Subscribe in a reader

translate/traduction

Pages vues depuis décembre 2009

mardi 8 mars 2011

Grande Révolution Africaine : IL N'EXISTE PAS DE « PEUR » DE LA REVOLUTION. Un débat avec Jean-Pierre Kaya.

Par Yanick Toutain
7/03/2011

La situation actuelle interroge beaucoup de patriotes africains. En particulier, pourquoi la journée de mobilisation révolutionnaire lancée par Mboua Massock n'a-t-elle pas connu de réussite au Cameroun ?
Pourquoi le peuple pauvre n'a-t-il pas rejoint l'avant-garde militante qui est sortie dans la rue se faire matraquer par la police de Paul Biya ?
Pourquoi Laurent Gbagbo – l'ami de Blaise Compaoré et le larbin de Vincent Bolloré - et son complice « patriote du dimanche » Charles Blé Goudé parviennent-ils à étouffer toute tentative de véritable mobilisation révolutionnaire en Côte d'Ivoire depuis 2004 ?
Comment est-il possible, depuis le 16 décembre 2010, que la mobilisation soit telle qu'elle dissuade l'impérialisme d'intervenir par une attaque directe en vue d'installer leur pantin Ouattara sur le siège du président, mais sans que cette mobilisation n'atteigne le niveau requis pour la construction d'une véritable lutte LICORNE DEGAGE !
Ni donc le niveau requis pour la construction d'un véritable pouvoir populaire.
Pourquoi les émeutes de la faim des femmes sénégalaises, il y a deux ans, n'ont-elles pas recommencé, en ce début 2011, dans une mobilisation révolutionnaire « Wade » DEGAGE ,
Pourquoi les Révolution Tunisienne, Révolution Égyptienne et le commencement de la Révolution Libyenne n'ont-elles pas eu leur prolongement en Afrique du centre ?
Est-il possible de trouver la réponse à ces questions dans un débat quant à une prétendue « peur des Africains » de la révolution, une « peur » qui expliquerait l'abstention actuelle du formariat de l'Afrique du centre et du sud dans le processus révolutionnaire actuel.

Ce débat sur le mur du groupe Facebook « Pour une révolution immédiate en Afrique », m'a amené à faire plusieurs clarifications.
L'intitulé précis de ce débat était donné par Jean-Pierre Kaya

« LES AFRICAINS ONT - ILS PEUR DE LA REVOLUTION ????????????? »
Voici la copie de mes réponses.
Je pense que, pour l'Afrique, comme pour le reste du monde, il faut considérer les classes sociales.(point de vue NEO-MARXISTE) et les STRATES SOCIALES (point de vue POST-MARXISTE)
Les "Africains" cela n'existe pas.
Il y a des Africains membres de la classe bourgeoise.
Il y a des Africains diplômés (classe formoise ou formoisie) qui gagnent plus que 600 € par mois et donc, qui VOLENT leurs camarades de continent. Ils sont des spoliateurs.
Il y a des Africains qui sont membres de la proto-formoisie au travail qui gagnent plus que le PIB local mais moins que 600 € (400 000 F cfa). Ces Africains ont une mentalité compradore car ils comptent sur les ENVAHISSEURS et leurs armées pour leur garantir une PART plus grande que le PIB local.
Et, il y a, par ailleurs, la masse des Africains, le FORMARIAT, la prolétariat de la formation, ces Africains qui n'ont comme revenu que MOINS que le PIB local.
La plus grande partie des Africains a bien moins que 600 € par mois.
ILS SONT VICTIMES DE LA SPOLIATION MONDIALE.
On va donc s'attacher à ce groupe pour notre débat.



Commentaire : L'intitulé « Les Africains » est aussi absurde que l'intitulé « Les Français ». Quand on sait – depuis peu – que le quart des salariés français (un salarié sur QUATRE ! ) reçoit moins de 750 € par mois et se trouve donc au seuil de spoliation, il est évident qu'une autre partie des nationaux de ce territoire sont d'abjects spoliateurs.
Certains Français sont des spoliateurs dont l'étendue du vol est tel qu'ils agissent comme des bandits de grands chemins, non seulement vis à vis des Africains et des Chinois, mais de surcroît, y compris envers leurs concitoyens. Ils agissent ainsi en exigeant naturellement que leurs clowns footballistiques soient contraints de chanter cette chauvine Marseillaise avant chaque rencontre prétendument sportive.
Il y a, par ailleurs, des Africains milliardaires. Le recordman en la matière étant le « socialiste » camarade de Martine Aubry, le milliardaire sur PND égyptien, l'assassin Hosni Moubarak.
Avec 70 milliards de dollars, cet individu possédait à lui tout seul 100 millions de mois de salaire.... Le salaire mensuel de 100 millions de personnes.
Les Ben Ali, les Ali Bongo, les Paul Biya etc etc.... tous ces gens sont des vautours, des Africains vautours, des vautours africains.
Mais il existe aussi, en Afrique, toute une racaille formoise compradore de fonctionnaires qui – sans aller jusqu'aux excès de leurs patrons - consomment bien plus que le seuil de 600 € par mois. Et qui sont donc des Africains spoliateurs de leur peuple.
Je poursuivais donc ce débat par une autre question :
Yanick Toutain La question devient donc : pourquoi un Camerounais ayant un revenu inférieur à 50 000 F cfa aurait-il "peur" de la Révolution ?

que je complétais par :
Il faut encore avancer davantage.
Si la masse des Camerounais pauvres (le formariat pauvre, celui qui vit avec MOINS de 50 000 F cfa = 75 €) a boycotté l'initiative de Mboua Massock, le 23 février, est-ce par "PEUR" ou serait-ce une AUTRE RAISON, un autre MOTIF.
Je le pense.
Ce n'est pas la PEUR qui a fait que les Camerounais sont restés chez eux ou au travail le 23 février.
Utiliser le mot "peur" est une façon erronée de poser la question.

BEAUCOUP de mes amis Facebook ont déjà eu l'occasion de cliquer J'AIME pour les critiques concernant les politiciens et la façon dont ils ont eu l'occasion de nombreuses fois de TRAHIR le peuple pauvre.

et donc, en réponse à la réaction de Jean-Pierre Kaya, je répondis
‎@ Jean Pierre Kaya
Vous avez écrit
"Notre attitude face à la Révolution, dépend moins à mon avis du salaire que nous gagnons "

Vous peut-être.... mais comment voulez-vous qu'un pauvre de Douala vous fasse confiance si vous REFUSEZ DE DIRE dès... le départ que vous allez PARTAGER avec lui les 50 000 F cfa qui sont disponibles pour CHAQUE CAMEROUNAIS ?
Comment voulez-vous qu'un Abidjanais intelligent me fasse confiance REELLEMENT si je REFUSE de réclamer une PART EGALE du PIB disponible, si je REFUSE de dire que chaque Ivoirien MERITE 50 000 F cfa ?

C'est à propos d'une autre de mes réponses que le débat rebondit, mais sans connaître de conclusion provisoire :
‎@ Lucie Goubin
Bonjour à vous.
Quand vous écrivez
"Les vrais révolutionnaires, ceux qui savent pourquoi ils revendiquent sont convaincus à l'avance du bien fondé de la révolution, sont prêt à mourir pour atteindre leur idéal, ils savent que ...c'est leur salut qu'il y a au bout de la lutte; dans ces conditions on ne peut avoir peur."
.... vous répondez à une autre question que celle du débat actuel...
En effet, vous parlez des "révolutionnaires".
Mais ceux-ci sont les PHARES du processus.
Ou plutôt une PARTIE d'entre eux.
Car les anciens révolutionnaires sont (pour moitié souvent) des SABOTEURS de révolution quand celles-ci arrivent.
Notre débat porte sur le PEUPLE lui-même.
Par ailleurs, je voudrais insister sur le fait que la libération de l'Afrique nécessite QUATRE révolutions.

…. une réponse que je complétais par :
Yanick Toutain
‎@Jean Pierre Kaya "@YANICK. J'aimerais connaître le contenu de ces quatre Révolutions."

Chaque révolution correspond à un obstacle.
En Février 1917, les Russes ont renversé le tsarisme, c'est à dire la CLASSE FEODALE qui contrôlait le pouvoir.
En Octobre 1917, ils ont renversé la CLASSE BOURGEOISE, les capitalistes.

Les Africains doivent renverser QUATRE CLASSES principales.
1° La bourgeoisie esclavagiste (je l'appelle ESCLAVOISIE)
Cela va consister à FAIRE TOMBER BIYA et à chasser BOLLORE
Mais cela ne suffira pas car la BOURGEOISIE va tenter de DEFENDRE BOLLORE
Il faut donc une DEUXIEME REVOLUTION
2° Il faut faire AFRICATION contre la BOURGEOISIE DES MACHINES. Il faut NATIONALISER la totalité de L'IMMOBILIER (terrains, mines, champs, ports, y compris les habitations) et des MACHINES.
Et donner le droit à L'INVESTISSEMENT DEMOCRATIQUE.
Mais la BOURGEOISIE DES DIPLOMES, comme elle le fait depuis 1961 AURA TENTE DE PROTEGER LA BOURGEOISIE......
Il faudra donc une TROISIEME REVOLUTION

3° DECHIRER LES DIPLÔMES et VERSER UNE PART EGALE DU PIB DISPONIBLE par pays.
IL FAUDRA RENVERSER LA BOURGEOISIE DES DIPLOMES, la FORMOISIE (= FORMation bourgeOISIE)
Par exemple, cette 3° révolution VERSERA un revenu de 50 000 f cfa par mois dans les pays où c'est le niveau actuel de PIB.

4° LA 4° CLASSE BOURGEOISE, c'est la bourgeoisie de L'INNOVATION que j'appelle comme telle depuis 1996 et pour laquelle j'ai créé le néologisme de "INNOVOISIE"
Le résultat de cette révolution consistera à ABOLIR LES DROITS D'AUTEUR et à rendre GRATUIT tout l'immatériel.
Ce sera l'UN DES PRINCIPAUX APPORTS de L'AFRIQUE au genre humain pour la période qui vient (cela sera complémentaire de la révolution pédagogique et de la révolution scientifique qui viennent)

Sur ces 4 nécessaires révolutions dont les Tunisiens et les Égyptiens ont réalisé la première, et dont les Libyens, les armes à la main après avoir CASSE EN DEUX l'armée compradore sont en train de réaliser les tâches, un débat s'ensuivit avec Jean-Pierre Kaya.
‎@Jean Pierre Kaya "@YANICK, content de retrouver. Moi je ramènerai tes 4 étapes à 2 seulement."

Vous avez peut-être raison dans la CHRONOLOGIE.
En effet, dans l'histoire humaine, c'est la première fois que les humains sont confrontés à la nécessité de faire QUATRE révolutions en même temps.
Il est possible que la PREMIERE ait lieu - comme en Tunisie, en Égypte et en Libye - et que les numéros 2,3 et 4 se fassent EN MEME TEMPS.
Il est possible que la trahison des diplômés et des chanteurs soit telle qu'ils SABOTENT tout progrès JUSQU'AU MOMENT où les MILITANTS PARTISANS DE L'EGALITARISME obtiennent la confiance du formariat pour FAIRE TROIS REVOLUTIONS EN MÊME TEMPS.



Le débat se clôt sur une réflexion qui m'amena à faire une sévère mise au point.
‎@Nini Chkaya Leurs peurs sont 'elles effective ou pas ?????

Je n'apprécie pas trop de voir de pareilles critiques concernant un formariat africain qui (à part quelques RARES Lumumba, Sankara etc...) n'a pas cessé d'être TRAHIS par les "élites" cultivées depuis 1961.
Trahison des DIPLOMES de la formoisie CHAQUE FOIS QU'IL ETAIT POSSIBLE DE CHASSER LA FRANCE A FRIC...
Il suffit de voir la trahison des morts de l’Hôtel Ivoire depuis 2004 !
QUI A RECLAME "TROUPES FRANCAISES HORS D'AFRIQUE"
QUI a réclamé "JUGEMENT DE ALLIOT MARIE" A ABIDJAN avec extradition ?
Les diplômés du FPI ont laissé TOMBER L'AFFAIRE pendant que Gbagbo DONNAIT LE PORT d'ABIDJAN A BOLLORE !


En conclusion, il est à noter que nous n'avons pas progressé dans le débat quant aux QUATRE révolutions nécessaires à l'Afrique.
Je crains qu'il ne soit quasiment impossible de contraindre mes aimables débatteurs à se prononcer définitivement sur la question du SALAIRE EGAL POUR TOUS.
C'est en effet cela qui, en rendant nécessaire la troisième révolution, la révolution anti-formoise, fait que les éléments cultivés en Afrique – et surtout dans la diaspora – tentent constamment d'embrouiller le débat pour empêcher cet aspect de venir dans la grande lumière.
La formoisie africaine est retorse.
Cela fait maintenant 50 ans qu'elle embrouille les débats, les enjeux, les projets.
Cela fait 50 ans qu'elle sabote toute tentative de construire un néo-marxisme susceptible de la mettre en accusation.

Accuser les pauvres, ceux qui vivent avec moins de 600 € par mois, accuser les infra-pauvres, ceux qui vivent avec moins de 250 € par mois (le PIB tunisien), accuser les semi-esclaves du Machrek et du Maghreb dont le salaire mensuel avoisine les 150 € par mois et accuser les esclaves camerounais gagnant 50 € par mois (20 fois moins que le SMIC français) n'a aucun sens.
Les masses paupérisées sont été constamment trahies depuis 1961 ?
Pourquoi feraient-elles confiance à des leaders dont le discours consiste à s'interroger sur leur prétendue « peur de la révolution ». ?
« PEUR DE LA REVOLUTION » ?
NON !
PEUR DE LA TRAHISON FORMOISE DEPUIS 1961.

Dans ce débat, je n'ai pas réussi à faire accepter la notion de SALAIRE EGAL POUR TOUS, je n'ai pas réussi à obtenir que le débat en vienne à cet aspect :

Quand j'écris :
"Vous peut-être.... mais comment voulez-vous qu'un pauvre de Douala vous fasse confiance si vous REFUSEZ DE DIRE dès... le départ que vous allez PARTAGER avec lui les 50 000 F cfa qui sont disponibles pour CHAQUE CAMEROUNAIS ?
Comment voulez-vous qu'un Abidjanais intelligent me fasse confiance REELLEMENT si je REFUSE de réclamer une PART EGALE du PIB disponible, si je REFUSE de dire que chaque Ivoirien MERITE 50 000 F cfa ?"
… je ne parviens pas à obtenir une réaction. Ni positive..... ni négative.
Le Camerounais de Kienké ou de Douala qui vivote avec ses 50 € par mois..... pour quelle raison irait-il adhérer au parti de Jean-Pierre Kaya ?
Celui-ci, avant-même que la révolution n'ait commencé, refuse DEJA de se prononcer sur ce qui fera le cœur du vécu quotidien à Kienké ou Douala !
Pourquoi mourir sous les balles des snipers de Biya si c'est pour « donner le pouvoir » à Jean-Pierre Kaya ?

C'est cela que le révolutionnaire honnête doit comprendre : il n'y aura pas de révolution victorieuse en Afrique du centre si un nombre IMPORTANT de formois, de proto-formois ne RALLIENT PAS LE PEUPLE.
A quoi bon entrer en lutte si les leaders auto-proclamés, avant même qu'elle ne commence, laisse déjà sous-entendre qu'ils refuseront de PARTAGER le PIB en parts égales.

LA GRANDE REVOLUTION AFRICAINE SERA EGALITARISTE !
Personne ne réussira à saboter ce projet !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire