Subscribe in a reader

Pages vues depuis décembre 2009

jeudi 11 février 2010

Sur Aleph99, des éléments pour une histoire de la défaite du matérialisme en Russie stalinienne et de la victoire de l'imposture relativiste. (larges extraits d'un texte épistémologique de Klaus Schlüpmann)

 Ceci est la réédition (après finition du maquettage) du texte publié sur Monsyte le vendredi 3 juillet 2009
 C'est la publication de larges extraits d'un texte signé 

 On peut deviner un groupe "K Timiriazev" qui tente de défendre l'héritage du Lénine de ""Matérialisme et empiriocriticisme". Ce groupe qui s'oppose aux foutaises "idéalistes des einsteinistes est traité de "'mécanistes""   par un second groupe le groupe "  Deborin". 
Ce groupe Deborine est un premier cheval de Troie réactionnaire.
Sous prétexte de défendre les caractéristiques dialectiques de la philosophie matérialiste, ces charlatans vont critiquer insidieusement la gnoséologie matérialiste de Lénine et de Engels.

MAis un troisième groupe - on les appellera provisoirement ""practiticistes" remassera les marrons du feu : la recherche conceptuelle doit cèder le pas aux progès technologiques et donc aux thèses et pseudo-théroie les plus rentables. Le leader de ce groupe Gessen. finira n"anmoins liquidé par les gangsters staliniens en 1936.
ens
Le but premier de ce texte serait attein si un russophone avait l'initiative de bien bouloir retrouver et traduire les textes auxquels il est fait allusion dans l'exposé de KS.
En particulier les textes de
K Timiriazev et des militants de son groupe.
Ils sont déjà pour nous les preuves manquantes de ce que mon combat contre l'escroquerie relativiste avait déjà commencé dès les années 20.
Je n'avais aucune preuve à ce sujet, mais il était incompréhensible que personne n'ait tenté de lutter contre les escrocs einsteinistes, que personne n'ait tenté de défendre l'héritage philosophique de Lénine.

C'est dans ce texte de KS que je trouve les premières traces de cette mémoire enfouie, de cette mémoire saccagée par les staliniens, les fascistes, les bigots et toute la réaction malhonnête de la prétendue "physique" orthodoxe.
Retourner vers l'histoire, retourner vers les combats de nos prédecesseurs est une tâche fondamentale dans notre combat actuel pour nous diriger vers la découverte majeure du 21° siècle, la découverte qui renversera définitivement les prétentions hallucinées des partisans de l'immobilisme relativiste : la découverte de notre vitesse objective, la découverte de notre vitesse absolue.
Yanick Toutain 11/02/2010 20:13


Histoire et Cultures de l'Europe de l'Est @ aleph99

larges extraits commentés (YT) de

"Forces productives... Les sciences en Russie 1880-1930

 un texte de



Les sections du texte: xxx
I:1 2 3 4
II: 1 2 3 4 5
III: 1 2 3 4
Iv 1 2 3 4 5
CHEE | CHAL | ETUSCI | EQUIPE

Le statut des sciences et techniques remis en question.




« Les 'théoriciens' continuaient à se battre contre les 'méthodologues'. Au printemps 1926, à l'Institut de philosophie scientifique de la RANION, le camarade German donna une conférence sur la philosophie d'Henri Bergson et son concept du temps[13]. La discussion déserta évidemment très vite le sujet de la conférence et se prolongea pendant deux mois en réunions hebdomadaires de quatre heures chaque fois. Elle opposa A. M. Deborin et son groupe à A.K Timiriazev et le sien; on procéda à l'examen de la dialectique et du rapport des sciences naturelles au marxisme.

A.M. Timiriazev trouve dans les textes, surtout celui d'Engels, La dialectique de la nature, paru en russe en 1924, la légitimation à intervenir sans façon contre les développements conceptuels récents de sa discipline: théorie de la relativité, théorie des électrons etc.. Les déboriniens ont une vue, pour ainsi dire, plus large des choses: ils font appel à une pensée extérieure au travail scientifique proprement dit, une dialectique qui permette une conceptualisation propre à la discipline, que le marxisme encadrerait par une sorte de 'metadiscours'. Leurs adversaires constatent alors la contradiction entre le 'matérialisme' solide des sciences exactes et la 'métaphysique' d'une réflexion 'autonome' qui se veut davantage matérialiste.
Les déboriniens se considéraient comme les seuls dialecticiens et dénonçaient les autres comme 'mécanistes'. Mais les différences ne s'arrêtaient pas là.... » (KS 1994 Aleph99 t4a3.html)



INTRODUCTION

Les activistes du néo-stalinisme NPA qui sévissent sur l'ex site officieux de la LCR revolution-celeonet ont comme réaction pavlovienne « Lissenko ! Lissenko ! » dès qu'on tente de rappeler la défaite de la philosophie de Lénine et de sa gnoséologie sous le règne de Staline.
Ils montrent non seulement leur bêtise mais aussi leur ignorance absolue de l'histoire de la philosophie, de l'histoire de l'URSS, et leur incapacité à comprendre ce que fut le stalinisme et son idéologie.
Que la classe formoise secrète de l'idéalisme est pour ces militants NPA un point aveugle incurable : le statut d'exploiteurs fait craindre aux vampires de la lutte des classes la lumière de la véritable gnoséologie, la lumière de la véritable philosophie.
J'avais tenté d'initier un débat « Lenine Vs Einstein, Matérialisme et empiriocriticisme Lénine missile contre la relativité »
Sur l'ensemble des contributions d'un débat qui s'interrompit par mon BANNISSEMENT du site revolution-celeonet – sans doute un hommage tardif à Léon Trotsky ! - et le blocage totale de mon compte – m'empêchant même de lire les textes à cause d'un cookie scandaleux....
un seul contributeur tenta – tout en m'insultant pour complaire à la meute – de rétablir un minimum de vérité. Cet anonyme Sylvestre tenta d'indiquer le fil de la continuité historique, mais ses carences profondes en philosophie l'empêchèrent jusqu'au bout du débat de comprendre que le livre de Lénine « Matérialisme et empiriocriticisme » était une arme de combat contre l'empiriocriticisme dont l'escroquerie relativiste était l'AILE DROITE. Il bascula dans la mauvaise foi en ignorant le combat de Lénine en faveur du temps et de l'espace en soi, en faveur de l'Univers objectif.


Feb 28 2008, 12:30 AM Yanick Toutain :
« Le livre que Lénine a écrit contre Bogdanov-Malinovski, militant bolchévik égaré dans les eaux du mysticisme, est un missile théorique contre les thèses de Einstein.
Vladimir Illitch ne cite jamais Einstein dans son livre Matérialisme et empiriocriticisme publié en 1908.
Il n'en a pas besoin : les thèses antimatérialistes de Einstein sont l'aboutissement d'un combat antimatérialiste mené - entre autres - par Poincaré, par Mach.
,
Mais Lénine se prononce totalement clairement en faveur du temps absolu de Newton, de l'espace absolu de Newton. Il récuse toute relativité, tout relativisme qu'il dénonce comme le retour des fadaises idéalistes de l'évèque Berkeley.
Il faut noter au passage que cet Évêque Berkeley avait été, en son temps, l'ennemi acharné de Newton et de son matérialisme.
Tout militant révolutionnaire doit télécharger le livre de notre maître en philosophie VI Lénine, et annoter patiemment, mois après mois, les passages qu'il parvient à clarifier.

J'ai rédigé, à l'intention des nouvelles générations révolutionnaires une copie de Lénine sur la question du temps, en me limitant à augmenter la taille des caractères et à y ajouter des couleurs

La révolution scientifique qui arrive réalisera le rêve de Newton : connaître notre vitesse absolue !
N'en déplaise aux partisans antimatérialistes de Einstein.

Cette découverte, si elle a lieu avant la révolution anticapitaliste, sera un facteur extraordinaire dans l'effondrement idéologique des élites intellectuelles de la bourgeoisie : les enfants des bourgeois qui n'auront pas été "protégés" par leurs sectes afflueront, en nombre énorme, dans les rangs de la rébellion révolutionnaire ! »



Le pseudo Sylvestre commence par un hors-sujet - Message #4qui méconnait le crétinisme mensonger de Paul McGarr en citant les propos dolosifs de celui-ci « Un homme [Engels] qui avait défendu l'idée que la science de son époque montrait que le mouvement et la transformation étaient "le mode d'existence, l'attribut inhérent, de la matière" » auraient été moins surpris que beaucoup par la théorie de la relativité. » pour ensuite nous renvoyer vers Lénine :


Sylvestre Feb 28 2008, 02:54 PM
: « D'après mes recherches Lénine ne mentionne Einstein qu'une seule fois dans ses oeuvres, 14 ans après matérialisme et empiriocriticisme, dans La portée du matérialisme militant. Il se garde bien de porter un jugement sur la théorie de la relativité, mais observe qu'Einstein est un des acteurs de la "révolution des sciences de la nature", et qu'il n'est pas personnellement un anti-matérialiste, même si des idéologues bourgeois ont cherché à separer de sa théorie, comme cela est arrivé pour d'autres théories innovantes, dans le passé : »


citation : « Outre l'alliance avec les matérialistes conséquents qui n'appartiennent pas au Parti communiste, ce qui n'est pas moins, sinon plus, important pour l'œuvre dont aura à s'acquitter le matérialisme militant, c'est l'alliance avec les représentants des sciences modernes de la nature qui penchent vers le matérialisme et ne craignent pas de le défendre et de le propager contre les flottements philosophiques en vogue dans ce qu'on appelle la « société cultivée », et orientés vers l'idéalisme et le scepticisme.

L'article de A. Timiriazev sur la théorie de la relativité d'Einstein, paru au n° 1 2 de Sous la bannière du marxisme, permet d'espérer que cette revue réalisera la seconde alliance également. Accordons lui plus d'attention, Il ne faut pas oublier que c'est du bouleversement radical actuel des sciences de la nature que naissent constamment des écoles philosophiques réactionnaires, grandes et petites, des courants philosophiques de grande et de moindre importance. Aussi bien, suivre les problèmes posés par la récente révolution des sciences de la nature et attirer les savants dans une revue philosophique est une tâche sans laquelle le matérialisme militant ne saurait être, en aucun cas, ni militant ni matérialiste. Dans le premier numéro de la revue, Timiriazev a dû faire cette réserve que la théorie d'Einstein, qui personnellement ne mène, selon Timiriazev, aucune campagne active contre les principes du matérialisme, a été accaparée par de très nombreux représentants des intellectuels bourgeois de tous les pays ; au reste ceci est vrai non seulement pour Einstein, mais pour plusieurs, sinon pour la majorité des grands réformateurs aades sciences de la nature, à partir de la fin du XIX° siècle »



Mais il manifeste son incompréhension de ce qu'il lit et des références qu'il donne. Avec un niveau d'incompréhension qui confine à la mauvaise foi et au mensonge pur et simple.
Sylvestre : Feb 28 2008, 05:55 PM
« En feuilletant un peu, je trouve même que Lénine laisse la porte ouverte à la théorie de la relativité, ce qui est logique dans la mesure où il reprend les concepts d'Engels, par exemple quand il écrit que l'espace et le temps sont des "formes de l'existence" (et donc pas forcément des dimensions invariantes et uniformes, par exemple) :
Citation « L'espace et le temps, dit Feuerbach, ne sont pas de simples formes des phénomènes, mais des conditions essentielles (Wesensbedingungen)... de l'existence » (Werke, t. II, p. 332). Reconnaissant la réalité objective du monde sensible qui nous est donnée dans nos sensations, Feuerbach repousse naturellement la conception phénoméniste (comme dirait Mach de lui même) ou agnostique (comme s'exprime Engels) de l'espace et du temps : de même que les choses ou les corps ne sont pas de simples phénomènes, ni des complexes de sensations, mais des réalités objectives agissant sur nos sens, de même l'espace et le temps sont des formes objectives et réelles de l'existence, et non de simples formes des phénomènes. L'univers n'est que matière en mouvement, et cette matière en mouvement ne peut se mouvoir autrement que dans l'espace et dans le temps. Les idées humaines sur l'espace et le temps sont relatives, mais la somme de ces idées relatives donne la vérité absolue : ces idées relatives tendent, dans leur développement, vers la vérité absolue et s'en rapprochent. La variabilité des idées humaines sur l'espace et le temps ne réfute pas plus la réalité objective de l'un et de l'autre que la variabilité des connaissances scientifiques sur la structure de la matière et les formes de son mouvement ne réfute la réalité objective du monde extérieur. » »

( http://www.marxists.org/francais/lenin/wor...il19080900u.htm )


==
Le trucage éhonté consiste à tigonner le mot « forme » : « l'espace et le temps sont des formes objectives et réelles de l'existence, et non de simples formes des phénomènes. L'univers n'est que matière en mouvement, et cette matière en mouvement ne peut se mouvoir autrement que dans l'espace et dans le temps. »
Ce que Lénine récusait c'est la réduction de l'Univers objectif à la perception que nous en avons. Il ne fait que rappeler l'existence objective de l'univers. Et, le celeonet Sylvestre tente de faire croire « que Lénine laisse la porte ouverte à la théorie de la relativité ».Ce n'est que pure mauvaise foi. Je le lui rappelai dans le Message #10 en lui signalant la partie du texte de Lénine que, par erreur sans doute, il avait COUPE de sa citation :
Lénine : « Il suffit de rappeler l'immense majorité des courants philosophiques à la mode, qui surgissent si fréquemment dans les pays européens, à commencer, par exemple, par ceux qui se rattachent à la découverte du radium pour finir par ceux qui, maintenant, se réclament d'Einstein, pour se rendre compte du lien qui unit les intérêts de classe et la position sociale de la bourgeoisie, le soutien qu'elle accorde à toutes les formes de religion et la teneur idéologique des courants philosophiques en vogue. »



Mais cela ne l'arrêta pas :


Sylvestre Feb 29 2008, 01:18 PM Message #21
Tout à fait. La confusion que semblent faire L'insurgé et YT, c'est de confondre le fait qu'espace et temps sont relatifs (c'est à dire en relation dynamique) avec le point de vue subjectiviste selon la quelle la réalité de l'espace et du temps découle de la perception humaine.

Il semble être sur une position dont la typologie ressemble à ce que décrit le semi-relativiste, âne relativiste Alexandre Moatti : une ré-interprétation semi-matérialiste de l'imposture relativiste. Il semble croire que le temps pourrait – de façon objective, concrète- pouvoir ralentir !
C'est dans le cadre de ce débat que les recherches de Sylvestre et celles que je parvins à trouver me permit d'aboutir sur l'extraordinaire texte de 

Plusieurs de ces chapitres mentionnent les débats sur la relativité qui se déroulèrent en URSS sur le point de devenir stalinienne.



des extraits de SCIENCE EN RUSSIE
portant sur les débats philosophiques concernant la relativité et le matérialisme
t3a2.html Les frères Sabashnikov furent des véritables spécialistes de la vulgarisation[8]. Sergei Vassilevich (1873-1940),juriste et chimiste, Mikhail (né en 1872), biologiste éditaient des oeuvres du biologiste K. Timiriazev (La vie des plantes), du neo-darwinien Adolf Weisman (Leçons sur la théorie de l'évolution), du physicien Abram Ioffe (La construction de la matière), du physicien O. Khvolson (La théorie de la relativité d'Einstein et la nouvelle vue du monde), du biochimiste D. Prianishnikov (Les Enzymes). Plus tard V.A. Engelgardt, biologiste moléculaire, posa la question rhéthorique : "qui de ma génération ne connaissait pas cette édition extraordinaire?"[9]. En 1926 la Société russe des amateurs du livre vit dans le programme de l'édition "ce qu'on peut appeller l'Humanisme Russe", et Nikolai Rubakin parle d'une page de l'histoire du livre russe.
Texte
Le chapitre /t4a2.html
« Krasnaia nov' se présente comme publication typique de la NEP. En juin 1921, dans le premier numéro, Lenin s'explique par rapport aux nouveaux impôts 'en nature', (…) A.K. Timiriazev (1880-1955, fils de Kliment Arkadevich, physicien et membre du Conseil pour l'éducation) y fait l'éloge du système périodique de Mendeleev. La rubrique s'appelle otdel nauchno-populiarny, rubrique de vulgarisation. Dans le numéro suivant ce même auteur publie en quinze pages, une conférence donnée à l'Association scientifique de l'Université communiste Sverdlov, sur le principe de la relativité. Il critique sévèrement la tendance à la métaphysique d'Einstein et de ses adhérents.
(…)
Boris Mikhailovich Zavadovskii (1895-1951, biologiste, université Sverdlov) y mentionne, que le dernier numéro du périodique de vulgarisation
Priroda (La nature) prévu pour 1919 n'a pu paraître que maintenant, en 1921. Il fait l'éloge de ce journal, qui est dirigée par N.K. Kol'tsov[8], L.A. Tarasovich et l'académicien A.E. Fersman, et il exprime son espoir, qu'à l'heure où des beaux tolsty zhurnaly comme Krasnaia nov' et Pechat i revolutsii peuvent paraître,
"le prochain pas vers la normalisation de la vie intellectuelle serait la renaissance de Priroda, du meilleur des journaux russes, scientifiques, adressés à des grandes cercles de lecteurs".
En 1926, Krasnaia nov' publie une conférence prononcée par Trotskii à l'occasion de la première réunion de l'association des amateurs de la radio: "La radio, la science, la technique et la société".
"Nous sommes un pays techniquement arrièré, même dans ses parties les plus développées, mais en même temps, nous n'avons pas le droit de rester arrièrés, parce que nous construisons le socialisme, et le socialisme veut et demande des techniques avancées".
Quels progrès accomplis ces dernières décennies! - Trotskii énumère - l'automobile, l'aviation, le cinématographe, la radio, et poursuit: les savants libéraux décrivaient l'histoire humaine comme celle d'un progrès continu. C'est faux. Les cultures montent et descendent. Que reste-t-il des anciennes cultures? Les moyens techniques et les méthodes de recherche. L'esprit scientifico-technique monte toujours, par delà les obstacles et les arrêts. Nous pensons, qu'épaulée par une société à organisation socialiste, elle montera sans zigzag et sans arrêt, en harmonie avec la croissance des forces productives auxquelles elle est intimement liée. Il ne faut pas suivre ces philosophes-idéalistes, qui voient dans la théorie des électrons une preuve contre le matérialisme. Le matérialisme dialectique intègre bien les nouveaux phénomènes de la physique...Pour Trotskii, les résultats scientifiques relèvent sans aucun doute de la catégorie des forces productives, dont la notion n'est pas mise en question. Il serait donc idéaliste de leur attribuer une dimension idéologique.
Dans l'ensemble, Krasnaia nov' laisse peu (et bientôt presque plus du tout) de place à la science et la technique. Les pages sont offertes en grande partie à la littérature et à la poésie, puis aux contributions politico-idéologiques; (…) Les contributions journalistiques, historiques et politico-idéologiques viennent d'auteurs comme Lubov Axelrod, M. Braslavskii, P.S. Kogan, A. Lunacharskii, N. Meshcheriakov, M. Pokrovskii, Viacheslav Polonskii, E. Preobrazhenskii, Karl Radek, M. Reisner, V. Smirnov, I. Stepanov, I. Vardin, A. Voronskii, Clara Zetkin.Le même mode de sémiotisation des sciences se retrouve plus ou moins dans une autre revue. Pechat' i revolutsii (L'imprimé et la révolution), publié lui aussi depuis 1921, fut le deuxième de 'nos périodiques' pour parler avec B. Zavadovski à s'imposer. Ce mensuel de "littérature, art, critique et bibliographie" excellait par ses comptes-rendus de publications russes et étrangères, comme ceux proposés dans les rubriques "Sciences naturelles" et "Production et technique". Dans le débat sur les principes de l'esthétique, Viacheslav Pavlovich Polonskii (Gusin) (1886-1932), le directeur, s'opposa à Voronskii en soulignant l'importance du facteur 'subjectif'[9], ce qui ne semble pas avoir touché la sémiotisation des sciences naturelles dans la revue, qui ressemble à celle de Krasnaia nov'.
Dans les premiers numéros, la théorie de la relativité joue un certain rôle. Sergei Tikhonovich Konobeevskii (1890-1970, physicien, enseignant à Moscou) commente un texte de N. Morozov: "Le principe de la relativité et l'absolu", A.K. Timiriazev pour sa part critique "Les fondements de la théorie de la relativité, présentés aux grand public" de Rudolf Lämmel, petit livre paru aux édition Kosmos à Stuttgart: il reproche à l'auteur son "idéalisme", le livre élargirait le clivage entre les lecteurs de textes de vulgarisation et le mouvement contemporain de la pensée strictement scientifique. La théorie des champs est associée à l'idéalisme, celle des atomes au matérialisme. En 1922 Timiriazev commente une collection de trois textes de H. Poincaré, M. Planck et P.P. Lazarev, préparés par le dernier, académicien et directeur de laboratoire à Moscou[10]: "Les fondements physiques du principe de la relativité", conférence d'Henri Poincaré à Göttingen en 1909 dévoilerait l'influence d'un idéalisme malsain sur un grand scientifique dans la mesure où il attribuait une signification illimitée au principe de la relativité. Max Planck, ensuite, se trompait - toujours selon notre auteur - quand il écrit, qu'une théorie mécanique de l'éther n'atteint pas la précision des équations de Maxwell: les travaux de Bjerknes (Les champs, Brunsvig 1908) montrent bien le contraire. L'académicien Petr Lazarev enfin présente les formules de Lorentz comme construction grandiose, alors qu'il ne s'agit que d'une conséquence logique des faits expérimentaux; mais Lazarev, d'après Timiriazev, se distingue positivement des autres vulgarisateurs par une vue critique sur la théorie d'Einstein de la relativité générale; en ce sens le livre est moins mauvais que d'autres. Nikolai Nikolaevich Andreev (1880-1970, physicien, diplômé de l'université de Bâle en 1909, plus tard fondateur de l'Institut d'hydro-acoustique) fait l'éloge d'un texte de Felix Auerbach, Théories modernes du magnétisme en regrettant cependant l'absence d'applications techniques. "A notre époque, la technique et la science sont tellement liées, que leur séparation dans la littérature de vulgarisation est indésirable", constate-t-il. Il recommandait la traduction du livre en russe, car il s'agissait du seul texte vulgarisateur du magnétisme. Un autre livre d'Auerbach, La maîtresse du monde et son ombre, expliquant les concepts de l'énergie et de l'entropie venait d'être traduit et V. A. Kostitsyn commente sèchement: "Au niveau actuel de la science, le moment est passé depuis longtemps où il aurait fallu arrêter de faire de la "description pure" pour faire comprendre les lois de la nature, le livre est dépassé, sans espoir". Le même commentateur recommande vivement la traduction de La théorie dynamique des gaz de James Jeans ainsi que du Repertorium de la physique de R. H. Weber et R. Gans. N. Andreev offre une critique aimable, assez détaillée, du cours de physique de V. A. Michelson, paru chez Knizhnaia Pomoshch' à Moscou. Il recommande également un petit manuel d'expérimentation de N.S. Drentel'n, L'air, l'eau - le chaud, une contribution bon marché de la coopérative Zadruga, visant les débutants ou les écoliers. Andreev dénonce la NEP pratiquée par l'Edition technique de l'Etat comme fausse et à courte vue: un travail de qualité comme celui de N.N. Voznesenskii à propos du "perpetuum mobile" coûte beaucoup trop cher pour atteindre les lecteurs qu'il mériterait. S. Konobeevski présente le livre de Max Born, "Structure de la matière", traduit par Stozharov, paru sous la direction d'A.P. Afanas'ev chez Nauchnoe knigoizdatel'stvo à Petrograd: une présentation aussi claire et simple des résultats actuels sur la structure atomique, que la publication récente de l'auteur sur la théorie de la relativité. Le dernier chapitre, selon l'auteur, dépasse la vulgarisation simple. La traduction de l'ensemble laisse à désirer. Konobeevski est lui-même l'auteur d'un texte "C'est quoi, le Radium?" de la Bibliothèque naturelle-scientifique. Eduard Vlad. Shpolskii (1892-1975, physicien, collaborateur de Lazarev) lui reconnaît la réussite de sa présentation, entre autres des expériences de Rutherford et souhaite une large distribution du petit livre. Konobeevskii commente avec enthousiasme la parution du deuxième volume des Uspekhi fisicheskikh nauk (Les succès des sciences physiques), périodique dirigé par P.P. Lazarev, contenant des travaux originaux, des comptes rendus de la littérature spécialisée et des bibliographies. "Dans notre pauvreté en littérature étrangère", avoue-t-il, "une publication de grande utilité". Le célèbre géographe Dmitri Nikolaevich Anutchin (1843-1923) a lu le livre du vulgarisateur fertile Wilhelm Bölsche, récemment traduit, La fin du monde et autres esquisses. Le texte est dépassé, constate-t-il; il serait plus utile de communiquer les nouveaux résultats de la science que de raconter des "comptes de fées" à propos de la planète Mars. Il commente également la parution du périodique L'homme et la nature, dirigé d'A. V. Dogel. Jusqu'à maintenant, seule Priroda, existant de longue date, remplissait une pareille fonction. Mais faut-il une concurrence? s'interroge-t-il. Le premier numéro contient quatre articles principaux, dont celui d'O.D. Khvolson, "La radiation de la chaleur, ses aspects et ses origines" et …
(…)
Dans un compte rendu du petit livre de K.A. Timiriazev "La signification de la science (Louis Pasteur)", Zavadovski remarque la pertinence des idées de l'auteur face à un gouvernement qui a du mal à reconnaître la place de la science dite théorique à côté des études d'application. Il n'y a qu'une science à utilité unique comme l'ont enseigné Pasteur et Timiriazev.
(...)Pechat' i revolutsii réservait une place plus importante aux sciences et technologies que Krasnaia nov'. Mais ni l'un ni l'autre ne présentaient les sciences et la technologie de manière, telle que des lecteurs critiques, non spécialisés, auraient pu juger du statut institutionnel, économique, intellectuel et social des travaux dans ces domaines. Une véritable intégration nouvelle des sciences et de la technologie dans la vie socio-culturelle, tel que le PROLETKULT la proposait n'est visiblement pas très présente dans ces périodiques; elle l'est encore moins dans les publications de vulgarisation comme Priroda ou, celle pour les adolescents, Znaniia sil'a[11]. La révolution culturelle y restait réduite à une attention formelle pour les sujets scientifiques et technologiques; la production dans ces domaines est regardée comme indispensable, précieuse et prestigieuse, sans autre considération que celle de l'efficacité et celle de l'utilité. Finalement la science continue à être une activité sectorielle, dont la "démocratisation" ne semblait pas poser plus de problèmes que celle d'une industrie quelconque.

D'autres revues, tolsty zhurnaly, comme Nashi dostizheniia (sous la direction de M. Gorkii) sortie après 1928 ou Novy mir' (avec une rubrique 'science et technique'), confirment cette vue. S'il n'est pas question d'une démocratisation, une certaine 'esthétisation' parfois se dessine. Bien qu'en 1923, les débats entre les amis de Voronskii ('Pereval') et le groupe Oktiabr autour du journal Na postu et des propos tenus par les périodiques Lef, novy lef, sur la pratique du travail culturel, linguistique et visuel furent vifs, ils écartèrent la problématique scientifico-technique ou n'y touchèrent qu'indirectement et superficiellement. La question, comment faire une 'vulgarisation' qui ne constitue pas "le procès de l'ignorance"[12], restait ouverte.






t4a3.html
C'est dans ce chapitre que KS l'auteur commence à nous décrire les polémiques qui sont nées et ont construit successivement 3 camps, 3 groupes opposés les uns aux autres. C'est dans ce chapitre qu'on voit apparaître les trois principaux protagonistes, A.K Timiriazev, Deborin et Gessen.
Une dernière tentative de sémiotisation révolutionnaire. En 1918, le PROLETKULT demandait la création d'une Université prolétaire et l'édition d'une encyclopédie pour tous. L'attention pour le prolétariat était en réalité détournée et reduite aux cadres du Parti. L'université communiste Sverdlov ne correspondait nullement aux intentions proclamées d'Aleksandr Bogdanov et de ses compagnons. Un programme pour une Encyclopédie socialiste fut finalement établi par une commission de l'Académie socialiste en octobre 1922. L'encyclopédie devait
"poursuivre à la fois des tâches scientifiques et éducatives (prosvetitel'nye zadachi), elle n'aspire pas à la 'vulgarisation', mais à la vraie démocratisation du savoir".
Le projet ne prévoyait que 200 pages[1]. Cette entreprise n'avait évidemment que peu à voir avec celle qui se mettrait en route deux ans plus tard sous la direction de Otto Iulevich Shmidt (1891-1959), la Bolshaiia sovietskaia entsiklopediia (BSE), dont le premier volume d'une série de 65 parut en 1926 et le dernier en 1948.

Où était donc la différence avec la science 'capitaliste' dans les disciplines comme la biologie, la psychologie, la physique? Le vitalisme, le lamarkisme, le freudisme, la mécanique quantique et la théorie de la relativité n'étaient-ils pas autant d'idéalismes? La question des spécialistes soulevait également celle du contrôle et de l'orientation de la recherche scientifique. N'était-elle pas un cheval de Troie du capitalisme au coeur de la construction socialiste? Après la disparition du PROLETKULT les quelques institutions académiques, universitaires et intellectuelles de la révolution et de la construction du socialisme devaient s'occuper d'urgence du vide théorique.
Les dirigeants occupaient souvent plusieurs fonctions à la fois, ce qui faisait, qu' une douzaine de personnes , une petite élite, qui avait du mal à s'élargir et - en ce qui concerne les sciences naturelles - à s'établir, menait un débat d'une importance séculaire. En 1929, Shmidt regrettait le manque de ce qu'il était alors convenu d'appeler les théoriciens des sciences naturelles; il se plaignait surtout du manque de jeunes et quand il apprit, qu'à Leningrad, dans cette métropole de la recherche fondamentale, parmi les 400 diplômés (aspiranty) il y avait 40 membres du Parti (partintsy), il proposa de les activer et de les intéresser à une carrière dans ce nouveau domaine.[2] Deux ans plus tard, les chances pour entreprendre une telle carrière retomberont à zéro. L'idée d'une théorie des sciences naturelles tombera sous le verdict 'd'idéalisme'. Le statut social des sciences, leur mise en valeur, leur sémiotisation, seront tabouisé.

En 1918, le Conseil des Commissaires du Peuple avait créé l'Académie socialiste de Sciences sociales, avec l'idée de 'doubler' en quelque sorte l'ancienne institution, l´Académie des Sciences, plutôt que de la réformer. L'historien Mikhail Nikolaievich Pokrovskii (1868-1932)[3] en fut nommé sécrétaire général, fonction qu'il gardera jusqu'à sa mort. En 1925 il prit l'initiative de fonder la Société d'historiens marxistes, une association libre, de combat contre l'historiographie non-marxiste, dominante dans l'Académie des Sciences et, moins peut-être, dans l'Association russe des instituts de sciences sociales RANION. La même année, l'Académie socialiste, rebaptisée 'communiste' un an auparavant, fut augmentée d'une Section des sciences naturelles et exactes, et en 1926 le Comité exécutif (TSIK) la dota d'une charte d'institution scientifique suprême de l'URSS. Paradoxalement, le rang d'institution suprème avait été accordé à l'Académie ancienne un an auparavant. A ce moment, 'le Parti' envisageait toujours de faire de l'une une institution capable de se substituer à l'autre[4]. A partir de 1922, les travaux des membres et les rapports de leurs réunions furent diffusés par le Vestnik, le Messager de l'Académie communiste.
Les instituts de la RANION étaient supposés former les enseignants 'nouveaux' de l'éducation nationale. Destinée spécifiquement à la formation de cadres de l'enseignement supérieur et des écoles du Parti, l'Institut des Professeurs Rouges IKP avait été créé par décret en 1921[5]. Il dépendait du NARKOMPROS avec Pokrovski comme recteur. La durée d'études en économie politique, histoire et philosophie s'étalait sur trois ans, et ce fut seulement à la fin des années 20 qu'on parvint à l'effectif prévu de 200 étudiants à Moscou et 100 à Leningrad. Un département de sciences naturelles fut rajouté tardivement, en 1928,
et placé sous la direction de Boris M. Gessen (1893-1936, voir ci-dessous). Lubov Isaakovna Akselrod (1868-1946) et Abram Moissevich Deborin (1881-1963) en furent les premiers enseignants en philosophie.

Deborin fut aussi le promoteur de la Société des matérialistes militants en 1924. En 1928 cette société fusionnna avec celle des Amis matérialistes de la Dialectique hégélienne (de 1922) en Société des matérialistes-dialecticiens militants.

Une fois abandonnée l'approche du PROLETKULT, il était logique, qu'une réflexion théorique se spécialise. Nikolai Bukharin membre du Comité central et directeur de la Pravda, défendait une théorie du matérialisme historique contre le propos 'nihiliste' d'Emmanuil Semenovich Enchmen (1891-?), selon qui le prolétariat dans un cataclysme organique, biologique se libérerait de toute logique, positiviste ou dialectique, de toute pensée abstraite[6]. D'autres "liquidateurs" soulignaient avec Sergei Konstantinovich Minin (1882-1962), recteur de l'Université de Petrograd et de l'Université communiste, que la philosophie n'était que l'empreinte spirituelle de la bourgeoisie, la quintessence de son 'âme de classe'[7]. Contre cette critique et en intégrant le débat, la revue philosophique Pod znameniem marksizmu (Sous la bannière du marxisme) (PZM) s'établit à Moscou en 1922. Dès le debut, Deborin en fut l'un des principaux animateurs (il dirigera la revue de 1926 à 1930) et partisans de la nécessité d'un travail théorique[8].

La revue publiait également la contribution d'un autre 'liquidateur', V.V. Adoratski (1878-1945), l'un des fondateurs de l'Académie socialiste, enseignant de l'IKP et futur directeur de l'Institut Marx-Engels, qui soutenait, que

"le prolétariat doit se comporter dialectiquement par rapport à la bourgeoisie et sa pensée: il doit s'approprier les connaissances positives et surmonter le point de vue idéologique typiquement bourgeois"[9].
L'appropriation des connaissances positives lui semblait garantir la disparition de l'idéologie bourgeoise. Lénine dans "Sur l'importance du matérialisme militant" soulignait l'importance primordiale de la lutte antireligieuse. Il citait Dietzgen, selon lequel la plupart des philosophes n'étaient que des laquais diplômés du clergé.
Il faut organiser l'étude systématique de la dialectique d'Hegel. La propagande sera extraordinairement difficile; mais les chercheurs en sciences naturelles trouveront (s'ils veulent bien chercher et si nous les aidons à employer la dialectique d'Hegel en bons matérialistes) une série de réponses, qui feraient révolution dans les sciences et qui sont hors de portée de l'intelligence réactionnaire avec ses allures snob et bourgeoises.[10]
A l'Université communiste Sverdlov, fondée en 1920, le physicien A.K. Timiriazev (voir également plus haut), également professeur à l'Université d'Etat et membre du GUS, Conseil d'Etat de l'Enseignement, dirigeait le département des sciences naturelles. Dans le premier numéro de PZM, il dénonce dans la théorie d'Einstein son utilité pour les classes dominantes du capitalisme et refuse, de son point de vue 'matérialiste', la théorie générale de la relativité. En 1924 Timiriasev peut fonder un nouvel institut d'Etat, l'Institut Scientifique de Recherche Timiriazev, nommé ainsi en honneur du biologiste-académicien, grand vulgarisateur, encyclopédiste et sympathisant bolchevik K.A. Timiriazev (voir également plus haut), père du physicien. L'institut était destiné à la recherche de base en biologie et à la diffusion des résultats scientifiques dans le cadre de la propagande révolutionnaire. Entre 1926 et 1929 seront publiés cinq numéros de La dialectique dans la nature, recueils de travaux de méthodologie marxiste. On y parle de 'méthodologie' et non pas de 'théorie' des sciences, expression utilisée par Shmidt, Deborin et leurs amis. Dans le volume de 1928, on trouve - à côté des contributions de Timiriazev et d'Aleksandr Ignatevich Var'iash (1885- ?, philosophe et révolutionnaire à Budapest en 1918) à côté d'un article de S.S. Perov "La dialectique dans la chimie des dispersions", de plusieurs articles d'E.I. Tseitlin, dont "Büchner et Moleschott sur le rapport entre le physique et le psychique" -, deux contributions en statistique théorique d'Emil Gumbel, mathématicien à Heidelberg, poursuivi par la haine de l'Extrème Droite pour sa dénonciation des meurtres politiques.
En 1924 la parution de
Le matérialisme historique et la science contemporaine de la nature d'I. Stepanov-Skvortsov en appendice du livre de Hermann Gorter[11], Le matérialisme historique, déclenche une controverse qui sortira du cadre intellectuel, sera opérationnalisée par les pouvoirs dans leur politiques de recrutement et contribuera à la détérioriation du climat politique entre les révolutionnaires et dans les institutions.

Ivan Ivanovich Stepanov (1870-1928), auteur social-démocrate célèbre dans l'avant 1905, était à l'époque vice-président de GOSIZDAT, avant de prendre en main l'Izvestia, l'organe du TSIK et du VTSIK en 1926. - Que serait un bon dialecticien, interroge-t-il ? Comme par hasard, la question émerge au moment où l'on envisage de contrôler les spécialistes par des dirigeants rouges, où l'Uchraspredotdel' et le GUS infléchissent leur rôle pour devenir des "bureaucraties-foire" où les intérêts des pouvoirs se croisent. Est-ce 'théoriquement' une tentative d'élever les sciences naturelles au rang de référence suprème pour l'organisation sociale? Est-ce une réduction et un détournement de l'intention de Bogdanov, qui, en effet, pensait fonder l'organisation sociale sur une double base scientifique, sur la base d'un mode de penser scientifique, commun et 'défétichisé', et sur la base de sa tektologie, science de l'organisation sociale et nullement science naturelle.
Ian Ernestovich Sten (1899-1937), un des premiers diplômés de l'IKP, fonctionnaire d'AGITPROP du TSK et du KOMINTERN, membre de la rédaction de PZM (et de Revolutsia i kultura) reproche à Stepanov de négliger la dialectique, mais déjà ils ne s'entendent guère sur la notion de la dialectique. Stepanov se défend par le pragmatisme, en se référant à ces deux guides importants: K.A. Timiriazev dans le domaine de la biologie et F. Engels dans le domaine de la science sociale et de la science de la nature; il accuse son adversaire de vouloir préserver un domaine à la réflexion pure, tentative rendue caduque par le marxisme.
La conception dialectique de la nature, c'est la conception mécaniste. Il s'appuie sur 'notre Timiriazev' (d'avant 1917 K.S.) en le citant:
"A notre époque sous le couvert du mot d'ordre de 'retour à la philosophie' se forment des nouvelles tendances qu'on peut aisément caractériser par le sobriquet de néo-obscurantisme". Le même avait remarqué en 1915: "Auparavant, il y avait devant nous la tâche de sauver de l'obscurité la lumière de la science, aujourd'hui nous en avons une autre - sauver la science de l'obscurité qui la rattrape - de l'arbitraire des philosophes".
A la fin de son article, Stepanov ajoute que le Conseil de l'Institut Timiriazev a pris une résolution à l'appui de son point de vue[12].
Les 'théoriciens' continuaient à se battre contre les 'méthodologues'. Au printemps 1926, à l'Institut de philosophie scientifique de la RANION, le camarade German donna une conférence sur la philosophie d'Henri Bergson et son concept du temps[13]. La discussion déserta évidemment très vite le sujet de la conférence et se prolongea pendant deux mois en réunions hebdomadaires de quatre heures chaque fois. Elle opposa A. M. Deborin et son groupe à A.K Timiriazev et le sien; on procèda à l'examen de la dialectique et du rapport des sciences naturelles au marxisme.

A.M. Timiriazev trouve dans les textes, surtout celui d'Engels, La dialectique de la nature, paru en russe en 1924, la légitimation à intervenir sans façon contre les développements conceptuels récents de sa discipline: théorie de la relativité, théorie des électrons etc.. Les déboriniens ont une vue, pour ainsi dire, plus large des choses: ils font appel à une pensée extérieure au travail scientifique proprement dit, une dialectique qui permette une conceptualisation propre à la discipline, que le marxisme encadrerait par une sorte de 'metadiscours'. Leurs adversaires constatent alors la contradiction entre le 'matérialisme' solide des sciences exactes et la 'métaphysique' d'une réflexion 'autonome' qui se veut davantage matérialiste.
Les déboriniens se considéraient comme les seuls dialecticiens et dénonçaient les autres comme 'mécanistes'. Mais les différences ne s'arrêtaient pas là. Rappellons que Lenin, en introduisant la dialectique dans le débat, avait recommandé l'étude d'Hegel. En Allemagne Korsch, Wittfogel, Lukács, en critiquant le Kautskyanisme, avaient entamé une relecture du philosophe. Les déboriniens faisaient la même chose. Les 'mécanistes' soupçonnaient leurs adversaires de poursuivre une tendance 'idéaliste' dans ce retour aux sources de la dialectique marxienne. La question sousjacente, celle du 'monisme' de la pratique, de l'encadrement social des sciences et du développement technique par cette pratique, restait, semble-t-il, close aux 'mécanistes' avec l'exégèse des textes de Marx, Engels, Lenin, tandis que les 'dialecticiens' continuaient à se battre pour une définition de cette pratique, pour une réflexion théorique à ce sujet.C'est en 1926 également, que Nikolai Afanas'evich Karev (-1936)- comme I.N. Sten sympathisant de Trotskii dans le groupe de Deborin et dans l'IKP -, publie dans PZM une critique de la tectologie ou théorie de l'organisation de Bogdanov.
(…)
[beaucoup de coupures quant aux sciences humaines et à l'art pour ne pas alourdir les citations. Le lecteur peut aller consulter l'original. NdYT]
Au début de 1929, les déboriniens tiennent une position et une présence institutionelle assez forte. La défaite de l'opposition au plus haut niveau, de Trotskii, de Bukharin, ne les avait pas encore touchés. Ils ont éventuellement pu 'profiter' aussi bien de la klassovaia bor'ba contre les spécialistes et du système des directeurs rouges, que des extensions de l'Académie communiste et de l'IKP. En même temps, les signes d'un redressement intellectuel dans le camps des marxistes sautaient aux yeux. Pokrovski lui-même, depuis son retour du congrès des historiens à Oslo en 1928 - où devant la presse, l'émigrant M.I. Rostovtsev avait laissé libre cours à son hostilité anti-bolchévique -, s'associait à l'idée d'une conspiration entre des impérialistes à l'étranger et des intelligenty et des kulaky dans le pays[16]. Peu avant, à l'occasion d'une réunion sous l'égide de l'AGITPROP, département de propagande du TSK, Lunacharski s'était fermement opposé à l'idée d'existence d'une campagne antisoviétique organisée par l'intelligentsia non-marxiste. Il soutint Bukharin et affirma, que le concept même de perelom, de 'grand bond en avant' perdait son sens en matière de politique de l'enseignement et culturelle.
La lutte de classe intensifiée empoisonnait pernicieusement le camp des marxistes mêmes. En 1928, … (…)
Dans ce climat général, peu favorable à un élargissement des horizons,
les déboriniens remportèrent une sorte de victoire formelle au cours de la 2ème réunion panrusse des institutions scientifiques marxistes-léninistes. Elle sera pourtant de courte durée; et les discours de cette réunion mémorable, bien qu'ils fussent encore marqués par la polémique aiguë contre les 'mécanistes', ne se dirigaient-t-ils pas en vérité contre un adversaire plus puissant, presqu'invisible encore, mais bien pressenti? O.Iu. Shmidt évoqua les événements à l'IKP, l'atmosphère changée, décourageante. Les déboriniens insistant sur leurs mérites, semblaient néanmoins sur leur défensive.
229 délégués participaient à cette réunion du 8 au 13 avril dans les murs de l'Académie communiste. Pokrovski avait insisté sur l'ordre du jour:
l'offensive à marche forcée, forsirovannogo nastupleniia, contre la science bourgeoise, en particulier en sciences naturelles. L'adversaire commun n'unifiait nullement le camp marxiste. Déborin reprochait aux 'mécanistes', en particulier au camarade Var'iash de l'Institut Timiriazev, d'avoir négligé la critique, d'avoir abandonné cette tâche à ses amis qui avaient, bien ou mal, critiqué Kautsky et Adler, le Freudisme, Bergson et DeMan, les socio-démocrates et les machistes (ne parlons pas de 'mystificateurs' comme Losev); en outre ils étaient les seuls à éditer la Bibliothèque de l'athéisme.La majorité des participants appuyait les vues de Deborin (Zagarul´ko, Angarov, B.M. Gessen, S.Iu. Semkovski, I.I. Agol, N.A. Karev, A. Kol'man, V.A. Iurenets, I.K. Luppol, N.I. Podvolotski, Bammel, M.L. Levin, P.I. Demchuk, S.L. Gonikman, V.F. Asmus, Ia. E. Sten). Du côté des déboriniens, Zagorul'ko exprimait clairement, que leur leitmotiv était la révolution culturelle, la révolution dans la Science[18]. Outre Var'iash et Timirazev, le groupe des 'mécanistes' était représenté par A.Z. Tseitlin, Perov, Geilikman, Perel'man. V.L Sarab'ianov comptait parmi les 'mécanistes', mais défendait une position un peu différente: selon lui les 'mécanistes' étaient de mauvais matérialistes, mais au moins ils pouvaient être considérés comme de bons athées; et les premiers à profiter de la zizanie séparant le camps des marxistes seraient les popes. Cette tentative de médiation fut pourtant refusée.

Deborin souligna, que
"le temps était mûr pour s'atteler à la tâche de l'unité de la méthode": "Ici comme ailleurs nous voyons la nécessité d'une reconstruction (perestroika) de toutes les sciences sur la base d'une seule méthode, celle du matérialisme dialectique. Et cette tâche se présente également - c'est objectivement indéniable - dans les sciences naturelles"[19].

P.I. Demchuk rejeta le reproche d'un hégélianisme malsain, d'une gegelevchina:
"Nos mécanistes n'ont ni le courage ni la force intellectuelle (umeiia) - la force intellectuelle surtout leur manque - de libérer Hegel de cette compagnie (prikrytiia) idéaliste. Nous savons qu'à l'Ouest, des centurions noirs se donnent cette couverture. Mais est-ce que cela veut dire que nous devrions nier Hegel? Quel marxiste, réagirait ainsi? Poser la question de cette manière contredit toute la genèse du marxisme"[20].
La résolution volumineuse sur le doklad de Deborin "Les problèmes actuels de la philosophie marxiste-léniniste" constate sous le point 6:
"La tendance la plus active du révisionnisme philosophique des dernières années était la tendance des mécanistes (L. Akselrod (Ortodoks), A. K. Timiriazev, A. Variash et d'autres)"[21].

La résolution sur la conférence de O.Iu. Shmidt paraît moins verbeuse, plus concrète. Premier point:
"La reconstruction de l'économie nationale de l'URSS arrive à l'un des premiers facteurs de ce processus, la science naturelle théorique"....

Point numéro quatre:
"Les scientifiques de l'URSS s'orientent en partie vers les derniers développements de l'idéalisme et de l'agnosticisme de l'Ouest, ils conservent pour une autre part l'ancien matérialisme simpliste (mécaniste) et une petite partie d'entre eux enfin, mais qui est en train de grandir, étudie consciemment le matérialisme dialectique... L'appropriation de la dialectique s'avère difficile pour les scientifique hors du Parti. Au début, on avait recours à des façons d'enseigner trop légères et trop peu réflèchies, qui employaient la terminologie marxiste et prétendaient parfois avoir le monopole du savoir marxiste (dans leur science), mais manquaient de connaissance solide."Le point numéro 10 de la résolution concerne l'organisation d'une société panrusse de scientifiques-matérialistes autour du journal Sciences naturelles et marxisme issu du département des sciences exactes et mathématiques de l'Académie communiste; il exprime la satisfaction pour le travail de ce groupe.
Onzième point: l'assemblée recommande l'élargissement du
cabinet d'études en histoire des sciences, les activités de l'Académie en cette matière étant considérées comme insuffisantes. De même, la propagande parmi les masses est jugée insuffisante: il serait inadmissible, d'abandonner le champs de la vulgarisation aux ennemis du marxisme[22].Cependant à l'Institut Timiriazev on forgeait, toujours dans le cadre de la lutte contre les deborintsy, une arme du stalinisme, un scientisme, une sorte d'intégrisme scientifique récupérant la parole 'marxiste', qui lui en changeait brutalement le sens. A.K. Timiriazev et A.I. Var'iash s'en prirent au directeur de l'Institut Marx-Engels, David Borisovich Riazanov (1870-1938) qui, à l'occasion de la réunion panrusse des instituts des recherches marxistes-léninistes, venait de s'exprimer sans aucun détour:
"Le camarade Deborin m'accuse souvent d'une indifférence exagérée, presque d''indifférentisme', bien qu'en général et au fond nous partagions le même point de vue. Cela s'explique tout simplement par le fait, que cette chaussure ne me fait pas autant mal qu'à Abram Moiseevich. Mais le fait demeure, que chez nous, ces derniers temps, dans cette chasse à la science naturelle, l'image se répète: le chasseur prend l'ours, mais l'ours ne laisse pas s'en aller le chasseur. Ces derniers temps, des signes multiples s'emploient à montrer que ce n'est pas la science qui se laisse infecter par le marxisme, mais que la science infecte le marxisme...La science est une chose grandiose. Elle manipule les millions et les milliards, mais dans le domaine de la recherche scientifique, dans le domaine de l'enseignement marxiste, la science doit accepter sa place. Et nous devons souligner cela. On doit marteler, que cette infection du marxisme par la science se fait partout déjà sentir. Elle se fait sentir, je la sens, cette infection, quand je lis quelques uns de ces articles philosophiques. Ils me transportent dans le bon vieux temps, dans les années 80 ou 90, - ma vie consciente ne va pas plus loin, mais si je me sers des sources littéraires, j'arrive jusqu'aux années 70 -, quand il y avait cette rage de fertiliser le marxisme avec n'importe quoi".

Timiriazev et Var'iash décrétaient, qu'avec de telles phrases, ("comme l'avait déjà exprimé le camarade Miliutin lors de la réunion")
"le camarade Riazanov s'est opposé au travail des marxistes dans les sciences, il n'y a pas d'autres interprétations possibles....il croit avec des sophismes bon marché, pouvoir se débarasser des tâches auxquelles nous devons nous attaquer dans ce domaine. C'est totalement faux"[23].

Riazanov, le savant, déclaré antimarxiste, parce qu'il se moque du 'marxisme' instrumentalisé d'un groupe de scientifiques?





KS nous laisse sur notre faim ! Quelles étaient les véritables divergences entre Riazanov et Timiriazev ? Où voit-il du « stalinisme » dans les propos rapportés ?
C'est donc dans le chapitre 4.5 qu'on va voir le rôle de Gessen et la critique de Ioffé contre les adversaires de la relativité sonner le glas du marxisme en philosophie. Mais KS, l'auteur, y verra la victoire de ce qu'il nomme « conscience sauvage ». Sans comprendre que les « dialecticiens » avaient été le cheval de Troie de la réaction idéaliste, mais un cheval de Troie permettant la défaite de « mécanistes » matérialistes … au profit des « technicistes » prétendument « agnostiques » mais eux-mêmes les fidèles laquais de la réaction idéologique bourgeoise. L'abandon du « savoir démocratique » était surtout le renoncement définitif à la science philosophique, et cela bien plus encore que la question seconde du partage pédagogique de ses victoires.
=
Dans le cadre de cette nouvelle réification, les physiciens - et parmi eux les collègues de Gessen - réussissaient. (…) en 1937, quelques mois seulement après la mort de Gessen[36], la célèbre réussite de 'l'âge d'or de la physique soviétique' se présente en même temps comme une sorte de fuite dans la spécialité d'un travail technique, comme le symbole de l'abandon de l'utopie du savoir démocratique. Elle scelle la suprémacie de la conscience sauvage en Russie.
KS Aleph 99
=
C'est le « techniciste » Gessen qui est le « héros » de ce chapitre. Mais le lecteur attentif remarquera que – sous le prétexte d'un « marxisme pour cerveaux limités », c'est une véritable attaque contre le rôle de Isaac Newton qui est décrite ici. Le véritable « héros » était l' « anti-héros ».
La science à la croisée de chemins': Boris Miakhailovich Gessen 1893-1936.
Londres, Juillet 1931.
"Le groupe d'hommes à la barbe noire marchant à travers la salle de South Kensington fut l'une des attractions de l'ouverture du Congrès International d'Histoire de Science. Ils étaient les délégués russes et ils étaient venus par avion de Moscou. A l'exception des Etats-Unis aucun autre pays n'était représenté par un groupe aussi nombreux."[1]
La délégation comprenait les académiciens et membres de la KIZ N.I. Bukharin, A.F. Ioffe, V.F. Mitkievich, N.I. Vavilov. Nikolai Bukharin dirigeait le NTO du VSNKH et le physicien Abram Fedorovich Ioffe (1880-1960) l'Institut physico-technique à Leningrad; l'ingénieur d'électrotechnique Vladimir Fedorovich Mitkievich (1872-1951) cumulait des fonctions de dirigeant au ministère de la défense NARKOMOB et au GOSPLAN, le biologiste Nikolai Ivanovich Vavilov (1887-1943) présidait l'Académie Lenin d'agro-science VASKHNIL à Leningrad. Les autres voyageurs de Londres étaient Boris Mikhailovich Gessen (1893-1936), physicien et dirigeant du département de physique à l'université de Moscou, Arnost Kol'man (1892-1979) mathématicien et fonctionnaire du département d'AGITPROP au TSK, M. Rubinstein (), économiste et fonctionnaire du GOSPLAN, et Boris Mikhailovich Zavadovskii (1895-1951), biologiste, directeur de l'Institut Timiriazev de neuro-physiologie et fondateur du Musée Timirazev[2]. Gessen, Rubinstein, Zavadovski étaient membres de la KOMAKADEMIIA. Zavadovskii fut le seul qui avait annoncé sa participation au congrès. Le niveau de pouvoir représenté, tant politique que gouvernemental, distinguait cette délégation des quelques 200 autres participants du congrès, chercheurs et enseignants universitaires bien plus éloignés du pouvoir. Pourquoi ce voyage à l'improviste, cette action, qui semble tellement disproportionnée? Devait-elle dépasser l'horizon du congrès? Qu'est-ce qu'on cherchait à Londres en cette période de crise économique mondiale, dans l'Angleterre de MacDonald, deuxième gouvernement travailliste? La délégation russe continua à mobiliser des moyens spectaculaires. En quelques jours, chaque membre reçut ses manuscrits traduits, polycopiés, prêts à être distribués dans l'audience. Trois jours après cette première étappe, les contribution furent disponibles sous forme de livre: La science à la croisée de chemins[3]. La préface préfigure le ton du premier texte, celui de Bukharin:
" (… ) Les textes présentés reflètent en quelque sorte la grande transformation sociale qui se passe aujourd'hui dans notre pays. Par conséquent, nous espérons qu'ils rencontrent l'intérêt de tous ceux qui réfléchissent à la question tracassante du futur immédiat dans l'évolution de la société humaine".
Quinze jours plus tard, Rubinstein raconte l'aventure au présidium de la KOMAKADEMIA[4]. Sa conclusion: par un plan systématique d'actions comme celle de Londres, il serait possible d'intéresser des individus et des cercles de travailleurs scientifiques et techniques à l'URSS et à sa reconstruction socialiste. Une campagne d'agitation et de recrutement de spécialistes? Quelques jours avant leur voyage, Stalin avait en effet proclamé la fin officielle de la 'guerre' contre les spetsy.
(…)
Rubinshtein ajoute une anecdote: au terme d'une discussion animée, son interlocuteur, un des collègues-gentlemen, avait demandé à Bukharin: "ce Engels que vous citez tout le temps - qui est-ce?"
Les jeunes chercheurs que Rubinshtein désigne et quelques autres membres de l'élite oxbridgienne ou de l'
Union of Scientific Workers, tout ce lobby de la gauche intellectuelle d'après la Première Guerre mondiale, formeront ce que Gary Werskey a appelé The Visible College[6]: quelques hommes et femmes dans les sciences qui, malgré tout ce qui les séparait, partagèrent une volonté durable de démocratisation du savoir. Ils se rappelleront pendant toute leur vie les événements de Londres et le texte, qui provoqua le plus de réactions dans un entourage fermement décidé à ne pas se laisser provoquer, texte de B.M. Gessen, titré "Les racines socialo-économiques des principes newtoniens"[7].
Gessen suggéra que la 'révolution scientifique' du 17ème siècle avait été mise en oeuvre 'à la demande' des entrepreneurs et commercants (de la nouvelle classe) du capitalisme naissant, thème marxisant qui par la suite, et parfois en union avec les thèses weberiennes sur le lien entre capitalisme et esprit protestant, fut travaillé par Henryk Grossman[8], Robert Merton[9] George Clark[10] et d'autres.Le texte proposa également la réduction provocatrice du 'génie' du grand homme à la mesure humaine, ou autrement dit un glissement du 'sujet' historique de l'individu vers la collectivité ce qui paraissait parfaitement 'marxiste', d'autant plus 'doctrinaire' et 'ungentlemanly' (Bernal) pour une partie des lecteurs.
La thèse principale, - selon laquelle l'avancement scientifique et technologique ne peut être compris - et contrôlé - qu'en le mettant en relation avec les formes spécifiques des rapports sociaux et du travail, avec les 'modes de reproduction' et leurs problématiques actuelles, matérielles et intellectuelles -, demande, certes, à être nuancée. La conscience et l'inconscient de Newton, sa pensée, ses convictions suivaient leur contexte culturel et les programmes de sémiotisation de l'époque[11]. Mais la dépendance de l'entreprise cognitive serait-elle pour autant reconnaissable? Gideon Freudenthal a pu montrer que la réponse négative[12] à cette question posée par Gessen avait été donnée trop vite[13]. L'acte ou le processus cognitifs peuvent être chargés d'idéologie, il serait absurde d'en exclure totalement l'expérience physique. La preuve de l'influence sociale passe nécessairement par des études spécifiques de chaque cas, d'où l'intérêt 'sociobiographique'. Des propositions générales comme par exemple celle de Thorstein Veblen[14] sur la correspondance entre mode de production et notion de causalité ne restent que des images suggestives.

L'essai de Gessen évoque les intérêts qui président à l'orientation de la recherche et à l'innovation, il s'oppose à l'idée d'un progrès désintéressé, autonome, 'objectif'. La hiérarchie 'objective' des intérêts - ceux du 'prolétariat' rangés avant ceux des 'bourgeois' - introduit un aspect qualitatif. Les meilleures sciences et techniques seraient celles de la meilleure collectivité. Les différences qualitatives seraient la conséquence des différences d'intérêts.

La dialectique historique intervenait sur deux niveaux: elle offrait une façon 'universalisante' de communiquer sur les résultats et les concepts des sciences et techniques. Cette 'théorisation' des sciences ne fut guère développée; ses tentatives ne dépassèrent pas les exemples banals donnés par Engels et l'entreprise fut stigmatisée d''idéaliste'. Elle visait au fond la transcendance du monde clos du langage de spécialiste.

D'autre part et sur un autre plan, la dialectique mettait précisement en relation l'évolution sociale et l'activité scientifique et technique. Pour Gessen et Bukharin elle s'érigeait en garant contre la 'folie technocrate', contre la réduction du marxisme à une 'logique des forces productives'. L'évolution technique ne devait pas produire automatiquement la meilleure des collectivités. Au nom de la dialectique historique, la demande de la démocratisation du savoir pourrait être réitérée avec insistance[15].
A l'Ouest, l'essai de Gessen fait l'objet de plusieurs citations, analyses et interprétations[16]. En Russie il semblait avoir été quasi oublié, sauf en 1978 quand K.Kh Delokarov publia un petit exposé "B.M. Gessen et les problèmes philosophique des sciences naturelles" où il résuma quelques travaux de Gessen, dont l'essai de Londres,
"qui a exercé une grande influence sur la recherche de la recherche et sur la méthodologie et l'histoire des sciences"[17].
Gràce à des articles récents de Gennadi Gorelik[18] et Paul Josephson[19] Boris Mikhailovich Gessen commence pourtant à sortir de l'obscurité. Il est né à Elizavetgrad en 1893,
(…)
En 1930 Gessen est nommé directeur de l'Institut d'histoire de physique NIIF - de la nouvelle faculté de physique de l'université de Moscou MGU - et devient le premier doyen de cette faculté. Y travaillaient alors Leonid Isaakovich Mandel'shtam (1879-1944) et Grigori Samuilovich Landsberg (1890-1957), deux 'maîtres' de la physique de l'époque, ainsi que l'ami Tamm, futur Prix Nobel. En 1934, sous la direction de Sergei Vavilov, l'Institut de physique FIAN se constitue dans le cadre du transfert de l'Académie à Moscou. Gessen en est nommé vice-directeur.
Jusqu'à ce qu'en août 1936 il soit arrêté et condamné à mort dans un procès clandestin. Il est fusillé en décembre.
Voici ce qu'en dit la Petite encyclopédie soviétique MSE, 2ème édition, parue en 1934:
"Gessen, Boris Mikhailovich (né 1883(sic!)), physicien soviétique, communiste, travaille sur la méthodologie des sciences exactes ainsi que sur les bases de la mécanique statistique et de la théorie de la relativité. Un des enseignants et directeurs de l'institut de recherches en physique de l'Université de Moscou. Travaux sur des problème de physique sous l'aspect du matérialisme dialectique - il a commis quelques erreurs, qu'il a corrigé par la suite. Il a été l'un des délégués de l'URSS au Deuxième congrès mondial d'histoire des sciences et des techniques. En 1933 il fut nommé Membre correspondant de l'Académie des sciences de l'URSS. Il a écrit de nombreux exposés et livres. Il est un des rédacteurs du département de physique de la Grande encyclopédie soviétique."Gennadi Gorelik a consulté le dossier du KGB. Il écrit:
"Le 20 décembre 1936, le tribunal militaire auprès de la court suprème s'est réuni en séance non-publique sous la présidence de V.V. Ul'rich. Le procès verbal constate: "Gessen et Apirin sont membres d'une organisation terroriste, contre-révolutionnaire trotskiste-zinoviéviste, qui a préparé le meurtre criminel du camarade S.M. Kirov et qui, de 1934 à 1936, avec l'aide de la GESTAPO fasciste, a également préparé des actions terroristes contre des dirigeants du Parti et du gouvernement soviétique". B.M. Gessen plaida coupable, A.O. Apirin non-coupable. Les deux ont été fusillés le jour même, le 20 décembre 1936. A.M. Reizin a été condamné à 10 ans de reclusion; il est mort en prison."[21]

Le dossier contient une dénonciation:
"Le 9 septembre - le PARTORG de l'Institut de physique, Umanskov, informe, que ce jour-là, la femme de Gessen, Iakovleva, vint à l'Université et demanda de chercher d'urgence le professeur Landsberg. Elle ne l'a pas trouvé et quand elle a rencontré le professeur Tamm, elle lui a dit, qu'il devait tout de suite se rendre quelque part avec elle. Ils sont partis ensemble. S'y ajoute également l'information, que Tamm est un ami de jeunesse de Gessen, qu'ils ont fait leurs études ensembles à Edinburgh en Ecosse. Selon des informations non-confirmées, Tamm a été menshevik dans le passé, on prétend qu'il a participé au deuxième congrès des soviets"[22].

(…)
En 1927 Gessen commence à publier dans PZM; en janvier, V. Egorshin et lui y font le résumé du cinquième congrès des physiciens russes (le premier se tint en 1920 à Petrograd):

La tradition pré-révolutionnaire, qui datait des premières réunions des naturalistes des années 60, prévoyait à côté des exposés spécialisés, des discussions générales et méthodologiques. Aujourd'hui cette tradition n'est plus suivie, les réunions ne traitent que des spécialités, la discussion générale et méthodologique manque, bien que les problèmes ne manquent pas. Les physiciens les évitent, naturellement sans s'en rendre compte et peut-être croit-on qu'en URSS tout ce qui ne concerne pas l'application technique est sans intérêt. Mais c'est en URSS que la nouvelle méthodologie est en train de naître. Les réunions devraient réserver une place à la dialectique matérialiste.

Le thème le plus intéressant fut la mécanique quantique, le remplacement de l'ancienne théorie de Bohr et de Rutherford par celles de Heisenberg et de Schrödinger. I.E. Tamm et les autres n'ont pas perdu un mot des conclusions philosophiques que Heisenberg tire de sa théorie: son 'phénoménalisme', son 'agnosticisme' etc. De même la présentation de la théorie de Schrödinger par V.R. Bursian, qui fut d'ailleurs très réussie.

A.K. Timiriazev a de nouveau expliqué ses objections contre la théorie de la relativité, mais M. l'académicien Ioffe lui a repondu par une critique écrasante de l'expérience de Dayton-Miller, base des considérations de Timiriazev.

Le programme de Gessen paraissait clair: tirer les discours des spécialistes de l'obscurité de leur language technique et médiatiser les résultats des sciences à l'aide de la dialectique. Il publia quelques essais: en 1927 sur l'auteur des expériences-clef de la statistique quantique, Marian Smoluchowski, mort dix ans auparavant[24]; une introduction à la traduction russe des articles de G.G. Thomson et Albert Einstein sur Newton, en commémoration du tricentenaire de sa mort[25]. Cet exposé se termine par ces phrases:
"Nous avons essayé de montrer, que l'opposition métaphysique entre hasard et nécessité peut être remplacée par le concept dialectique de la causalité qu'Engels avait suggéré: on éviterait ainsi la crise survenant avec l'abandon de la causalité et du concept de temps et espace des phénomènes"
En 1928 parurent un article de 42 pages[26], "Le mécanisme matérialiste et la physique contemporaine" et un livre de vulgarisation, Les idées fondamentales de la théorie de la relativité[27]. En 1930 il publia "Le problème de la causalité dans la mécanique quantique", une introduction à la traduction russe du livre de A. Haas, Les ondes matérielles.

En même temps, Gessen participait aux luttes du groupe Deborin. En 1927, avec Egorshin, il répondit à une attaque de Timiriazev[28] et commenta le numéro 2 des publications de l'Institut Timiriazev, chateau fort des 'mécanistes'. En 1928 il collabora aussi à La révolution communiste, journal dirigé par Egorshin. En avril 1929 il participa à la réunion des institutions marxistes-leninistes à la KOMAKADEMIA, contribua au débat de la conférence de Deborin[29] et prononça des remarques préliminaires après la conférence de Shmit[30]:
"Je pense que nous devons nous libérer de gens, pour qui le marxisme n'est en réalité qu'une parole (kotorye tol'ko fraziruiut marksizmom). Si vous regardez le texte de Kharazov, vous voyez que pour lui l'union des oppositions relève de n'importe quoi, comme par exemple l'algèbre et la géométrie. Je pense, qu'il faut mettre fin à de telles utilisations spéculatives du marxisme. Notre lutte ne réussira que si nous pouvons impressionner les scientifiques par le niveau d'application de la dialectique matérialiste aux problèmes des sciences."

Gessen tient pour 'catastrophique' la situation des cadres marxistes en sciences théoriques. Selon lui, et le Parti n'avait pas encore réalisé le problème, les communistes représentent au maximum un pour cent et demi des théoriciens.

On trouve également des articles de Gessen dans Science et marxisme (Estestvoznaiia i marksizm) et dans La parole scientifique (Nauchnoie slovo), revue dirigé par Shmidt.

Gessen, le 'théoricien' avait choisi sa 'spécialité' en science de la statistique. D'après Josephson, il avait donné une conférence dans le séminaire de Mandel'shtam sur l'approche de Mises et en 1929, il publia "Déduction de l'hypothèse ergodique sur la base de la théorie des probabilités" dans Uspekhi fisicheskih nauk (Résultats des sciences physiques). La revue était dirigée par Petr P. Lazarev (qui l'avait fondée en 1919) en collaboration avec E. Shpolski. L'académicien Lazarev était, certes, un 'mandarin'. Pour son institut de bio-physique, il avait 'hérité' du bâtiment construit pour son maître, Petr Nikolaevich Lebedev, mort en 1912. A partir de 1930, Lazarev devra céder la place à la tête de sa revue à - Boris Gessen[31].
La Grande Encyclopédie BSE fut l'un des autres champs d'activité de B. M. Gessen. Une première contribution 'Herwegh' (Gerweg), signée B.G. et B.I., date de 1929; suivent avec la même signature B.G. 'Journaux, années 60 à 1895' (zhurnaly ot 60 kh gg. do 1895) (1931), 'Terre et liberté' (zemlia i volia) (1932), 'années 60' (shestidesiatye gody) 1933[32]. Il signe de son nom entier (B.Gessen) 'éther' (efir) (1931), 'Einstein' (1933), 'energie' (energiia) (1933), 'enthropie' (entropiia) (1933); un grand exposé - 'dynamique' (dinamika) - est signé F.F. et B.G.. En 1931 le rédacteur en chef pour les sciences naturelles est A.A. Maksimov, également rédacteur du sous-département 'Histoire des sciences'. A.F. Ioffe et B.M. Gessen partageaient la responsabilité du sous-département 'Physique'.

A la fin de l'année 1930, la critique de la cellule du Parti de l'IKP, verbalisée en premier lieu par Mark Borisovich Mitin (1901-1989), lui même étudiant de Deborin, puis par les camarades Iudin et Adoratski, fut menèe à son terme, non sans l'autorisation personnelle de Stalin. Mitin remplaça Deborin à la rédaction de PZM. Les deboriniens avaient eu le droit de combattre la déviation du 'matérialisme mécaniste', mais ils étaient tombés (selon leurs détracteurs) dans 'l'idéalisme mensheviste'. La critique était dure pour les 'trotskistes' Karev et Sten. Gessen comptait pour sa part parmi ses adversaires V. Egorshin et A.A. Maksimov. La tâche de A. Kol'man était de défendre toujours la ligne du Parti.

Il ne restait alors plus aux 'camarades' corrigés qu'à être davantage vigilants. Dans cette hypothèse, l'exposé de Gessen à Londres ne serait-il que le resultat d'un effort d'adaptation?[33]. C'est possible, et le débat amorcé en 1929 a certainement laissé des traces (et des changement institutionnels, personnels). Mais qu'est ce que cela change? Le marxiste-dialecticien Gessen, théoricien d'une pratique social de l'écriture, n'était pas non plus exempt des idées d'absolu et de 'vérité'. À nous, aujourd'hui, de suivre son propos pratique, de l'appliquer également à la lecture de ses textes. Certes, il serait intéressant d'analyser de plus près l'évolution de son écriture à la recherche d'éventuels changements de vue, surtout à la lumière de ce que Gessen nous enseigne. Avec cette 'réflexivité', qui nous ramène à nos pratiques sociales à nous[34].
La remise en question du statut des sciences et techniques d'un point de vue marxiste fut suspendue. Leo Kofler résume ainsi les événements:
"Les têtes, sous l'influence persistante de la méthodologie scientifique n'étaient pas suffisamment préparées au marxisme. Cette influence devait même grandir, vue l'importance qu'on a donnée aux sciences pour la reconstruction du pays. Il y avait effectivement un courant de pensée attentif au danger. L'hégelien Deborin l'animait. Mais la bureaucratie stalinienne avait un penchant naturel vers une vue mécaniste, Deborin fut empêché de continuer son enseignement, et cette vue portait la victoire du marxisme vulgaire dominant de la suite. Une autre considération serait, que le changement de structure économique avait réellement détruit la dynamique sociale de la réification capitaliste. Mais une planification que la bureaucratie comprenait comme un processus mécanique et calculable remplaça l'ancienne forme de réification par une autre, nouvelle"[35].
Dans le cadre de cette nouvelle réification, les physiciens - et parmi eux les collègues de Gessen - réussissaient. En relisant les protocoles de l'actif du FIAN, établis en 1937, quelques mois seulement après la mort de Gessen[36], la célèbre réussite de 'l'âge d'or de la physique soviétique' se présente en même temps comme une sorte de fuite dans la spécialité d'un travail technique, comme le symbole de l'abandon de l'utopie du savoir démocratique. Elle scelle la suprématie de la conscience sauvage en Russie.



A un autre endroit du site revolution celeonet, le pseudo Sylvestre donnait les références d'un Que sais-je épuisé signé Zarka concernant les débats philosophiques en Russie stalinienne. C'est ce livre et un autre livre du même auteur qu'il faudrait trouver, le mettre en ligne et en produire une analyse critique d'un point de vue matérialiste dialectique-mécaniste!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire