Subscribe in a reader

Pages vues depuis décembre 2009

vendredi 19 février 2010

Lettre publique à l'intention de Philippe Corcuff (à propos de la révolution, des quartiers pauvres, des véritables exploités et ... du voile)

Ce texte écrit il y a presque trois jour devait être posté sur le blog de Philippe Corcuff.
En cas de validation, celui-ci aurait été – après Gilles Suze - le second internaute militant du NPA à considérer que la liberté d'expression des courants situés à la gauche de son organisation est une des garanties fondamentales pour le non-renouvellement d'un stalinisme ou d'un stalino-fascisme.
Malheureusement, le décès tragique de Gilles Suze m'a contraint à utiliser tout mon temps de connexion à rendre hommage à ce militant de la « droite unitariste » de la LCR puis du NPA.


Je ne parviens pas à déposer ce texte sur le blog de Philippe Corcuff.

mercredi 17 février 2010






UN TEXTE ECRIT A L 'INTENTION DE PHILIPPE CORCUFF ET … DES SES LECTEURS

Le NPA, le foulard et l’émancipation : avec Ilham Moussaïd



1973 1982 Je suis militant de la 4° Internationale, FCR, puis LCR.

1991 je divise 129 000 milliards (de francs) par 5,3 milliards de Terriens par 12 mois. Je trouve 2000 F par mois (300 euros) et comprends, en conséquence, que je suis un exploiteur. Un voleur du Tiers-Monde. Un colonialiste. Un mangeur de miettes impérialistes. Un complice de l'occupation de l'Afrique.

1993, découvrant le concept de « plus-value formation », je comprends que le capital humain détermine aussi une appartenance de classe : quand la « productivité supérieure » d'un salarié lui permet d'exiger les fruits (le fructus) de son « capital formation », il devient un exploiteur. Un exploiteur qui exploite les moins formés. Voilà pourquoi je gagnais 8700 F par mois (1300 euros). Voilà quel était le mécanisme [principal] qui expliquait comment je pouvais consommer plus 100 fois ce qu'un travailleur africain pouvait consommer chaque mois. Je construis un néologisme
« FORM-ation bourgeOISIE = formoisie ».
Les débats des années 30 entre Trotsky et Yvan Craipeau trouvent une conclusion : c'est la classe formoise, la bourgeoisie des diplômes qui a fait son Thermidor en 1927. Les chiffres donnés par Trotsky dans son « La Révolution Trahie » étaient bel et bien les chiffres de l'exploitation mise en oeuvre par une NOUVELLE classe exploiteurse. De la même façon, la dégénescence bernsteiniste et kautskyste du début du 20° siècle avait une BASE DE CLASSE. Mais cette classe qui allait pousser ses partis socialistes au chauvinisme en aout 1914 était cette formoisie.
A partir de là, j'allais consciemment trahir MA classe sociale.
Ses militants allaient me le faire cher payer.
 
1994 Avec un copain des quartiers pauvres (devenu dealer depuis et …. sympathisant.... LCR-NPA), nous rédigeons un tract. Il appelle à des comités de quartiers, à la solidarité internationale, à reverser 500 milliards de francs à l'Afrique, au retrait immédiat des troupes françaises hors d'Afrique.
1995 En décembre 1995, lors de la grande mobilisation sociale, lors d'une AG des chômeurs, je propose au débat et au vote une motion contenant deux propositions :
1° LE MOT D'ORDRE « ZERO CHÔMEUR » comme un des principaux but du mouvement
2° Le fait de commencer le prochain rassemblement et le prochain défilé à partir d'un des quartiers pauvres du Havre. (concrètement d'envoyer une délégation aux deux secteurs les plus mobilisés – poste et cheminot – pour les convaincre d'un appel commun) Le but est bien évidemment de tenter d'élargir vers les couches sociales les plus pauvres un mouvement duquel elles sont (et resteront) totalement à l'écart.
Mon projet est naturellement de pousser la « formoisie » à mobiliser le « formariat » et les couches les plus fragiles de cette classe formoise en butte aux attaques de la bourgeoisie.
Dans ce débat, un groupe de militants organisés (proches ou membres de la LCR) vont tenter d'empêcher le vote. Ils sont 11. 11 membres de « AC » « Agir contre le chômage ».
Le dégat trainant, et quelques dizaines de participants étant partis, je proclame - il n'y a aucun « président de séance »: « on ne va pas attendre que tout le monde soit parti. …. QUI est d'accord pour les deux propositions que j'ai faites – ZERO chomeurs et manifs dans les quartiers ' ?
Plus d'une centaine de mains (peut-être cent cinquante) se lèvent.
Mais le leader de la « fraction LCR », ne laisse pas le temps de compter les mains. Ils se lève et demande : « Qui est contre ? »
Les 11 mains des 11 membres de « Agir contre le chômage » se lèvent.
Le même leader – un professeur d'Histoire « ami des chomeurs » proclame alors « On n'a pas assez débattu »....

Les spectateurs écoeurés se lèvent et rapidement désertent le hall de l'ANPE.
La fraction se « chargera » de la mise en oeuvre du vote.

Le résultat fut – pas d'accord avec les syndicats des cheminots et de la poste et donc pas de manif à partir des quartiers. Et …. une banderolle ridicule sur laquelle le ZERO chômeur était écrit EN CHIFFRE. Cela se lisait « O chômeurs ». (Une invocation héllénique à Pan, sans doute).


Mes interventions dans les meetings LCR sont constamment entrecoupées par des fâcheux puis par la tribune.
Je tente un dernier essai lors de la visite de Alain Krivine. Méfiant, j'ai emporté « Questions à la revolution » un livre qu'il a écrit.
J'ai l'intention de faire un bref rappel sur l'Afrique et de lire un extrait de son livre. Un extrait sur les coordinations qu'il aurait fallu construire en mai 68 en tant que préfiguration d'un système de soviets.
La tribune – Francois Leroux (futur candidat NPA aux municipales) – m'empechera de finir le paragraphe, prétextant les interruptions d'un facheux (un inconnu pour moi et pour d'autres)



1996 Je conceptualise l'innovoisie

Octobre 2000. Je deviens SDF.

De 2002 à 2007, à l'université du Havre, Julie Amadis, reprenant le flambeau égalitariste, tenta d'orienter les étudiants vers une mobilisation des quartiers pauvres. En vain : elle l'écrivait récemment.


= = texte de Julie Amadis
OUBLI DES PAUVRES DE FRANCE
OUBLI DES PAUVRES DE LA PLANÈTE

Et surtout, le programme de ce parti qui se dit révolutionnaire ignore les pauvres de France comme elle ignore les pauvres de la planète. Les chômeurs, les RSAistes, les travailleurs précaires à moins de 1000 euros par mois sont les grands oubliés de ce nouveau parti anticapitaliste qui préfère arborer des affiches contre la casse du service publique que contre le chômage et contre l'impérialisme.

Ces habitants des quartiers pauvres ne voient, depuis des années, que la partie émergée de l'iceberg de ces formois égoïstes.
Les pauvres des quartiers - absents des Assemblées Générales des mouvements étudiants parce que jamais invités - n'ont pas assisté au refus constant de ces militants LCR (NPA) à démarrer une manif dans les quartiers.
Ils n'ont pas vu les barrages systématiques faits à mes propositions par la LCR-NPA.
REFUS DU NPA DE L'ALLIANCE
AVEC LES PAUVRES DEPUIS DES ANNÉES
Lors de tous les mouvements sociaux à l'Université du Havre de 2002 à 2007, j'ai défendu à chaque fois l'alliance avec les jeunes des quartiers, en proposant diverses actions, comme démarrer une manif à partir de Caucriauville ou du Montgaillard, organiser des débats dans ces quartiers, etc ....
Pour empêcher que mes propositions puissent voir le jour, toutes les méthodes possibles et imaginables ont été utilisées : se mettre à plusieurs pour parler en même temps que moi lorsque je m' exprimais, monopoliser la tribune et ne pas me donner la parole, laisser leur collègue du PC arracher nos affiches égalitaristes, etc, etc....
LE NPA CONTRE L'ÉGALITARISME
Cette attitude s'explique par leur refus acharné de l'égalitarisme, leur reefus acharné du salaire égal pour tous !
Les militants du NPA ne veulent pas partager avec les plus pauvres.
Maintenant ils s'intéressent aux quartiers pauvres dans une optique uniquement électoraliste. Leur objectif n'est ni de prêcher l'égalitarisme ni de faire la révolution.

Ils craignent toujours autant le potentiel révolutionnaire des quartiers.
UNE ALLIANCE
AVEC L'AILE RÉACTIONNAIRE
DES QUARTIERS

(...)
= = extrait de http://revolisationactu.blogspot.com/2010/02/le-npa-le-voile-une-protection-contre.html">Le NPA, le voile : une protection contre la révolution



Sur cette période, à de nombreuses reprises les militants LCR incités à militer davantage dans les quartiers pauvres, et particulièrement à en finir avec ces sempiternels défilés dans le centre-ville, répondent par des pseudo-arguments rhétoriques. Seul l'un d'entre eux aura la franchise d'expliquer sa crainte de « soulever le couvercle » en déclenchant une émeute incontrôlable.
(elle avait failli se produire lors de l'assassinat d'un jeune par un groupe de fascistes)

Mais en décembre 2004, l'émeute se produit sans la LCR.

2008 Je suis banni du site internet de la LCR révolution celeonet

2009 Le NPA nait et, tout en récusant l'héritage trotskyste manifeste une urgence à recruter dans les quartiers pauvres. En son sein, le militant John Mullen soutient ostensiblement Tariq Ramadan et développe une ligne politique stigmatisant une prétendue « islamophobie » qui rongerait la société française.
Il même campagne pour le voile et prétend que «  supplément d'âme »

2010 Le NPA présente une candidate voilée. En faignant d'ignorer l'existence d'un complot ourdi par une fraction non déclarée.


Je qualifie cette fraction de « rouges-bruns-verts ». Je suis censuré sur le site des amis de LO puis banni. Puis, par un cookie pernicieux (semblable à un cookie Google indentique) je suis INTERDIT DE LECTURE sur le site de LO/

Je pose une copie sur le site « Mai 68 ». Il est effacé. Et John Mullen contacté par le responsable de ce site menace de porter plainte en diffamation contre moi.
 

Je réagis par un texte.

Donc je poste une copie sur le site de …. Julien Dray «  Trotsky revient, Krivine est devenu fou ».

Elle ne sera pas validée ...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire