAS LES MILITANTS ANTI-VIOLENCES
DANS LES ÉCOLES !

IL TERRORISE SEVERINE BRETON ....
DÉLÉGUÉE DE PARENTS ANTI-OMERTA76
CONVOQUÉE HIER A LA POLICE DU HAVRE !


Terroriser une mère d'élève ANTI-VIOLENCE c'est un réédition des exploits de ce procureur voyou ! Philippe Bilger qui avait été choqué de ces méthodes devrait venir au Havre ! Je l'invite à présider une commission d'enquête sur les agissements du procureur voyou !
Comme Philippe Bilger avait malencontreusement effacé l'un de mes commentaires sur les exploits du procureur voyou ensuite recélés par les juges voyous Janas d'Angoulême et Miori et Ors de la Cour d'Appel de Bordeaux - ces pourris avaient utilisé une enquête construite dans une plainte en diffamation prescrite pour fabriquer des faux dans une seconde procédure - maquillage de la première - en prétendue "atteinte à la vie privée"....
Si Philippe Bilger se décidait à reprendre la torche de la vérité, il pourra aller interroger les prétendues témoins de Nachbar.... ces enseignantes pratiquant la dénonciation calomnieuse contre une de leurs collègues et l'accusant d'être une "voleuse".... pour permettre à Nachbar de développer son harcèlement fasciste !
Il pourra commencer par relire cet article de Christian Chardon ! Dans l'Est, ils ont un vrai journal !
Quelle surprise pour un Havrais !

La scandaleuse nomination du procureur Nachbar



La scandaleuse nomination du procureur Nachbar
Publié le mercredi 07 avril 2010 à 11H51 - Vu 2016 fois
CHARLEVILLE-MEZIERES ( Ardennes). L'incroyable s'est produit à l'occasion de l'annonce de la promotion pascale de la Légion d'honneur. Francis Nachbar, ex-procureur de la République de Charleville-Mézières et actuellement en poste au Havre, a été nommé chevalier de l'ordre.
UN camouflet pour tous ceux qui ont obtenu cette décoration légitimement et qui la portent dans la dignité. Un pied de nez à la justice et à tous ceux, magistrats et avocats, et ils sont nombreux, qui la font fonctionner avec honnêteté et rigueur. Une gifle aux plus hautes instances de la magistrature qui avaient durement commenté le comportement de Francis Nachbar à Charleville-Mézières (Ardennes) en général et lors du procès Fourniret en particulier. Un affront au procureur du Roi de Belgique qui avait cru indispensable de saisir son homologue procureur général de la République de Reims pour lui signaler les agissements choquants et répréhensibles de Francis Nachbar au cours d'une garde à vue. Un mépris inqualifiable à tous ces justiciables qui sont passés dans l'étau-broyeur Nachbar, victimes de dénonciations aux origines douteuses, placés en garde à vue dans des conditions très discutables, mis en examen avec parfois le bonus de la détention provisoire avant que justice, la vraie, celle des tribunaux, leur soit rendue en première instance puis en appel, tel un désaveu flagrant de la justice spectacle du procureur Nachbar.
Fallait-il que les enquêteurs réputés pourtant si pointilleux de la grande Chancellerie de l'Ordre de la Légion d'honneur soient à ce point surmenés pour qu'ils n'aient pas vu ce qui était reproché au procureur hier, et les affaires dans lesquelles il est encore englué aujourd'hui ?

Puissant piston

Fallait-il que le piston soit puissant pour qu'il propulse Francis Nachbar dans des sphères où il n'a rien à faire, et où sa présence dénote et dénature ? Car quel crédit accorder désormais à une distinction qui se galvaude ainsi ?
Qu'on se souvienne au moins du discours de Jean-Louis Nadal, procureur général près la Cour de cassation, prononcé à Paris le 7 janvier 2009, lors de l'audience solennelle de début d'année de la Cour de cassation, en évoquant la liberté de parole : « La plume est serve mais la parole est libre. Pour autant, cette liberté n'autorise pas toutes les licences. Beaucoup de magistrats, je pense, sont mal à l'aise quand ils entendent que tel ou tel de leur collègue, prenant des réquisitions contre l'auteur de faits d'une extrême gravité, ayant causé un scandale immense, un malheur indescriptible, ont cru rendre des devoirs à l'opinion publique et faire honneur aux victimes, en se livrant à l'invective, voire à la vulgarité contre l'accusé. De ces magistrats qui confondent rigueur et emportement, je dis simplement qu'ils font fausse route… » Un réquisitoire sans appel qui visait sans le nommer Francis Nachbar, à l'occasion de ses commentaires sur Fourniret, mais que chacun avait reconnu.

Privé de médaille

Qu'on se rappelle encore les écrits de Philippe Bilger, avocat général à la Cour de cassation, choqué par l'attitude caractérielle et professionnelle de Francis Nachbar, et qui va le rappeler à l'ordre, après l'affaire Fourniret, dans un article publié dans une revue judiciaire, dénonçant en particulier le fait qu'il ait commenté son réquisitoire à la presse avant que les plaidoiries ne soient exprimées.
Deux réprimandes sans équivoque qui se sont associées à une sanction par omission. À l'issue du procès Fourniret, le président de la cour d'assises était décoré de la Légion d'honneur. Une distinction que Francis Nachbar, déjà titulaire de la médaille du Mérite, pouvait espérer, mais qui lui passait sous le nez. Pas la moindre breloque alors que les deux assesseurs du président recevaient la bleue. À croire qu'alors, l'enquête avait été plus sérieuse.

Qui va l'épingler ?

Car comment oublier aussi les invectives lancées par le procureur Nachbar aux avocats massés devant la porte du palais de justice, en décembre 2007, lorsqu'ils ont protesté contre la perte du pôle d'instruction du tribunal de Charleville et sa délocalisation à Reims ? Ces mêmes avocats qui aujourd'hui s'inquiètent légitimement des dérives des gardes à vue, de celles que menait le procureur Nachbar en particulier.
Les exemples sont nombreux de ces gens privés de leur liberté sur un simple ragot ou suite à un marché de dupes inavouable dont on a torturé l'esprit pour obtenir des aveux. Le directeur de l'Opac des Ardennes pourrait raconter comment il a été mis en cause par un « donneur » du procureur qui espérait ainsi atténuer ses propres responsabilités dans une affaire de détournement de fonds. Un personnage glauque qui bientôt se retrouvera de nouveau en correctionnelle dans les Ardennes après avoir défrayé la chronique parisienne dans une sombre affaire de coups de couteaux que lui aurait donnés une voyante devenue son égérie et sa gérante de paille.
Une éducatrice accusée de dérive sectaire pourrait aussi témoigner de la façon dont est intervenu le procureur lors de sa garde à vue, en la pointant du doigt pour lui hurler les yeux hors des orbites : « Avouez, on voit bien que vous faites partie d'une secte, ça se voit dans votre regard… »
Même un policier belge a été choqué par les méthodes Nachbar lors de l'interrogatoire de Monique Olivier, l'épouse de Michel Fourniret. Il s'en était du reste ouvert à Cédric Visart de Bocarme, procureur du Roi, lequel avait transmis ses doléances à fin de poursuites à Yves Charpenel, procureur général de Reims qui s'empressa d'enterrer le dossier. Des baffes derrière la tête qui n'ont eu pour effet que de charger Fourniret d'un crime qu'il n'a pas commis et dont l'auteur court toujours.
Hier, dans les couloirs des palais de justice de la région, beaucoup semblaient désabusés, se demandant comment une telle nomination était possible. Même si on en a une petite idée, on ne connaît pas avec certitude le nom de celui ou de celle qui a propulsé la candidature du procureur. En revanche, on va surveiller avec attention le jour de la remise de la décoration pour savoir qui aura l'audace de l'épingler au revers de la veste du procureur Nachbar.
« La Légion d'honneur est décernée pour conduite civile irréprochable ou faits de guerre exceptionnels… » On ne voit vraiment pas en quoi le procureur Nachbar est concerné ni dans quelle catégorie il pourrait s'inscrire.
Christian CHARDON
L'union l'Ardennais

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire