Subscribe in a reader

translate/traduction

Pages vues depuis décembre 2009

dimanche 28 février 2010

Tout changer, rien lâcher : le degré zéro de l'intelligence politique. Le NPA et Olivier Besancenot comme révélateur du pourrissement intellectuel de la formoisie exploiteuse (Lettre publique à Alain Poret)




Alain,
La colle n'était pas encore sèche quand nous sommes passés.
Tu es sur la liste régionale.
D'autres semblent avoir souhaiter l'éviter.

Si tu es candidat pour un tel tissu de stupidités !!!
On avait connu "100 % à gauche" qui ne veut rien dire"...
On a maintenant "Tout changer" et "Rien lâcher" !!!

Que Besancenot soit un clown, que ce clown incapable soit réformiste, stalino-menchévique n'est pas une excuse !!

Jusqu'où descendras-tu avec ces gens-là ?

Où sont les affiches pour l'Afrique ? Pour l'embauche de 5 millions de chômeurs ? Pour la révocabilité des élus ? Pour les soviets ? Pour la révolution ?

Chris Harman et John Mullen misérables truqueurs de citations, menteurs stupides, imbéciles chevaux de Troie de l'islamo-fascisme, petits laquais serviles de l'Internationale de la formoisie fasciste, larbins idéologiques au service du capitalisme.Une étude critique du texte du charlatan Chris Harman « Le prophète et le prolétariat » (1)

Par Yanick Toutain
28/02/2010
ABSTRACT
Le texte de Marx « l’âme d’un monde sans coeur » , devient pour Harman « L'islam (...) coeur d'un monde qui en est dépourvu » pour une transformation finale – chez Mullen - en « l’âme dans un monde sans âme »
Les deux clowns qui forment un détachement avant-garde de la 5° colonne de l'islamo-fascisme truquent scandaleusement les propos de Marx. Naturellement, ils sont assez hypocrites pour ne ni citer leurs sources, ni mettre entre guillemets les propos dont ils suggèrent que Marx en serait l'auteur.
Minables et misérables : l'école anglaise du trucage proto-fasciste. Le « socialisme par en-bas » est un proto-fascisme des égouts.

PRÉAMBULE
Quand Marx écrivait :
« La détresse religieuse est, pour une part, l’expression de la détresse réelle et, pour une autre, la protestation contre la détresse réelle. La religion est le soupir de la créature opprimée, l’âme d’un monde sans cœur, comme elle est l’esprit de conditions sociales d’où l’esprit est exclu. Elle est l’opium du peuple. 
. Pour justifier la propagande pour le voile, le bourrage de crâne « anti-islamophobe » et la propagande en faveur de ses « amis » de l'islam fasciste, le rouge-brun-vert John Mullen écrivait récemment (le 7 novembre 2009, à l'occasion du décès du « rouge-brun-vert » Chris Harman leader du SWP britannique) :

« Le courant Socialisme International a toujours souligné que, si la religion peut être l’opium, elle peut aussi être pour des travailleurs opprimés « l’âme dans un monde sans âme ». Plus particulièrement en France, le tournant vers l’Islam a été le choix d’une partie de la jeunesse issue de l’immigration, face à une société profondément raciste. Afficher sa religion musulmane en France a souvent été un défi lancé contre le racisme. »  (citation sur le site officiellement officieux de la LCR-NPA)
Le truqueur et manipulateur de citation – inspiré par son prophète Harman – transformait l'expression de Marx « l’âme d’un monde sans coeur, » en « l’âme dans un monde sans âme ». Mais, de surcroit à ce méprisable et scandaleux trucage, il en rajoutait une couche en se gardant bien de parler de la nécessaire « abolition de la religion » qui suivait immédiatement le paragraphe de Marx :
« L’abolition de la religion en tant que bonheur illusoire du peuple est l’exigence que formule son bonheur réel. Exiger qu’il renonce aux illusions sur sa situation c’est exiger qu’il renonce à une situation qui a besoin d’illusions. La critique de la religion est donc en germe la critique de cette vallée de larmes dont la religion est l’auréole. »
« L'ABOLITION DE LA RELIGION » DE MARX
DEVIENT « AFFICHER SA RELIGION »
EN TANT QUE
« DÉFI LANCE CONTRE LE RACISME »
CHEZ LE ROUGE-BRUN-VERT TRUQUEUR MULLEN !

Pire encore, John Mullen le bigot, la suite de son texte, aux antipodes d'une abolition de la religion précisait son projet – celui de Chris Harman
« Afficher sa religion musulmane en France a souvent été un défi lancé contre le racisme.
La question de l’islam, le fondamentalisme et l’impérialisme aujourd’hui est complexe. Il faut analyser à tête froide le rôle de l’islamisme politique au Maghreb, en Palestine, et dans les pays occidentaux. Dans son court livre Le prophète et le prolétariat publié par Socialisme International en 1994, Harman jette les bases d’une analyse matérialiste de l’islamisme. »
Le toupet de ces ennemis de Marx et du marxisme est sans limite. La pathologie religieuse devient un « défi », la propagande bigote devient un combat contre l'impérialisme, la lutte contre ce que cette 5° colonne des fascistes appelle « l'islamophobie » devient la condition sine-qua-non de toute lutte sociale.
Ce texte est destiné à démasquer l'hypocrisie de tous ces rouges-bruns-verts qui travaillent - dans ce qui était le « camp de la formoisie progressiste » - en faveur des fascistes de l'islam, en faveur des partisans de la charia, en faveur des partisans du djihad, en faveur des partisans du voile islamique.
Citations tronquées, citations transformées, citations anti-cléricales truquées pour en faire des paroles révélées et des incitations à la bigoterie sont l'ordinaire de ces deux truqueurs.
= = = = = = = = = = = = = = = = =
Chris Harman et John Mullen
misérables truqueurs de citations, menteurs stupides,
imbéciles chevaux de Troie de l'islamo-fascisme,
petits laquais servile de l'Internationale de la formoisie fasciste.
Une étude critique du texte du charlatan Chris Harman « Le prophète et le prolétariat » (1)
On a donc « l’âme d’un monde sans coeur » , de Marx qui devient pour Harman « L'islam (...) coeur d'un monde qui en est dépourvu » pour une transformation finale – chez Mullen - en « l’âme dans un monde sans âme »
Dans le cadre de sa propagande en faveur de la mise en œuvre des tactiques de l'islamo-fascisme, le truqueur John Mullen rédigeait, en novembre dernier, la nécrologie du truqueur Chris Harman. Cet ignare qu'est Harman, déguisé en « trotskystes partisan des thèses de Tony Cliff et du capitalisme d'Etat en URSS» était un des principaux dirigeants du SWP anglais, un parti réformiste pseudo-trotskyste accrochés aux basques du parti de Tony Blair et de Trade-Unions dégénérées – organisations syndicales d'un prolétariat bourgeois en voie de pourrissement, d'une formoisie qui pourrit sur place.
John Mullen nous donne « la » référence. Un texte prétendument fondateur d'une nouvelle approche « marxiste », « matérialiste » de l'islam.
Quand ce texte n'est qu'un ramassis de banalités ignares, truffées de citations factuelles intéressantes, mais présentant une absence totale de cohérence intellectuelle. En particulier, un aveuglement complet du principal phénomène : la construction d'une Internationale de la formoisie aigrie, une Internationale qui voit se rapprocher le clown stalino-menchévique ignare Olivier Besancenot, la militante catholique brésilienne anti-avortement Héloisa Helena (la folle dingo qui a son « camarade dans les cieux » qui lui envoie de l'amour qui nous révèle son "
... expérience religieuse est avec le camarade qui est là-haut dans les cieux, et qui m'a donné beaucoup de preuves d'amour dans les moments difficiles que j'ai traversés durant ma vie") et les bigots tartuffes Tariq Ramadan et Abdelaziz Chaambi (l' « ami » de John Mullen).
Le texte « Le prophète et le prolétariat » ne fonde rien du tout. Il n'est qu'un paravent idéologique servant à masquer le rôle de 5° colonne de l'islamo-fascisme que jouent les Harman, les Mullen et autres pseudo-Sylvestre du NPA.
Les citations apparemment savantes du début du texte contiennent – dès le commencement – des erreurs grotesques.
« A cet égard, l'islam ne diffère en rien des autres religions. Il est apparu dans un contexte donné, celui de la communauté marchande des villes de l'Arabie du VIIe siècle, dans une société dont l'organisation reposait encore principalement sur une base tribale. Puis l'islam s'épanouit au cours de la succession de grands empires façonnés par certains de ceux qui acceptaient les préceptes musulmans. Il persiste aujourd'hui comme idéologie officielle de nombreux états capitalistes (Arabie Saoudite, Soudan, Pakistan, Iran, etc.), mais aussi comme source d'inspiration de nombreux mouvements d'opposition. »
Il confond « modalité d'expression » et « source d'inspiration »
Le retour au texte des paysans de l'ouvrage de Engels « La Guerre des Paysans » nous rappelle que, pour eux, la religion – qu'elle soit christianisme ou islam - n'est par une « source d'inspiration » , c'est une modalité d'expression de leur égalitarisme.
Il aurait suffi à l'ignare prétentieux de lire l'introduction de Engels pour comprendre que l'islam ne pouvait et ne pourra jamais être une « source d'inspiration » pour aucun courant, aucune couche sociale, aucune classe sociale, aucune strate sociale.

Le vieil Engels écrivait en 1870 –à propos de l'ouvrage rédigé en 1850, dans sa première jeunesse :
« En d´autres termes, je cherchais à montrer que la Constitution politique de l'Allemagne, les soulèvements contre elle, les théories politiques et religieuses de´époque n'étaient pas des causes, mais des résultats du degré de développement auquel étaient arrivés, dans ce pays, l'agriculture, l´industrie, les voies de communication, le commerce des marchandises et de l'argent. Cette conception — qui est la seule conception matérialiste de l´histoire — provient de Marx et non de moi ; on la retrouve dans ses travaux sur la révolution française de 1848-49, publiés dans cette même Revue et dans son 18 Brumaire de Louis Bonaparte. »
Il est vrai que le modèle présenté par Engels pourrait servir de preuve au fait que Harman aurait lu son livre …. en prenant exemple des méthodes décrites comme étant celle de « la classe aristocratique » dans le clergé :
« La falsification de documents était pour ces dignes hommes un moyen courant et familier d'extorsion. »
Par opposition, plus loin, notre Engels réitérait son opposition aux imbéciles de l'époque, aux Harman du 19° siècle :
« Même dans ce que l'on appelle les guerres de religion du XVIe siècle, il s'agissait avant tout de très positifs intérêts matériels de classes, et ces guerres étaient des luttes de classes, tout autant que les collisions intérieures qui se produisirent plus tard en Angleterre et en France. Si ces luttes de classes portaient, à cette époque, un signe de reconnaissance religieux, si les intérêts, les besoins, les revendications des différentes classes se dissimulaient sous le masque de la religion, cela ne change rien à l'affaire et s'explique facilement par les conditions de l'époque. »
(…)
Ce voyage de propagande de Münzer contribua manifestement d'une façon essentielle à l'organisation du Parti populaire, à la fixation nette de ses revendications et finalement à l'insurrection générale d'avril 1525. La double activité de Münzer, pour le peuple d'une part, auquel il s'adressait dans le langage du prophétisme religieux, le seul qu'il fût capable de comprendre à l'époque, et d'autre part pour les initiés, avec lesquels il pouvait ouvertement s'entretenir de ses véritables buts, se manifeste ici très nettement. Si déjà en Thuringe il avait groupé autour de lui et placé à la tête de la ligue secrète un groupe d'hommes des plus décidés, issus non seulement du peuple, mais aussi du bas clergé, dans la Forêt-Noire, il devient le centre de tout le mouvement révolutionnaire de l'Allemagne du Sud-Ouest.
Pour Engels, il est parfaitement clair que ce n'est pas la religion qui déclenche quoi que ce soit.
Et pour nous, il est tout autant clair que Chris Harman est un adversaire hypocrite du marxisme. Un ennemi infiltré.

LA RELIGION N'EST – POUR ENGELS – QU'UN « MASQUE » !
Engels, non seulement nous montre que les luttes de classes « se dissimulaient sous le masque de la religion » mais de surcroit, il nous présente un Thomas Münzer pratiquant le double langage, un militant politique masquant ses objectifs égalitaristes sous un vocabulaire issu de la Bible.
Mais tout cela n'empêche pas l'ignare Harman (qui se croit « marxiste » ?) de venir nous présenter son conte de fée. Il va nous présenter un « islam protecteur ».

« A chaque étape de son évolution, le discours de l'islam a toujours oscillé entre la promesse d'une certaine protection pour les opprimés et la garantie d'une protection contre tout renversement révolutionnaire pour les classes exploitantes. » 
Harman cultive l'ambiguïté sous le mot « promesse ». On verra ailleurs qu'il considère cette « promesse » comme – au moins partiellement réalisée. L'islam réglementerait l'oppression !!!!
CHEZ LE TRUQUEUR IGNARE HARMAN,
L'ISLAM COMME « UN REMPART
CONTRE UNE OPPRESSION PLUS DURE ENCORE
 » !!!
« Il séduit les riches comme les pauvres en réglementant l'oppression et en élevant par la même un rempart contre une oppression plus dure encore, mais aussi contre une éventuelle révolution. L'islam constitue, tout comme le christianisme, l'hindouisme et le bouddhisme, à la fois le coeur d'un monde qui en est dépourvu et l'opium du peuple. »
Sur le fond historique, on appellera donc « Alexandre le Grand un rempart contre une oppression plus dure encore », on appellera « Julius Caesar rempart contre une oppression plus dure encore » !!!
Les Africains esclaves castrés devaient être contents de ce « rempart ». Ils mouraient, en saignant, en remerciant l'islamisme d'être un « rempart ». Et les Africaines esclaves violées par les suppôts de Mohamed appréciaient elles-aussi de subir un viol limité par ce « rempart » qui les protégeait d'un viol probablement « plus dur encore ». (on verra plus loin que cette absence des Africains dans la description de ce qu'est l'Islam est le symptôme du racisme anti-Africain de tous ces suppôts de l'islamo-fascisme : racisme de John Mullen, racisme de Chris Harman similaire au racisme de tous ces « amis de la Palestine » qui refusent de voir un taux de mortalité infantile quatre fois pire en Afrique qu'à Gaza)

Quant au marxiste « opium du peuple », on remarque le trucage qui consiste à faire une citation sans la faire : il reprend sans le dire une phrase analogue de Marx.
Mais en truquant totalement le sens de la phrase originelle : Harman prétend nous convaincre que les structures religieuses protégeraient les pauvres. L'islam serait le protecteur des pauvres contre une « oppression plus dure encore,»
Mais la citation de Marx n'a rien à voir avec une structure religieuse institutionnelle qui protégerait les pauvres.

Quand il fait sa citation, Marx n'a en vue que le phénomène de la religiosité.
« La détresse religieuse est, pour une part, l’expression de la détresse réelle et, pour une autre, la protestation contre la détresse réelle. La religion est le soupir de la créature opprimée, l’âme d’un monde sans coeur, comme elle est l’esprit de conditions sociales d’où l’esprit est exclu. Elle est l’opium du peuple. 
Il n'est pas question ici – comme chez Harman qui invente sa tambouille - de protection que les imams ou les classes exploiteuses accorderaient aux classes exploitées. Il est seulement question – chez Marx – du rapport personnel que l'opprimé entretient avec la religion en tant que croyance. La comparaison serait les phénomènes de constructions mystiques parmi les tribus cheyennes, sioux, apaches au début du 20° siècle. Des délires hallucinés qui ont comme sources les défaites militaires et sociales des peuples indigènes face aux barbares envahisseurs venus d'Europe.
Il s'agit de la religion en tant que consolation passive.

C'est à ce phénomène que Chris Harman ne comprend rien pour nous fabriquer son pseudo-marxisme à coup de citations truquées, tronquées qui sont rédigées sans guillemets.
Et l'imbécile rouge brun vert Mullen truquera à son tour les non citations truquées de Harman pour fabriquer sa propre tambouille.
Nous sommes passés de la religion consolatrice (Marx) à la religion protectrice des pauvres (Harman), pour arriver maintenant à la sauce Mullen à une religion en tant qu'idéologie militante antiraciste
« Le courant Socialisme International a toujours souligné que, si la religion peut être l’opium, elle peut aussi être pour des travailleurs opprimés « l’âme dans un monde sans âme ». Plus particulièrement en France, le tournant vers l’Islam a été le choix d’une partie de la jeunesse issue de l’immigration, face à une société profondément raciste. Afficher sa religion musulmane en France a souvent été un défi lancé contre le racisme. » 
La consolation devenue protection est maintenant mutée en «défi ». On remarque que la mutation du sens s'opère avec une mutation de la citation elle-même :
La religion (… ) âme d’un monde sans coeur, (…) esprit de conditions sociales d’où l’esprit est exclu. (… ) opium du peuple.
Est d'abord devenu, chez Chris Harman
« L'islam (...) coeur d'un monde qui en est dépourvu et l'opium du peuple. »
pour se transformer – sous la plume du truqueur Mullen qui prétend citer Harman
« la religion peut être l’opium, elle peut aussi être pour des travailleurs opprimés « l’âme dans un monde sans âme ». (…) Afficher sa religion musulmane en France a souvent été un défi lancé contre le racisme. » 
« L'ÂME DANS UN MONDE SANS ÂME » du truquer menteur bigot islamophile Mullen
On a donc « l’âme d’un monde sans coeur » , de Marx qui devient pour Harman « L'islam (...) coeur d'un monde qui en est dépourvu » pour une transformation finale – chez Mullen - en « l’âme dans un monde sans âme »
Le monde était sans cœur. Marx y voit la religion y apporter une âme quand Harman y voit l'Islam lui apporter un cœur.
Harman voit l'Islam apporter une protection aux pauvres !!!
Ce contresens stupide est le socle des trahisons criminelles de ces « rouges-bruns-verts ». Ils vont construire leur idéologie prétendument scientifique sur ce « contresens » et cette citation truquée de Marx.

On a donc un premier socle dans la construction de l'idéologie des « antislamophobes » : l'islam est un coeur apporté à une société qui en manque.
La deuxième étape de cette 5° colonne de l'islamo-fascisme est construite par le discours de John Mullen. Celui-ci contredit, lui aussi, Marx, mais d'une autre manière : ce qui manque à la société, ce n'est pas un coeur (c'est à dire un partage égalitariste des richesses – ce à quoi pense Marx), non, pour cet imbécile bigot, ce qui manque au monde c'est d'avoir …. une âme. Le bigot rouge brun vert Mullen reproche au monde d'être un « monde sans âme ».
Il peut donc copiner avec Tariq Ramadan. C'est cet agitateur politique des mosquées qui va ramener « une âme » à ce « monde sans âme ».

On a donc un Chris Harman qui trahit allègrement Karl Marx (l'a-t-il seulement compris ?) et un John Mullen qui fait de fausses citations trahissant Harman et qui vient dire le contraire de celui dont il rédigeait l'hommage nécrologique sur le site de débats de la LCR.
Cette double trahison de Karl Marx et de ses analyses est typique de ce courant politique : Chris Harman construit un socle mensonger basé sur des demi-vérités, des demi-analyses et il ouvre la porte au « demi-fasciste » Mullen en lui apportant un camouflage scientifique.
On verra comment, dans la suite de son texte, le cheval de Troie de l'islamo-fascisme Chris Harman nous montrer dans la nommer ni le comprendre - la formoisie agissant comme la base principale d'un 'renouveau' de l'Islam. Mais cet « islamisme de la nouvelle classe moyenne » est présenté – avec l'appui de citations d'autres auteurs, comme moderniste. Harman (dixit Roy) nous affirme que  « Le mouvement islamiste » serait « né au cœur des secteurs modernes de la société ». Comme si les diplômés répétants étaient les « secteurs modernes de la société » !!!
Cette ignorance du développement de la strate répétante et de sa composante corrompue – la classe innovoise, n'est qu'un élément de plus du caractère anti-scientifique de toute la thèse du charlatan pseudo-marxiste Chris Harman.
Il n'est ni marxiste, ni néo-marxiste, ni post-marxiste.
Il n'est rien !

Un idéologue formois de plus. Occupé à fabriquer de la fumée idéelle pour masquer la réalité, pour perpétuer le règne de la bourgeoisie mondiale, règne qui assure à tous les « clowns titrés professeurs » de la planète l'assurance de la perpétuation de la distribution des miettes de la bourgeoisie. Jusqu'à sa mort, Chris Harman était – comme Daniel Bensaïd – un mangeur de miettes impérialistes fabriquant de l'idéologie (burgo)- bourgeoiso-formoise. Un inutile au service de la classe bourgeoise quémandant des miettes pour la classe formoise.






NOTES :
Un extrait du site officiellement officieux du NPA-LCR revolution celeonet. Le texte (7 novembre 2009) de John Mullen dans deux extraits.


« John Mullen
posté Nov 7 2009, 03:39 PM


Nous avons su ce matin que Chris Harman est décédé à Caire hier soir, où il intervenait dans un congrès de militants révolutionnaires.
Un des dirigeants de l'SWP depuis les années 1968, il a écrit un grand nombre de livres et des centaines d'articles.

J'ai écrit un article en hommage à lui qui recense les oeuvres majeures disponibles en français. Le voici :
John Mullen



Chris Harman « Le socialisme c’est le pouvoir aux travailleurs »

Chris Harman, un des dirigeants du Socialist Workers Party britannique, orateur et théoricien hors pair, est décédé vendredi soir à Caire, où il intervenait dans un congrès de socialistes révolutionnaires. Même si je l’ai souvent vu parler à des réunions et des congrès, je ne connaissais pas Chris personnellement. Alors tout en exprimant mes condoléances à sa compagne et à sa famille, je vais ici présenter pour les lecteurs français, qui le connaissent peu, la contribution indispensable qu’a faite Harman à la compréhension marxiste du monde et à la construction des luttes des travailleurs.

Expliquer le marxisme en des mots simples
(…)
S’opposer à l’islamophobie
Trois autres débats importants pour les anticapitalistes ont été l’objet d’écrits de Harman. Tout d’abord le débat concernant la religion. Le 11 septembre a renforcé l’islamophobie en Occident, et une bonne partie de la gauche a préféré applaudir plutôt que s’opposer à la discrimination anti-musulmane. En France, l’extrême gauche s’est montrée dans sa quasi-totalité incapable de riposter à l’islamophobie. L’excuse a été une analyse simpliste sur la religion comme une conspiration maléfique pour manipuler les travailleurs – « l’opium du peuple ». Le courant Socialisme International a toujours souligné que, si la religion peut être l’opium, elle peut aussi être pour des travailleurs opprimés « l’âme dans un monde sans âme ». Plus particulièrement en France, le tournant vers l’Islam a été le choix d’une partie de la jeunesse issue de l’immigration, face à une société profondément raciste. Afficher sa religion musulmane en France a souvent été un défi lancé contre le racisme.
La question de l’islam, le fondamentalisme et l’impérialisme aujourd’hui est complexe. Il faut analyser à tête froide le rôle de l’islamisme politique au Maghreb, en Palestine, et dans les pays occidentaux. Dans son court livre Le prophète et le prolétariat publié par Socialisme International en 1994, Harman jette les bases d’une analyse matérialiste de l’islamisme. Si des éléments de ce livre ont besoin d’être mis à jour suite aux évolutions récentes des islamismes, il n’empêche que cet ouvrage constitue quasiment la seule tentative d’une analyse marxiste générale de l’islamisme. Vous trouverez le document ici :
Le prophète et le prolétariat
http://pagesperso-orange.fr/revuesocialisme/prophete.html »




lundi 22 février 2010


Quand Daniel Bensaïd, Alain Krivine, Olivier Besancenot soutenaient une CANDIDATE ANTI-AVORTEMENT

Le NPA John Mullen interviewait Tariq Ramadan en 2005. Un LCR « brun-rouge-vert » qui sert la soupe au bigot.

Par Yanick Toutain
24/02/10 18:53:47

EN juillet 2005 LE NPA-LCR JOHN MULLEN (LCR Montreuil-NPA Agen) INTERVIEWAIT TARIQ RAMADAN SUR OUMMA.COM

John Mullen est un « rouge-brun-vert ». Un « rouge-brun-vert » qui menace.
Citation : 



Il est un « rouge-brun-vert » adhérent du NPA, toléré, accepté par la direction Krivine-Sabado-Besancenot, un « rouge-brun-vert » qui ose menacer !!!!

LES TECHNIQUES DU STALINISME
POUR PROTÉGER LE CAPITALISME :
LE STALINO-FASCISME

Cette crapule est un praticien du stalino-fascisme : les techniques du stalinisme pour préserver le système capitalisme, l'utilisation des techniques de Staline pour jouer le rôle qui fut celui de Hitler entre 1922 et 1933 : empêcher le renversement du capitalisme.
Il prétend être « un bolchévique ».
Il ose se prétendre « bolchévique » qui menaçant d'aller pleurer sa « diffamation » dans les jupes de la bourgeoisie !!!

Un escroc !
Il prétend être « un bolchévique ». Mais un bolchévique tel que Lénine se battait – lui- pour la construction et la prise du pouvoir des soviets en 1917.
Seulement voilà, le prétendu « bolchévique » John Mullen ne prononce pas UNE SEULE FOIS le mot « soviet » sur son site !!!

UN « BOLCHEVIQUE » SANS SOVIET ? SANS ÉLUS RÉVOCABLES ?

UNE seule fois, le mot «Soviets» désigne l'URSS.
Lénine et les bolchéviques se battaient pour la révocabilité des élus et des fonctionnaires. Lénine en parle tout au long du livre qu'il a écrit à l'été 1917.
Mais ce mot ne se trouve pas une seule fois sur son blog.
Cet individu est un pur charlatan. Un escroc politique.
Mais pour qui roule-t-il exactement ?
Quelle est sa fonction politique.
Il se présente comme un militant « bolchévique » « antifasciste ».
Mais la lecture de l'interview qu'il fit de Tariq Ramadan donne une très étrange impression.
Le lecteur peut – sur le site Oumma.com – lire l'entièreté des questions-réponses.
Mais ici, seules les questions posées par John Mullen à Tariq Ramadan sont relevées.

On va pouvoir constater quel est le camp de John Mullen.

'mardi 5 juillet 2005 – par John Mullen
Pourquoi pensez-vous être la cible d’autant d’attaques dans les médias en général, et aussi dans les médias de gauche ?'


Commentaire YT : Dès le début de son interview, il cherche à victimiser Tariq Ramadan. Un homme honnête qui interviewerait un musulman honnête chercherait les points de convergence. Par exemple, il l'interrogerait sur l'interdiction du crédit dans le Coran et sur le combat pour en finir avec le crédit capitaliste et le capitalisme tout court.
Ou encore, il l'interrogerait sur le combat pour égaliser tous les revenus.
Ou encore, - en plaçant le débat sur le plan philosophique - il lui demanderait s'il est convaincu que « tout est écrit ». Sur le fait que ce « tout est écrit » est un préalable à l'élaboration de toutes les sciences.
Ou encore, il pourrait tenter de le déstabiliser en lui demandant si la présence du « diable » ne serait pas un renoncement au « monothéisme » : un système duo-théiste - bithéiste- avec deux dieux en concurrence ….. Mais avec – en conséquence - un « Dieu » imparfait, aux pouvoirs limités etc …..
Mais non, dès la première question, John Mullen sert la soupe. Il tend le micro pour permettre au partisan du voile, du djihad et de la charia de se présenter comme une victime. Alors que le politicien Ramadan mène une offensive en Europe, une attaque bigote néo-fasciste.
'Quelles sont les choses que vous avez dites et que les grands médias ne veulent jamais citer, jamais imprimer ?'
Commentaire YT : Une nouvelle fois, le faux-bolchévique menteur John Mullen présente Ramadan comme victime. On peut remarquer que le mot « grands médias » fait l'impasse sur la nature de classe des journaux ou médias audiovisuels auxquels il fait allusion.
On pourra aussi remarquer que cette question est aux antipodes de la réalité : il est impossible de ne pas connaître le nom de Tariq Ramadan tellement est important le nombre de micros de la bourgeoisie qui se tendent pour répercuter la propagande politique bigote néo-fasciste du rhéteur Ramadan.
'En France, ce qui est étrange, c’est de voir qu’une partie de l’extrême gauche est presque plus virulente que la droite...'
Commentaire YT : Les coups de poignards dans le dos commencent ici. John Mullen se positionne ici exactement comme s'il était un agent policier provocateur. Aller demander à un bigot néo-fasciste « brun-vert » s'il est d'accord sur le fait que la droite serait moins virulente que l'extrême-gauche est typique d'une politique d'alliance « rouge-brun-verte ».
Quant au fait que ce serait « étrange » ? Cela peut s'interpréter de diverses façons. Mais quelles que soient les diverses interprétations, nous nous trouvons face à un « pseudo-bolchéviques » qui ose dire que « une partie de l'extrême-gauche » serait « presque plus virulente que la droite ».
On peut s'interroger que les conclusions qu'il donne à ce prétendu constat d' « islamophobie ». Doit-on en déduire que, dans sa campagne « anti-islamophobe », John Mullen pourrait trouver dans « la droite » des alliés afin de combattre « une partie de l'extrême-gauche.
Quant aux forces sociales qui seraient derrière les uns et les autres, ne les cherchez pas. John Mullen, le bolchévique, est au-dessus de ça.
'J’ai vu des militants d’extrême gauche qui ont tout un discours sur les femmes voilées, et ils ne leur parlent jamais. Ils en ont dans leur quartier, ils ne leur adressent jamais la parole.'
Commentaire YT : Il ne se rend même pas compte de l'arrogance et du mépris de la façon dont il parle des « femmes voilées ».
Il ose écrire « ILS EN ONT DANS LEUR QUARTIER ».
Il parle de ces malheureuses d'une façon totalement réifiée.
« Dans mon quartier, il y a des arbres » ou « J'ai des arbres dans mon quartier » sont deux phrases totalement différentes. Dans la seconde, l'appropriation du verbe avoir est symptomatique du militant réifiant. Il considère les humains comme des cibles. Des « cibles militantes ».
« ILS EN ONT DANS LEUR QUARTIER... »

« Tu as des immigrés dans ton quartier, tu pourrais leur parler ».
L'abjection de certains militants puants des années 70. Le peuple est une cible pour eux. Ils « ont des immigrés », ils « ont des femmes voilées » dans « leur » quartier. Et ces cibles peuvent être recrutées.
Et c'est un « cibleur » qui « a des femmes voilées dans son quartier » (à moins que John Mullen, lui n'ait pas « de femmes voilées dans son quartier ») s'adresse aux militants d'extrême-gauche.
« Tu as des femmes voilées dans ton quartier et tu ne leur parles pas  !».
Dans le quartier où j'habite (qui n'est pas « mon » quartier) il y a des femmes avec des chignons, des hommes qui portent des lunettes, des rétraités qui ont des cannes.
Mais ils ne sont pas mes cibles.
Je ne vois pas pour quelle raison, une tenue vestimentaire particulière transformerait un groupe d'humains particulier en cible.
Mais, pour John Mullen, les choses ne sont pas ainsi. Quand il voit une « femme voilée », il le considère comme une « cible ».
Mais une « cible » pour quoi faire ?
Puisque lui n'est pas « islamophobe » ?
Il devrait les considérer ….banalement, anodinement.
La réponse est simple : elles sont des cibles pour lui. Ces femmes victimes de la propagande de Tariq Ramadan, victimes de la bigoterie, il DOIT leur parler ….
Mais parce que John Mullen veut les RECRUTER.
La clé est là !
'Cela fait deux ans que le terme islamophobie s’est imposé dans un certain domaine politique. Quels sont les éléments d’avancée pour ceux qui combattent l’islamophobie, et de clarifications...'

Commentaire YT : « S'est imposé ». Quel culot !
Cette objectivation d'un phénomène qui fut le résultat d'une propagande acharnée des « rouges-bruns-verts » et de leurs alliés de l'islamo-fascisme est proprement scandaleuse. Cette « imposition » est le résultat d'un complot. Elle est le résultat du travail acharnée d'une fraction secrète.
Une fraction réunissant des Tariq Ramadan, des John Mullen.
Le voile de Ilham Moussaïd qui apparaît le 2 février est la suite de la pétition qui circulait à la mi-décembre dans le NPA, une pétition pro-voile dont Gilles Suze nous avait donné, à l'époque la copie.
Un complot dont les racines remontent dans la LCR dès années plus tôt.
'Y a-t-il une politisation accrue des musulmans en France actuellement, et quelles sont les formes les plus intéressantes ?'

Commentaire YT : Communautarisme abject ! Rien que la nominalisation de « musulman » est le début d'un dérapage.
Je connais, depuis 30 ans un marchand de pantalon juif (il est devenu responsable local de sa synagogue), j'ai un copain catholique qui se promène avec sa bible, un étudiant musulman acceptait de discuter en considérant l'intervention de Dieu limitée à la « pichenette du Big-bang ».
Mais « juif », « catholique » ou « musulman » sont ici des adjectifs. Pas des noms.
Le marchand était « juif » et « humoristique ». (Je protestais, il y a 30 ans sur le racisme de son « humour juif »).
Le copain n'est pas seulement « catholique », il est aussi « juriste ».
Et l'étudiant était autant – plus - « arriviste » que « musulman ». C'est pour son arrivisme que je l'ai envoyé promener.
Les noms « catholique », l'expression « UN catholique » contient déjà un communautarisme rétrograde.
Les humoristes, les juristes et les arrivistes peuvent fonder des associations.
Mais leurs associations – d'humoristes, de juristes, d'arrivistes - n'ont pas la prétention d'imposer des menus séparés dans les cantines de leurs enfants ou de réclamer la répression contre le BLASPHEME.


'Est-ce que les avancées sur la question de l’islamophobie, des discriminations, peuvent avoir lieu dans le cadre traditionnel de la république démocratique, ou est-ce que cette lutte contient en elle-même une transformation sociale assez radicale ?'

Commentaire YT : Doit-on en déduire le fait que seule la révolution anticapitaliste sera à même de satisfaire aux exigences de Tariq Ramadan concernant la Charia ou le Jihad ?
Doit-on considérer que la malheureuse que son mari empêche de sortir seule et qui s'adresse à Tariq Ramadan en se plaignant – cela dure depuis 40 ans – que son mari exige de choisir les amies femmes qui sont autorisées en lui rendre visite, devront attendre la révolution « bolchévique » de John Mullen pour avoir le droit de choisir ses amies femmes. (conférence vidéo) ?
Doit-on considérer qu'elle devra attendre 40 ans de plus et une révolution anti-Ramadan, une révolution anti-Mullen pour avoir le droit d'avoir des …. AMIS HOMMES ?
'Si j’ai bien compris, vous ne pensez pas que la crise sociale en général a tellement besoin pour l’ordre établi de bouc émissaire, que ça pose un problème pour une résolution non révolutionnaire, ou non radicale, de la situation ?'

Commentaire YT : Un bouc émissaire ?
Quel délire ! Quel ignare !
Cet imbécile John Mullen devait vivre dans un bocal en 1970, en 1973 !!!!
La technique du « bouc émissaire » n'a strictement rien à voir avec ce qui se produisait dans les années 70.
Des affiches « 1 million de chômeur = 1 million d'immigré en trop » fleurissaient sur les murs.
Qui oserait afficher cela actuellement ?
Les fascistes rasent les murs, le Front National a complètement policé son discours. Le PCF utilisait un bulldozer pour raser un foyer d'immigré. Les staliniens du « Parti Communiste Français » recouvraient d'affiches toute la France « Produisons français ».
Les mots péjoratifs étaient d'usage courant dans la population. Les antiracistes militants étaient minoritaires.
En 2010. Le racisme est devenu light. (Quand bien même il touche maintenant des secteurs nouveaux comme les enseignants qui étaient un secteur « protégé » dans les années 70)
Si un compteur social permettait de comptabiliser la quantité de propos racistes, il n'y aurait aucune commune mesure avec ce qui se disait dans les années 70.
Quant à l' « islamophobie », le cheval de bataille du « rouge brun vert » Mullen, elle n'est que le cheval de Troie des fascistes. Fascistes d'Iran, fascistes d'Algérie, fascistes de France.
Ces fascistes et leurs amis « rouges-bruns-verts » tentent de construire une victimisation en multipliant les provocations.
Mais les femmes voilés sont plus fréquemment des diplômées arrivistes et des femmes inculte soumises à des maris rétrogrades que des femmes pauvres « ordinaires ». Ce n'est pas la pauvreté ni l'origine algérienne ou marocaine qui est en amont du voile.
La femme de Gilles Suze et sa belle-mère viennent d'Algérie. En conséquence, le voile est pour elle le symbole haï imposé par « les barbus ».
Le mot que les femmes d'origine du Maghreb associent à « voile », c'est le mot « barbu ».
Leur « bouc émissaire », c'est le fasciste violeur d'Iran, c'est le fasciste bigot violeur et assassin du FIS, le gangster du Front Islamique du Salut.
C'est ce gangster que ces crapules cherchent à fabriquer en France.
'Quelles sont les collaborations qui vous semblent utiles entre les organisations musulmanes et les organisations de gauche ?'

Commentaire YT : La bonne réponse est « la doriotisation accélérée de toute l'extrême-gauche ex-trotskyste ».
C'est la perche tendue par John Mullen.
'Est-ce qu’il y a des problèmes particuliers de travail commun entre athées de gauche et musulmans ?'

Commentaire YT : La bonne réponse est « Il ne devrait y en avoir aucun. Notre combat commun contre Israël, contre l'impérialisme des États Unis devrait nous unir. Nous travaillons pour la Palestine »
La bonne réponse (mais il ne faut pas le dire tout haut) est : « Nous sommes bien d'accord pour ne jamais parler de l'Afrique et ne jamais dire que la France tue 4 fois plus de bébés africains (en proportion) à chaque naissance que Israel dans la bande de Gaza.
Sur 100 naissance en Afrique, 10 bébés meurent.
A Gaza, sur 100 naissances, 2,5 bébés meurent (25 pour 1000 naissances)
Ne jamais dire qu'il y a 3 millions de bébés morts par an en Afrique.
Et la bourgeoisie nous soutiendra. Elle n'expulsera pas Tariq Ramadan comme agitateur fasciste. Et la bourgeoisie n'expulsera pas John Mullen comme agitateur fasciste.
Ne jamais parler de l'Afrique est la précondition du soutien que nous apporterons Direct8, TF1 et tous les médias sous le contrôles des esclavagistes français de l'Afrique. »
'De l’autre côté il y a le positionnement de Sarkozy qui voudrait un autre type d’Islam, ou un autre type de politisation de l’Islam. Est-ce qu’il y a une droite musulmane en France ?'

Commentaire YT : La bonne réponse est « Si notre combat hypocrite peut permettre à des gogos de ne pas comprendre le fascisme que nous préparons et permettre à des rouges-bruns-verts comme John Mullen de s'infiltrer dans le NPA, il ne faut tout de même pas exagérer et moi – Tariq Ramadan – je me tiens à la disposition de Barack Obama pour toute opération qui permettra au fascisme de la Charia et du Jihad d'étendre son influence dans les quartiers pauvres étasuniens. »
La bonne réponse est « Nous sommes au service du capitalisme. Notre but est de fabriquer la police politique des quartiers. Recruter les gros bras qui combattront contre la révolution bolchévique égalitariste. »
COMBATTRE LA RÉVOLUTION BOLCHÉVIQUE ÉGALITARISTE
'Malcolm X est un des exemples d’un combat qui avait ses racines dans la foi islamique, mais qui était politiquement très radical vers la gauche. Est-ce que vous vous réclamez de ce genre d’idées ?'
Commentaire YT : Ignorance ? Bêtise ? Stupidité ? Mensonge délibéré ?
Malcolm X est tombé dans les griffes d'une secte raciste dont le gourou pratiquait l'agression sexuelle, qui négociait en secret avec la direction du Ku Klux Klan. (Négociations auquelles participa lui-même Malcolm qui nous les révéla).
L'islam de la « Nation of Islam » était un rideau de fumée d'un gourou cinglé.
C'est en rompant avec cet « islam » que Malcom X a découvert que la Mecque ne réunissait pas que des Afro-Américains.
Mais son pèlerinage ne fut qu'un passage accéléré.
Malcolm X devenait révolutionnaire tiers-mondiste et trotskyste.
Il est mort avant la fin du processus.
On a donc un petit gangster qui devient bigot dans une secte raciste, qui glisse en suite vers l'égalitariste universel.
Son passage en tant que « véritable croyant » a été tellement bref qu'on peut s'interroger sur le fait qu'il ait vraiment existé.
'Est-ce qu’un débat utile peut avoir lieu entre révolutionnaires de gauche et des gens autour de vous ?'

Commentaire YT : La « bonne réponse » est : Mais, cher John Mullen, c'est ce que nous faisons !!! Il vous arrivera ce qui est arrivé aux crétins du parti Toudeh en Iran. Nous vous tuerons quand vous refuserez de vous convertir ! »
'Est-ce qu’il y a des questions éthiques dans l’Islam qui pourraient être des désaccords entre nous ? Par exemple s’il y a des éléments de pacifisme dans votre vision ou dans la vision des musulmans de cette rénovation altermondialiste ?'

Commentaire YT : Mais, tout le monde la sait : Tariq Ramadan est un pacifiste.
Sauf en cas de défense. C'est le cas en Palestine.
Mais..... on connait ces gens-là, la violence domestique discrète que Tariq Ramadan ne condamne pas (il n'appelle pas son interlocutrice à PORTER PLAINTE) deviendra demain une menace sociale dans les quartiers et après-demain, barbarie fasciste.
Ils nous diront (ils sont déjà des « victimes ») que ne sera que de l'autodéfense. Comme en Palestine.
'Mais l’essentiel est le travail de masse, de mobiliser un grand nombre de personnes pour refuser la domination...'

Commentaire YT : Un travail de masse en commun entre les bigots de l'islamo-fascisme et les rouges bruns verts de la 5° colonne.
'Des terrains communs de mobilisation nous donnent l’occasion de nous rencontrer souvent, la gauche et les associations musulmanes, comme sur l’islamophobie quand la gauche est prête à bouger, sur la Palestine et sur l’impérialisme et la guerre contre l’Irak...'

Commentaire YT : Le mélange ordinaire du « rouge brun vert ».
Mais ce qui démasque l'hypocrite menteur faux-bolchévique Mullen, c'est le fait que « l'impérialisme » n'est JAMAIS pour lui l'impérialisme de la France en Afrique.
Si cet hypocrite critique l'impérialisme français, c'est uniquement quand cet impérialisme attaque les bigots …. talibans d'Afghanistan.
Jamais en Afrique.
Les révolutionnaires égalitaristes appelaient au boycott des défilés « rouge bruns verts » où se glissaient les suppôts du Hamas, les « patriotes rouges-verts », les dieudonnistes et autres pseudo-antisionistes. (qui ne sont que des « antisémitionistes » ou des antisionémitistes » déguisés qui prononcent « sionistes » en pensans « juif »*)
'Est-ce que vous pensez qu’une analyse matérialiste par rapport aux intérêts qui ont lieu dans la société entre les classes sociales, entre le capital et le travail, est-ce que cela vous semble une analyse utile ?'

Commentaire YT : Pour parfaire le camouflage, une dernière perche tendue au bigot. Il va pouvoir citer Marx.
En se trompant dans la date et le titre des textes.
Mais cela n'arrête pas John Mullen.
Rien n'arrête John Mullen.
Il se croit protégé par la 17° chambre correctionnelle du tribunal de Paris.
Mais la révolution égalitariste règlera le compte de ces gens-là. Comme fut réglé le sort des Gapone et de tous les provocateurs de l'Okhrana.
Nous aurons – comme Victor Serge dans son livre – accès à toutes les archives de toutes les polices.
Et nous saurons alors QUI est John Mullen !!!!


'Propos recueillis par John Mullen
Revue Socialisme International N° 12 http://www.revue-socialisme.org'
NB
1) Ce texte a été écrit plus d'une semaine après avoir lu l'interview complète et en ayant oublié les réponses de Tariq Ramadan. (sauf pour ses « manuscrits de 1848 » de Marx qui sont les « manuscrits de 44 »)
Bien sûr, je n’arrête pas de dire qu’on a enterré Marx trop vite, et que de ce point de vue là, toutes les analyses qu’on avait des manuscrits de 1848 et ensuite les réflexions sur les dynamiques économiques qu’on trouve dans Le Capital, toute cette réflexion là, même d’ailleurs le matérialisme historique, même cette réflexion là sur ce qui fait bouger l’histoire, ce sont des choses qu’il ne faut absolument pas disqualifier.
N'importe lequel des « marxistes débutants » entendant parler des « manuscrits de 1848 » sursaute.
Il ne s'agit pas du « Manifeste communiste » écrit fin 47, achevé et publié en 1848.
Tariq Ramadan et John Mullen sont deux clowns qui font semblant de possèder un savoir dans le but d'impressionner les naïfs.
Mais Internet n'est pas le rassemblement des bigots des mosquées des vidéos de prosélytisme politique de Tariq Ramadan.
. Que John Mullen ne rectifie par l'erreur en ne lui demandant pas s'il évoque les « manucrits philosophiques de 1844 » est révélateur de son ignorance. …. ou pire encore … de flagornerie !!!
2) « antisémitionistes » ou des antisionémitistes » déguisés qui prononcent « sionistes » en pensans « juif »
sur ces deux néologismes, un texte est en préparation.

samedi 27 février 2010

Pathologie consumériste, principale folie.

Yanick Toutain
Rédigé le 22/02/2010
complété et mis en forme le 27/02/2010


PRÉAMBULE ;
Tous les étudiants en psychologie connaissent le tout début du premier cours.
Ce qu'il ne savent pas, ce qu'ils ne remarquent pas, le fait essentiel auquel ils ne prêtent pas attention, c'est le fait qu'ils ont un dingue en face d'eux.
Un fou, un malade, un pauvre type.
Ils vont entendre le cinglé leur présenter une distinction pseudo-savante entre le « normal » et le « pathologique ».
Mais ce que le taré qui leur sert de professeur leur cachera avec moult précautions, c'est qu'il est affligé de la pire déviance, de la folie la plus grave, la plus nocive, la plus criminelle que ait jamais existé sur Terre. Il est affligé de la pathologie consumériste. Il est victime (et coupable) de la maladie de la consommation, il est victime – et coupable – de la pathologie consumériste.
Et c'est ce malade qui va leur faire un prétendu cours de psychologie. Un cours dans lequel – soigneusement, méticuleusement – la principale folie criminelle de l'espèce humaine va être niée, camouflée, enfouie.
Ces fous furieux (car ils le sont : leur méchanceté apparaitra clairement au grand jour quand leurs salaires consommables seront ramenés à 1000 euros par mois) – ces fous furieux vont transformer leurs malheureux étudiants, leurs malheureuses victimes en propagandistes des inepties de la secte.
Ou plutôt de l'une des très nombreuses sectes qui forment la galaxie idéologique des charlatans pseudo-psychologues.
= = =
PATHOLOGIE CONSUMÉRISTE, PRINCIPALE FOLIE
par Yanick Toutain
Depuis l'aube des temps, ceux qui consomment plus que ce qui est produit sont des malades.
Des malades psychologiques.
LES MALADES CONSUMÉRISTES
Comment satisfaire à leur pathologie, s'ils étaient seuls, au milieu de la forêt ?
Ils seraient bel et bien dans l'incapacité totale de le faire.
En effet, pour pouvoir consommer plus que leur part égale, cela implique que ces malades puissent trouver des victimes.
De la même façon que le violeur placé dans la situation de Robinson Crusoé, seul sur une ile déserte ne pourra violer personne, de la même façon le consumériste pathologique – seul sur la même ile - ne pourra piller personne. Il doit trouver – non pas une femme à violer – mais un être humain à voler.
Un être humain qui sera condamné, par ce fait, à devoir se contenter de bien moins que sa part égale.
De la même façon que le malade violeur a besoin de l'arrivée d'un « Vendredi » pour disposer d'une victime - support de sa pathologie -, de la même façon qu'il a besoin d'un autre être humain qu'il pourra contraindre à des relations sexuelles, de la même façon, le malade consumériste a besoin, lui aussi, d'un « Vendredi économique ». Il a besoin d'une victime, pour pouvoir consommer plus que le revenu disponible.
Et, à l'échelle historique, cette pathologie est encore plus criminelle que la pathologie de l'agresseur sexuel : en effet, l'agresseur consumériste ne se contentera pas d'une production « normale », il ne volera pas les biens que sa victime aurait produit afin de les consommer elle-même. L'agresseur économique, pour satisfaire à sa maladie, franchira un seuil supplémentaire dans l'ampleur et dans la typologie de son agression : il contraindra sa victime à produire des biens de consommation à son intention. Des biens de consommation différents de ceux que la victime produisait ordinairement.
AGRESSEUR ÉCONOMIQUE, AGRESSEUR SEXUEL
Le malade consumériste, de la même façon que le violeur, ne peut, en aucune façon convaincre – gentiment – ses victimes de se laisser faire.
Il découlera de ce fait, la nécessité pour ce malade consumériste d'user de violence.
En effet, de la même façon que le violeur agresse sa victime, de la même façon que le violeur est – nécessairement, intrinsèquement – un agresseur sexuel, le malade consumériste est un agresseur économique.
UN AGRESSEUR ÉCONOMIQUE
Des naïfs ou des hypocrites (des individus parvenant à truquer leur cerveau pour modifier les proportions de ces deux pathologies cérébrales) viendront, à ce stade de l'exposé, prétendre que les agresseurs économiques, contrairement aux agresseurs sexuels, n'auraient pas l'habitude d'utiliser la violence pour parvenir à leurs fins.
Mais cette argutie hypocrite n'est que présentation fallacieuse et orientée.
A Rome, les acheteurs des esclaves n'avaient pas besoin de capturer ces esclaves, ils n'avaient pas besoin de faire eux-mêmes les razzias en Afrique ou dans le Nord de l'Europe. Ils n'avaient même pas besoin d'utiliser le fouet eux-mêmes. D'autres s'en chargeaient pour eux.
Les nazis utilisaient des kapos, des prisonniers devenus gardiens de camps pour mater leurs camarades prisonniers, les Romains utilisaient d'autres esclaves pour garder leurs esclaves.
Pour le crime économique, pour l'agression économique, il n'est point besoin que chaque malade français pratique lui-même personnellement la violence.
Quand un invité des classes inférieures de la société romaine était invité à manger par celui dont il était le client, il n'avait aucune violence à utiliser pour contraindre les esclaves qui venaient le servir à table.
Le Français moyen qui consomme plus que ses 1000 euros - le malade consumériste ordinaire - n'a pas besoin d'attaquer Michael Agbor et ses camarades des plantations de Kienké. Il n'a pas besoin de fouetter les planteurs du Cameroun, des les menacer. D'autres s'en chargent pour lui. D'autres menacent le syndicaliste Michael Agbor « Si tu continues, on va te tuer ». D'autres que lui coupent le courants des ouvriers grévistes.
Mais le résultat est clair : satisfaire la folie (furieuse) consumériste de Vincent Bolloré, le patron de ces travailleurs, satisfaire la pathologie consumériste du grand kapo Paul Biya. Et, en bout de chaine, satisfaire la pathologie consumériste des Français consommateurs.

Cette pathologie ne nait pas du néant, elle ne tombe pas du ciel. Elle est inoculée. De la même façon que l'enfant esclavagiste Henrique de la Case de l'Oncle Tom a été formaté par son père et la société étasunienne du 19° siècle, de la même façon, les enfants des classes exploiteuses sont les victimes de leurs parents, de leurs enseignants, de leur entourage, des médias, de la publicité, des auteurs de livres, de films, de toutes les œuvres d'art produites par les malades consuméristes - « oeuvre d'art » dont la fonction est bien davantage de diffuser le poison et la maladie que de faire résonner quelque humanité que ce soit.
L'égoïsme en classe - dénoncé par Julie Amadis dans plusieurs textes - est une des méthodes de diffusion de la pathologie. La construction de la formoisie en tant que classe est aussi la construction d'un groupe social de malades consuméristes.
Ne pas demander aux élèves de s'entraider (cas rarissime) est une participation à la diffusion du poison consumériste. Empêcher les élèves de s'entraider (le cas le plus fréquent) est un participation efficace à la construction d'une mentalité d'imbéciles égoïstes.
Les enfants sont déjà touchés gravement dès les cours moyens, avant l'âge de dix ans.
Et cela s'aggrave vers la classe de 4° de collège : l'égoïsme devient une seconde nature.
La répression sexuelle est, dans ce cadre, le moyen de favoriser un ancrage profond de la maladie. Les charlataneries freudiennes des prétendues « phases de latence », les stupidités des lacaniens sont parties prenantes de la diffusion du poison : la frustration sexuelle est avec l'égoïsme un des deux terreaux de la folie consumériste.
Les enfants, puis les adolescents, puis les jeunes gens sont – à mesure de leur avancée en âge – de plus en plus malades, de plus en plus touchés par la maladie.
Ils sont de plus en plus égoïstes et de plus en plus perturbés sexuellement.
Ces pathologies sont le socle de notre civilisation de classes, le socle d'un civilisation de l'exploitation.
Pathologie des marques,
la « MARQUITE »,
la pathologie consumériste des adolescents malades
Le livre « No Logo » commence son premier chapitre par la description des symptômes de la jeune Naomi Klein. Elle nous décrit de quelle façon elle était déjà gravement malade dès l'adolescence.
Le dernier fringue à la mode est l'outil de substitution à la pratique saine d'une sexualité admirative, compassionnelle, empathique, sympathique, amicale, L'adolescent est privé par une société barbare de droit pratique à échanger physiquement de l'amour.
Les cinglés qui nous dirigent – bigots officiels ou bigots masqués, en tant que malades aggravés diffusent les interdits, diffusent les mesures répressives.
HAINE DE LA JEUNESSE
PAR LES MALADES POLITIQUES CONSUMÉRISTES,
HAINE DE LA JEUNESSE
PAR LES CRIMINELS ÉCOLOGIQUES
La haine qui monte dans la société contre les jeunes est une haine des malades consuméristes les plus graves contre une jeunesse qui va prochainement mettre en accusation les barbares criminels écologiques qui ont détruit la planète, leur planète.
Cette haine dont Sarkozy et Alliot-Marie ne sont qu'un des symptômes vise à criminaliser de façon préventive la rébellion généralisée des enfants et des adolescents contre le poison consumériste.
C'est la haine de la bourgeoisie mondiale, la haine de la formoisie mondiale, la haine de l'innovoisie mondiale. Ces trois classes exploiteuses sont des rassemblements de malades consuméristes.
C'est dans ce cadre qu'il faut voir le fascisme hitlérien, l'hitlérisme comme l'expression politique de la pathologie consumériste de la bourgeoisie.
C'est donc dans ce cadre que le stalinisme ou l'islamo-fascisme apparaissent donc comme l'expression politique de la pathologie consumériste de la formoisie.
Les Abassi Madani, les Tariq Ramadan s'ils étaient et restent les fidèles laquais de la classe bourgeoise, sont néanmoins l'expression politique de la haine de tous ces diplômés formois, de ces aigris arrivistes. Aigris insatisfaits et qui exigent de la société le droit d'être malades comme « tout le monde ».
Le voile islamique reprend ici son contexte social et politique : outil méprisable d'une classe sociale de dingues qui exigent de pouvoir consommer plus que ce que la Terre produit.
C'est l'égalitarisme, la révolution égalitariste, la révolisation égalitariste qui guérira tous ces malades, tous ces imbéciles.
S'il n'est pas trop tard pour les Olivier Besancenot, les Tariq Ramadan, les John Mullen, les Alain Krivine, les Héloisa Héléna.




NOTES


04:43:16 22/02/10
Je viens de faire une découverte, ai pris quelques notes.
Je commence ma phrase :
« La principale pathologie sur Terre n'est pas le crime ni le vol. C'est.....
Julie me coupe la parole (elle a anticipé sur ce que je viens de découvrir et deviné ce que je vais dire)
« … Le consumérisme »
J'enchaine...
« le vol est soit un acte de survie soit.... une modalité particulière de la pathologie consumériste. ….»


Le travail de recherche et nos débats s'apparentent à certains débats entre Karl Marx et Friedrich Engels. Les accumulations de quantité de petites remarques localisées débouchent sur une transformation quantité qualité. Mais cette transformation quantité qualité qui revient à la production d'un nouveau concept ou d'une nouvelle grille conceptuelle, celui ou celle qui aura été informé-e d'une partie de l'accumulation de constats pourra – quand on lui signale la création de ce concept – en deviner la nature ou le contenu.
Notes additionnelles prises le 22/2
Faire un article avec le Figaro magazine
les pauvres gens victimes
J'avais regardé le titre de l'article sur Obama et la droite américaine.... pauvres gens
un paragraphe enlevé
« Cette pathologie; pour perdurer, a besoin de foyer de ré-inoculation. Un exemple type de ce genre de foyer est, par exemple, le supplément au magazine Lé Figaro. Le malade, en voie de guérison qui commet l'erreur de consulter ces pages est assuré de rechuter : il lui faudra des montres, des voitures, des robes de soirée etc ete.... Toutes ces sortes de comportement pathologiques »