Subscribe in a reader

Pages vues depuis décembre 2009

dimanche 7 mars 2010

Pseudonymes, anonymat, courage, lâcheté, révolution, réformisme, égalitarisme, hypocrisie, action révolutionnaire et simulacres.


Par Yanick Toutain
07/03/10 20:35:02
En 1974, les militants de la LCR avaient un pseudonyme. Tous.
C'était l'année de la création de la Ligue Communiste Révolutionnaire. Le congrès eut lieu en décembre 1974.
DES PSEUDONYMES POUR TOUS
A cette époque, je m'appelais « Rodolphe » dans les débats internes que nous avions. Pour changer rapidement de pseudo et devenir Elkine (ou L. Kine et parfois Larry Kine).
La fonction de ces pseudonymes était purement juridique et avait comme fonction d'empêcher l'État bourgeois de faire des procès à tel ou tel en pouvant identifier le nom de l'auteur d'un texte susceptible de valoir inculpation de la part de cet État.
ARMÉE FRANÇAISE ARMÉE FASCISTE
C'était l'époque où l'armée française apprenait aux généraux argentins les façons les plus efficaces de torturer un humain, l'époque où nos militaires « démocrates » faisaient profiter les dictatures d'Amérique du Sud et les USA de leurs belles techniques instituées pendant la guerre d'Algérie : comment balancer un cadavre (ou un être humain encore en vie) depuis un hélicoptère volant au-dessus de la mer.
C'était l'époque du Chili de Pinochet après le coup d'Etat fasciste du 11 septembre 73.

C'était l'époque où – un secret encore conservé de nos jours – les fascistes de l'OAS «ennemis du gaullisme » et les militaires fascistes de l'armée du général de Gaulle, travaillaient la main dans la main contre les peuple d'Amérique du Sud et s'occupaient à former les barbares, les tortionnaires, les bourreaux.


C'était y a 30 ans
Nous étions dans les rues
Des milliers lentement
A marcher les mains nues
 
Nous n'avions que nos cris
Nos larmes, nos poings fermés
Pour pleurer ce pays
Qu'ils avaient écrasé
 
Le bruit de ces bottes
Le cri de ces armes
Résonne dans nos têtes
A jaillir des larmes
Le bruit de ces bottes
Le cri de ces larmes
Résonne dans nos têtes
A jaillir des armes
 
Il y avait Jara
Qui n' pouvait plus jouer
Et dans tous ces stades
Tous ces prisonniers
 
Ce onze septembre
Resté en mémoire
Cette ville en cendre
A l'aube d'un soir





C'était l'époque où des secteurs de l'Armée Française rêvaient de pouvoir faire en France, comme au Chili, un coup d'Etat militaire. (C'était aussi l'époque où les crétins formois terroristes d'Europe étaient manipulés par les fascistes du réseau Gladio pour - grâce à leur attentats et à leurs crimes imbéciles - préparer le terrain pour des dictatures afin de faire le "nettoyage" auquel rêvaient les nostalgiques du 3° Reich et qu'organisaient les dirigeants des USA à l'identique de la Grèce fasciste, de l'Espagne fasciste et du Portugal fasciste.)

ILLÉGALITÉ RÉVOLUTIONNAIRE
C'était l'époque où les militants courageux refusaient énergiquement toutes les possibilités d'éviter le service militaire. L'époque où les révolutionnaires trotskystes qui partaient à l'armée y allait pour construire des syndicats de soldats.
C'était l'époque où je militais aux CDA, Comités de Défense des Appelés.
Nous faisions – dans les gares et les trains principalement - des distributions de tracts illégales pour les soldats de l'armée française. Pour les inciter à s'organiser sur des revendications de base (un salaire, un service à 6 mois, en restant à proximité de sa ville d'origine), mais notre but était principalement d'empêcher le coup d'État militaire que les fascistes français et européens préparaient en coulisse.

C'était l'époque où les fascistes n'avaient pas de masque. Ils s'appelaient « Occident », «Ordre Nouveau ».

LES CLOWNS COW-BOYS DU TERRORISME FORMOIS
C'était aussi l'époque où les courants cow-boys de la LCR préconisaient la « lutte armée » d'avant-garde dans les villes d'Argentine et d'Amérique du Sud. Une lutte armée imbécile à laquelle ils ne participèrent pas et qui fit des milliers de morts.
Une « lutte armée » qui n'était que du terrorisme formois sans avenir, sans perspective. Le mépris habituel de la bourgeoisie des diplômes pour les pauvres considérés comme incapables de construire des mouvements de masse.

Nous eûmes droit, le 21 juin 1973, à la «version française» de cette «lutte armée» terroriste. Les cow-boys de la Ligue Communiste (qui n'était pas encore «Révolutionnaire») partirent (en compagnie des gauchistes de l'organisation Révolution !) à l'assaut de la Mutualité et du meeting fasciste.
Le combat de rue du Service d'Ordre de la Ligue allait décider du sort des exploités de France !
PAS DE PAUVRES DANS LA COUR DES GRANDS (PROTO-FORMOIS) !
Sans même qu'il soit besoin de les convier à la fête : les pauvres étaient trop aliénés pour devoir être invités à « combattre le fascisme ». Ils allaient devoir se contenter d'entendre les nouvelles sur leurs transistors.
En applaudissant les valeureux « cows-boys » de la lutte des classes, les ancêtres de nos « bloqueurs » et autres « tintamarreurs nocturnes ».
Cette action d'éclat valut à ses auteurs un passage dans la clandestinité. Un départ à l'étranger pour certains. Et la … dissolution de la Ligue Communiste.
LE FUF formois QUI VINT A LA RESCOUSSE !
Mais le Front Unique de la Formoisie (le FUF !) allait rapidement se mettre en place. Et Mitterrand – général en chef de la classe formoise (pour le compte de la classe …. bourgeoise) allait imposer aux staliniens de soutenir Krivine et ses cow-boys !
Le plan du paranoïaque ministre de l'intérieur Raymond Marcellin s'écroulait : Il était vaincu par la montée en puissance politique de la classe formoise française. Une montée en puissance qui était partie prenante de la montée en puissance de la volonté révolutionnaire du formariat, des véritables classes exploitées mondiales. Elle-même initiée par la première révolution culturelle anti-formoise de Chine (1966)
Le « complot international » se soldait par une affirmation …. de l' «Union de la Gauche».
Le combat « antifasciste » des clowns de la Ligue Communiste s'achevait en premier acte. C'est la protection accordée par la gauche réformiste aux Zavatta du pseudo-trotskysme qui évitait le désastre total.

UN FILM DE JEAN-MARIE POIRÉ 
Des kilos d'archives furent dispersées. Des scènes délirantes et cocasses dignes de figurer dans les films de Jean-Marie Poiré se produisirent.
Le délire politique gauchiste était devenu une farce et se soldait en grande victoire des réformistes contre-révolutionnaires.
Les clowns ne parvinrent à sauver leur mise que grâce aux lycéens et aux étudiants.
C'est en effet le recrutement des militants du grand mouvement de la jeunesse du 22 mars 1973, et l'arrivée de milliers de véritables révolutionnaires sincères qui noya dans la masse les clowns néo-terroristes et qui combla les vides laissés par les centaines de démissions qui suivirent le désastre du 21 juin. (Des jeunes proto-formois qui auraient facilement accepté le mot d'ordre de «salaire unique pour tous». Mais personne ne leur proposa*)

ELKINE NE CÈDE JAMAIS, NE CÈDERA JAMAIS
C'était l'époque où nous avions de véritables pseudonymes. J'étais donc Elkine. Du nom du – véritable – héros du livre de Victor Serge « S'il est Minuit dans le Siècle ».
Elkine était, dans le livre, celui qui ne cède jamais. Le personnage trotskyste du livre qui ne cèdera jamais. Ni face à la bourgeoisie, ni face à la bureaucratie fasciste formoise, la bureaucratie stalino-fasciste qu'on voir se mettre en place tout au long du livre.
J'étais celui qui ne cède jamais. Je suis resté celui qui ne cède jamais. Celui qui ne cèdera jamais.

J'avais un pseudonyme. Comme tous les autres militants de la LCR. Krivine, modestement, était « Tinville ». Le procureur révolutionnaire Fouquier ! « Titus » était Julien Dray. Anna de Rouen longtemps au CC était Michèle Ernis (devenue conseillère municipale réformiste à vie !). Celui qui fut mon « parrain » d'adhésion, Jacques Truong (décédé depuis en renégat candidat du parti socialiste et en « cabaleur » jaloux et aigri) était Aldebert. L'ex-chef du SO de Rouen, l'éternel requis au CC et au BP qui se déroba éternellement. Son comparse (et « disciple » fréquemment) était Matti – Gérard Filoche. Ils furent l'aile gauche de la LCR. Opposée fréquemment aux clowns et à leurs protecteurs. Avant de passer de proto-formois trotskystes à socialistes colonialistes hauts-moyens-formois [Il y avait aussi Daniel Bensaïd (Jebracq, Ségur),et le regretté Vergeat (verbize) "Pierre de Verbizier la Treille")]
GUÉRILLA CASTRISTE DANS LE MASSIF CENTRAL
Ce fut donc sous un pseudonyme qu'un clown pseudo-trotsksyte des années 70 (un responsable national ! ) avait produit un texte qu'il faudra un jour mettre en lumière. Un texte qui incitait la Ligue à s'implanter parmi les paysans du Massif Central. C'était en effet le meilleur endroit où mettre en place une guérilla sur le modèle castriste. Et c'était donc la raison pour laquelle le travail militant au sein de la paysannerie française était d'une importance stratégique.
On comprend parfois pour quelles raisons supplémentaires, l'usage du pseudonyme était important pour certains individus.
Ce texte a disparu des archives pour protéger la mémoire et la réputation du clown délirant !!!
USAGE INTERNE EXCLUSIVEMENT
Nous avions tous des pseudonymes. Mais, nous ne nous en servions qu'à l'intérieur de la Ligue. Il ne serait venu à l'idée de personne d'interpeller un copain en réunion syndicale en utilisant son pseudo. Les pseudos servaient pour les textes écrits internes et pour noter les noms sur la liste de ceux qui demandaient la parole dans les débats.
Nous n'avions pas de cartes de membres et l'organisation ne disposait d'aucun écrit contenant les véritables identités de ses adhérents.
Les précautions normales et habituelles d'un groupe révolutionnaire face à un État capitaliste parmi les plus barbares de la planète. Celui qui occupait encore l'Afrique.

HENRI WEBER, MICHEL FIELD, JEAN-MARIE BRöHM, ALAIN MONTAUFRAY
Rares étaient ceux dont les pseudos étaient utilisés publiquement. Le nom d'Henri Weber – qui était à l'époque au Bureau Politique – apparaissait en tant que tel sur la couverture de son livre 10-18 « Marxisme et conscience de classe ». Michel Field, le leader jeune de mars 1973 signa de son nom, en compagnie de Jean-Marie Brohm, le – toujours intéressant – livre « Jeunesse et révolution ».
Certes, les clowns formois-jmelapête de la rubrique « Culture » formoise du journal Rouge utilisaient leurs pseudos. Comme certains des journalistes qui écrivaient. D'autres coupèrent la poire en deux en mélangeant leur vrai prénom « Alain » avec leur pseudo « Mathieu ».

Mais tout cela n'étaient qu'exception. Quand un trotskyste (ou un clown du trotskysme) crachait à la figure de quelqu'un, il ne mettait pas un déguisement.
DES CRITIQUES ANONYMES, DES INSULTEURS ANONYMES,
DES CRACHEURS ANONYMES, DES CENSEURS ANONYMES
Internet et le laxisme réformisme de la direction de la LCR ont changé tout cela. Maintenant, on assiste à des duels sous anonymat sur le site (officiellement officieux) de la LCR puis du NPA.
L'usage du pseudo est perdu : les débats des commissions sont même en ligne, filmés, avec les noms véritables qui sont donnés.
Mais, par écrit, ce sont des pseudonymes qui sont utilisés. Un anonyme Louis Christian René délirant menace tous les matérialistes qui passent à sa portée d'un internement en hôpital psychiatrique, un CSP-Comité du Salut Public menace tous les passants de droite du Goulag (et bannit les égalitaristes). Celui-là reste anonyme mais nous donne son CV, ses états d'âme affectifs et son prénom « Thierry » sur les mp3 qu'il met en ligne !!!
On a un anonyme « Toussaint » qui menace de mort les déserteurs des FARC et applaudit à leurs exécutions par les trafiquants de drogue stalino-fascistes.
On a un anonyme « Sylvestre » qui ne comprend rien à rien au matérialisme de Lénine, qui tente de défendre Einstein, qui tente de « prouver » un absurde « soutien » de Lénine à l'escroc Einstein (quand la citation qu'il nous présente prouve ….. le contraire)
On a un anonyme « Sylvestre » qui participe à la suppression de mon accès aux débats en m'empêchant d'écrire sur les forums – j'avais déplu à l'ami des trafiquants du FARC « Toussaint » !
On a un anonyme « Sylvestre » qui se révèle être un « rouge brun vert » défenseur politique du « rouge brun vert » du SWP Chris Harman.

Et tous ces gens critiquent – mentent effrontément quant à la réalité historique -, débattent, insultent, menacent, et censurent, dans l'anonymat le plus complet.
Ils ne risquent rien – du moins le croient-ils.

Les seuls qui connaissent leurs identités sont les …. flics et tous les services disposant des technologies appropriées pour identifier ces pseudo-anonymes.
Les seuls qui ne connaissent pas à qui ils ont affaire, ce sont leurs victimes. Ceux qui se font critiquer par eux de façon mensongère, ceux qui subissent leurs insultes et leurs menaces. Ceux qui subissent leurs censures.
« ORDRE FORMOIS, ORDRE FASCISTE »
On a une petite idée de l'ORDRE FORMOIS auquel rêve la tendance stalino-fasciste du NPA. Ces gens rêvent d'un monde revenu aux années 1930 d'URSS (avec les hôpitaux psychiatriques en plus pour satisfaire Louis Christian René et les Goulags pour plaire aux pathologies de Thierry-CSP)
Ces gens rêvent d'un monde où les puissants politiques de la formoisie peuvent, dans l'ombre, avoir les comportements les plus abjects possibles (une candidate NPA téléphonant à l'employeur d'un adversaire politique pour le discréditer et dissuader cet employeur de céder aux revendications)... mais sans les inconvénients de prendre le risque de voir son nom « Sylvie Vérin » être mis en lumière.
Les minables gangsters politiques du NPA auxquels j'ai eu affaire depuis presque vingt ans maintenant courraient le risque d'être dénoncés par l'un de leurs complices (tous furent effectivement dénoncés par l'un de leurs complices ou par un complice supplémentaire qu'ils avaient sollicité et qui refusa de leur apporter son concours …. en venant « avouer » plus tard ce qu'il avait refusé de faire).
Comme furent dénoncées – par nous - , la brute qui tape les petits enfants de maternelle, la brute qui tape en soutenant la première, l'incapable qui soutient les deux précédentes en «gérant» un collège où son incompétence professionnelle se termine à coup de compas d'un élève contre une prof.
Mais sous anonymat, les « Sylvestre » censeurs, les « Toussaint » exécuteur de déserteurs du FARC, les « Jordi » insulteur, les «Louis Christian René» affligé de pathologie brejnevienne, eux, contrairement aux Sylvie Vérin, aux Dominique Delahaye, aux Jacques Truong, aux Marie-Hélène Alliard, et aux autres petits gangsters comploteurs et cabaleurs formois, eux, ils escomptent bien pouvoir continuer leurs exploits anonymes pendant longtemps.

LE 21° SIÈCLE, LE SIÈCLE DE LA RÉPUTATION
Ces anonymes espèrent échapper à la sanction médiatique. Ils espèrent échapper à la lumière sur leur action, sur leurs actes.
Et plus la formoisie dégénère, plus la classe formoise pourrit, plus la dérive doriotiste s'aggrave [Un militant NPA (ancien de plus de dix ans de militantisme JCR-LCR-NPA) m'a révélé l'inquiétude des « Anciens de la LCR » chez qui je « serais majoritaire », car ils sont « majoritaires » à s' « inquiéter d'une dérive antisémite dans le NPA ».]…. plus ils cherchent l'ombre pour cracher.
Plus la formoisie pourrit et plus les petits gangsters politiques de cette classe sociale en voie de dégénérescence - , cette classe sociale condamnée historiquement – vont chercher le réconfort de l'anonymat.
Quand il serait possible et souhaitable de contraindre les gens honnêtes à débattre publiquement comme ils le feraient dans une salle publique – sous le regard des Renseignements Généraux sarkozystes - , quand il serait absurde de donner la parole à un anonyme vêtu d'un tchador ou d'une combinaison de scaphandrier dans un débat public, pour quelle raison tolérer pareil anonymat ?
L'ORDRE NOUVEAU FORMOIS
Tout simplement pour faciliter l'ORDRE FORMOIS, pour permettre aux petites frappes psychologiques de pratiquer le terrorisme verbal plus facilement.
On voit les "rouges bruns verts" s'exprimer impunément sur le site de la LCR. On voit les "rouge bruns verts" infiltrés chez Lutte Ouvrière censurer anonymement ce qui leur déplait.

On les voit mettre en place l'ORDRE NOUVEAU FORMOIS dont ils rêvent.
La seule différence entre le NPA et LO, c'est que le premier groupe a commencé à recruter des islamo-fascistes pour procéder à la mise en place de cet ordre.
Certes, pour que la formoisie ait le pouvoir, cela impliquerait qu'elle fasse la révolution. Ce qui est absurde. La classe formoise a épuisé son compte. Comme la classe bourgeoisie russe en 1905, comme la classe bourgeoisie française en 1848.
La classe formoise RÊVE à son ordre nouveau. Elle ne le pratique que dans le respect de l'ordre bourgeois, que dans le respect de l'ordre colonialiste bourgeois.

Pour autant, ces clowns stalino-fascistes tentent, néanmoins de pratiquer le harcèlement anonyme dans des blogs où ils sont interdits.
Il est écrit que mes blogs sont réservés aux commentateurs identifiés. Mais cela n'empêche pas un clown formois de (tenter de) venir déposer son venin sur « révolisation actu » !
Je serais « injurieux », et « scandaleux », écrit l'anonyme « Rouge Brazil ».
On lui demandera – quand on l'aura identifié – s'il soutient (au Brésil) la bigote candidate Héloisa Héléna pseudo-trotskyste anti-avortement.
Voilà ce qu'il écrit – dans un commentaire que je ne validerai que lorsqu'il donnera son nom.


« c'est assez scandaleux et injurieux comme raccourci, eux ce sont ceux qui dirigent le monde et ce sont les capitalistes pas les juifs...ils sont aussi au passage complice de l'état d'Israël pour des raisons assez évidentes de proximité du pétrole dans la région...La question palestinienne a toujours été central dans la gauche radicale avec ou sans un Abdel Zahiri. Si il met en avant cette question c'est que c'est un militant de la cause palestinnienne, c'est tout !  »


Il est à noter que l'anonyme clown du NPA a écrit « juif ». On peut le féliciter de n'avoir pas mis de majuscules. C'est un progrès dans la guérison de la pathologie raciste.
L'ANONYME « ROUGE BRAZIL » VOIT ÉCRIT LE MOT « JUIF »
Sauf que, dans lequel auquel ils semble prétendre de répondre.... le mot « juif » n'est pas écrit.
C'est le raciste « Rouge Brazil » qui a IMAGINÉ le mot « juif » quand le mot « sioniste », ou « suppôt du sionisme » ou « soutiens des sionistes » ou « amis du sionisme » aurait tout aussi bien pu prendre la place de ce qu'il interprète comme « juif ».

Le texte auquel je répondais :
"Marre de payer leurs Crises avec des conséquences graves; Chômage, Logement, Santé Marre de subir leurs Racismes, leurs Islamophobies, leurs Discriminations Marre du silence et de la complicité de nos politiques avec l'état barbare d'Israël, Alors Mobilisons-nous contre EUX"


Le début de ma réponse :

« Il serait peut-être temps que les dirigeants du NPA nous expliquent qui sont ces "EUX" !!!
Pour ma part - mais peut-être ai-je mauvais esprit - j'y vois une nouvelle manifestation de la "suggestion antisémite". Une nouvelle utilisation de la technique rhétorique permettant aux antisémites avérés de se trouver en résonance empathique avec des propos en apparence ambiguë. »
La fin de ma réponse :
« Sur sa page Facebook, il apparait comme l'auteur de ce texte aux relents antisémites. »
Où est-ce que le mot « juif » est écrit ? Nulle part. C'est le pseudo-Rouge Brazil qui imagine ce mot écrit partout. Quant à Abdel Azhiri, dans le cas où il serait un égalitariste égaré dans le camp de la formoisie NPA, je lui expliquerai que son « EUX », quand bien même il aurait pour sens « sionistes » ou « amis du sionisme », il PEUT être interprété par les RACISTES nostalgiques de Hitler comme une résonance à leur pathologie.
L'usage du terme « relent » est pourtant parfaitement clair et l'anonyme Rouge Brazil est de mauvaise foi.
L'usage de l'expression « suggestion antisémite » est tout aussi clair.
Toute personne raisonnable qui a eu l'occasion d'entendre un discours tenu par un antisémite prudent (qu'il soit hitléro-fasciste ou islamo-fasciste) connait la façon dont ils utilisent ces « eux ».
Abdel Zahiri qui a du entendre des racistes anti-arabes « prudents » utiliser des « EUX » à propos des immigrés (des Algériens, des Marocains, des Maghrébins etc etc ….) devrait éviter définitivement d'utiliser des termes ayant des « relents » ambigus ou contenant des expressions communes à celles des racistes ouvrant la possibilité de « suggestion antisémite ».

COMBAT DANS LA LUMIÈRE VS COMBAT DANS L'OMBRE
Les égalitaristes vaincront toutes les classes exploiteuses. Y compris celle de Rouge Brazil. Y compris celle des militants NPA. Nous ferons, pour cela, trois révolutions sociales. Nos noms sont publics. Nos textes sont publics. Nous écrivons sur Internet sous nos noms.
Si les pratiques fascistes utilisées par Lutte Ouvrière sur son site se généralisaient, dans le cas où comme eux le font et comme « Google groupes France » le fait, notre identité nous empêchait DE POUVOIR LIRE TOUS LES AUTRES SITES. Alors seulement, nous recommencerions à faire ce que les bolchéviques faisaient sous le fascisme tsariste ou comme Lénine recommandait de le faire dans les syndicats vendus : mentir pour pouvoir s'exprimer/

Mais si je devais prendre un pseudonyme pour pouvoir revenir m'exprimer sur le site de Lutte Ouvrière ou sur le site du NPA, si je devais mentir pour reconquérir, face aux stalino-fascistes de révolution-celeonet et des stalino-fascistes protecteurs des islamo-fascistes du site des « amis de LO », le droit de lire et de m'exprimer, ce serait une DÉFAITE POLITIQUE.
C'est la raison pour laquelle, malgré toutes les censures que je subis, je n'ai pas encore tenté d'utiliser un pseudonyme sur leurs sites.
Nous avons beaucoup trop à gagner sous la lumière pour laisser les gangsters formois du NPA et de LO nous imposer un COMBAT DANS L'OMBRE, UN COMBAT SOUS PSEUDONYME.
Nous sommes le CAMP DE L'INTELLIGENCE, LE CAMP DE LA GENTILLESSE, LE CAMP DE LA LUCIDITÉ, LE CAMP DU SAVOIR, LE CAMP DU PARTAGE, LE CAMP DE L'ÉGALITARISME, LE CAMP DES EXPLOITES ET DES OPPRIMES.
Ils sont le camp de la bêtise, de la méchanceté, de la mauvaise foi, de l'ignorance, de l'égoïsme des diplômés, le camp de la formoisie exploiteuse, de la formoisie colonialiste, de la formoisie qui quémande les miettes coloniales de la bourgeoisie impérialiste.
« 1000 euros pour tous les Terriens !  » sera le cri de ralliement de tous les gens gentils de la planète ! Quand les anonymes crieront encore « Ma cassette ! Ma cassette ! Mon trésor ! Mon trésor ! Mes sous ! Mon fric ! Ma baraque ! Ma consommation ! Mes loisirs ! Mes vacances ! Mes putes ! Mes gigolos ! »






==
NOTES :
*le seul indice clair d'égalitarisme à cette époque dans la LC fut un texte qui posait la question d'égaliser les salaires entre la France et le Maroc dans le cas où la révolution se produirait dans le deux pays simultanément.
Je n'ai jamais retrouvé ce texte (publié dans la revue de la 4° Internationale - Mandel)

== 
S’il est minuit dans le siècle, Grasset, 1939 rééd. Le Livre de Poche, 1976 et dans Les Révolutionnaires, Le Seuil, 1980


Je viens de découvrir ceci à l'instant
sur http://www.editions-zones.fr/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire