Subscribe in a reader

Pages vues depuis décembre 2009

samedi 12 mars 2011

J'en suis encore à me demander Après tant et tant d'années Qu'est-ce que j'foutais à Paluel Quand les radiations sont si belles !

par Yanick Toutain


J'en suis encore à me demander
Après tant et tant d'années
Qu'est-ce que j'foutais à Paluel
Quand les radiations sont si belles !
...J'en suis encore à m'demander
Pourquoi on voulait empêcher
Qu'ils nous construisent ces jolies bombes
A quand à quand NOTRE héca-tombe ?


17H53 - "Catastrophe totale" - L'accident nucléaire est considéré comme l'un des trois pires de l'histoire et pourrait devenir "une catastrophe totale" en cas de fusion du réacteur, estime un expert américain.

x
x
Le pitre de service au Figaro écrivait hier soir :

Les centrales nucléaires nippones ont échappé au pire Par Maurin Picard


(...)
Les ingénieurs nucléaires japonais peuvent respirer : quelques heures après le plus violent tremblement de terre de l'histoire du Japon, les centrales nucléaires, soumises à des secousses d'une ampleur inégalée, ont bien résisté à la catastrophe et sa conséquence immédiate, un tsunami encore plus dévastateur.

Voici quelle est la conclusion du crétin
Le 16 juillet 2007, un tremblement de terre d'une magnitude de 6,5 sur l'échelle de Richter avait frappé la région de Niigata, endommageant la plus grande centrale nucléaire du monde, à Kashiwazaki-Kariwa. Du liquide radioactif s'était alors écoulé en faible quantité dans la mer du Japon, tandis qu'un incendie ravageait un transformateur et que des fissures apparaissaient sur le site. Il fallut presque deux ans pour remettre en service le moins endommagé des sept réacteurs, le n° 7.
Sévèrement critiqué en 2007 par l'AIEA pour avoir sous-estimé la vulnérabilité de ses centrales, l'opérateur Tepco avait rehaussé leur seuil de résistance sismique. Une mesure qui semble avoir fait ses preuves cette fois-ci : Kashiwazaki-Kariwa est restée opérationnelle vendredi, malgré le séisme.

Il faudra, un jour calculer le VÉRITABLE bilan du nucléaire depuis un siècle.
J'écrivais en 2007, à propos des irresponsables diplômés qui ont entrainé l'humanité dans la catastrophe en se mettant au service des capitalistes à l'Ouest et en gérant l'URSS et les Etats formois à l'Est
=
Les cadres supérieurs, qui sont les organisateurs du naufrage de l'Humanité au 20° siècle, se partagent entre valets des capitalistes à l'Ouest et criminels staliniens à l'Est.
Les membres de cette haute formoisie ont été les officiers supérieurs de la classe bourgeoise.
Les guerres impérialistes, les boucheries de 14-18, le massacre des communistes russes, les crimes staliniens, les horreurs de l'armée d'Hiro-Hito, les assassinats de patriotes du Sud (à commencer par Sétif et Madagascar), les assassinats des années 60, le choix nucléaire, le gaspillage des ressources, ont été encadrés par les scientifiques de la haute formoisie.
La victoire de la Relativité, c'est eux!
La mécanique kwantique, c'est eux !
Les bourreaux d'Auschwitz et de Tokyo, c'est eux !
Les spectateurs sur la photo, c'est leur science !


Les militaires qui se font irradier en short, dans le Sahara (de Gaulle fait sa bombe), c'est encore eux ! (la plainte va peut-être, enfin, aboutir)
L'amiante sans danger, c'est eux ! (heureusement que la haute formoisie de Jussieu a été touchée, sinon, le "bas prolétariat" des sans diplômes continuaient à s'en bouffer régulièrement !)
Les transfusions inoffensives, c'est eux !
Leur mascotte c'est le crétin Claude Allègre, le spécialiste de volcans et de l'effet de serre.
Les 10 000 ans de stockage des déchets nucléaires, c'est encore eux !
La gendarmerie mobile qui nous tape dessus sur les chantiers de centrales en 74/75 c'est eux!
En effet, quand les staliniens du PCF étaient devenus les agents de la bourgeoisie parmi les travailleurs pour saboter notre lutte anti-nucléaire, ils savaient que la CORRUPTION de la CGT-EDF allait permettre à leur parti de trouver un complément de ressources en sus de ce que leurs versaient les criminels dirigeant l'URSS.
C'est la corruption criminelle des dirigeants du PCF, à commencer par Georges Marchais qui explique l'importance du nucléaire en France.
Ce sont les stalino-fascistes qui cassaient la gueule aux trotskystes des années précédents juin 1973 qui ont IMPOSE le crime nucléaire en France.
Il ne faut pas réécrire l'histoire.
Il y a quatre ans, le 8 mars 2007, j'écrivais
(...)
Volem que
Pierre Carles
ne réécrive
pas l'Histoire :
Les babs
et les gauchistes
étaient 2
camps alliés
2 camps
poreux
alliés
Les babs ne
voulaient PAS
le renversement
du capitalisme
Les gauchistes
[étiquetés comme tels par les staliniens]
voulaient
(nous voulions)
renverser
le capitalisme,
interdire
le nucléaire
et développer
le
solaire
à fond
les
manettes.
On était
(J'étais)
dans le MLAC
pour le
droit à
la contraception
et
l'avortement.
On était
(J'étais)
allé
manifester
au Larzac.
On était
(J'étais)
dans les
manifs
contre la
centrale
nucléaire
de Paluel.
On était aussi
(J'étais aussi)
au CDA
comité de
défense des
appelés.
Mes potes babs
n'y étaient
PAS.
On allait
(J'y suis allé)
au service
militaire.
Ca faisait
rigoler
nos potes
babs qui
ricanaient
En liant la
Gueule Ouverte
et Charlie.
J'ai fait la 76-08
pour tenter
d'organiser
un syndicat
de soldats.
Nous avons milité
(J'ai milité) dans
les comités Chili
en soutient
aux révolutionnaires
et au peuple
chilien.
Les babs s'en foutaient.
(...)

LA FORMOISIE MENT, LA BOURGEOISIE MENT,
LES CLASSES SPOLIATRICES MENTENT

Il faut revoir le film avec et voulu par Michael Douglas "Le Syndrome chinois". Un film réalisé en 1979 par James Bridges

12 mars 2011 : Séisme et catastrophe nucléaire : les réacteurs français sont vulnérables !

Communiqué de presse du Réseau "Sortir du nucléaire" du 12 mars
Au Japon : un accident majeur de gravité comparable à Three Mile Island
L’agence de sûreté nucléaire japonaise a annoncé samedi qu’il y a une forte probabilité pour que la présence de césium radioactif autour du réacteur n°1 de la centrale de Fukushima Daiichi provienne de la fusion de crayons de combustible (1), c’est à dire d’une fusion partielle du coeur nucléaire. Les autorités japonaises s’apprêtent à distribuer de l’iode aux populations vivant à proximité des centrales nucléaires en détresse (2).
Une partie des barres de combustible du réacteur n°1 de la centrale Fukushima Daiichi est exposée à l’air libre selon l’agence japonaise de sûreté nucléaire (3). Selon Tepco, l’exploitant de la centrale de Fukushima-Daiichi, un nouveau tremblement de terre a précédé l’explosion du réacteur n°1 (4). Le versement de l’eau de mer destiné à refroidir le réacteur n°1 a dû être suspendu à cause d’un nouveau tremblement de terre et la peur d’un nouveau tsunami (5). C’est pourtant le seul moyen restant pour empêcher une fusion totale du coeur, puisque l’opérateur n’a plus aucun moyen de contrôle sur le réacteur. Les deux autres réacteurs arrêtés en urgence de la centrale de Fukushiwa Daiichi sont toujours confrontés à des problèmes de refroidissement du coeur nucléaire. Dans la centrale de Fukushima Daini (située à 11 km de la centrale de Fukushiwa Daiichi), Tepco doit relâcher de la vapeur radioactive pour tenter de diminuer la température de 3 des 4 réacteurs arrêtés en urgence (6).
En France : des réacteurs nucléaires exposés à un risque sismique grave, construits en dépit des normes sismiques
Les réacteurs nucléaires français ne respectent pas les normes sismiques de référence. EDF est allé jusqu’à falsifier les données sismologiques pour éviter d’avoir à le reconnaître et d’investir au moins 1,9 milliard d’euros afin de mettre les réacteurs aux normes (7). La justice a rejeté mercredi dernier la demande de fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim (Alsace), la plus vieille centrale française, pourtant située dans une zone à risque sismique élevé.
Mais ni les normes sismiques draconiennes du Japon ni ses technologies parasismiques avancées n’ont pu empêcher la catastrophe nucléaire majeure qui s’y produit actuellement. Le Japon est pourtant le pays le mieux équipé et le mieux préparé au monde pour faire face au risque sismique dans toutes ses dimensions. Le Japon est également une des premières économies de la planète et un pays leader en matière de technologies de pointe.
Pour le Réseau « Sortir du nucléaire », le dramatique exemple japonais démontre qu’il est totalement impossible de construire des réacteurs nucléaires résistant à un séisme. La seule solution véritable pour se prémunir de ce risque gravissime est d’engager le plus rapidement possible un plan de sortie du nucléaire.
La machine à étouffer l’information se met en marche
Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l’Écologie, et Éric Besson, ministre de l’Industrie, ont décidé de réunir cet après midi l’ensemble des acteurs français du secteur du nucléaire... dont les industriels EDF et Areva. Il apparaît d’ores et déjà évident que le secteur nucléaire français et ses soutiens au plus haut niveau de l’État se préparent à communiquer pour sauver la crédibilité de la filière nucléaire. Mais il ne sera pas possible cette fois de recourir au cliché usé jusqu’à la corde de l’ « accident survenu sur une centrale soviétique vétuste », que l’industrie nucléaire a utilisé abondamment pour laisser croire qu’un accident nucléaire grave ne pouvait pas se produire hors d’URSS.
Il faut aujourd’hui considérer avec prudence les informations provenant de Tepco, l’exploitant des réacteurs japonais en déroute. En effet, 15 réacteurs nucléaires ont été fermés au Japon pendant des mois en 2002 et 2003, par décision administrative, après que Tepco avait falsifié des documents concernant la sécurité.
Notes :
(1) "The agency said there was a strong possibility that the radioactive cesium monitors detected was from the melting of a fuel rod at the plant, adding that engineers were continuing to cool the fuel rods by pumping water around them."http://edition.cnn.com/2011/WORLD/asiapcf/03/12/japan.nuclear/
(2) http://www.sankei.jp.msn.com/affairs/news/110312/dst11031216520245-n1.htm
(3) "L’Agence japonaise de sûreté nucléaire annonce que certaines des barres de combustible du réacteur numéro 1 de la centrale Fukushima No 1 ont émergé à la surface de la piscine du réacteur samedi midi, parce que le niveau de l’eau a baissé."http://www3.nhk.or.jp/nhkworld/french/top/news08.html
(4) "a vertical earthquake hit the site and big explosion has happened near the Unit 1 and smoke breaks out around 3:36PM." http://www.tepco.co.jp/en/press/corp-com/release/11031223-e.html
(5) NHK à 17h35 le12.03.11
(6) "we have decided to prepare implementing measures to reduce the pressure of the reactor containment vessel (partial discharge of air containing radioactive materials) in order to fully secure safety. These measures are considered to be implemented in Units 1, 2 and 3http://www.tepco.co.jp/en/press/corp-com/release/11031223-e.html
(7) Consulter les documents confidentiels d’EDF et l’analyse effectuée par le Réseau « Sortir du nucléaire » : http://www.sortirdunucleaire.org/index.php?menu=sinformer&sousmenu=themas&soussousmenu=seismes2&page=index
Nos porte-parole sont à disposition permanente des médias pendant tout le week-end :
À Paris : Anne-Laure Meladeck : 06 71 23 30 09 Charlotte Mijeon : 06 75 36 20 20
A Lille : Laura Hameaux : 06 85 23 05 11
À Lyon : Philippe Brousse : 06 68 86 89 21 Xavier Rabilloud : 06 74 19 28 06 François Mativet : 06 03 92 20 13
Nos référents techniques sont également disponibles pour toute intervention : Marc Saint-Aroman (Toulouse) : 05 61 35 11 06 Jean-Marie Brom (Strasbourg) : 06 08 98 79 40

WIKIPEDIA : CATALOGUE PUBLICITAIRE ! Où sont passées les mobilisations sociales, les manifestations pour empêcher la construction de cet engin criminel !
Où est passée la description de la CORRUPTION des staliniens pour IMPOSER cette centrale aux populations !!
Il est vrai que les Verts  d'Europe Ecologie qui ont partagé le gâteau gouvernemental avec les stalino-fascistes de 1997 à 2002, en faisant 15 millions de morts en Afrique n'ont pas envie que TOUTES LES VERITES soient dites !!

Centrale nucléaire de Paluel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Centrale nucléaire de Paluel
Administration
Pays Drapeau : France France
Région Haute-Normandie
Département Seine-Maritime
Commune Paluel
Coordonnées 49° 51′ 28″ Nord
       0° 38′ 07″ Est
/ 49.85778, 0.63528
  
Opérateur Électricité de France
Année de construction 1977
Date de mise en service 22 juin 1984
Réacteurs
Fournisseurs Areva NP, Alstom
Type REP
Réacteurs actifs 4 x 1 300 MW
Puissance nominale 5 200 MW
Production d'électricité
Électricité générée annuelle 34,402 TWh (année 2006)
Électricité moyenne 33,714 TWh (5 dernières années)
Production totale 690 TWh
Divers
Source froide Manche
Site internet EDF : Paluel

  Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime
(Voir situation sur carte : Seine-Maritime)
Centrale nucléaire de Paluel
La centrale nucléaire de Paluel est située sur la commune de Paluel (Seine-Maritime), à 40 km de Dieppe et 70 km du Havre, sur la côte de la Manche en Normandie.

Sommaire

[masquer]

Présentation

Elle a été construite et est exploitée par EDF[1]. La centrale, qui utilise l'eau de la Manche pour son refroidissement, dispose de quatre réacteurs nucléaires de 1 300 MW chacun. Le chantier des réacteurs de la centrale a débuté en 1977 et s'est terminé en 1986[2].
Environ 1 250 salariés d'EDF travaillent à la centrale de Paluel, ainsi que 300 salariés d'entreprises prestataires.

Incidents[modifier]

La tempête en Manche du 23 juin 2004 a provoqué une arrivée massive d'algues dans les tambours filtrants de la station de pompage du circuit de refroidissement. Tous les réacteurs de la centrale ont alors été arrêtés. L’incident a été classé au niveau 1 (anomalie) de l’échelle internationale des événements nucléaires (INES). Ces algues ont fait perdre 6 % de production à la centrale de Paluel en 2004. Le phénomène de prolifération des algues serait lié, au moins partiellement, aux nitrates d'origine agricole qui se retrouvent entraînés en mer par les eaux de ruissellement.
En Septembre 2009, un réacteur de la centrale nucléaire EDF de Paluel a été arrêté après un départ de feu sur une excitatrice d'un alternateur. Le feu a été maîtrisé après l'intervention d'une cinquantaine de pompiers[3].


NOTES
La photo provient de (Journal du 20° siècle Larousse)

LIRE AUSSI

mardi 15 mars 2011


Apocalypse au Japon : LES CRIMINELS ECOLOGIQUES DU NUCLEAIRE ET DU CARBONE SERONT JUGES PAR LA REVOLISATION MONDIALE : L'accident de Fukushima est désormais du niveau 6

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire