Subscribe in a reader

Pages vues depuis décembre 2009

jeudi 19 juin 2014

L'Havrais Vérité; OMERTA76 Voici le "témoignage" de Brigitte Boniou, directrice de l'école Valmy 2 Une claire volonté de nuire à Julie Amadis par mensonges, omissions, diffamations

La Franceoàfric des bourreaux du président Gbagbo, la Franceàfric esclavagiste des esclavagistes Bolloré voulait transformer Julie Amadis en SDF !
Pour la punir du soutien qu'elle m'apporte. Ils sont donc allés au Havre recruter le lobby puissant des agresseurs d'enfants. Un lobby qui recueillait 40 000 signatures de profs en 2008-9
Mais ni la Franceàfric ni le lobby OMERTA76 n'avaient envisagé que l'ACTE D'ACCUSATION allait contenir des PIECES TELLEMENT DELIRANTES ! contradictoires, mensongères, diffamatoires... que l'acte d'accusation contre Julie Amadis va se transformer en ACTE D'ACCUSATION CONTRE TILLMAN, DEPLANQUE, BASELY, BEAUR ET CONTRE L'INSPECTEUR D'ACADEMIE VOYOU PHILIPPE CARRIERE, le CHEF DU RESEAU OMERTA 76 DE PROTECTION DES AGRESSEURS D'ENFANTS !
TOUS CES GENS SERONT CONDAMNES UN JOUR POUR COMPLICITE !
ILS SONT LES COMPLICES DES AGRESSEURS QU'ILS PROTEGENT !
LISEZ LES ELUCUBRATIONS DELIRANTES DE CETTE ACCUSATRICE BRIGITTE BONIOU !
On y voit le courage qu'il a fallu à Julie Amadis pour supporter ces gens ! CES ENNEMIS DES ENFANTS !
L'HAVRAIS VERITE !

par Yanick Toutain

Le procès de l'IA voyou Philippe Carrière contre Julie Amadis va se transformer en procès contre les voyous d'OMERTA76 !
Un procès contre les agresseurs d'enfants, un procès contre ceux et celles qui les protègent, un procès contre cette administration délétère qui n'a rien trouvé de mieux que de laisser un "GANG VALMY" venir bloquer l'école avec l'acquèscment visible et la satisfaction de l'inspecteur Patrick Deplanque. Un blocage d'une demi-heure dont le rapport qui le mentionne pue la complaisance !
Aujourd'hui est un grand jour ! Julie Amadis vient d'avoir accès à l'acte d'accusation !
On va donc pouvoir transmettre aux lecteurs de L'Havrais Vérité les pièces, les accusations, les dénonciations !
Les propos diffamatoires ! les élucubrations délirantes ! les propos démentis..... par les autres.... les accusations contradictoires.... 

Commençons par celle qui protège l'agresseur de Valmy 2 !
C'est l"école où un petit enfant avait témoigné en avril

mardi 8 avril 2014


OMERTA76 à l'école Valmy : "Mon maître, il me tape" Pendant la distribution de tract, un petit enfant vient trouver ER, une déléguée de parents distribuant un tract en faveur de Julie Amadis

C'est la nièce de celle qui se prenait des coups
de corde à sauter à l'école Valmy dont la mère
 nous a montré ce mot samedi midi Les réunions
de l'IA du Havre Serge Tillmann c'est pour
harceler les témoins de violences par pour
enquêter sur les coupables de ces violences


Ce petit enfant, c'est ER qui nous a raconté plus tard sa venue près d'elle, au moment où, devant les grilles de l'école Valmy du Havre, elle distribuait des tracts en faveur de celle qui avait témoigné en 2008.
Il avait entendu les discussions et avait du comprendre que c'était le moment de crier sa douleur !

UN PETIT ENFANT PROFITE DE LA DISTRIBUTION DU TRACT ANTI-OMERTA76 DE SOUTIEN A JULIE AMADIS POUR DENONCER SON INSTITUTEUR QUI LE BAT !
Ce petit enfant battu dans l'école Valmy avait compris que c'était le moment de venir CHERCHER DE L'AIDE

Cette dame est une menteuse. Mais il fallait bien que Monique Béaur la fasse parler..... en évitant toute allusion aux deux points principaux
BRIGITTE BONIOU ETAIT PRESENTE AU COMMENCEMENT DE L'AFFAIRE QUAND LE 26 SEPTEMBRE L'INSPECTEUR PATRICK DEPLANQUE COMMENCE LE HARCELEMENT CONTRE JULIE AMADIS
2° BRIGITTE BONIOU FAIT L'OMERTA POUR PROTEGER UN AGRESSEUR D'ENFANTS .... QUI TAPE...... IMPUNEMENT.....DEPUIS..... 20 ANS....

Lisons le prétendu "témoignage" de la menteuse Boniou recueilli par la faussaire partiale Monique Béaur !
Rappelons au lecteur incrédule que ce témoignage est censé valider une SUSPENSION puis un CONSEIL DE DISCIPLINE, puis un PROBABLE LICENCIEMENT.

CETTE BRIGITTE BONIOU EST UN
DES PRINCIPAUX TÉMOINS DE L'ACCUSATION

TEMOIGNAGE BONIOU PIECE VII-30

"On la côtoie le jeudi. Elle a un CE2. C'était une collègue comme les autres, au début de l'année, elle revendiquait un vidéo-projecteur, cela m'a un peu énervé, mais je me suis dit : "C'est une jeune collègue", et puis les semaines passant, elle ne parlait pas beaucoup, elle a pris à partie tous les collègues pour leur faire part de ses soucis avec la justice puis avec l'inspecteur. Une collègue qui l'a conseillée, et l'a consolée, ensuite elle n'a plus voulu lui parler. Elle a fait pitié à un certain nombre de collègues, elle avait l'air de travailler.
Cela a commencé à dégénérer au moment de la distribution de tracts, un jeudi, sur le parvis de l'école, à la mairie, à l'université, le président de la fac a réagi, le maire également, sur cette personne qui disait haut et fort que les ATSEM frappaient les enfants, quand je l'ai vue après, je lui ai dit que je ne cautionnais pas cette distribution de tracts, et la mise en cause de l'école; elle s'est mise en colère, elle m'a dit qu'elle ne comprenait pas qu'on ne la soutienne pas; le jeudi soir, il est venu faire un esclandre et hurler très fort. Je lui ai dit qu'il risquait que les parents pensent que c'était à Valmy que les enseignants frappent les enfants. Elle m'a soutenu que ce n'était pas cela; Et puis tout est arrivé sur Facebook et sur le site internet; elle n'a trouvé aucun appui auprès des enseignants; ni des parents à part trois ou quatre. L'équipe reste soudée."

Puisque cette dame diffame et ment (par propos mensongers mais pire encore .... par omission) on va donc regarder à la loupe ce prétendu ACTE D'ACCUSATION de la DIRECTRICE DE L'ÉCOLE VALMY 2

"On la côtoie le jeudi.


Elle a un CE2.


















C'était une collègue comme les autres,



































au début de l'année, elle revendiquait un vidéo-projecteur, cela m'a un peu énervé, mais je me suis dit : "C'est une jeune collègue",










































Une directrice qui confie une de ses classes à une enseignante une fois par semaine la "côtoie" ?
Etrange début !
Julie Amadis enseigne devant la CLASSE de Marjorie Hervot !
Le fait de ne pas préciser la RÉALITÉ des faits a une explication  : il ne faut pas que ce partage d'une MÊME classe par deux enseignantes (M. Hervot et J. Amadis) puisse amener le lecteur à se demander : "On va avoir une bonne idée de la qualité du travail de Mme Amadis par le témoignage de cette enseignante principale."
(LE LECTEUR LIRA BIENTÔT L'INSTRUCTIF ET BREF TÉMOIGNAGE DE CETTE COLLÈGUE MARJORIE HERVOT....qui partageait la MÊME classe , les MÊMES ÉLÈVES avec Julie Amadis ....
UN TÉMOIGNAGE BREF QUI N'ALIMENTE ABSOLUMENT RIEN DES DÉLIRES QUI VONT SUIVRE....

 Premier mensonge : Une directrice qui voit un inspecteur venir harceler une enseignante dès le mois de septembre EN SA PRÉSENCE ne la regarde pas comme "une collègue comme les autres"
Cette phrase est un mensonge !
Une directrice COMPLICE de HARCÈLEMENT PROFESSIONNEL qui voit, le 26 septembre 2013, l'inspecteur IRONISER MÉCHAMMENT DEVANT LES ÉLÈVES...en se moquant de leur institutrice ..... ne la regarde pas "comme les autres !"
Une directrice qui ne VA RIEN FAIRE POUR LA PROTÉGER du HARCÈLEMENT ni ce jour-là ni jamais.....ne la considère pas "comme les autres"
 Brigitte Boniou SAIT DES LE 26 SEPTEMBRE que Julie Amadis va être SAQUÉE POUR PROTÉGER TOUS LES AGRESSEURS ET AGRESSEUSES D'ENFANTS !
..... de Valmy et des autres écoles !
Brigitte Boniou sait que Julie Amadis va être SAQUÉE parce que Deplanque et ses protecteurs de Rouen (et d'ailleurs) lui ont assuré l'IMPUNITE !
Le voyou Deplanque vient LE 26 SEPTEMBRE HARCELER JULIE AMADIS EN REPARLANT DE 2008...... parce qu'elle va être la victime expiatoire...... pour camoufler l'agresseur de Valmy 2
Cette phrase "C'était une collègue comme les autres," est le niez qui grossit au visage de Pinocchio !
++
"au début de l'année, elle revendiquait un vidéo-projecteur, cela m'a un peu énervé, mais je me suis dit : "C'est une jeune collègue","
Une phrase tellement étrange qu'on se demande QUI a rédigé cette phrase !
Les faits sont les suivants : Julie Amadis utilisait le rétroprojecteur branché sur son ordinateur personnel, pour une pédagogie plus efficace (en particulier projeter des vidéos pour les leçons de musique (l'orchestre symphonique de Karajan, des documentaires de "C'est pas sorcier", des clips de Sting et autres rockeurs ainsi que des photos, des plans et des cartes pour les leçons de géographie.
On voit comment ce souci de productivité pédagogique est transformé par cette polémiste "énervée" Boniou en facteur de conflit !
Mais cela va plus loin !
Julie Amadis témoigne de ce que JAMAIS lorsque ses collègues invoquaient leur droit d'utiliser préférentiellement le rétroprojecteur elle ne l'a conservé. Elle a toujours laissé cet outil à ses collègues le jeudi lorsqu'elles le demandaient.
Il n'y a donc JAMAIS EU AUCUN CONFLIT
sur ce rétroprojecteur entre Julie Amadis et ses collègues de Valmy 2.
Mais alors d'où peut bien sortir ce dolosif "cela m'a un peu énervé, "....
Eh bien Brigitte Boniou s'est énervée le jour où POLIMENT Julie Amadis avait demandé à sa directrice de Valmy 2 s'il serait possible d'emprunter le projecteur de Valmy 2 pour sa classe de CE1 dans l'"école voisine de Valmy 1 !
C'est ce FAIT UNIQUE qui a déclenché ce "cela m'a un peu énervé, "
Madame Boniou s'était énervée en refusant que le rétroprojecteur des enfants de 8 ans et plus soit utilisé dans l''école des enfants de 7 ans et moins !
C'est ce fait qui vient, de façon ahurissante être présenté dans un ACTE D'ACCUSATION !
Les 2 seuls faits qui ressortent pour l'instant ce sont 1° le peu de choses pour énerver cette dame 2° son mensonge par omission du HARCÈLEMENT DÉJÀ COMMENCE AU DÉBUT DE L'ANNÉE par l'inspecteur Deplanque. 
et puis les semaines passant, elle ne parlait pas beaucoup,


"Les semaines passant" ?..mais dès le 26 septembre..... Julie Amadis avait protesté des propos de l'inspecteur Deplanque !
Quand le directeur de l'école Valmy 1 avait dit "c'est une connerie le Youtube" (il parlait de 2008) devant cette directrice Boniou.... celle-ci n'avait pas réagi....
Quand le directeur Clabaut avait suggéré son ami syndicaliste Jean-Denis Leuk (celui qui va lui demander d'aller s'EXCUSER pour 2008 auprès de l'inspecteur pour faire cesser les menaces et le harcèlement.... Brigitte Boniou avait APPROUVE CE CHOIX du SYNDICAT UNSA.... En le trouvant meilleur que le SNUIPP trop revendicatif à ses yeux.....
Tout cela se passait AVANT LA LETTRE DU NOVEMBRE adressée à la RECTRICE
Ce qui transparaît, c'est que, à part des conseils en apparence stupide (un syndicaliste qui soutient une employée harcelée en lui conseillant de présenter ses excuses au HARCELEUR pour des faits DATANT DE 6 ANS auparavant).... il n'y eut aucun soutien !
elle a pris à partie tous les collègues pour leur faire part de ses soucis avec la justice puis avec l'inspecteur.





On serait curieux de savoir, dans le vocabulaire de cette directrice le sens précis du mot "PRENDRE A PARTIE".....
Quand quelqu'un subit une saisie illégale de 31000 euros et qu'il en parle rapidement à moins de la moitié des collègues d'une école..... il est clairement dolosif, avec une intention de nuire de présenter les choses de cette façon....
Il est d'ailleurs mensonger de ne pas révéler ici que des "absences" pendant l'heure du repas étant causée par des activités en rapport avec ce harcèlement de l'affaire Bourry.... ont amené Julie Amadis à RÉPONDRE à des QUESTIONS de quelques collègues !
Il faudrait un jour (devant un tribunal de JUGES HONNÊTES) demander à CHAQUE ENSEIGNANT le NOMBRE de FOIS où ils ont eu avec Julie Amadis une conversation sur les persécutions qu'elle subit de la part de la Franceàfric !
Selon Julie Amadis, elle a parlé ZERO FOIS de ses problèmes à PLUS DE 50% de ses collèges,  UNE SEULE ET UNIQUE FOIS de ses problèmes à MOINS de la MOITIE des enseignants du groupe scolaire..... et entre 4 et 6 fois à DEUX PERSONNES.
Boniou ZERO FOIS
Clabaut est le seul et unique qui FAISAIT SEMBLANT de s'intéresser aux problèmes de Julie Amadis.....mais on verra que tout cela n'était qu"un calcul sordide de sa part....
Une collègue qui l'a conseillée, et l'a consolée, ensuite elle n'a plus voulu lui parler. Elle a fait pitié à un certain nombre de collègues,







Au vu du nombre de témoignages de deuxième main dans ce dossier/..... on se demande pourquoi chacun ne dit pas précisément "MOI j'aii DIT cela et Julie Amadis m'A REPONDU ceci"....
Tous ces "une collègue a dit" sont impossibles à recouper dans ce dossier....
Il est évident que le projet DOLOSIF de Monique Béaur ést facilité par cette apparente PAGAILLE Qui est cette mystérieuse collègue consolatrice et à qui "elle n'a plus voulu parler"....?
Quel est donc ce prétendu témoignage de la menteuse Boniou ?
Si quelqu'un peut dire dans cette école "JULIE AMADIS N''A PLUS VOULU ME PARLER".... eh bien  on aimerait connaître son nom, les dates, les faits, les preuves...
Mais il est vrai que Monique Béaur se CONTREFICHE DE PREUVES !
MONIQUE BEAUR EST VENUE AU HAVRE POUR ASSURER LA TRANQUILLITÉ DES AGRESSEURS D'ENFANTS !
C'est cette dame qui avait INVENTE qu'il fallait téléphoner au 119 et ne JAMAIS faire de signalement aux supérieurs hiérarchiques !
elle avait l'air de travailler.


Cette phrase décousue, faisant irruption au milieu des consolateurs n'a strictement aucun sens !
Si Julie Amadis était une FAINÉANTE qui faisait SEMBLANT de TRAVAILLER..... pourquoi le témoignage de B. Boniou sur ce thème arrive-t-il ici..... POUR S'INTERROMPRE AUSSITÔT et ..... passer à autre chose
Cela a commencé à dégénérer au moment de la distribution de tracts, un jeudi, sur le parvis de l'école, à la mairie, à l'université, le président de la fac a réagi, le maire également, sur cette personne qui disait haut et fort que les ATSEM frappaient les enfants, quand je l'ai vue après, je lui ai dit que je ne cautionnais pas cette distribution de tracts, et la mise en cause de l'école; elle s'est mise en colère, elle m'a dit qu'elle ne comprenait pas qu'on ne la soutienne pas; le jeudi soir, il est venu faire un esclandre et hurler très fort.
 Elle m'a soutenu que ce n'était pas cela; Et puis tout est arrivé sur Facebook et sur le site internet; elle n'a trouvé aucun appui auprès des enseignants; ni des parents à part trois ou quatre. L'équipe reste soudée."
Ce passage est tellement délirant qu'il faudrait un livre entier pour tout déméler !
On va se limiter aux mensonges les plus grossiers !
Pour ce qui concerne la période récente... quand il s'est agi d'ATSEM..... il s'agissait de TEMOIGNAGE !
Cette phrase "les ATSEM frappaient les enfants," est un délire absolu !
Quand la principale ATSEM qui a vu une directrice TAPER des ENFANTS DE MATERNELLE osera témoigner ..... les mensonges de Boniou exploseront en vol !
LA MAIRIE ? Le bureau de l'enseignement juste après les élections de mars a DEMENTI FORMELLEMENT être au courant d'une LETTRE DU MAIRE !
S'il existe une "LETTRE DU MAIRE" dont le directeur Patrick Clabaut faisait état verbalement et que Brigitte Boniou vient nous en signaler à nouveau l'existence... CETTE LETTRE NE FIGURE PAS DANS LE DOSSIER !
Mais si l'on A CONFIANCE en la personne de la RESPONSABLE que j'ai eu PERSONNELLEMENT au téléphone elle m'a affirmé formellement LE BUREAU DE L'ENSEIGNEMENT N'EST PAS AU COURANT D'UNE TELLE LETTRE !
Ni adressée à l'inspecteur d'académie ni concernant cette affaire Valmy
FACEBOOK ! On voit ici que le DEMENTI de Emilie Roehm est démenti par la directrice de l'école d'à côté !
LE FAUX FACEBOOK qui était un YOUTUBE dans la dernière version propagée par celle-ci est REDEVENU UN FACEBOOK dans le "témoignage" accusateur de la menteuse Brigitte Boniou !


QUANT A L'EXTRAORDINAIRE "
"Je lui ai dit qu'il risquait que les parents pensent que c'était à Valmy que les enseignants frappent les enfants."..... ...
on aura l'occasion d'y revenir bientôt ! LES TEMOIGNAGES DE LA VERITE VONT FAIRE EXPLOSER EN VOL LES CORBEAUX DE LA DIFFAMATION OMERTA 76

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire