Subscribe in a reader

translate/traduction

Pages vues depuis décembre 2009

lundi 28 mars 2011

LES PRINCIPES DE BASE DU LIBERAL EGALITARISME.(2) Un brouillon et un débat sur le texte de André Franc-Shi : Esquisse d’un programme libéral-égalitariste, comment surpasser les paradigmes modernes ?

(1° présentationmon brouillon inachevédébat sur votre texte)

Ce texte est un brouillon. Il fut rédigé le 7 mars 2011. Et reste inachevé.
Qu'il serve de canevas à ce que pourrait être un manifeste bref.
En effet le rythme faisant un distingo de la partie résumée et de la partie explicative serait avantageuse sur Internet et sous forme de tract.





LES PRINCIPES DE BASE DU LIBERAL EGALITARISME. (un brouillon)

Le pouvoir appartient au peuple lucide.
Un quota de 25 (délégateurs ou délégués) permet de désigner un délégué de l'étage supérieur.
Tout délégué est révocable par le retrait d'un des 25. Sans avoir à se justifier.
Les 25 se choisissent librement.

Commentaire :
La révocabilité est le principe de base et ne peut – sous aucun prétexte quel qu'il soit – être aboli.
C'est un des fondements indestructible du système.
Aucun critère géographique, de nationalité ou d'âge n'intervient dans la formation d'un groupe de 25.
Un enfant de moins de 7 ans, s'il sait lire et a acquis une culture suffisante pour être accepté dans un groupe de délégateurs sera considéré comme « lucide ».
Les délégateurs peuvent s'associer en provenance de plusieurs continents.
Naturellement, ces délégateurs « internationaux » laissent les affaires courantes locales être décidées par des groupes de délégateurs locaux.
Tout délégué a pouvoir réglementaire sur les étages inférieurs.
Un groupe de délégués-députés votant des règles imposent donc ce règles aux étages de délégués inférieurs. Ceux-ci, en cas de désaccord ont toujours la possibilité de renverser ces délégués en convainquant leurs délégués subalternes de faire retrait et donc de leur ôter leur pouvoir.


Hormis en situation de crise, le travail est libre.
Le terme « travail » inclut aussi bien la formation, le travail d'innovation (recherche, inventions, et créations), les services, la production etc...
De la même façon, en dehors des situations de crise, le salaire égal pour tous est versé inconditionnellement. Que celui qui le reçoit ait ou non effectué un « travail ».
Certaines taches seront appelées « service utile contraint » et devront être assumées par tous. Sans aucun critère d'exemption sauf l'impotence attestée médicalement.



Commentaires
Chacun est libre de travailler comme il l'entend.
Chacun est libre d'apprendre comme il l'entend.
Hors période de crise, il ne peut être exercé aucune contrainte, aucun chantage au salaire.
La définition des « périodes de crise » et l'étendue géographique appartient aux étages supérieurs de délégués.
En période ordinaire, la seule « sanction » applicable à la « fainéantise », c'est la seule atteinte à la réputation.
Chacun doit donc disposer d'une adresse télématique où il rend compte à la communauté de son occupation sociale.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire