Subscribe in a reader

Pages vues depuis décembre 2009

mercredi 3 février 2010

sur Rue89 : Le doyen Pierre-Louis Suet d'Avignon VS le développement des forces productives (contradiction entre la technologie et les rapports sociaux)

Je pose un commentaire dans un article racontant de quelle façon des étudiants sont sanctionnés pour usage de Facebook.


Des étudiants sanctionnés pour avoir bûché sur Facebook


Un professeur de la faculté de l'université d'Avignon a décidé de ne pas noter un dossier de fin de semestre sous prétexte que ses étudiants se sont entraidés via un groupe Facebook. Sur les réseaux sociaux, la (belle) tradition de solidarité entre étudiants devient, aux yeux des enseignants, une vulgaire tricherie (pas belle du tout).



Humain sur Terre | 19H02 | 03/02/2010 | Permalien




Il existe un concept dans le-marxisme originel, celui de contradiction entre le développement des forces productives et les rapports sociaux.
On a une contradiction entre la dictature Suet et le développement technolgique.
L'avenir nous indiquera qui sera vainqueur !!!
Ce "doyen Pierre-Louis Suet" entrera dans l'histoire des révolutions (dans l'histoire de la révolisation) comme le nom d'un imbécile brontosaure totalement décalé avec la réalité.
Il n'est pas le seul.
J'ai introduit l'ordinateur (Atom Acorn) dans ma classe de Cours Moyen en janvier 1982.
j'avais programmé un logiciel de tables et de calcul mental "amusant".
Lorsque, 3 ans plus tard, le plan Informatique pour Tous (IPT) de Chevènement arrivera dans les écoles sous la forme d'un nanoréseau de 6 postes (et de logiciels pourris fruits de l'escroquerie menée par Thomson "pompe à fric"), les élèves de ma classe et d'autres classes demandaient à l'instit de surveillance de récréation de cantine à aller "jouer à l'ordinateur"; Ils désiraient jouer à faire du calcul mental.
D'autres logiciels - que pour la plupart j'avais écrit en langage basic servaient à faire de l'expression écrite etc...
Dès cette époque les imbéciles freinaient le progrès : la couleur orange de mes chaussures était entrée en connexion - dans le cerveau des plus crétins de mes collègues - avec le fait que je passais l'heure du midi à améliorer les lignes de mes programmes informatiques en fonction des réactions des élèves.... j'étais "un martien".
Chacun sait que le martien de 1982 utilisait l'ordinateur et avait des chaussures oranges.
L'imbécile Pierre-Louis Suet VOIT DES MARTIENS.
Le pire, ce n'est d'ailleurs même pas Facebook et l'usage des nouvelles technologies, c'est le fait que les outils du progrès ont permis à ces étudiants de METTRE EN OEUVRE LA SOLIDARITE.
Mon expérience de 17 années en classe (particulièrement en collège et dans les cours moyens) et ce que Julie Amadis pratiquait en Cours Préparatoire l'an dernier ont solidifié ma conviction : la solidarité dans l'apprentissage sera l'un des éléments fondamentaux constitutifs du processus révolisationnaire.
Ce que le versant "révolution antiformoise" de la révolution culturelle chinoise de 1966 contenait sera développé à grande échelle par l'usage des outils informatiques et télématiques.
Mais la haine de la classe formoise sera semblable à celle des archaïques Lettrés mandarins de la Chine confucéenne.
Les imbéciles préhistoriques sont attachés aux notes, aux examens, aux classements, aux diplômes.
Leur absence de capacité innovante, leur attachement crasse à la strate des répétants fait d'eux de ridicules censeurs.
La ,révolisation balayera leurs prétentions, leur prétention, leur pouvoir, leur capacité de nuisance.
Y compris et surtout pour les responsables des "licences information et communication" !!!!!
.
===
lire aussi
VENDREDI 27 FÉVRIER 2009 Les enfants aiment aider les autres (Julie Amadis)
http://monsyte.blogspot.com/2009/02/les-enfants-aiment-aider-les-autres....
ERRATUM 4/2/2010 19:42 il fallait lire "leur attachement crasse à la strate des répétants". Ils sont bien évidemment les adversaires du principal groupe progressiste de l'Histoire humaine, la strate des innovants.
Par ailleurs merci aux 3 clics pour la "note" 4/5
Il serait, à ce propos, plus intéressant que les clics soient des verts et des rouges. Ceux qui apprécient mettront des clics verts et les adversaires des clics rouges. Faire une moyenne est absurde (10 clics sur 3 ne sont pas semblables à 5 clics sur nul ajoutés à 5 clics sur top)
Faire une moyenne ici est un travers .... formois !!!!
Un résidu idéologique de la strate des .... répétants.

==
A la suite de la publication de l'article, une étudiante de cette université d'Avignon, membre de ce groupe Facebook apporte quelques précisions utiles.
Portrait de Elvynia
Etudiante | 20H46 | 03/02/2010 | Permalien
Bonsoir,
je suis l'étudiante qui a crée le groupe cette année. Tout d'abord, faire plutôt un groupe "privé" a été évoqué précédemment dans les commentaires. Je ne pensais pas que ce groupe poserait un problème à nos enseignants étant donné qu'il avait déjà été mis en place l'année dernière par d'autres étudiants et que nous n'avions eu aucun retour (alors que certains étudiants avaient déjà des profs dans leurs "amis" Facebook). De plus, le but de ce groupe était tout simplement l'entraide entre étudiants et non le "machage" de travail par certains pendant que d'autres glandent pendant les cours. Rien ne paraissait donc susceptible de gêner notre professeur : il contrôle la présence à chaque cours grâce à une liste d'émargement, il ne nous a jamais reprocher d'être trop bruyants pendant les cours et de papoter plutôt que d'écouter, et enfin, il n'a pu que constater qu'à chaque séance, tout le monde prenait des notes. Il sait donc que les étudiants ont été attentifs aux exposés des autres.
Si vraiment, ce qui ressortait de ce partage était un simple copier/coller, il s'en serait aperçu l'année dernière puisque comme je l'ai déjà dit, un groupe identique existait. Or rien ne nous avait été reproché et il y avait eu à la fois des bonnes et des mauvaises notes. Cela montre bien que les résumés étaient personnels et différents pour chacun. Ces groupes ont pour unique but de permettre de compléter ses notes par des informations que l'on a soit "zappé" soit pas eu le temps d'écrire. Cela ne représente qu'une infime partie de notre travail (qui comprend aussi les heures de tri des informations, de réécriture pour coller aux impératifs du prof en nombre de lignes par parties, de mise en page et de relecture).
De plus, concernant les dossiers de cette année, le professeur ne les a pas lus : il a découvert le groupe avant de commencer la correction. Il ne connait ni le contenu de ceux-ci, ni la qualité des résumés. Il ne peut donc pas parler de plagiat.
Il y a toujours eu de l'entraide dans les milieux scolaires, les professeurs ont été élèves, ils savent que cela existe et l'ont forcément fait. L'échange des notes sur support papier fonctionne, l'échange sur le support numérique privé (mails) également, mais l'utilisation d'un système qui rassemble beaucoup de monde, qui est pratique pour le partage d'informations, au format texte, n'est pas toléré.
Le fait de dire que toute le monde n'a pas accès à Facebook n'est, selon moi, pas vraiment recevable : ceux qui ne sont pas inscrits ont toujours la possibilité d'y avoir accès grâce à des amis et ceux qui n'ont pas internet chez eux, par les ordinateurs de la fac. Et ce n'est pas non plus car on a Facebook que l'on va se servir de ce groupe, j'en connais qui ont un profil mais qui ne sont pas venus compléter leurs résumés.
La sanction est injuste. Premièrement, ce n'est en aucun cas du plagiat ou de la triche, deuxièmement, il ne peut pas vérifier qui s'est servi ou non de ce groupe et rien ne dit que ceux qui ne s'en sont pas servis ne se sont pas échangés leurs feuilles ou leur dossier par mail ou via une clé USB, comme devaient le faire les étudiants des années précédentes. A ce moment là, on isole chaque étudiant et on interdit tout contact. Ça en devient ridicule, pas vus pas pris c'est bien gentil, mais sanctionner des étudiants pour quelque chose que tout le monde fait régulièrement en le faisant passer pour un évènement isolé, c'est très injuste.
Je suis en tout cas très étonnée de l'ampleur que prend cette histoire et surtout de la voir débarquer sur un site comme celui-ci. Je me demande bien comment cela vous est venu aux oreilles.
En tout cas, j'assume le fait d'avoir créer ce groupe et ne voit pas ce que nous avons fait de mal. Ce n'est pas de la triche, juste de l'aide et du partage d'informations.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire