Subscribe in a reader

Pages vues depuis décembre 2009

mardi 25 mars 2014

La "Révolution malienne de mars 2012" fut bien plus une révolution que la "Révolution des oeillets" au Portugal en 1974

Bamako, jeudi 2 février 2012, aux abords
du Musée National le début de la
Révolution Malienne de mars 2012
«Vous vous trompez mon général. C’est le capitaine Sekou Traoré, commandant de l’unité méhariste d’Aguel-Hoc ». Bien entendu ATT a raccroché brusquement et brutalement. C’est cette connivence du chef suprême des armées avec l’ennemi que le capitaine n’a pas du tout compris.
"Les combats entre l'armée malienne et les rebelles du MNLA ont commencé mi-janvier 2012, et très vite le malaise a été perceptible.
(...) Leurs familles aussi : fin janvier, les femmes de militaires avaient organisé une marche.(...) Il y a quelques jours encore, des jeunes de Kati ont manifesté dans la rue et ont convergé vers le palais de Koulouba. Ils ont été très vite maîtrisés
" (RFI Radio Colonies 21/3./12)

Ni la bourgeoisie esclavagiste étrangère (RFI, radio-colonies comme "Voix de son maître" et leurs agents harkis locaux) ni la formoisie et la proto-formoisie compradores locales (Oumar Mariko et le parti SADI) ne veulent appeler "révolution" la "Révolution Malienne de mars 2012".
Tous ces pantins de la spoliation qui luttent séparément contre l'égalitarisme et contre le néosankarisme s'acharnent stupidement à appeler "putsch" ce qui fut un mouvement populaire commencé à la fin du mois de janvier 2012 en réaction avec la trahison et la forfaiture du président du Mali.
Ils s'affrontent les uns les autres.
On a même vu Oumar Mariko séquestré par les harkis de la Gestapo Franceàfric locale.
Mais tous appellent "coup d'Etat" ce qui fut bien plus une révolution que la "Révolution des Oeillets" de 1974 au Portugal.

LA TRAHISON DE ATT TÉLÉPHONANT A SES COMPLICES MNLA ET ANSAR EDDINE A AGUEL HOC FUT LA CAUSE DE LA RÉVOLUTION

Cette trahison de ATT avec les agresseurs de Menaka et de Aguel, fut la cause en janvier 2012 de la révolution de mars.
C'est plus tard que l'ampleur de cette trahison fut connue : l'appel de ATT aux attaquants de Aguel sur le téléphone satellite Thuraya le 20 janvier et intercepté par le capitaine Sékou Traoré ne fut médiatisé que plusieurs mois plus tard. Mais dès janvier les femmes maliennes s'étaient rebellées !

UNE REVOLUTION DES FAMILLES DE SOLDATS,
UNE REVOLUTION DES FEMMES,
DES FILS ET DES ETUDIANTS !
TELLE FUT LA VERITABLE
REVOLUTION MALIENNE DE MARS 2012


Le 21 mars 2012, la veille du renversement de ATT le pourri, la veille de la proclamation du Comité national pour le redressement de la démocratie et la restauration de l’État (CNRDRE) , les menteurs de RFI Radio-Colonies n'ont pas encore eu les consignes de la DGSE et voient qu'il s'agit d'un processus révolutionnaire avec les femmes et les étudiants en première ligne. Ils publient donc la vérité :
"Manifestation de jeunes de Kati (source RFI)
Après l'attaque d'Agueloc et le coup de feu terrible des rebelles contre les forces loyalistes, les soldats maliens sont restés ébranlés. Leurs familles aussi : fin janvier, les femmes de militaires avaient organisé une marche. Elles avaient d'ailleurs été reçues par le président.
Bouleversées par le sort réservé à leurs maris et leurs fils, ces femmes dénoncent le manque de moyens et de munitions, et réclament un soutien financier pour les familles des militaires morts au combat.
Il ya quelques jours encore, des jeunes de Kati ont manifesté dans la rue et ont convergé vers le palais de Koulouba. Ils ont été très vite maîtrisés. (RFI Radio Colonies la veille du prétendu "putsch de Sanogo")
 Ce paragraphe montre bel et bien que ce ne sont pas des soldats comploteurs - comme le fut le MFA portugais de 1974 - qui vont renverser une dictature pour l'offrir au peuple, ce sont des femmes, des jeunes, des fils de soldats, des étudiants qui, comme en Tunisie et en Egypte, vont forcer la partie la moins pourrie de l'armée à dénouer les fils.

COMME EN TUNISIE, COMME EN ÉGYPTE,
LA PARTIE LA MOINS POURRIE DE L’ARMÉE MALIENNE
  DÉPOSE LE PRÉSIDENT ATT COUPABLE DE HAUTE-TRAHISON

Il n'y a eu au Mali, aucune différence avec la révolution tunisienne du 14 janvier 2011 et la révolution égyptienne du 11 février 2011. La seule différence fut le poids de l'intoxication des médias franceàfric et le crétinisme de Oumar Mariko et des imbéciles incompétents à la direction du parti SADI : laisser croire qu'il a pu s'agir d'un "COUP D’ÉTAT" était une TRAÎTRISE.
Parler de "coup d’État" c'est une conduite machiste méprisable, comme cracher au visage des femmes maliennes, des femmes de soldats, des fils de soldats et des étudiants et soldats qui rejoignirent le mouvement révolutionnaire initié par ces femmes !
Mais l'Histoire rétablira la vérité.
Comme elle rétablira la vérité sur l'aide de la DGSE aux trafiquants de drogue du MNLA et le versement des 20 millions d'euros à Iyag Ag Ghali par le président français en remerciement de l'attaque de Aguel Hoc et des 82 égorgés.
Ce jour-là, les coupables Sarkozy Hollande et leurs agents locaux seront assis sur les bancs du Nuremberg de l'Afrique.

COMPLÉMENTS : ON A UN AUTRE EXEMPLE D'INTOXICATION DU MÊME GENRE. La véritable cause de l'invasion du Mali par Hollande et l'armée esclavagiste SERVAL fut le fait que les étudiants de Bamako et de Kati étaient sur le point de RENVERSER DIONCOUNDA TRAORE. Le mensonge délirant de l'arrivée prochaine des islamistes à Bamako est un bobard totalement stupide et une fabrication des voyous de la DGSE au service de la bourgeoisie esclavagiste. Il suffisait à la mi-janvier 2013 de lire Voice of America et les sites du Vatican pour comprendre que les médias omerta mentaient en coeur sur ordre de la DGSE et des troupes d'invasion.

LIRE L'ARTICLE  "Mali : François Hollande est un menteur. Les islamistes sont les pantins du Qatar, membre de la Franceàfric-Francophonie" 
Cet article donne un grand nombre d'informations avérées et mise dans l'ombre par les grands médias. En particulier sur les attaques contre Ménéka et Aguel Hoc.
SUR LA TRAHISON DE ATT, LIRE CE PASSAGE
Coup de fil de ATT
Leur téléphone satellitaire communément appelé Thuraya  est resté dans le bureau du capitaine. C’est dans la journée du 20 janvier au matin que le téléphone satellitaire extorqué  aux chefs rebelles a sonné, au bout du fil c’était  le Président ATT qui appelait, mais tombe sur le capitaine Traoré. C’est ce coup de fil gênant qui est à la base du massacre d’Aguel-Hoc du 24 janvier.
Ce coup de fil dont mon ami, le capitaine, m’a fait écouter dans la cour PC ou toutes communications sont enregistrées sur une unité centrale. Dans cette conversation on entendait le président ATT se présenter et dire : « Allô !  Il y a quoi chez-vous ? Il y a quoi chez-vous ?». Subitement le capitaine, pris de  panique ou habité par la colère ou l’effet de surprise, se présente en ces termes : «vous vous trompez mon général. C’est le capitaine Sekou Traoré, commandant de l’unité méhariste d’Aguel-Hoc ». Bien entendu ATT a raccroché brusquement et brutalement. C’est cette connivence du chef suprême des armées avec l’ennemi que le capitaine n’a pas du tout compris.


COMPLEMENT : les sources des images sont RevActu et Wikipédia
Sauf l'image des manifestants du 2 février 2012 qui provient du site Journal du Mali archivé sur Wikipédia

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire